TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e
Loading





Digitick : le nouveau ticket chic et choc au service du tourisme

Interview de Christian Séré-Annichini, directeur général de Digitick


le Jeudi 26 Juin 2014

Le groupe Digitick est le pionnier de la billetterie électronique en France. Il est aussi le seul acteur à intégrer trois segments d’activité : la distribution de billets auprès du grand public, la création et l’équipement de solutions de billetterie innovantes 100% web pour les professionnels et la revente légale de billets entre particuliers. En traitant plus de 35 millions de billets par an, l’ancienne start-up, filiale aujourd’hui du groupe Vivendi, s’est imposée dans le paysage de la billetterie en ligne, qu’elle concerne les spectacles, les événements sportifs, culturels ou de loisirs. Le point avec Christian Séré-Annichini, directeur général.



Digitick Systems est une plateforme de billetterie 100% web innovante pour les établissements culturels et de loisirs souhaitant disposer d’une solution complète de billetterie/CRM hébergée et multicanal.
Digitick Systems est une plateforme de billetterie 100% web innovante pour les établissements culturels et de loisirs souhaitant disposer d’une solution complète de billetterie/CRM hébergée et multicanal.
i-tourisme : Pouvez-vous nous expliquer les différents services proposés par Digitick ?

Christian Séré-Annichini :
« Sur le marché de la billetterie, il existe différentes activités sur lesquelles Digitick est positionné.

Nous faisons de la distribution classique de billets. Nous avons d’ailleurs inventé le billet électronique dématérialisé en France.

Notre deuxième activité est l’équipement de lieux qui reçoivent du public pour l’émission de ticket d’entrée, pour gérer les ventes sur place.

On apporte l’équipement de solutions de billetterie web à des lieux touristiques. Par exemple, on ne vend pas les billets de la Tour Eiffel, mais ils utilisent notre dispositif sur place pour gérer et vendre leurs billets.

Et nous avons un marché secondaire, la revente de billets entre particuliers. Zepass est une filiale de Digitik.

La billetterie loisirs (hors cinéma) équivaut à 200 millions de billets en France.

Digitick traite au total 35 à 40 millions de billets par an sur le territoire, dont 4 millions de billets distribués directement par le site Digitick.com et ses réseaux d'affiliés.

A notre lancement, nous étions une start-up techno positionnée sur la vente en ligne.

Notre originalité tient du fait que nous couvrons l’ensemble de la billetterie, nous sommes multi-segments pour le sport, la culture, les sites de loisirs...

Hier les métiers étaient séparés, aujourd’hui nous avons rassemblés les activités en une profession autour de la billetterie. Il y a une convergence des différents métiers de la billetterie. »

i-tourisme : Que représente le tourisme dans votre activité ?

CSA : « Après la tour Eiffel, le château de Versailles, le Zoo de Beauval, les parcs de la Compagnie des Alpes, la Cité de Sciences, nous accompagnons le Zoo de Vincennes pour le système de billetterie et de contrôle d’accès.

Ce déploiement illustre une nouvelle fois notre expertise et notre savoir-faire dans la mise en place de solutions innovantes : guichets web, bornes de billetterie, contrôle d’accès et vente en ligne multicanal.

Nous pouvons répondre, grâce à nos solutions, à une grande affluence. La tour Eiffel par exemple, c’est 7 millions de billets par an. »

i-tourisme : Vous parliez de votre ADN très orientée technologie, celui d’une start-up web à la base…

CSA : « Notre cœur de métier est basé autour des nouvelles technologies au service la billetterie. Nous proposons une billetterie nouvelle génération, notamment grâce à notre système de cloud et d’accès à distance.

Par exemple, dans les locaux de la tour Eiffel, il n’y a pas de serveurs mais une caisse avec une connexion internet.

Si un problème de connexion internet survient, nos systèmes sont sécurisés. Un back-up se met en place en cas de rupture de connexion avec une synchronisation.

Un scénario qui n’est pas arrivé à la tour Eiffel depuis 2009. Les ventes de la tour Eiffel ne se sont jamais arrêtées.

Notre technologie est originale et innovante par rapport à celle des anciens systèmes. Le déploiement est plus facile, il suffit d’une connexion à internet.

Aucune maintenance n’est faite sur place, car tous les serveurs sont gérés chez nous. »

i-tourisme : Quelles autres évolutions technologiques avez-vous développées ?

CSA : « Notre deuxième originalité tient du fait que nous avons senti tôt que la billetterie était un domaine en pleine évolution, qu’elle était en mutation.

Aujourd’hui nous sommes les partenaires de nos clients pour qu’ils optimisent leurs rentrées d’argent. Cela passe par notre solution de CRM.

Pour mieux comprendre la base de ces acheteurs et bien pousser l’offre marketing, nous avons créé un module complémentaire de CRM pour gérer sa base clients.

On le fait depuis plusieurs années. Les musées par exemple ont des ressources propres liées à leur billetterie. L’idée est de mieux travailler leur base clients.

C’est une approche modulaire. Nous vendons ce produit indépendamment des autres.

Autre point, nos solutions sont adaptées au web, à la distribution multi-canal. On fait sans cesse évoluer notre technologie. On a réfléchi aux différents canaux de vente, on a vu le décollage du mobile.

Les applications mobiles interviennent à toutes les étapes de réalisation de votre application mobile ou de votre site internet mobile.

De plus, nous avons donc développé une application mobile pour la billetterie. Il est possible de réserver en temps réel, quand on est devant un monument.

On est les seuls à avoir mis en place une application et un site pour mobile. On propose une vraie panoplie technologique.

Il est important de pouvoir suivre le client. Les ventes augmentent de 20 à 30% sur le mobile. Ce n’est plus un canal minoritaire mais un véritable enjeu business. »

Christian Séré-Annichini, directeur général de Digitick
Christian Séré-Annichini, directeur général de Digitick
i-tourisme : Vous parlez d’enjeux, quels sont-ils selon vous pour la billetterie dans le secteur du tourisme ?

CSA : « D’abord, c’est la capacité à pouvoir aller trouver le client où il est. Par exemple, le château de Versailles est vendu partout dans le monde. L’enjeu est donc de disposer des canaux de ventes et la technologie adaptée.

Pour que Versailles puisse se vendre à des professionnels du tourisme, il faut les disponibilités complètes, pouvoir vendre à distance, faire de la gestion de groupes, tout en vendant aux particuliers.

Il faut être sûr au moment où on vend les billets qu’il y aura de la place. Cela nécessite une technologie fiable et efficace.

Puis, il y a l’importance du CRM et du reporting. Cela fera la différence pour comprendre les modes de consommation et les évolutions.

Ensuite, il y a les enjeux autour de la connectivité. La billetterie ne doit pas être vue comme un système qui ne se connecte pas.

Des TO veulent acheter des billets pour leurs packs, percevoir des commissions directes sur le web, pouvoir imprimer un justificatif...

Pour les agences, il faut que la transaction numérique réussisse pour fournir un billet. Aujourd’hui tout doit être connecté pour que les billets soient dématérialisés.

Notre plateforme, nativement connectée, a cette souplesse.

En gros, l’objectif est de trouver le client là où il est, optimiser les taux de remplissage, être rapide, connecté et connaître les attentes d’un marché. »

i-tourisme : En quoi la billetterie en ligne apporte-t-elle un véritable avantage concurrentiel pour le tourisme ?

CSA : « La vente en ligne révolutionne tout, surtout dans le voyage. Pour les gens qui accueillent du public, cela permet de donner de nouveaux services.

Par exemple, ne pas faire la queue, organiser son séjour avant. C’est différent de la billetterie sur place uniquement. La vente en ligne permet aussi une information fiable et enrichie pour connaître son client.

Je dirais même que la vente en ligne est magique car elle récupère de l’information, permet de comprendre la manière d’acheter des visiteurs. Pour moi, c’est une évidence que la billetterie est liée au CRM.

Dans le tourisme, les volumes de ventes restent stables, ce qui est bien pour une période de crise. »

i-tourisme : Des projets à venir ?

CSA : « Le tourisme est important chez nous. Auparavant une start-up, nous sommes aujourd’hui adossés à un grand groupe pour pouvoir répondre une forte demande.

Nous avons aujourd’hui des ambitions internationales. »

Lu 3207 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

PUBLICITÉ
Ombeline POIRON
publicite@i-tourisme.fr
+33 1 85 74 23 33










Dernière heure










Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com