TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Egypte : mieux comprendre la valse-hésitation en matière de politique touristique

du tourisme à la tension géopolitique


Rédigé par La Rédaction le Mardi 6 Mars 2012

Dans sa dernière livraison, ''Alertes'', la lettre mensuelle d’actualité des risques internationaux et concurrentiels du Groupe GEOS, livre une bonne analyse géo-politique de la situation en Egypte. Une analyse qui permet de mieux comprendre la valse-hésitation des pouvoir publics en matière de politique touristique mais aussi des enjeux qui se profilent.



Au lendemain de la victoire écrasante aux élections législatives des islamistes (Frères musulmans et salafistes), les défis auxquels va devoir faire face l’Egypte, sont multiples et préoccupants pour la sécurité du pays  et du Moyen-Orient./photo JDL
Au lendemain de la victoire écrasante aux élections législatives des islamistes (Frères musulmans et salafistes), les défis auxquels va devoir faire face l’Egypte, sont multiples et préoccupants pour la sécurité du pays et du Moyen-Orient./photo JDL
Un an après la chute du président Hosni Moubarak, la situation sécuritaire ne cesse de se dégrader en Egypte.

Première victime de ces changements, l’industrie touristique mise à mal par la situation, particulièrement au Sinaï.

Ces dernières semaines, deux touristes américains y ont été capturés alors qu’ils voyageaient en bus en direction de
Sharm el-Sheikh.

Le Caire a immédiatement réagi, bouclant la région et mobilisant d’importants moyens aériens.

Grâce à des négociations rapidement entamées avec les chefs des tribus bédouines, les deux touristes ont pu retrouver la liberté.

Quelques jours avant, deux ouvriers chinois étaient enlevés dans le nord de la même région. Mi-janvier, c’était un citoyen français qui était assassiné à Sharm el-Sheikh

Autant de mauvaises nouvelles pour la sécurité du tourisme qui représente 12 % de l’économie nationale, 5 % des emplois et qui baisse de 30 % pour l’exercice 2011.

Un tournant symbolique

L’Egypte change donc. Sa sécurité, mais aussi peut être, ses choix géopolitiques.

L’arrestation de dix-neufs Américains, membres d’ONG ayant aidé à former l’opposition démocratique égyptienne pourrait marquer un tournant dans les relations entre Washington et Le Caire.

Au-delà du fait que l’une des personnes arrêtées soit le fils d’un ministre de l’administration Obama, le Caire prend ouvertement le risque de déplaire aux parlementaires américains qui soutiennent l’armée égyptienne à hauteur d’1,3 milliard de dol llars par an.

Une telle rupture ouvrirait la voie pour l’Egypte à de nouvelles alliances, notamment avec le Qatar qui pourrait dès lors gagner un allié inconditionnel, et l’Egypte un partenaire bien plus compréhensif.

Un changement qui conforterait les Frères musulmans qui viennent de réaffirmer leur soutien au Conseil suprême des forces armées (CSFA), après la polémique qui a suivi la mort de 74 supporters à l’issue d’un match de foot à Port Saïd.

Cet incident grave avait fait dire aux membres de l’opposition que l’armée avait voulu frapper l’un des viviers de la révolution dans les Ultras d'Al-Ahly.

Il reste que l’alliance de la principale force politique du pays avec l’armée serait ainsi scellée, contribuant à la mutation rapide des équilibres régionaux.

Le Commentaire de Louis Caprioli, Conseiller du Groupe GEOS

Au lendemain de la victoire écrasante aux élections législatives des islamistes (Frères musulmans et salafistes), les défis auxquels va devoir faire face l’Egypte, sont multiples et préoccupants pour la sécurité du pays et du Moyen-Orient.

Notons parmi eux :

- L’effondrement de l'économie et notamment du tourisme du à l'insécurité croissante et aux incertitudes politiques.
- Les relations futures des islamistes égyptiens avec Israël et les Frères musulmans palestiniens du Hamas qui refusent de reconnaître l’Etat hébreu.
- La radicalisation des salafistes, qui peuvent recevoir, comme c’est le cas pour les islamistes radicaux en Tunisie, un soutien des djihadistes libyens, qui disposent dans leur pays des armes, des camps et des experts, qu’ils peuvent mettre à leur disposition.
-Le rejet par la “rue” du « Conseil suprême des forces armées », qui veut conserver ses privilèges après avoir sacrifié Moubarak.
- Les risques de représailles israéliennes contre les Bédouins du Sinaï, qui échappent actuellement à tout contrôle et parmi lesquels la mouvance radicale islamiste monte en puissance, se livrant au trafic d’armes au profit du Hamas à Gaza, aux prises d’otages et aux attentats contre les postes de police et les gazoducs.

Autant de points qui seront à suivre dans les semaines à venir.

Lu 2490 fois

Tags : égypte
Notez


1.Posté par Ayla le 06/03/2012 08:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,
en tant que réceptif Sinai et vivant sur place, je me permets de nuancer quelque peu votre paragraphe sur les "risques de représailles israéliennes contre les Bédouins du Sinaï".
Le Sinai, de tout temps, a été scindé en deux parties : le nord, de culture plus égyptienne, et le sud de culture plus arabique (comme pour péninsule "arabique").
Ce que vous décrivez est vrai pour les bédouins du nord qui, depuis la chute de Moubarak, n'ont plus d'autorité qui les limite dans leur brigandage (d'ailleurs, il faut aussi mentionner le traffic d'êtres humains avec les réfugiés soudanais et érythréens qui tentent de passer en Israel et sont séquestrés/raquétés par ces bédouins).
Les bédouins du sud vivent du tourisme, n'ont pas d'affinité avec le Hamas de Gaza, ne font pas de traffic d'armes ou d'êtres humains et ne sabotent pas de gazoduc (dit gazoduc, saboté hier pour la seizième fois en 1 an).
Les enlèvements de ces dernières semaines par des bédouins de la tribu de la région de Feiran, ont cessé suite à une grande réunion au sommet de plusieurs tribus bédouines.
En effet, alors que le tourisme dans le Sinai commencait à reprendre après 1 an d'arrêt, ces stupides enlèvements ont stoppé net cette reprise. Les premiers touchés sont bien sûr les bédouins et ils l'ont bien compris.
Les bédouins de Feiran se sont donc engagés à cesser ces enlèvements qui avaient pour but de faire pression sur le gouvernement égyptien, et non de manifester quelque sentiment anti occidental. Un peu dans le genre du Yémen il y a des années.
Les touristes enlevés ont été libéré trés rapidement et ont raconté qu'ils avaient été trés bien traités par leurs ravisseurs.
A l'heure actuelle, le calme règne dans le sud Sinai, la partie touristique de cette magnifique péninsule.
D'ailleurs, même le MAF sait faire la différence entre le sud et le nord Sinai.
Inventer un "risque de représailles israéliennes" c'est mal connaitre la géopolitique de cette région. L'Egypte est souveraine dans le Sinai et Israel ne mettra pas en péril les accords de paix de Camp David tant que ses frontières ne sont pas menacées.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com