TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Enlèvements : « J’ai vraiment peur de l’avenir...», déplore Maurice Freund de Point Afrique

le TO arrête Gao, suspend Agadez et maintient Atar


Rédigé par Propos recueillis par Aline PONTAILLER le Mardi 8 Décembre 2009

Al Qaïda vient de revendiquer sur Al-Jazira les récents enlèvements d’Européens au Mali et en Mauritanie. Les terroristes affirment « se donner la possibilité de négocier la libération de leurs combattants détenus à Nouakchott et d'obtenir des rançons ». Très engagé sur ces destinations, Point Afrique se voit contraint de prendre des décisions difficiles.



Maurice Freund, dernièrement en Algérie avec un collaborateur, à l'occasion du SITEV / V.N.
Maurice Freund, dernièrement en Algérie avec un collaborateur, à l'occasion du SITEV / V.N.
TourMaG.com - Le message d’Al Qaïda va-t-il changer votre programmation ?

Maurice Freund
: « En fait, nous avons reçu une lettre assez « persuasive » du ministère des Affaires étrangères, nous demandant de supprimer Attar, Gao et Agadez.

Sur Gao, nous ne les avons pas attendus. On sait que les populations locales sont complices des enlèvements, on n’a plus confiance.

Parce que ce n’est pas Al Qaïda qui enlève les touristes. Al Qaïda négocie pour les kidnappeurs et les commissionne. Donc on garde Mopti, mais on évite Gao et Tombouctou. »

T.M.com - Qu’en est-il de la Mauritanie ?

M.F. :
« Le 15 octobre, je me suis rendu sur place, j’ai rencontré le ministre du Commerce, le conseiller spécial du Président, l’ambassadeur, et je leur ai dit :

« Êtes-vous d’accord pour que nous engagions ensemble un programme de formation et d’échanges avec les autorités, de manière à ce que les guides que nous employons deviennent des auxiliaires de la sécurité ? ».

Le 18 octobre, j’ai envoyé mon fils qui connaît bien la région, en tant qu’ancien directeur de la Somasert, et nous avons pris des mesures immédiates. Chaque groupe sera désormais accompagné par deux militaires armés, et doté de balises Argos et de radio-téléphones.

Les programmes ont été modifiés pour rester dans des zones avec patrouilles à proximité, nous n’irons pas au-delà de Ouadane, ni sur la route de l’Espoir par exemple.

Le gouvernement mauritanien a vraiment fait des efforts conséquents dans ce sens, et du coup je me voyais mal annuler le vol.

Le site des AE a d’ailleurs légèrement modifié sa position récemment. Il déconseille toujours fortement les voyages en individuel, mais il est moins catégorique sur les voyages organisés. Tout a été mis au point avec les TO engagés avec nous comme Allibert.

Nous ne faisons pas n’importe quoi. Nous connaissons bien le pays et nous savons que nous pouvons compter ici sur les populations locales. Elles sont partenaires d’un retour du tourisme. »


T.M.com - C’est un gros pari !

M.F.
: « On prend un risque, oui, mais nous estimons que nous sommes responsables des gens qui partent avec nous avec des prestations annexes, même si le risque zéro n’existe pas.

La Mauritanie offre suffisamment de garanties, et la volonté existe. Donc nous maintenons envers et contre tout.

Économiquement, on va souffrir, mais nous sommes une association qui n’a pas de dividendes à verser à des actionnaires. Nous avons gagné de l’argent par le passé avec la Mauritanie, il nous paraît normal d’agir en retour. »


T.M.com - Qu’en est-il du Niger ?

M.F.
: « C’est plus compliqué. Nous n’avons pas fait là-bas le travail que nous avons accompli en Mauritanie. Nous connaissons les protagonistes de la rébellion, et pour cause, certains travaillent avec nous.

Ils ont posé les armes le 20 octobre et nous leur avons dit : « Si vous faites la paix, Point Afrique revient ». Mais c’est encore trop frais. Nous avons donc décidé ce matin de suspendre les vols et d’envoyer une équipe sur place. En fonction de leurs contacts, nous reprendrons, peut-être fin janvier ou plus tard. »

T.M.com - Comment voyez-vous l’avenir de ce continent que vous défendez depuis des années ?

M.F
. : « J’ai vraiment peur de l’avenir. Jacques Toubon vient d’être nommé commissaire de l’année du cinquantenaire de la libération des pays africains - 1960-2010, et nous avons eu quelques mots dernièrement.

Je ne partage pas l’optimisme du gouvernement. Le bilan des indépendances doit aussi parler des échecs.

L’enlèvement de Menaka (Mali) pour moi est aussi le résultat de la malfaisance de la politique que nous pratiquons depuis 50 ans en Afrique. Plus on envoie de militaires et de chars, plus on monte les populations contre nous et on va finir par avoir ici un petit Afghanistan. »


T.M. com - Sombres perspectives…

M.F.
: « Je ne veux pas être accusé de faire n’importe quoi. Je vais probablement me rendre sur place au Niger début février et reprendre des contacts avec les forces en place.

Je ne vous cache pas que je vais stresser. Mais nous avons pris toutes les décisions pour éviter les problèmes. Et je pourrais toujours m’échanger en cas de nouveaux enlèvements… »

Lu 5345 fois

Notez


1.Posté par Christian COSTEAUX le 09/12/2009 10:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ce type de triste déprogrammation était prévisible. Comment imaginer que la situation de la sécurité dans ces zones puisse s'améliorer ? Le type de tourisme promu depuis des années par le Point est-il compatible avec l'encadrement des groupes par des militaires armés ?

On peut pourtant aller dans des régions d'Afrique belles et paisibles sans pour autant tomber au milieu du tourisme de masse. Des pays comme le Bénin, le Togo, le Ghana ou le Burkina (pour ne parler que de l'Afrique de l'Ouest), ne sont pas parcourus par des bandes de bédouins camélisés et fanatisés.
Si la clientèle du Point Afrique est composée principalement de quinquagènaires qui aiment la marche à pied dans les dunes, il faut soit tenter le coup en Namibie (les bushmen ne sont pas camélisés) soit, et c'est là la meilleure voie il me semble, changer de clientèle. Encore faut-il, pour la trouver, ne pas employer des méthodes anciennes et des gens incompétents.
Je comprends parfaitement la position de Maurice qui dit ne pas vouloir laisser tomber les pays dans lesquels Point Afrique s'est investie avec les habitants. D'autant que pour toutes ces régions, le Point Afrique est devenue une institution connue et appréciée.
Mais après tout, d'autres pays du continent, paisibles et accueillants, ont droit eux aussi de bénéficier du génie de Maurice et des devises du tourisme.
Bon courage car l'Afrique a besoin du Point Afrique.

2.Posté par TOLEDANO Ary le 09/12/2009 11:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Si lui a peur ....

3.Posté par DAGUI le 28/04/2010 15:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Soyons raisonnable ,et travaillons avec un plus de credibilité,c'est vraie que nous avons des retombés sur le tourisme en afrique de l'ouest mais il faut reconnaitre aussi que les populations sur place ne sont que des beneficiares de miettes.
sachez aussi que le tourisme aura un develeppement dificile en afrique tant que les collaborateurs sont malhonnettes vis à vis de la population locale.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 15:43 Selectour : retrouvez l'album photos du Congrès...


PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com