TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Et pourquoi pas la Roumanie ?


Rédigé par Geneviève BIEGANOWSKI le Dimanche 22 Mai 2011

Sur 130 000 Français se rendant en Roumanie par an, moins de 15 000 y vont pour des raisons touristiques. Et pourtant, le pays ne manque pas d’atouts naturels ou culturels. Un périple de trois jours de Bucarest aux montagnes des Carpates permet de se rendre compte du potentiel touristique roumain. Organisé par Amslav, spécialiste de l’Europe centrale, ce week-end laisse un petit goût de « revenez-y »…



C’est au château de Bran que les visiteurs viennent découvrir la véritable histoire du prince de Valachie, Vlad Tepes, l’empaleur.
C’est au château de Bran que les visiteurs viennent découvrir la véritable histoire du prince de Valachie, Vlad Tepes, l’empaleur.
« Ne touchez pas à ma Roumanie », c’est ce qu’aurait laissé entendre le prince Charles, tombé sous le charme de la Transylvanie et de la Valachie, au point d’y acheter une propriété dans la charmante bourgade médiévale de Viscri et d‘y séjourner régulièrement.

Une voix prestigieuse qui s’est mêlée à celle de la population locale lorsque des promoteurs peu regardants sur la légende, ont voulu construire un « Draculaland » pour exploiter ce filon touristique roumain.

Devant les protestations, les investisseurs ont renoncé et c’est toujours au château de Bran, que les visiteurs viennent découvrir la véritable histoire du prince de Valachie, Vlad Tepes, l’empaleur.

Si cette forteresse avec ses passages secrets et ses oubliettes doublée d’un château d’opérette avec ses tourelles et ses terrasses est un lieu incontournable du tourisme roumain, sa région aux abords des massifs montagneux des Carpates recèle d’autres trésors comme ces églises fortifiées construites par la communauté saxonne qui s’est installée en Transylvanie vers la fin du Moyen-Age.

Un paysage qui contraste avec la grande ville qu’est Bucarest

Partout les églises et les monastères orthodoxes continuent de rythmer la vie locale. Ici, le monastère de Sinaia - DR
Partout les églises et les monastères orthodoxes continuent de rythmer la vie locale. Ici, le monastère de Sinaia - DR
Derrière les hauts murs protecteurs de l‘église de Prejmer, par exemple, chaque famille locale avait sa chambre refuge numérotée. Et des envahisseurs, il y en a eu de nombreux (Ottomans, Tatars, Goths, Grecs et Romains, etc) dans ces contrées à l’origine habitées par les Daces (Thraces).

Tous y ont laissé leurs empreintes. Un peu comme, au château de Peles à Sinaia, symbole de l’unification de la Roumanie au 19e siècle qui s’est alors offert une royauté. Peles construit avec les lingots d’or, trésor des Daces, rassemble meubles, armes, armures tableaux, vaisselle en provenance de toute l’Europe et de la Turquie.

Une époque « où la monnaie roumaine était plus forte que le franc suisse », que les Roumains regardent avec nostalgie.

Pour autant, c’est plutôt une certaine joie de vivre sereine qui se dégage de l’atmosphère de villes comme Brachov et surtout de la campagne si verdoyante où les maisons aux couleurs vives arborent toutes leurs meules de foin à la forme conique si caractéristique.

Ça et là, des bergers font paître leurs troupeaux de moutons ou de brebis. Il n’est pas rare non plus de croiser des chevaux attelés à une carriole que mènent prestement des paysans affairés.

Contraste frappant avec la grande ville qu’est Bucarest avec ses larges avenues où la circulation des voitures est trépidante et la vie nocturne intense dans la vieille ville.

Mais campagne ou villes, partout les églises et les monastères orthodoxes continuent de rythmer la vie locale. Des lieux de culte où les fresques rivalisent de beauté et d’intensité et qui, à elles seules, valent bien une visite à la Roumanie.

Amslav : une brochure entièrement dédiée à la Roumanie

Ca et là, des bergers font paître leurs troupeaux de moutons ou de brebis. Il n’est pas rare non plus de croiser des chevaux attelés à une carriole que mènent prestement des paysans affairés - DR
Ca et là, des bergers font paître leurs troupeaux de moutons ou de brebis. Il n’est pas rare non plus de croiser des chevaux attelés à une carriole que mènent prestement des paysans affairés - DR
L'interview de Géraldine Chachourine, responsable de la production

TourMaG.com - Amslav sort cette année une brochure entièrement dédiée à la Roumanie. Pourquoi cette initiative ?

Géraldine Chachourine
: "Amslav programme la Roumanie parmi les autres destinations de l’Europe de l’Est et l’Europe centrale depuis sept ans.

Nous estimons que cette destination peut mieux faire et c’est pourquoi nous avons pris cette initiative qui porte déjà ses fruits puisque, au vu des réservations déjà engrangées, nous allons probablement dépasser l’objectif de 300 clients pour l’année que nous nous étions fixé."

TourMaG.com - Combien de temps faut-il prévoir pour découvrir ce pays ?

Géraldine Chachourine
: La surface de la Roumanie est à peu près la moitié de celle de la France.

Les distances peuvent être longues d’une région à l’autre et certaines routes sont difficiles, notamment en Moldavie, en Bucovine avec leurs monastères peints ou bien dans les Maramures où sont les plus belles églises en bois, classées au patrimoine de l’Unesco.

Il faut savoir aussi que dans certaines régions les hôtels sont rares et de taille modeste et qu’il est plus intéressant de loger chez l’habitant.

Il y a parfois plusieurs chambres disponibles et confortables dans une seule maison. Il faut préciser aussi que la nourriture servie en Roumanie est saine et variée et que le pays produit aussi des vins plus que corrects.

Le séjour idéal pour découvrir la destination est donc au minimum un circuit d’une semaine. Nous en programmons aussi bien en circuits GIR qu’en en auto tours, mais nous avons également travaillé sur un week-end « la Voie Royale » entre Bucarest et les Carpates et qui permet de prendre la mesure de l’intérêt touristique du pays. Quitte à revenir, par la suite, pour une découverte plus précise.

TourMaG.com : Qu’en est-il des fameuses cures spécialisées sur le troisième âge au bord de la mer Noire ?

Géraldine Chachourine
: "Amslav programme deux hôtels dans deux stations balnéaires différentes de la Mer Noire. Ces cures ne font l’objet d’aucune publicité mais les clients qui y ont goûté y retournent généralement. Ces cures fonctionnent donc plutôt avec une clientèle fidélisée ou bien tentée par le bouche à oreille.

Mais la Roumanie c’est aussi un pays de montagne. Nous programmons des séjours dans la station de Poiana Brasov où l’on peut skier l’hiver et faire des randonnées l’été."



Lu 2321 fois
Notez


1.Posté par Maréchal Jean-Luc “Lucuts” le 23/05/2011 11:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nous invitons tous vos clients à rendre visite à notre site : http://www.onlinero.com/ et à poser des questions sur notre forum : http://roumanie.superforum.fr/
Nous sommes tous convaincus que la Roumanie est une destination coup de cœur ! ! !

2.Posté par Lucie Oge le 29/06/2011 17:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je suis allée en Roumanie (j'ai habité la-bas pendant un an pour être précis), c'est vraiment une destination de coeur comme le dit le commentaire ci-dessus! C'est vrai qu'au niveau tourisme, ils peuvent faire mieux mais en même temps le "bazard ambiant" a son charme aussi!
J'avais été très surprise à Brasov, m'attendant justement à ce qu'ils exploitent à fond le potentiel du château, mais pas du tout, quelques stands aux pieds du château, incluant des vendeurs de délicieux fromage roumain! La Roumanie est vraiment un pays qui mérite que l'on prenne le temps de le découvrir.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 20 Octobre 2017 - 11:06 Evaneos vise les 800 000 voyageurs cumulés en 2020


PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure

















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com