TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Et si la SNCF avait une filiale aérienne et Air France opérait des TGV ?

L'édito de Jean-Louis Baroux


Rédigé par Jean-Louis BAROUX le Mercredi 13 Novembre 2013

Dans cette nouvelle chronique, Jean-Louis Baroux, expert aérien, s'interroge sur la disparition de certaines dessertes aériennes et ferroviaires françaises. Et pourquoi pas développer un système où la SNCF aurait sa filiale aérienne et Air France opérerait des TGV ?



Rien n’interdit à la SNCF d’avoir sa filiale aérienne pas plus que rien n’interdit à Air France d’opérer des TGV - Photomontage - LEROUX, Christophe (Air France)
Rien n’interdit à la SNCF d’avoir sa filiale aérienne pas plus que rien n’interdit à Air France d’opérer des TGV - Photomontage - LEROUX, Christophe (Air France)
Le constat est clair : la France possède trop, beaucoup trop d’aéroports.

Pas moins de 155 dont 141 ouverts à la navigation aux instruments, c’est-à-dire qu’ils sont équipés d’une tour de contrôle munie des équipements appropriés et du personnel nécessaire.

Or dans cette liste impressionnante, seuls 3 d’entre eux dépassent 10 millions de passagers, 7 sont au-delà de 5 millions et 21 en ont plus de 1 million. Alors, que deviennent les 134 autres plateformes ?

Autre constat, nombre d’aéroports ne vivent que par l’apport des transporteurs « low costs » qu’ils doivent rémunérer d’une manière ou d’une autre.

Pour 7 d’entre eux, le trafic des « low costs » représente plus de 90% du volume et pour 15, plus de 50%.

Les transporteurs à bas prix ont généré, en 2012, 22% du trafic total et 33% du trafic des aéroports de province. Alors petite question, à quoi servent les autres plateformes ?

L'heure de gloire du transport aérien régional est révolue

Et encore je ne parle que des aéroports, c’est-à-dire ceux qui disposent d’une piste en dur, qu’il faut d’ailleurs bien entretenir et d’un minimum d’installations : aérogare petite ou grande, parkings avions et tour de contrôle.

Pendant des années, les Chambres de Commerce ont fait des pieds et des mains pour avoir leur aéroport. Il faut dire que cela a été longtemps justifié par l’absence d’infrastructures de transports terrestres.

C’est ainsi que le transport aérien régional a connu son heure de gloire dans les années 1970. Mais ce temps est révolu.

Le TGV a tissé sa toile, rendant déficitaires des liaisons aériennes telles que Paris - Lyon et Paris - Marseille, alors parmi les plus profitables d’Air Inter.

Les autoroutes se sont développées partout, non seulement entre Paris et les principales agglomérations de province, mais maintenant de province à province.

Alors, tout naturellement le transport aérien domestique s’est trouvé en grande difficulté, ne serait-ce d’ailleurs que parce qu’il n’est pas arrivé à se réformer et à suivre les évolutions de la clientèle.

Et les aéroports sont déserts, sauf à recevoir la pseudo manne des Ryanair, Volotea et autres « low costs ». Notez que je ne mets pas EasyJet, ni Vueling dans la liste.

Or ce trafic, pour intéressant qu’il soit, surtout celui de Ryanair, car il amène une clientèle nouvelle qui consomme voire même qui permet de réhabiliter des villages autrefois désertés, est néanmoins très fragile.

Il dépend uniquement du bon vouloir des opérateurs qui peuvent à tout moment réaffecter leurs appareils sur d’autres destinations jugées plus juteuses.

Les effets du libéralisme

Pendant longtemps, les aéroports ont pu « acheter » le trafic à coups d’investissements commerciaux faits pour le compte des transporteurs et voire même, en payant directement pour chaque passager amené.

Cela a constitué et continue d’ailleurs de nourrir le modèle de Ryanair. Au fond rien à dire à cela. Ce sont les effets du libéralisme.

Mais Bruxelles est en train de se pencher sérieusement sur ces pratiques et il n’est pas sûr que les autorités communautaires ne les interdisent pas dans un avenir rapproché.

Il est alors à craindre que les capacités des « Low Costs » ne soient reconverties vers d’autres marchés européens et pourquoi pas en substitution d’Alitalia si celle-ci venait à disparaître une nouvelle fois. Ryanair a d’ailleurs déjà marqué son intérêt pour desservir le marché domestique italien.

Mais dans le même temps, on apprend que le SNCF arrête sa desserte ferrée entre Clermont-Ferrand et Lyon. Cela lui coûte trop cher et la clientèle se réduit comme peau de chagrin.

Pourquoi alors ne pas imaginer l’opérateur ferroviaire national utiliser l’avion qui coûte beaucoup moins cher à opérer et dont les capacités sont plus adaptées aux petits trafics ?

Ce serait sans doute une bonne façon à la fois pour faire de substantielles économies, pour améliorer le produit et pour conserver, voire améliorer le tissu des liaisons régulières domestiques.

Cela pourrait également, par voie de conséquence, redonner vie à des plateformes dont l’utilité est pour le moins peu évidente. Rien ne s’y oppose et surtout pas la réglementation. Rien n’interdit à la SNCF d’avoir sa filiale aérienne pas plus que rien n’interdit à Air France d’opérer des TGV.

Il est très triste que de voir des équipements se détruire petit à petit. Leur redonner vie serait bien agréable.

Et si la SNCF avait une filiale aérienne et Air France opérait des TGV ?
Jean-Louis Baroux, est l'ancien président d'APG (Air Promotion Group) et le créateur du CAF (Cannes Airlines Forum) devenu le World Air Forum.

Grand spécialiste de l'aérien, il a signé aux éditions L'Archipel ''Compagnies Aériennes : la faillite du modèle'', un ouvrage que tous les professionnels du tourisme devraient avoir lu.

Les droits d'auteur de l'ouvrage seront reversés à une association caritative. On peut l'acquérir à cette adresse : www.editionsarchipel.com

Lu 3294 fois

Tags : baroux
Notez


1.Posté par daniel le 18/11/2013 09:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour.....

Cette possibilité, a déjà été évoquée, il y a 5 ou 6 ans, par une étude, faité à cette époque, par une collaboration Air France/Véolia, Le projet est intéressant et ne manque pas d'intéret pour tous, ...Passagers et Transporteurs, ça fonctionne déjà très bien entre CDG/BRU. La stratégie de Véolia, qui était de se séparer de sa branche transport, puisque vendue à Transdev depuis, n'a pas permis de développer (à notre connaissance) ce projet, mais ......à suivre; De plus les nouvelles gares TGV, sont de plus en plus excentrées, donc à rapprocher des aéroports.....
Mais rapprocher une vieille dame sclérosée, qui ne manque pas de "compléxicté...s" et une autre, actuellement très malade, ne sera pas une entreprise insurmontable mais....pas facile !!!!
bonne journée...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure

















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com