TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Fréquentation touristique : la cacophonie des études statistiques...

Gaël de la Porte Dutheil, président d'Interface Tourism


Rédigé par Gaël de la Porte Dutheil le Lundi 25 Août 2014

Comme chaque année, au cœur de l'été, nous avons pris connaissance, au travers de nombreux articles de presse, des performances de notre tourisme pour l'année précédente. En l’occurrence, cette fois, il s'agissait de 2013...



Entre les différents organismes de statistiques, comme l'Insee ou Eurostat, les résultats de fréquentation touristique varient parfois du simple au triple. Un constat proprement inconcevable pour le président d'Interface Tourism - DR : Fotolia
Entre les différents organismes de statistiques, comme l'Insee ou Eurostat, les résultats de fréquentation touristique varient parfois du simple au triple. Un constat proprement inconcevable pour le président d'Interface Tourism - DR : Fotolia
Alléluia, nous voilà rassurés, nous sommes toujours les champions du monde en nombre de touristes étrangers visitant notre beau pays.

Cette année, nous enregistrons même une belle progression. Bien évidemment, les autocongratulations furent au rendez vous...

Il faut bien que notre pays, dont les performances économiques sont, actuellement, plutôt médiocres (si l'on veut rester politiquement correct) se distingue au moins dans un secteur : le tourisme.

De plus, cela donnera raison à l'une de nos excellences ministérielles qui disait récemment : "lorsque nous n'aurons plus d'industrie, nous serons CONDAMNES à vivre du tourisme". Il y a pire...

Bien entendu, comme chaque année, il fallait s'attendre à ce que quelques grincheux habituels s'interrogent sur ces chiffres, allant jusqu'à douter de leur véracité.

A ma grande surprise, cette année, le flot de critiques pris une ampleur différente. C'est certainement la rançon que nous devons à Internet et aux médias sociaux.

J'ai pu ainsi lire un nombre très important de commentaires, réflexions et critiques en rapport avec ces résultats en provenance des milieux les plus divers de notre galaxie touristique.

Le tourisme est maintenant une compétence de Bruxelles

Dans l'ensemble, les internautes, souvent ironiques, mettaient en doute ces statistiques souvent comparées à celles, mirobolantes, qu'affichaient dans tous les domaines, il y a quelques années, les pays du bloc Soviétique.

"La critique est aisée et l'art est difficile," dit-on. Aussi, pour en avoir le cœur net et comme le Mistral soufflait trop pour se prélasser sur la plage, je me suis lancé, grâce à Internet, à la recherche d'informations pouvant corroborer ou infirmer nos magnifiques performances.

Comme nous sommes de plus en plus intégrés dans l'UE27 (maintenant 28) et que, depuis le traité de Lisbonne, le tourisme est maintenant une compétence de Bruxelles, je me suis dit que peut-être, de ce côté, je trouverai des éléments intéressants.

Et bien, je n'ai pas été déçu du voyage !

Il existe, en effet, dans la machine à statistiques de l'UE28, dénommée EUROSTAT, un département consacré au tourisme qui produit de très nombreux documents.

Pour trouver ce que je cherchais, j'ai été amené à consulter un bon nombre d'entre eux qui globalement sont intéressants, bien documentés et dont la méthodologie semble excellente.

Des chiffres totalement différents

A force de perspicacité j'ai finalement trouvé des documents, pas de 2013 mais concernant l'année 2011, me permettant de faire des comparaisons.

Et... surprise ! Les chiffres donnant le nombre de touristes par pays en provenance des différents pays de l'UE27 étaient extrêmement différents de ceux produits par la DGCIS, et dans des proportions considérables...

Il serait parfaitement admissible que deux organismes, n'utilisant pas des méthodes similaires, puissent produire des résultats relativement différents.

Mais, à l'évidence, les ordres de grandeur devraient être de même nature. Or, dans ce cas précis, les statistiques présentées divergent totalement d'un document à l'autre. C'est tout simplement aberrant !

Ma première idée, pour expliquer ces différences, fut qu'ils ne devaient pas comptabiliser les mêmes données (qu'est-ce qu'un touriste ? par exemple).

Et bien non, après vérification, ils parlaient bien de la même chose et comptabilisaient les mêmes individus.

Deuxième explication possible : les modes de collectes des informations seraient tellement différents qu'ils entraîneraient des données consolidées peu comparables.

Malheureusement les organismes incriminés, Insee et Eurostat, sont peu loquaces sur ce point et il est donc impossible d'avancer sur cette hypothèse.

Toutefois, il faut sur ce point, avoir en tête, qu'à l'exception de la Grande Bretagne, nous n'avons plus aucun contrôle à nos frontières.

Et comme les séjours intra-européens sont, pour une grande partie, réalisés par voie terrestre, on imagine la complexité de la comptabilisation qui doit maintenant ne se faire plus que par sondage.

D'autre part, la position géographique de la France implique que de nombreux Européens utilisent notre territoire uniquement en transit vers d'autres pays (Espagne, Italie) et ils le traversent habituellement 2 fois à l'aller et au retour. Tout ceci peut générer des dérapages non contrôlés.

Des résultats du simple au triple suivant la source

Voyons cela de plus près.

L'Insee, pour 2011, annonce 81,4 millions de touristes étrangers dont 67,2 millions en provenance des pays de l'UE27, soit 82,5% de la totalité de notre visitorat.

De son côté, Eurostat évalue la totalité des séjours touristiques internationaux intracommunautaires à 247,1 millions.

Les pays bénéficiaires de cette manne touristiques étant dans l'ordre, l'Espagne avec 13% soit 32,1 millions de touristes étrangers européens, suivie à égalité par l'Italie et la France avec 9%, soit 22,3 millions de touristes.

Donc, suivant les deux sources, nous aurions des évaluations variant du simple au triple. C'est proprement inconcevable.

Si l'on rentre dans le détail des pays, on constate les mêmes incohérences, avec toutefois des différences sensibles.

Par exemple, pour la Belgique, l'estimation Insee est 3,5 fois supérieure à celle d'Eurostat, avec un nombre de touristes supérieur à la population belge (sic).

Pour le Royaume-Uni, l'évaluation de l'Insee est double, et pour l'Allemagne elle n'est supérieure que de 30%.

Au-delà de ces considérables écarts, la lecture de ces deux séries de statistiques, donne également des visions divergentes quant au classement des pays européens recevant le plus de touristes.

Comme présentée plus haut, Eurostat positionne l'Espagne en tête avec un écart avec la France supérieur à 10 millions de touristes.

Certes, il ne s'agit que des touristes européens, mais ceux-ci représentent plus de 80% de tous les touristes des cinq continents.

Il est donc a priori impossible pour la France de rattraper ce retard sur l'Espagne en surclassant cette dernière dans l'accueil des touristes des quatre autres continents.

Grosso modo, pour compenser l'écart constaté en Europe, il faudrait que la France accueille 4,5 fois plus de touristes internationaux que l'Espagne !

Une cacophonie de statistiques

Donc, Eurostat, par ses statistiques, nous déposséderait de notre première place acquise depuis des lustres. Cela devient très sérieux... la patrie est en danger !

Trêve de plaisanterie, cette affaire est évidemment à relativiser, mais elle n'est pour autant pas à traiter par-dessus la jambe.

En effet, nous savons tous, au moins chez les professionnels du tourisme, que ce secteur d'activité n'est pas considéré et traité à la hauteur de son potentiel économique.

Il doit être pris en compte comme une réelle filière industrielle et ceci implique une connaissance précise de ses performances. Cette cacophonie de statistiques ne va pas dans le bon sens.

En conclusion, il faut tirer au clair cette affaire. Si c'est l'Insee qui a péché par optimisme, il est impératif que les mesures adéquates soient prises pour que nous bénéficions, à l'avenir, de statistiques incontestables.

Si c'est Eurostat qui est dans l'erreur, il faut intervenir vigoureusement auprès de la Commission Européenne pour faire cesser cette imposture.

Enfin, ne pourrait-on pas également tirer de ce "conflit statistique", la conclusion qu'il serait souhaitable d'éviter la redondance entre les organismes et que des statistiques en provenance d'une seule source, totalement fiabilisée, devraient être suffisants.

Le Mistral a du bon... il permet de se pencher sur des sujets que l'on n'a pas le temps d'étudier au cours de l'année.

Lu 3001 fois
Notez


1.Posté par SOUBIELLE le 25/08/2014 09:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tournons-nous vers Atout France et demandons un commentaire et un avis.

2.Posté par Jean A. GUILHERMET le 25/08/2014 11:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher Gaël,
j'ai beaucoup apprécié ta juste et opportune analyse. Comme MBA, Membre de l"American Management Association", ayant travaillé pour de grosses boites de Tourisme de FLORIDE (Disneyworld, Deltona) et de LAS VEGAS (hôtels de 7.000 chambres). Où les statistiques sont beaucoup plus certaines et fiables. Il est vrai que les USA n'ont toujours pas trouvé utile d'avoir un Ministre du Tourisme ni d'Enarques. Par ailleurs, fondateur de l"Association FRANCE-AUTRICHE", le TYROL natal de mon épouse (où nous séjournons actuellement) est un autre "modèle" que le Tourisme français devrait suivre. Non seulement pour l'extrême précision et la fiabilité de ses statistiques. Mais aussi pour la présélection, l'accueil puis "la" fidélisation des clientèles. Il est vrai qu’ici les offices du tourisme ne sont pas dirigés par des bureaucrates, style CDT et CRT. Mais sont gérés par les hôteliers eux-mêmes (sachant déjà parfaitement ce que les Russes, Chinois, Japonais et Brésiliens préfèrent au petit-déjeuner). Il est vrai enfin, qu'en saison leur semaine est de 50 heures et le taux de chômage à 3%. Du fait qu’au TYROL (qui a inventé le Ski et les GR balisés) la CGT par contre, n'aurait même pu être imaginée, et que les quais des gares sont à la bonne largeur. Et parlant gares, les Chefs de St Lazare, gare du Nord et autres, voient défiler chaque année beaucoup plus de millions de passagers, que la FRANCE de visiteurs. Sans pour cela dire que c’est grâce à eux !, façon « Atout France » et « Allez-les-Bleus ! ». Mais tout simplement, parce que Paris attire plus que Barbentane, et que la France à la différence de la Mongolie, a la chance énorme d’avoir deux mers, un océan et des montagnes à offrir. CQFD, amitiés et http://www.youtube.com/watch?v=1rPAnxsSk40

3.Posté par Bernadette Dortu le 01/09/2014 14:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le sujet est ici traité à l'échelon européen. Nous avons tenté de trouver une logique dans les statistiques au niveau français. Même difficulté à retrouver des infos cohérentes entre les DGCIS, Atout France, CRT et Paris Info... Nous cherchons toujours les 1 400 000 Chinois qui visitent la France, tel qu'annoncé par le Ministère, lorsque le CRT Ile-de-France en dénombre sur la même année 291 000. La différence, soit 1 109 000 seraient des Chinois qui n'ont pas séjourné à Paris... selon une réponse téléphonique de la DGCIS, réponse qui ne nous semble ni raisonnable ni fiable.
De même, les touristes chinois resteraient en moyenne 7,5 nuits, ce qui ne correspond pas aux enquêtes terrain que nous réalisons. Le problème que cela pose, c'est que les annonceurs "marques françaises" veulent tous toucher les touristes chinois pour un ROI à court terme alors que finalement, ces touristes représentent, toujours à court terme, un potentiel de croissance pour les marques bien moins important que les institutionnels et les médias le laisse supposer. Pour le long terme, c'est autre chose, néanmoins, cela ne règle pas le problème réel de la cohérence statistique.

4.Posté par CB le 04/09/2014 15:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cacophonie relayée puisque vous même sortez des chiffres de nulle part et comparer des choux et des navets. Insee = des nuitées alors que Eurostat = des séjours (comme vous l'écrivez d'ailleurs) alors comment comparer ? Pour cela il manque la durée de séjour moyenne.
En 2013, source Insee : 1 200 000 touristes chinois dont 880 000 sur l'Ile de France ... où est la surprise ? et une durée de 1,9 nuits alors la source 7,5 nuits ?
DGCIS, Atout france, CRT, CDT, OT... ne font pas de statistiques, la seule source qu'ils relayent : la donnée Insee, seule source de la statistique touristique en France !

5.Posté par ClaudeBenard le 04/09/2014 17:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Des stats fiables serait les chiffres des visas pour les chinois et autres pays....Mais c'est impossible a avoir de la part des ministères concernés. En Italie et ailleurs, ils donnent facilement ces chiffres sur les visas !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com