TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading

Travel in France





Grenoble : balade en cyclo dans une « ville écolo »

TourMaG.com fait son tour de France


Rédigé par Jean-François RUST le Mercredi 19 Juillet 2017

En juillet, TourMaG.com fait son propre Tour de France - en suivant plus ou moins le tracé officiel - à la découverte des régions de l'Hexagone. Aujourd'hui, alors que le Tour relie La Mure à Serre-Chevalier, nous faisons un détour par Grenoble. Parmi les premières villes en France à adopter les « modes de transports doux », la capitale du Dauphiné montre que le cadre de vie est l’une de ses priorités. De rues piétonnes en espaces verts, de quartiers en mutation en architectures contemporaines, cette métropole scientifique et sportive dévoile, à vélo, un modèle urbain qu’elle espère fait pour durer.



Des rues piétonnes aux espaces verts, des quartiers en mutation aux architectures contemporaines, Grenoble dévoile un modèle urbain qu’elle espère fait pour durer - DR : J.-F.R.
Des rues piétonnes aux espaces verts, des quartiers en mutation aux architectures contemporaines, Grenoble dévoile un modèle urbain qu’elle espère fait pour durer - DR : J.-F.R.
Grenoble serait-elle Grenoble sans ce relief uniforme ?

La « ville la plus plate de France » bénéficie d’une topographie qui a indiscutablement servi ses intentions de transport.

Les larges avenues haussmanniennes, le faible dénivelé, se sont prêtés mieux qu’ailleurs au tracé du tramway, inauguré il y a trente ans.

Une cinquième ligne a ainsi été lancée en 2015, entre le nord et le sud de l’agglomération.

Quant aux pistes cyclables, Grenoble en compte 300 km et a été pionnière en la matière, aux premiers rangs en France avec Strasbourg et Nantes. Elles font partie depuis longtemps du paysage.

Les rues piétonnes du centre-ville, elles, étendent les possibilités de « transports doux » - la marche à pied en est une ! -, colportant l’image d’une « ville écolo » nichée au pied des montagnes.

Ceci en dépit des embouteillages quotidiens de sa rocade et de la chape de pollution qui couvre la cuvette grenobloise lors des fortes chaleurs…

Balades le long de l’Isère et du Drac

Notre balade « cyclo » débute dans la vieille ville.

Depuis la place Grenette, épicentre de la vie sociale grenobloise avec ses cafés-terrasses et ses boutiques, la sonnette du vélo est bien utile pour alerter les passants de notre passage dans l’écheveau de rues médiévales.

Hôtels particuliers du 16e et 17e s. (rues J.J. Rousseau, Grande Rue, Brocherie), places secrètes (d’Agier, de Gordes, Claveyson)… le noyau urbain de la capitale dauphinoise, piétonnier et ultra commerçant, est vivant, mixé socialement et plutôt dynamique (sauf le dimanche…).

Ce jour-là, justement, les voies sur berges de l’Isère sont réservées aux vélos et aux piétons. Une initiative heureuse propice à des échappées belles le long de la rivière et de son affluent, le Drac.

Les plus sportifs, nombreux à Grenoble, s’astreignent généralement à une grimpette dominicale en VTT jusqu’au fort de la Bastille, par la montée de Chalemont.

Les moins agiles, eux, se contentent d’une halte sous les grands arbres du Jardin de Ville (poumon vert de l’hyper-centre) ou badinent dans les rues restaurées du quartier Saint-Laurent, rive droite de l’Isère.

Land Art urbain

Franchissons à nouveau l’Isère par la passerelle Saint-Laurent, pour pédaler dans l’enfilade des parcs Michallon et de l’île Verte.

Aux sculptures Land Art du premier répondent les trois tours d’habitation blanches et cubiques du second. Un urbanisme aérien symbole de l’architecture des années 1960, qui tranche avec celui de l’éco-quartier Blanche-Monier voisin et ses bâtiments « basse consommation ».

De là, le chemin de halage, transformé en piste cyclable, conduit en dix minutes, le long de l’Isère, jusqu’à Saint-Martin-d’Hères et son campus.

La digression permet d’apprécier l’urbanisme de ce pôle étudiant soft, constitué de petites unités d’enseignement et de logements, disséminées dans la verdure et desservies par le tramway.

Parc des Champs-Elysées, grandes pelouses et jardins ouvriers

Retour en ville et au pont du Sablon. Par une passerelle urbaine lancée depuis le boulevard des Adieux, on entre dans le square de la Mutualité, une esplanade avec bassin d’eau géant plantée au milieu d’un carré d’immeubles 1970.

Une passerelle en appelant une autre, le béton franchit le très circulant boulevard Jean Pain et débouche parc Paul Mistral, témoin de l’histoire contemporaine de Grenoble.

A gauche, voici le stade des Alpes, arène footballistique moderne (2008) ; en face, le Palais des Sports (1968), l’ancien fief des Brûleurs de Loups, l’équipe de hockey sur glace multi-championne de France - la dernière fois en 2009 ; à droite, le stalinien Hôtel de Ville (fin 1967) ; à droite encore, l’ancien anneau de vitesse de patinage des JO d’hiver de 1968.

La vasque olympique rappelle que Grenoble bénéficia à cette occasion de nouvelles infrastructures et d’une notoriété internationale, amplifiée par l’exploit de Jean-Claude Killy, triple champion cette année-là.

Au milieu du parc trône la tour Perret, hélas assez délabrée. Haute de 95 mètres, elle fut construite en 1925 pour « l’exposition internationale de la houille blanche et du tourisme ». Elle souligne les deux vocations fortes du Dauphiné au début du 20e s., l’énergie hydraulique et les excursions alpines.

« L’Abbaye » en mutation

Un petit crochet par le jardin du Muséum, sa roseraie et ses serres tropicales et nous voilà pédalant vers les quartiers excentrés.

Les premiers à apparaître sont La Bajatière et Teisseire. Toujours par des voies cyclables, on saute ainsi de la Maison de la Culture (1968, rénovée en 2004) et du Conservatoire National de Musique à la grande pelouse piquée de saules du parc Ouagadougou, entouré de petits collectifs à l’urbanisme esthétique.

Ce nouveau quartier d’habitat privé et social a été aménagé sur une ancienne friche industrielle - le secteur doit son nom aux sirops Teisseire, dont la première distillerie fut créée à Grenoble en 1720. Il accueille un équipement culturel de proximité, La Chaufferie, dédié à la création musicale.

Relié à Teisseire, le quartier populaire de l’Abbaye est aussi en mutation. Si son marché bric à brac existe toujours, si les immeubles en U des années 1925 sont encore là (joli exemple d’habitat collectif paternaliste), le secteur dit du Châtelet, après démolition et reconstruction, doit accueillir plus 300 nouveaux éco-logements.

Villeneuve et Village Olympique

Quelques faciles tours de roues dans de larges avenues et voilà deux autres quartiers populaires, à la réputation difficile, au sud de la ville : Villeneuve et Village Olympique.

Le premier, agglomérat de hauts collectifs des années 1970, abrite une forte communauté d’origine maghrébine. L’animation y est symbolisée par le marché-souk quotidien déployé autour du kiosque central.

Au pied des tours, le grand parc Jean Verlhac abrite aussi un récent « jardin partagé », à parcelles individuelles.

Depuis le Village Olympique et ses bâtiments, reconvertis en îlots d’habitation et à l’abri du trafic routier, on débouche sur le site Alstom et le stade Lesdiguières (de rugby) pour rejoindre le parc des Champs-Elysées.

Avec 12 hectares, c’est le plus vaste de Grenoble. Grandes pelouses, jardins ouvriers, stades, courts de tennis, tables de pique nique, petit train sur rail pour les enfants…, on y observe, vélo en main, la diversité ethnique de la ville et l’appétit des familles grenobloises pour la verdure.

Reconversion de sites industriels et militaires

Retour vers le centre-ville, cette fois pour découvrir les derniers aménagements urbains.

Rue Sidi Brahim, une secrète passerelle chevauche la voie ferrée et permet de rallier le parc Georges Pompidou (1987) et sa désormais célèbre tortue, ainsi que l’éco-quartier Bonne, emblème du renouvellement urbain de Grenoble.

Les militaires qui occupaient cette caserne n’y reconnaîtraient pas leurs chambrées. Les espaces ont été reconvertis en bureaux, centre commercial, boutiques. Une résidence hôtelière, des logements et surtout trois jardins paysagers en enfilade ont bouleversé le paysage urbain et conquis le public, venu consommer et se détendre dans ce quartier intégré, pensé comme un lieu de vie « global ».

Le projet a reçu en 2009 le Grand Prix national des Ecoquartiers.

Le site Bouchayer-Viallet

Par le quartier Saint-Bruno et les petits parcs Perrin et Marliave, on achève le critérium cycliste au nord-est de la ville, dans les quartiers Bouchayer-Viallet et Europole.

Le premier s’étend le long de la rocade. Ancien site de production de tuyaux et de conduites forcées, puis friche industrielle, il est en reconversion depuis 10 ans et regroupe des immeubles d’habitation, des espaces de loisirs (salle d’escalade) et culturels.

Le Magasin, installé dans une halle construite par Gustave Eiffel pour l’Exposition universelle de Paris en 1900, puis remontée à Grenoble pour l’usine Bouchayer-Viallet, abrite le CNAC, Centre d’Art National Contemporain. Le quartier a conservé symboliquement le portique d’entrée de l’ancienne usine et sa loge de gardien. Il est bardé de références « vertes » : géothermie, capteurs solaires, toits végétalisés…

Le second quartier, Europole, connecté à la gare SNCF, se présente comme une zone d’affaires new look. Il accueille le palais de justice, un World Trade Center et des hôtels. Le prolongement au nord du tramway, accompli en 2015, traverse Europole et suit le développement urbain.

Vers la presqu’île, le Polygone scientifique, limité par le Synchroton au confluent de l’Isère et du Drac, a vocation à devenir un immense campus d’innovation en matière de santé, de nouvelles technologies et d’énergie.

La reconversion progressive des sites industriels et militaires qui ont longtemps constitué l’ADN de Grenoble donnent, à mesure qu’ils quittent la ville ou disparaissent, un nouveau visage à la capitale des Alpes.

Pour aller plus loin :
naturavelo.com/
metrovelo.fr

Retrouvez tous les articles sur notre Tour de France 2017 en cliquant ici.

Lu 3822 fois

Tags : TDF2017
Notez


1.Posté par Chapus Franck le 19/07/2017 16:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci pour ce bel article bucolique...mas pendant ce temps là, la ville est de plus en plus sale (pour un maire écologiste, la priorité devrait être d'avoir une cité propre !!!), de plus en plus encombrée (les embouteillages monstres, deviennent notre quotidien, mais notre conseil municipal supprime, sans arrêt, des voies de circulation...), envahie par les mendiants et les clochards et leur horde de chiens et bien sûr de plus en plus polluée...mais tout va bien et le service communication de la ville fait son job !!!!
Un Grenoblois en colère...mais vous l'avez compris !

2.Posté par Pascal le 19/07/2017 17:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et à l'inverse il y a des Grenoblois contents de voir la ville se soucier de l'attractivité de son centre avec de la place pour les piétons, les vélos, autopartages et tous les transports en communs ou doux. La ville n'est pas plus sale qu'avant quoique certains Grenoblois le sont peut-être plus ! Grenoble se transforme avec son temps et je suis heureux de vivre cette belle ville et ses alentours. Alors oui, les visiteurs peuvent s'émerveiller de leurs visites dans la capitale des Alpes et c'est bien le dire et ne pas entendre que les râleurs pros ! Un Grenoblois en joie... mais vous l'avez compris ! :-D

3.Posté par Chapus Franck le 19/07/2017 18:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il y a des râleurs pros, mais réalistes...et il y a des idéalistes...quand les entreprises auront quitté Grenoble...ils auront tout le temps d'y réfléchir, mais ça vous l'avez compris !!!

4.Posté par Émilie le 24/07/2017 15:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Une ville-centre nombrilo-boboïsée et une agglomération fragmentée et dans certains secteurs en grande souffrance, les deux en pente douce, sans autre projet d'ensemble que les toits végétalisés, le municipalisme d'antan et les forums participatifs sur des micro détails vertueux de la vie quotidienne. Oui, cette région urbaine est complètement au point mort sur sa vision du développement et de la cohésion sociale (son président Montebouro-hamoniste est un produit assez conservateur de la gauche gauche du PS), et l'équipe municipale écolo-mélanchoniste de la ville centre communique avec beaucoup d'arrogance sur des grands idéaux et les fleurs bleues (il faut absolument voir la grande kermesse des Tuiles pour mesurer ce carnaval idéologique) alors que l'amateurisme et l'incompétence sont criants en termes de gestion publique. La com' est redoutable d'efficacité (cet article le prouve) mais ça ne fera pas éternellement illusion. Il faudrait juste un peu de pragmatisme et de hauteur de vue...

5.Posté par Marie le 24/07/2017 15:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour, cet article décrit bien notre ville, en ce qui concerne les différents quartiers, etc...Je ne vis pas le centre ville en voiture,ni en vélo, mais à pied, pour me rendre à mon agence.
Malheureusement sur un petit kilomètre, on me demande au moins 4 fois de l'argent, les bouteilles de bière jonchent le sol sans compter les déjections canines...
On marche donc tête baissée pour éviter tout ça.
Les pistes cyclables c'est bien, alors les cyclistes empruntez-les plutôt que de rouler sur les trottoirs.

Oui Grenoble a été une très belle ville, mais là elle devient sale, à moins que ce soit ses habitants.
Je rejoins l avis de Franck Chapus

Bonne journée

6.Posté par Amélia le 24/07/2017 20:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Une ville plus écolo, plus solidaire et plus démocratique... Enfin un maire qui agit. Et oui, il fait bouger les choses mais j'ai l'impression que les gens ne s'en rendent pas compte.

Il y a moins de bouchons que par le passé, mais plus personne ne se rappelle les 2x2 voies sur les grands boulevards ou sur le cours Jean Jaurès... Et il y a de plus en plus de vélos avec des gens avec le sourire. C'est aussi des tarifs en fonction des revenus qui permet à des familles sans le sou d'inscrire leurs enfants à la cantine qui est à 50% bio.

Moi ce qui m'a marquée c'est que l'ancienne municipalité a carrément oublier d'investir dans les écoles et d'anticiper sur le nombre d'écoliers à scolariser. Je ne suis pas sûre mais je crois que c'est un quart de plus en dix ans. Heureusement contrairement au gouvernement qui n'a même pas vu le nombre d'élèves arrivant dans les études supérieures, Grenoble a un plan d'investissement majeur dans les écoles avec plusieurs groupes en construction et des rénovations majeures. L'école de ma fille aura un restaurant scolaire agrandi et rénové à la rentrée. Enfin !

Que ceux qui râlent nous amènent leurs idées. Moi je suis contente de pouvoir voter chaque année au budget participatif pour des projets proposés par des habitants. J'aime beaucoup la nouvelle Dragonne du square Saint-Bruno, jeu monumental qui a été proposé par une habitante du quartier au budget participatif. J'avais voté pour ce projet il y a un moment déjà. On a fait le déplacement avec mes enfants pour aller la voir et qu'ils puissent jouer dessus. Ils ont adoré ! C'est juste bête que des hurluberlus aient tagué cette belle réalisation. Il faut continuer à faire confiance aux habitants et ça serait bien que les gens respectent mieux les équipements publics.

J'ai l'impression que la limitation à 30km/h a globalement fait baisser la vitesse des automobilistes. Les gens sont plus respectueux. Il manque encore des pistes cyclables pour se sentir en sécurité à vélo, mais de gros efforts sont faits notamment vers le quartier de L'Aigle. Sinon pour une ballade en vélo dans Grenoble, je recommande de voir des œuvres monumentales de Street Art. Il y en a à Villeneuve, au lycée Mounier, mais aussi prêt du McDo de l'Aigle et sur le cours Berriat. Il y a pleins de gens qui s'arrêtent pour les admirer. C'est chouette !

7.Posté par Chapus Franck le 26/07/2017 14:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
http://www.ledauphine.com/isere-sud/2017/07/26/le-procureur-grenoble-est-une-ville-gangrenee-par-le-trafic-de-drogue
Pour info, mais pas de souci, Grenoble est une ville où il fait bon vivre !!!
Amélia, un élément qui a son importance, il y a les Bisounours et les autres...pour info, hier soir 25/7 à19h30, en pleine période de vacances, il fallait environ 35 minutes pour entrer dans le centre de Grenoble...mais vous l'avez compris, tout va bien !!!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92









Dernière heure






 

Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com