TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Guadeloupe : Y. Jego annonce 40 000 billets à 340 €


Rédigé par La Rédaction le Mardi 3 Février 2009



Le secrétaire d’état à l’Outre Mer, Yves JEGO, en Guadeloupe depuis dimanche, a annoncé que les stations services allaient rouvrir progressivement à partir d’aujourd’hui mardi, suite à la signature d’un protocole de fin de grève avec les gérants. Le Comité du Tourisme des Îles de Guadeloupe indique par ailleurs dans un communiqué "que les commerces ouvrent à Pointe à Pitre et Basse Terre. Pour les hôtels ouverts normalement, le redémarrage des activités est immédiat et les livraisons effectuées. La fin totale du conflit est espérée vendredi". Parallèlement, Yves Jego a annoncé la mise en place "dès cette année" en Guadeloupe de 40 000 billets d’avions aller-retour à 340 euros Pointe-à-Pitre/Paris pour "les Guadeloupéens les plus modestes", selon France Info.

Lu 3736 fois

Notez


1.Posté par Yves Brossard - Primea Hotels Guadeloupe le 03/02/2009 14:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le secrétaire d'Etat à l'Outre-mer, Monsieur Yves JEGO, s'est rendu en Guadeloupe ; enfin !

Nul ne saura jamais si la stratégie de la chaise vide aura été, ou pas, profitable à la sortie de crise. Pour autant, tout n'est pas réglé à ce jour ; le seul point acquis est la réouverture des stations-service.

Toujours est-il que 15 jours, c'est long, et que je comprends particulièrement l'exaspération de nos partenaires tour-opérateurs et agents de voyages, déjà affectés par le ralentissement économique général.

Qu'ils veuillent bien m'excuser de cette situation imprévisible, et excuser tous les hôteliers de la Guadeloupe qui se reconnaîtront peut-être dans mon message.

Le fait est, qu'en tant qu'hôtelier, j'ai souffert, également, pendant ces quinze jours d'une frustration tout à fait singulière : il m'a été impossible de communiquer publiquement en direction de mes partenaires tour-opérateurs et agents de voyages. Je demande une nouvelle fois des excuses pour ce second point.

Alors pourquoi ce silence, pour ma part ? Pour deux raisons.

En premier lieu, parce que le problème posé à nos clients, vos clients, concernait essentiellement l'approvisionnement en carburant de leurs véhicules de location ; et qu'on s'attendait, jour après jour, à un déblocage imminent de cette situation liée à un conflit tout à fait externe à la question du mouvement social. Et simple à résoudre, techniquement du moins.

En second lieu, parce que, si j'avais communiqué, c'eût été pour vous dire : tout va bien, nos établissements fonctionnent parfaitement, les membres du personnel sont tous présents et redoublent d'efforts pour compenser les difficultés que rencontrent leurs hôtes dont les réservoirs d'essence se vidaient de jour en jour. Car à quelques exceptions près, en nombre mais pas en importance, certes, les établissements touristiques de la Guadeloupe ont parfaitement fonctionné.

Il n'était pas possible de communiquer ainsi, publiquement, sur ce thème ; de manifester ainsi une apparence de désolidarisation d'un mouvement social généralisé en Guadeloupe, dont certains fondements sont approuvés par la société civile, par nos salariés, par les pouvoirs publics, et enfin par les syndicats de salariés comme patronaux.

Toutes mes excuses, tant pour les énormes perturbations que vous a causé la Guadeloupe, que pour mon déficit de communication.

Mais je voudrais ajouter, en prenant le risque que certains puissent relever dans mes propos une certaine audace impertinente, qu'un fait inédit et majeur s'est produit en faveur du tourisme à la Guadeloupe ; ce fait, c'est que la grande majorité des établissements touristiques de la Guadeloupe a fonctionné normalement ; et je pense y voir la preuve manifeste d'une évolution, d'un vrai tournant, la preuve d'une volonté des salariés de l'industrie touristique de la Guadeloupe de préserver leur outil de travail. Pour une fois, certes pour une fois me direz-vous, mais il est bon de le souligner, ce n'est l'hôtellerie guadeloupéenne qui était en grève.

Je veux croire qu'il s'agit d'un tournant majeur, pour l'hôtellerie guadeloupéenne "à taille humaine".

Cela ne va pas être facile de regagner votre confiance, tous les hôteliers le savent, je le sais.

Les mouvements sociaux dans les transports ou dans l'aérien ne provoquent pas d'échos, car, le plus souvent, les acteurs du transport sont en situation de monopole ou d'oligopole.

Ce n'est pas notre cas ; nous subirons longtemps encore les conséquences de ces troubles ; le monde du tourisme est ouvert, et nos compétiteurs sauront faire valoir leur attractivité par rapport à celle de la Guadeloupe.

Mais soyez assurés, que nous avons déployé tous les efforts possibles pour minimiser les désagréments de vos clients durant ces quinze derniers jours. Et que nous comptons sur vous pour nous aider à surmonter l'épreuve que nous avons subie, tout autant que vous.

Pardon encore à tous, et merci à tous d'essayer de comprendre que nous sommes plus que jamais déterminés à offrir à vos clients nos meilleurs services, dans le cadre de l'environnement juridique, économique et social, déterminé par la collectivité nationale, et non la Guadeloupe seule.

Le secrétaire d'Etat à l'Outre-mer, Monsieur Yves JEGO, s'est rendu en Guadeloupe ; enfin !

Nul ne saura jamais si la stratégie de la chaise vide aura été, ou pas, profitable à la sortie de crise. Pour autant, tout n'est pas réglé à ce jour ; le seul point acquis est la réouverture des stations-service.

Toujours est-il que 15 jours, c'est long, et que je comprends particulièrement l'exaspération de nos partenaires tour-opérateurs et agents de voyages, déjà affectés par le ralentissement économique général.

Qu'ils veuillent bien m'excuser de cette situation imprévisible, et excuser tous les hôteliers de la Guadeloupe qui se reconnaîtront peut-être dans mon message.

Le fait est, qu'en tant qu'hôtelier, j'ai souffert, également, pendant ces quinze jours d'une frustration tout à fait singulière : il m'a été impossible de communiquer publiquement en direction de mes partenaires tour-opérateurs et agents de voyages. Je demande une nouvelle fois des excuses pour ce second point.

Alors pourquoi ce silence, pour ma part ? Pour deux raisons.

En premier lieu, parce que le problème posé à nos clients, vos clients, concernait essentiellement l'approvisionnement en carburant de leurs véhicules de location ; et qu'on s'attendait, jour après jour, à un déblocage imminent de cette situation liée à un conflit tout à fait externe à la question du mouvement social. Et simple à résoudre, techniquement du moins.

En second lieu, parce que, si j'avais communiqué, c'eût été pour vous dire : tout va bien, nos établissements fonctionnent parfaitement, les membres du personnel sont tous présents et redoublent d'efforts pour compenser les difficultés que rencontrent leurs hôtes dont les réservoirs d'essence se vidaient de jour en jour. Car à quelques exceptions près, en nombre mais pas en importance, certes, les établissements touristiques de la Guadeloupe ont parfaitement fonctionné.

Il n'était pas possible de communiquer ainsi, publiquement, sur ce thème ; de manifester ainsi une apparence de désolidarisation d'un mouvement social généralisé en Guadeloupe, dont certains fondements sont approuvés par la société civile, par nos salariés, par les pouvoirs publics, et enfin par les syndicats de salariés comme patronaux.

Toutes mes excuses, tant pour les énormes perturbations que vous a causé la Guadeloupe, que pour mon déficit de communication.

Mais je voudrais ajouter, en prenant le risque que certains puissent relever dans mes propos une certaine audace impertinente, qu'un fait inédit et majeur s'est produit en faveur du tourisme à la Guadeloupe ; ce fait, c'est que la grande majorité des établissements touristiques de la Guadeloupe a fonctionné normalement ; et je pense y voir la preuve manifeste d'une évolution, d'un vrai tournant, la preuve d'une volonté des salariés de l'industrie touristique de la Guadeloupe de préserver leur outil de travail. Pour une fois, certes pour une fois me direz-vous, mais il est bon de le souligner, ce n'est l'hôtellerie guadeloupéenne qui était en grève.

Je veux croire qu'il s'agit d'un tournant majeur, pour l'hôtellerie guadeloupéenne "à taille humaine".

Cela ne va pas être facile de regagner votre confiance, tous les hôteliers le savent, je le sais.

Les mouvements sociaux dans les transports ou dans l'aérien ne provoquent pas d'échos, car, le plus souvent, les acteurs du transport sont en situation de monopole ou d'oligopole.

Ce n'est pas notre cas ; nous subirons longtemps encore les conséquences de ces troubles ; le monde du tourisme est ouvert, et nos compétiteurs sauront faire valoir leur attractivité par rapport à celle de la Guadeloupe.

Mais soyez assurés, que nous avons déployés tous les efforts possibles pour minimiser les désagréments de vos clients durant ces quinze derniers jours. Et que nous comptons sur vous pour nous aider à surmonter l'épreuve que nous avons subie, tout autant que vous.

Pardon encore à tous et merci à tous d'essayer de comprendre que nous sommes plus que jamais déterminés à offrir à vos clients nos meilleurs services, dans le cadre de l'environnement juridique, économique et social, déterminé par la collectivité nationale, et non la Guadeloupe seule.

Yves Brossard - Primea Hotels Guadeloupe
http://www.primeahotels.com

2.Posté par aline le 03/02/2009 16:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,

Suite a votre annonce de 40 000 billets a 340€
Je souhaiterais savoir quelles sont les modalités d'optention des billets

Merci pour votre réponse

3.Posté par Noux - 06 le 03/02/2009 22:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Des billets à 340 €, tant mieux pour les guadeloupéens !
Mais les autres domiens, ils vont se faire voir chez les grecs ?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 21 Octobre 2010 - 12:04 Ukraine Airlines : nouveau terminal à Kiev


PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com