TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Hôtellerie : année positive pour la plupart des pays européens

MKG Consulting


Rédigé par La rédaction - redaction@tourmag.com le Vendredi 20 Janvier 2006

Selon le baromètre MKG Consulting, en dépit des attentats de Londres, le Royaume-Uni enregistre une augmentation des performances tirée par le dynamisme des prix. En attendant la Coupe du Monde, l’Allemagne voit ses résultats progresser très légèrement. La très forte croissance de l’offre continue de peser sur les résultats hôteliers en Espagne. La France tire largement son épingle du jeu avec une forte progression de la clientèle individuelle Affaires qui compense la baisse de la clientèle Loisirs et la quasi-stagnation de la clientèle Séminaires.



Hôtellerie : année positive pour la plupart des pays européens
Selon les chiffres MKG Consulting, l’année 2005 se révèle positive dans la plupart des grands pays européens avec des indicateurs de performance en général orientés à la hausse. Pourtant le contexte de cette année 2005 n’a pas toujours été des plus favorables. La croissance économique est modérée, l’organisation d’élections en Allemagne a pu engendrer l’attentisme des acteurs économiques, Londres a été frappée par les attentats.

Toutefois, la situation s’améliore et le point bas du dernier cycle hôtelier, en 2003, s’éloigne. On constate, en particulier, une augmentation des volumes de la clientèle individuelle Affaires qui a un impact largement positif sur les prix moyens et les RevPAR (la clientèle Séminaires reste quasiment stable). Ce sont donc dans un premier temps les destinations du nord de l’Europe, positionnées sur ces segments de marché en prise directe avec l’activité économique, qui affichent les meilleures performances.

Une autre tendance encourageante qui se dégage de l’exercice qui s’achève provient des clientèles long courrier, américaine et japonaise en particulier, dont le vitalité retrouvée a également soutenu l’activité des hôteliers européens.

Des résultats positifs pour le Royaume-Uni malgré les attentats

L’année 2005 aurait pu être beaucoup plus difficile pour l’hôtellerie britannique. D’abord, le ralentissement de la croissance économique a été fort, ramenant le pays dans le rang de l’Union européenne. Ensuite, bien évidemment, les attentats de Londres n’ont pas été sans répercussion sur le secteur hôtelier.

Les taux d’occupation de la capitale britannique ont affiché des reculs particulièrement importants après le mois de juillet, (-9 points en août par exemple). Sur l’ensemble de l’année, les RevPAR des hôtels londoniens connaissent toutefois une évolution positive de 2,0%. En de telles circonstances, il s’agit d’un très bon résultat qui traduit le dynamisme de la destination. Avec des taux d’occupation toujours très élevés, bien qu’en recul, les hôteliers londoniens n’ont pas cédé à la panique et ont maintenu les prix sur une tendance orientée à la hausse.

Birmingham ou Manchester n’ont pas connu les mêmes difficultés liées aux attentats et affichent des situations contrastées. A Manchester, la progression des prix moyens, associée à des niveaux très élevés de taux d’occupation, est révélatrice d’un marché hôtelier particulièrement « tendu » où la progression des RevPAR devrait atteindre près de 6,0% en 2005. En revanche, Birmingham se caractérise par une situation moins florissante. Les taux d’occupation stagnent à des niveaux globalement moins élevés et les prix moyens ne progressent quasiment pas. L’exercice 2005 devrait s’achever par une stagnation du revenu par chambre construite. Les capacités d’offre paraissent importantes au regard d’une demande moins énergique.

Des résultats très variables dans les villes allemandes

L’Allemagne va terminer l’année 2005 en enregistrant une croissance des RevPAR de près de 2% grâce à l’augmentation des taux d’occupation. Ceux-ci sont en effet attendu en progression de 1,4 point par rapport à l’exercice précédent. Toutefois, les niveaux moyens de remplissage des hôtels allemands demeurent parmi les plus faibles en Europe, autour de 62,2%, en raison notamment d’une forte croissance de l’offre enregistrée ces dernières années. Les difficultés de remplissage des établissements expliquent la stagnation des prix.

Derrière ce tableau général, il faut constater que les situations sont très variables d’une destination à l’autre. Ainsi, Düsseldorf n’a pas bénéficié cette année du surplus d’activité générée par ses salons phares, la K Messe et la Drupa et enregistre un repli du RevPAR à deux chiffres. A l’inverse, Cologne ou Hanovre figurent parmi les destinations les plus dynamiques grâce à des rebonds significatifs des taux d’occupation.

Le secteur hôtelier allemand, qui a révélé lors des exercices précédents une très grande aptitude à bénéficier du moindre événement par des hausses très importantes des prix moyens, va connaître, avec l’organisation de la Coupe du Monde de football en juin et juillet 2006, un contexte plus favorable, devant permettre de conforter la croissance des RevPAR.

La croissance de l’offre explique la faiblesse des performances en Espagne

En 2005, l’Espagne est un des seuls pays européens à enregistrer un repli du revenu par chambre disponible. Les taux d’occupation et les prix moyens sont orientés négativement. Cependant, l’année 2005 se révèle de bien meilleure facture que l’exercice 2004 au cours duquel les RevPAR avaient accusé un recul de 7,3%.

Le repli des indicateurs de performance est à mettre sur le compte d’un fort développement de l’offre, en raison de l’extension ces dernières années des réseaux nationaux et de l’implantation des groupes internationaux. D’abord, les unités nouvellement ouvertes enregistrent dans les premiers mois de leur activité des taux d’occupation en général plus faibles et mettent donc en place des politiques tarifaires agressives afin de gagner des parts de marché. Ensuite, après s’être prioritairement implanté dans les emplacements les plus avantageux, les réseaux s’étendent avec des ouvertures dans des destinations secondaires où les performances sont moins élevées.

La moyenne globale est ainsi tirée vers le bas. C’est alors l’évolution de la répartition géographique du parc hôtelier qui explique le recul des indicateurs sans qu’il soit nécessaire d’envisager une baisse généralisée à tous les établissements. Ces phénomènes expliquent grandement l’orientation négative des indicateurs en Espagne alors que les évolutions à parc constant sont positives dans les grandes destinations espagnoles.

En France, la reprise a été initiée dès le début de l’année, mais cette croissance s’est ensuite accélérée sur le second semestre. Notamment, après deux saisons estivales 2004 et 2003 décevantes, 2005 a confirmé une bonne saison, pour la Côte d’Azur en particulier. De plus, le mois de novembre a été excellent en enregistrant la plus forte hausse mensuelle de RevPAR depuis 5 ans (+11,3%). A Paris, l’activité hôtelière y a été dynamisée par Batimat 2005, le salon international de la Construction.

En dépit d’une couverture médiatique internationale alarmiste sur les événements survenus dans les banlieues françaises courant novembre, le mois de décembre se révèle assez satisfaisant. Alors qu’on aurait en effet pu craindre le pire pour la destination « Paris » en cette fin d’année, les premiers résultats pour le mois de décembre font apparaître des indicateurs de performances très stables par rapport à l’année dernière.

Dans un contexte d’évènements conjoncturels défavorables (grippe aviaire, rejet du traité constitutionnel européen en France, échec de la candidature de Paris aux JO, émeutes dans les banlieues), 2005 confirme une nouvelle fois la solidité de l’hôtellerie française dont le RevPAR n’a baissé qu’une fois depuis 1997 (-2,4% en 2003).

Dans le cycle hôtelier, on observe en général un décalage d’environ deux années entre la dynamique du segment Affaires et celle de la clientèle Loisirs. En effet, l’amélioration des conditions économiques n’impacte généralement pas immédiatement la consommation des ménages. Les prévisions en ce domaine sont d’ailleurs encore prudentes pour 2006 dans les grands pays européens. Les conjoncturistes envisagent certes une croissance du PIB plus soutenue qu’en 2005, mais encore tirée par les évolutions de la demande mondiale.

L’exercice qui démarre devrait ainsi confirmer l’amélioration des performances hôtelières en Europe en dépit des risques d’appréciation de l’Euro vis-à-vis du Dollar, des hausses du prix du pétrole ou de l’incertitude liée à la grippe aviaire. Cette amélioration, soutenue dans un premier temps par la croissance de l’activité Individuels Affaires, devrait s’accentuer dans les mois à venir, à mesure que la reprise économique confortera la confiance des ménages et renforcera les perspectives sur le segment de la clientèle Loisirs.

Source MKG Consulting

Internet : www.mkg-consulting.com

Méthodologie

MKG Consulting est le leader européen du conseil dans le secteur de l’hôtellerie, du tourisme et de la restauration et dispose de la première base de Données hôtelières au Monde hors USA, avec une bonne représentativité sur tous les segments hôteliers. Le programme mensuel de la base de données de MKG Consulting porte sur un échantillon de 10 000 hôtels de chaînes intégrées représentant 1 000 000 chambres.

Depuis septembre 2004, la Base de Données de MKG Consulting propose un programme quotidien qui permet un suivi journalier hôtel par hôtel des indicateurs d’activité. Ce programme compte 1 500 hôtels et 125 000 chambres en France ce qui en fait le programme quotidien le plus développé en Europe.

Lu 2512 fois
Notez

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com