TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Hôtellerie : le modèle multimarques est-il encore pertinent ?

débat organisé lundi dernier par le groupe MKG


le Mardi 22 Novembre 2011

La crise économique va-t-elle provoquer une remise en cause du modèle multimarques de l’hôtellerie ? Une question au centre d’un débat organisé lundi dernier par le groupe MKG pour la remise de ses Hospitality Awards. L’occasion de pointer du doigt les inconvénients d’un portefeuille trop disparate, notamment dans le segment économique.



Accor vient d’opérer un regroupement sous la bannière d’Ibis. Le premier ibis budget au monde a ouvert à Tanger. - Photo DR Accor
Accor vient d’opérer un regroupement sous la bannière d’Ibis. Le premier ibis budget au monde a ouvert à Tanger. - Photo DR Accor
Dans un contexte économique incertain, les marques hôtelières sont une valeur sûre, idéales pour les voyageurs en quête de repères.

Hilton, Hyatt, Accor ou encore Louvre Hôtels sont mondialement connues et ont développé un large portefeuille pour répondre aux attentes des différentes catégories de clientèles : affaire, famille ou loisir.

Hyatt possède par exemple un panel de huit marques. «Nous avons une signature internationalement connue que nous voulons mettre en avant » déclare Rakesh Sarna, chief operating officer. Pour lui il serait impensable de ne pas accoler le suffixe «Hyatt » sur chacune des marques.

Chez Hilton, sept marques sur dix sont déployées en Europe. « Nous en avons besoin pour répondre aux attentes des différents marchés » explique Jean Faivre, vice président Europe du sud et de l’ouest.

Mais cette multiplication des noms entretient parfois la confusion.

Certains voyageurs peuvent ignorer qu’ils séjournent dans un Hilton lorsqu’ils passent la porte du Waldorf Astoria de Londres.

Regroupement des marques

Dans cette assemblée de directeurs de grandes chaînes, l’intervention de Jean-Gabriel Pérès, le président de Mövenpick, dénote. En effet, son groupe ne possède qu’une seule marque développée dans le monde entier. « C’est notre force » assure Jean-Gabriel Pérès.

« Nous avons la même différence qu’entre Hermès et LVMH » poursuit-il. Il estime envoyer un message plus clair aux consommateurs qui peuvent immédiatement identifier l’ADN du groupe. L’organisation et la communication sont également simplifiées.

« Il est vrai que le chalenge des multimarques est de maintenir la clarté dans leur portefeuille » avoue Rakesh Sarna de Hyatt. Mais proposer une seule marque sur le marché a aussi ses limites. « Le client ne descend pas dans un seul et unique hôtel » explique Yann Caillère d’Accor.

Sans compter les pays comme la Chine ou l’Inde, qui ont des demandes très particulières. Accor a d’ailleurs récemment lancé une marque spécifique pour mieux répondre aux attentes précises de ces pays émergents. « Il ne faut pas globaliser des marchés qui sont très disparates » renchérit Georges Panayotis, le président de MKG.

Posséder plusieurs marques permet donc d’attirer une clientèle plus vaste, du luxe à l’économique, mais aussi de temporiser les effets de la crise. « Actuellement, les Sofitel marchent moins bien au Maroc, alors que les Ibis sont très demandés » assure Yann Caillère.

Améliorer les marques existantes, plutôt que d’en créer de nouvelles

D’une manière générale, il semble plus pertinent d’améliorer les marques existantes, plutôt que d’en créer de nouvelles. « Il faut du temps pour construire une identité dans la tête du consommateur. Mieux vaut ne pas en changer tous les six mois » estime de son coté Pierre-Frédéric Roulot, le directeur des six marques de Louvre Hôtels.

La communication pèse également lourd dans des budgets de plus en plus serrés. D’où une tendance à la concentration, inéluctable dans le segment entrée de gamme.

Accor vient d’ailleurs d’opérer un regroupement sous la bannière d’Ibis. « Dans l’hôtellerie économique, c’est la densité du réseau qui compte car vous n’avez pas de forces de vente et de commerciaux pour faire connaître votre produit » indique Yann Caillère, directeur général pour l’Europe du sud, le Moyen-Orient et l’Afrique.

La multiplication des marques nuit donc à leur compétitivité, car elle dilue l’impact des actions de communication et nécessite des investissements marketing plus importants.

Georges Panayotis pense que certains établissements de luxe vont également fusionner pour faire des économies. « Mais une marque vit le temps d’une génération et d’ici 25 ans de nouvelles segmentations vont certainement naître ».

Lu 2481 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 19 Octobre 2017 - 14:48 IHG ouvre un Holiday Inn Express® à Cologne


PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure

















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com