TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





I. Habib Bouslama : "Le all inclusive a donné le coup de grâce à l’hôtellerie tunisienne..."

3 questions à Habib Bouslama, vice-président national


Rédigé par Michèle SANI en Tunisie le Dimanche 2 Mars 2014

Travailler main dans la main avec le Ministère et la Direction du Tourisme. rétablir le juste prix des prestations hôtelières, démocratiser le transport, développer le tourisme résidentiel, faire de la Tunisie un pays propre, voici parmi d’autres les souhait de deux professionnels du tourisme tunisien rencontrés cette semaine à Tunis. Nous donnons tout d'abord la parole à Habib Bouslama, président de la fédération des hôteliers du Cap Bon, (environ 25 % de la capacité du pays) et vice-président national. Demain, Rencontre avec Mohamed Toumi, président de la Fédération Tunisienne des Agences de Voyages.



En trois ans nos frais fixes, le personnel, l’énergie, les matières premières ont augmenté d’au moins 40 %. /photo JDL
En trois ans nos frais fixes, le personnel, l’énergie, les matières premières ont augmenté d’au moins 40 %. /photo JDL
TourMaG.com - L’endettement des hôteliers tunisiens est un sujet qui fait régulièrement surface. Quelle est votre situation aujourd’hui ?

Habib Bouslama :
"Elle n’a pas changé et elle ne peut pas changer sans une décision politique.

En trois ans nos frais fixes, le personnel, l’énergie, les matières premières ont augmenté d’au moins 40 %.

A cela s’ajoutent les pénalités de retard des banques. Et que dire des tour-opérateurs qui, comme Thomas Cook exigent de nous payer en dinars sinon ils vont voir ailleurs.

Ils font un véritable chantage alors que depuis trois ans le dinar perd régulièrement de sa valeur. Nous vendons encore moins cher qu’en 2010 ! Cette situation catastrophique tue l’hôtellerie.

D’autres facteurs entrent en jeu. Le « all inclusive » a donné le coup de grâce en introduisant la saisonnalité. Cette clientèle vient en famille, parents et enfants, uniquement pour la plage et le soleil.

Une entreprise hôtelière ne peut vivre en travaillant cinq ou six mois par an. Nous devons supporter toute l’année les charges fixes et les personnels. On ne peut tout de même pas mettre nos employés à la rue et faire des chômeurs de plus.

De nouveaux opérateurs étrangers, des turcs notamment, commencent à commercialiser à leur tour la Tunisie pour la Russie et les pays de l’Est. Ils le font en cassant les prix. Il faut arrêter cette spirale du bas coût et cette véritable fuite en avant."

3 questions à

TourMaG.com - Quelle serait la feuille de route de l’hôtelier que vous êtes pour booster le tourisme tunisien ?

HB :
"Tout le monde, les pouvoirs publics comme le secteur privé, est conscient de la situation. Personne ne bouge. Le diagnostic est là, on connaît les remèdes mais personne n’applique l’ordonnance.

Nous devons envoyer sans tarder des signaux forts aux marchés extérieurs, aux tunisiens et aux bailleurs de fonds. Il faut créer des électrochocs."

TourMaG.com - Qu’est-il possible d’entreprendre quand les ministres se succèdent - quatre en trois ans - et quand les caisses sont vides ?

H.B. : "
En dix moins on peut, par exemple, nettoyer la Tunisie, la rendre propre comme elle l’a été. Cela fait partie du possible !

Libérons le ciel. Les ministres successifs ont ouvert et refermé ce dossier. L’ouverture du ciel tunisien ne demande pas d’investissements. C’est une décision politique.

Si nous voulons développer un tourisme de golfeurs nous devons construire de nouveaux golfs, créer un véritable pôle de golfs comme on le voit en Turquie. Les parcours de golf peuvent être rentabilisés en quelques années par des opérations immobilières. C’est ce qui fait dans nos pays concurrents.

Il faut démocratiser le transport et développer le tourisme résidentiel en donnant aux européens la possibilité d’acheter en Tunisie et d’y venir fréquemment.

Ce serait donner une nouvelle énergie à notre économie. Dans cet esprit il faut en finir avec les procédures et les tracasseries administratives et sortir de la situation paralysée du régime de Ben Ali.

En trois ans, rien n’a bougé ! Nous devons mieux savoir profiter des atouts que la nature nous a donnés."


Lu 1951 fois
Notez


1.Posté par migay le 03/03/2014 09:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
oui,la Tunisie est sale et désolé mais elle ne l'était pas ou peu sous ben ali!!!je vais en Tunisie depuis 1968....la Tunisie est entrain de rattraper l'Algérie en ce qui concerne la saleté depuis 3 ans,quant au all inclusive c'est une mode dans tous les pays du pourtour méditerranéen dont l'Espagne et les îles canaries et bien d'autres!!!alors il faut que la Tunisie se fasse à celà et s'adapte

2.Posté par karioun le 03/03/2014 18:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mes amis tunisiens savaient déjà tout cela avant.
Il est vrai qu'actuellement, ils souffrent d'une situation exceptionnelle due à des facteurs exceptionnels.
Cela ne veut pas dire qu'ils faudrait qu'ils baissent les mains ou ....les prix.
si les opérateurs étrangers prennent à la gorge les hôteliers, c'est un peu leur faute, si aujourd'hui les hôteliers tunisiens comprennent que le All Inclusive est une plaie pour ne pas dire une tare que tous les hôteliers du monde ont accepté, parce que contraint et forcés, je voudrai répondre à Migay que la Tunisie peut, dans les conditions actuelles, ne palus accepter le all inclusive en sa forme actuelle.
Je ne suis pas contre le AI, mais il faut le faire et le pratiquer avec discernement.
Il est utile et intéressant dans des lieux en dehors des agglomérations existantes et loin de "toute civilisation".
Le pratiquer et l'offrir dans des villes ou des villages avec une population et une économie locale est une aberration et surtout un crime en vers la population locale et agglomération où il est pratiqué car celle-ci n'a plus de recette et les commerçants (tous autant qu'ils sont, de la petite épicerie à l'artisan en passant par le buraliste et le kiosque à journaux sans oublier la commune ne peuvent se retrouver dans cette situation.
Alors, mes amis, ayez le courage de dire non, de toute façon perdant pour perdant, en fin de compte et si la Tunisie a un bon produit, la clientèle reviendra mais selon de nouvelles règles et surtout avec de nouveaux produits qui représenteront une qualité du produit touristique qui peut être vendu au prix juste.

3.Posté par Tarek Ben Jemaa le 04/03/2014 07:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mr Habib Bouslama :Sorry to tell you :you have to stopped & to cancel the All-IN concept for increasing the quality of our product & service and to give a chance to the para-hotels activities to be developed (restaurants a la carte,lounge,entertainment centers,casino,gulf & artisan shops and others activities......) like Morocco tourism market.......tarek ben jemaa.

4.Posté par migay le 04/03/2014 11:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
pour mr karioun,nous avions la pension complète dans tous les pays du monde,la demi pension ou que la chambre ,maintenant nous avons le all inclusive : mais qu'est ce qui change entre la pension complète et le all inclusive c'est les boissons à volonté c'est tout, celà n'a rien à voir avec le buraliste,le petit artisan même avec la pension complète à l'hôtel vous devez acheter vos cartes postales,votre tabac,vos objets souvenirs,vos journaux et faire fonctionner le commerce local!!!si vous le voulez,j'ai eu plusieurs fois le all inclusive en Tunisie,mais bien sur j'allais à l'extérieur pour faire marcher le commerce local....

5.Posté par karioun le 04/03/2014 17:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
pour Migay,
Je comprends votre point de vue du touriste lambda, qui ne voit le problème que de son point de vue et je serais d'accord avec vous pour dire que cela va dans le bon sens, surtout en ce qui concerne le porte monnaie.
Mais laissez, ou plutôt permettez moi de vous donner un autre son de cloche, celui du professionnel qu'il soit hôtelier (n'offrant pas le A.I.), le restaurateur, l'artisan ou tout autre prestataire, de même que celui des élus locaux et de l'administration locale ou nationale; le A.I. dans une ville est nocif et porteur de licenciements et chômage.
J'ai personnellement assisté à ce que je vous dit, mais cela évidemment ne vous concerne pas puisque vous passez des vacances pas cher , et c'est le plus important.
Je ne vous en veux pas, mais je trouve le concept A.I. des plus réducteurs tant pour le client que pour le fournisseur de services que le pays.
Déjà, mais c'était une autre formule du temps, je trouvais que le ClubMed avait des pratiques douteuses par rapport aux pays où il s'installait avec sa formule Club, mais c'était d'autres temps et d'autres mœurs.

6.Posté par migay le 04/03/2014 17:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
et non mr karioun,je sais pas si vous m'avez bien lu,j'indique que je viens en Tunisie depuis 1968 et que je connais la tunisie et pas seulement la côte et tous les hôtels All inclusive fréquentée surtout par des touristes allemands,anglais,russes,algeriens,bien sur certains français vont dans ces hôtels mais mais faut il les blâmer ?d'aprés les guides tunisiens les français visitent la tunisie et pas comme les nationalités précédement indiquées restent dans les hôtels, d'ailleurs qui a inventé les all inclusive pas les français!!!...les français n'ont fait que suivre lorsque je partais en tunisie dans les années 68 et après je faisais le tour de la tunisie plus de 3500 km en voiture non climatisée!!!j'ai même traversé en mer avec une simca 1100 en travers d'un bateau!!! pour aller du continent à djerba et oui mais à l'époque je partais en tunisie 3 semaines(sans all inclusive)mais maintenant d'après ce que j'ai vu les touristes partent une semaine,voir 2 et donc ils veulent la plage car pas le temps d'aller ailleurs et donc pour une semaine ils cherchent le all inclusive...en 2007 je suis parti à el mouradi gamarth 3 semaines sans all inclusive et je peux vous dire que les vacances étaient devenues hors de prix...même pour un français

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com