TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e
Loading






III. Barteo permet de négocier de manière confidentielle le prix de sa chambre

Le 1er site de négociation d'hôtels en ligne français


le Mardi 15 Octobre 2013

Comme dans de nombreux secteurs, avec l’apparition d’Internet, l’organisation commerciale des hôteliers a considérablement changé, notamment avec l'arrivée des agences de voyages en ligne. i-tourisme et TourMaG.com vous proposent toute cette semaine une série de reportages et de témoignages sur les solutions digitales pour les hôtels indépendants. Alors que le mouvement pour la régulation de certaines pratiques OTA s’amplifie, le nouveau site de distribution Bartéo a su combiner flexibilité pour l’hôtel et innovation client. Une solution à suivre de près.



Barteo.com permet de négocier en quelques secondes le prix d'une chambre d’hôtel et d’économiser de 5 à 35%  sur la réservation.
Barteo.com permet de négocier en quelques secondes le prix d'une chambre d’hôtel et d’économiser de 5 à 35% sur la réservation.
Les restrictions appliquées par les agences de voyage en ligne sont dans la ligne de mire des hôteliers.

Le 2 octobre dernier, les hôteliers indépendants parisiens annonçaient la création de l’UHI.

Cette nouvelle union rejoint les autres « fédérations françaises » luttant depuis plusieurs mois pour la régulation de certaines pratiques.

Conscients que les pratiques des OTA sont contraignantes, Thomas Hiley et Tony Grippon ont créé un nouveau concept pour redonner de la flexibilité à l’hôtelier et stimuler le client lors de sa réservation.

Un concept qui plaira aux adeptes de la négociation des prix.

Un marchandage 2.0 !

Le fonctionnement de leur site barteo.com est simple : le client a désormais la possibilité de négocier de manière confidentielle le prix de sa chambre.

L’hôtel, de son côté, dispose d’un outil 100% ajustable, capable de générer des réservations additionnelles et d’optimiser son taux d’occupation quand il le souhaite.

En fonction de leurs besoins et en dehors de toute obligation contractuelle, ce sont les hôtels eux-mêmes qui fixent leurs règles du jeu : le prix d’une chambre peut être soit « négociable » jusqu’à un certain prix, soit « non négociable ». :

Lorsqu’une chambre est négociable, le client a alors la possibilité de proposer son propre prix. L'acheteur dispose de 3 essais pour se positionner.

« Barteo permet de négocier en quelques secondes le prix d'une chambre d’hôtel et d’économiser de 5 à 35% sur la réservation », explique Tony Grippon, directeur du développement commercial.

L'hôtel a le choix de mettre des chambres et pas d’autres, de programmer son yield management et ses allotements.

« Si l’hôtelier le désire, il peut fermer ses ventes aussi », raconte le directeur général, Thomas Hiley.

Tout a été pensé pour faciliter et simplifier la gestion de ce nouveau concept par les revenus managers.

Une solution connectée aux channels management

En effet, tout le processus de négociation a été automatisé et l’extranet Barteo est d’ores et déjà connecté aux principaux systèmes de « channel management ».

Il suffit donc à l’hôtel de fixer ses prix publics et de renseigner de manière confidentielle son prix plancher, en-deçà duquel une offre client sera refusée.

« Des données qui peuvent être changées en temps réel par l’hôtelier », précise Tony Grippon.

« Pour un hôtel de luxe, la solution est idéale car il est difficile pour l’image de marque de son établissement de montrer qu’on peut faire 30% de réduction », ajoute Thomas Hiley.

« Avec Bartéo, le prix affiché publiquement est le même que les autres OTA mais celui négocié sur notre plateforme est affiché en one-to-one avec le client.

Bartéo est aussi intéressant pour l’hôtel qui a une basse et une haute saison car il peut jouer avec les tarifs.
»

Une promesse pour l'hôtelier: " zéro restriction"

Les deux associés de Barteo: Tony Grippon et Thomas Hiley.
Les deux associés de Barteo: Tony Grippon et Thomas Hiley.
L’internaute devient donc acteur de sa propre réservation et l’hôtelier est libre de choisir sa politique commercial.

Grâce à sa simplicité de gestion et à sa promesse « zéro restriction », Barteo se positionne comme un réel support à la stratégie et aux besoins (basse saison, dernière minute, week-ends, etc…) de ses hôteliers partenaires.

Les deux fondateurs de ce nouveau site savent trop bien à quel point la relation entre les hôtels et les autres intermédiaires de voyage est tendue.

Rencontrés chez Fastbooking.com, ils mettent à l’honneur de redonner aux hôteliers « 100% de contrôle sur sa stratégie de distribution ».

Cette agence de voyages en ligne prend une commission sur chaque réservation confirmée (tarif non-négocié 17% et tarif négocié 14%).

« Et quand une chambre est achetée à un tarif négociée, le prix est pré-payé, ce qui enlève les charges financières à l’hôtelier. Autre atout : lorsque le client a négocié son tarif, la chambre est non-remboursable », détaille le directeur général.

Une levée de fonds fin 2013

Après cinq mois d’existence, le site « made in France » recense plus de 300 hôtels de luxe et de charme principalement en France, en Espagne et en Italie, parmi lesquels Lucien Barrière, Oceania, Paris Inn, Maranatha et la chaîne Radisson Blu.

L’objectif pour 2014 est de couvrir 10% des hôtels français.

« Nous utilisons la technologie d’une plateforme déjà existante. Cela nous a fait économiser un an de développement informatique car nous savons que la technologie est fiable et efficace. C’était le plus important pour nous », déclare Thomas Hiley.

Aujourd’hui, Bartéo doit faire connaître son concept. Une levée de fonds est prévue d’ici la fin de l’année pour développer la partie marketing.

Et ils ont tapis rouge puisque, sur le marché français: la jeune start-up n’a pas de concurrent direct.

Carte d'identité de Barteo

- Création en mai 2013

- 300 hôtels référencés à ce jour (France, Italie, Espagne)

- 14% de commission quand le prix d'une chambre est négocié et 17% quand celui-ci ne l'est pas

- Projet en cours: déployer la technologie de barteo.com en marque blanche pour les hôtels et leur fournir un portail de réservation

Lu 6732 fois

Notez


1.Posté par JP B le 16/10/2013 15:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je crois qu'il n'est pas tout à fait exact d'écrire " la jeune start-up n’a pas de concurrent direct ".
Il y a au moins un site qui utilise le même principe de négociation des prix, il s'agit de :

http://www.booking-request.com/fr

N'utilisant ni l'un ni l'autre je ne suis pas capable de vous faire ressortir les spécificités et les points forts de ces deux systèmes de réservation.

JPB

2.Posté par alain Fournier le 16/10/2013 16:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'idée est bonne...mais après plusieurs tests c'est très décevant...peu d'offres finalement négociables et les éventuelles negos obtenues sont ridicules.
De plus je vois mal comment les hôtels vont réussir à s'en sortir avec leurs partenaires habituels OTA, TO, centrales de resas...qui risquent de ne pas trouver le jeu très fairplay et stopper leur commercialisation.
Et pas de concurrence oui sur le principe de la nego...mais en plein front avec Hoteltonight par exemple...qui vient de lever 40M$ pour son développement en Europe en marketing...
Mais bonne chance à vous car toute idée neuve doit avoir une chance :)

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

PUBLICITÉ
Ombeline POIRON
publicite@i-tourisme.fr
+33 1 85 74 23 33








Dernière heure











Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com