Loading


Israël : le marché français fait partie des priorités

l'interview de Stas Mislejnikov , ministre israélien du tourisme


Du 10 au 14 octobre 2012, le SNAV régions Centre Est et Rhône Alpes organise son congrès. Les 49 participants feront une escapade en Israël, Jordanie et Palestine. Ils ont été accueillis, mercredi 10 octobre 2012, à Jérusalem, par le ministre israélien du tourisme, Stas Mislejnikov. L'occasion de faire le point avec lui sur les atouts de la destination et sa vision du marché français.



Stas Mislejnikov est le ministre du tourisme en Israël - Photo : P.C.
Stas Mislejnikov est le ministre du tourisme en Israël - Photo : P.C.
TourMaG.com – Vous accueillez ce soir des professionnels français du tourisme. Que leur diriez-vous afin de les inciter à commercialiser et vendre la destination Israël ?

Stas Mislejnikov :
"Il existe de nombreux pays, dans le monde, pour effectuer des vacances balnéaires. Il y a également beaucoup d'endroits qui permettent un tourisme culturel. Mais il n'existe qu'une seule terre sainte et, en son centre, se trouve Jérusalem.

Nous sommes actuellement là où, des siècles auparavant, marchaient des rois et des prophètes.

Peu importe qu'on soit religieux ou athée, venir en Israël représente une expérience unique. C'est un voyage mystique et spirituel que peuvent y effectuer les touristes."

TM.com – D'un point de vue strictement touristique, quels sont les atouts d'Israël ?

S.M. :
"Israël propose une offre touristique considérable. Sur une superficie relativement petite, 26 000 km², se trouvent 4 mers et 7 zones climatiques différentes.

On y trouve également des déserts, des montagnes, des villes modernes et de monuments historiques millénaires.

En une journée, en février par exemple, il est possible de profiter du soleil au bord de la mer et, en moins de 7 heures de route, d'aller skier dans la station d'Hermon.

Les voyageurs peuvent ensuite se rendre dans le lieu le plus bas du monde, la Mer Morte. Puis, ensuite, aller au bord de la Méditerranée pour visiter des villes modernes ou historiques.

Tel Aviv, par exemple, est une cité très dynamique qui, désormais, vit 24 heures sur 24.

300 000 visiteurs français en 2011

En Israël, il est également possible de faire des escapades en jeep dans le désert ou les montagnes, de prendre le même bateau que celui qu'a pris Jésus en son temps, de goûter de bons vins produits localement ou même de découvrir une partie du pays à vélo.

Le gouvernement a d'ailleurs mis en place un plan quinquennal afin de développer le cyclotourisme dans la destination."

TM.com – Que représente le marché français pour Israël ?

S.M. :
"La France est le 3e marché émetteur pour Israël. En 2011, environ 300 000 visiteurs français sont entrés dans le pays.

Le ministère israélien du tourisme fait beaucoup pour attirer la clientèle hexagonale.

Nous avons ainsi recours à des parutions publicitaires dans la presse, nous avons lancé un site Internet en français et un film de promotion en langue française est actuellement en cours de préparation.

Par ailleurs, nous investissons beaucoup dans nos infrastructures afin d'accueillir au mieux les touristes. Qu'ils soient des pèlerins ou des voyageurs balnéaires.

De plus, Israël compte près d'un million de personnes francophones.

Pour nous, l'arrivée de touristes étrangers est un message de paix et de tolérance entre les religions qui se côtoient dans les pays."

Rédigé par Pierre Coronas à Jérusalem le Jeudi 11 Octobre 2012
Lu 1004 fois
Notez



1.Posté par Ayla le 11/10/2012 09:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tout d'abord, je souhaite la bienvenue à tous les participants à ce congrés. C'est une excellente chose que les agences françaises viennent se rendre compte sur place à quel point l'information par les médias donne une image déformée de ce qui se passe dans la région, surtout en terme de sécurité.
Je souhaite en profiter pour faire un appel au Ministère du tourisme israélien. Nous avons un ministère très actif qui, c'est vrai, multiplie les actions de promotion.
Cependant, hormis le tourisme de masse, point de salut.
Dès que nous tentons d'approcher le ministère pour nous aider à promouvoir un tourisme de niche, de petits groupes avec une approche plus artisanale et originale de la destination, nous sommes ignorés. Gentiment ignorés il est vrai, mais il est dommage que les autorités du tourisme ne se rendent pas compte que l'approche des voyageurs change. Et que sortie des pèlerinages et du balnéaire, il existe un autre tourisme. Que de plus en plus de gens souhaitent visiter un pays d'une autre manière qu'à 40 dans un autobus.
C'est vrai que nous avons la chance d'oeuvrer dans une région unique au monde, tant par sa diversité environnementale que par son histoire. Grâce à ces atouts, nous pouvons attirer un public différent, qui, la plupart du temps, laisse sur place un panier moyen bien plus conséquent et aide au développement d’un tourisme durable et responsable.
Chalom, Salam...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.






Club AGV Premium










eBook


CHRONIQUES EXPERTS
Aérien   La life de Léa   Chronique David Sprecher
Emmanuelle llop   Christian Orofino   Sicsic
Rosales   MYL Sabords   Weill
Baux   Hardin   Michel Messager

EXPERTISE METIER
Annuaire Formations
Boostez vos ventes
Fiches Métier
RH Stories





Contact   Publicité   La Presse en parle   Plan du site

Le groupe TourMaG.com publie également TourMaGazine.fr, 1er quotidien du voyage et des loisirs; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyage et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.