TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Jerôme Maton : "Notre objectif n'est pas de réduire le réseau Thomas Cook en France"

L'interview du directeur général délégué


Rédigé par Geneviève BIEGANOWSKI le Vendredi 30 Décembre 2011

Le groupe Thomas Cook a annoncé la fermeture de 200 points de vente en Angleterre pour tenter d'alléger sa dette. Mais ce n'est pas le cas en France, promet Jérôme Maton, le directeur général délégué de la filiale française, dans une interview à TourMaG.com. Le réseau français axé sur la revente Loisirs doit encore grandir, porté par les enseignes Thomas Cook et Jet tours.



''Aquatour n’a pas vocation à devenir une marque nationale (...) Dans les villes où les deux enseignes Thomas Cook et Aquatour sont présentes, il faudra décider s’il est nécessaire de les faire cohabiter ou d’en supprimer une.''
''Aquatour n’a pas vocation à devenir une marque nationale (...) Dans les villes où les deux enseignes Thomas Cook et Aquatour sont présentes, il faudra décider s’il est nécessaire de les faire cohabiter ou d’en supprimer une.''
TourMaG.com - Vous communiquez sur l’ouverture d’une agence dans le centre commercial de Carré Sénart. Quelle symbolique voulez-vous y mettre ?

Jérôme Maton
: "C’est vrai que nous avons souhaité marquer l’événement car ce nouveau point de vente se situe dans un centre commercial des plus dynamiques de l’Ile de France.

Un centre où les enseignes françaises de premier plan sont présentes. L’environnement est tout à fait valorisant pour y implanter une nouvelle agence Thomas Cook."

TM.com - Le réseau Thomas Cook France va-t-il participer à l’effort de désendettement du groupe en revendant certaines agences ?

Jérôme Maton :
"Sauf pour quelques unités, nous n’avons pas d’actifs immobiliers sur le réseau des agences. Et agir sur le droit au bail est limité."

TM.com - Est-ce à dire que vous ne cherchez pas à réduire la dimension du réseau, en dépit des derniers résultats négatifs réalisés par Thomas Cook en France ?

Jérôme Maton :
"Notre objectif n’est pas de fermer des agences. Nous procédons à des déménagements qui sont liés à trois problématiques différentes.

Il y a tout d’abord celles qui bougent parce que la qualité de l’emplacement et de l’environnement commercial ne nous satisfait plus.

Par ailleurs, un déménagement est aussi l’occasion d’implanter notre nouveau concept d’agence, ce qui ne peut que stimuler l’équipe en place.

Enfin, un déménagement peut également répondre à un impératif d’ordre économique. Les baux commerciaux arrivant à expiration donnent lieu à une renégociation.

Si nous ne parvenons pas à trouver un nouvel accord, il nous faut trouver un autre emplacement..."

TM.com - A quel rythme se passent ces déplacements d’agences ?

Jérôme Maton
: "Nous avons en propre 300 points de vente et nous effectuons environ une quinzaine de déménagements par an.

Cela représente 5% des agences. Autrement dit, il faut vingt ans pour renouveler le réseau. C’est un rythme plutôt lent si on le compare à d’autres activités commerciales."

Réseau : ''Nous n‘avons pas encore atteint la taille idéale...''

TM.com - La taille du réseau en propre vous satisfait-elle ?

Jérôme Maton
: "Dans le contexte actuel, il n’y a pas de nombre magique. Pour couvrir correctement tout le territoire on considère qu’il faut entre 700 et 800 points de vente.

Or, notre réseau en propre se renforce de 365 agences affiliées sous différentes enseignes. Nous n‘avons pas encore atteint la taille idéale. Il nous faut encore quelques implantations, notamment dans une région comme Rhône-Alpes."

TM.com - Quelles enseignes voulez-vous continuer à implanter ?

Jérôme Mato
n : "Thomas Cook est une marque relativement jeune sur le marché français. Des efforts sont encore nécessaires pour lui donner davantage de visibilité. Mais nous voulons continuer à développer l’enseigne Jet tours aussi."

TM.com - Est-ce à dire que vous allez abandonner l’enseigne Aquatour ?

Jérôme Maton :
"Aquatour n’a pas vocation à devenir une marque nationale. Elle dispose d’un bon réseau et d’une notoriété forte dans le Nord de la France.

Nous allons néanmoins procéder à quelques tests d’ajustement. Dans les villes où les deux enseignes Thomas Cook et Aquatour sont présentes, il faudra décider s’il est nécessaire de les faire cohabiter ou d’en supprimer une."

TM.com - Vous mentionnez un nouveau concept d’agence mais faites-vous évoluer également votre stratégie vis-à-vis des fournisseurs ?

Jérôme Maton
: "Nous avons des partenaires de très longue date car n’avons pas pour ambition d’offrir la gamme la plus large de produits mais, au contraire, une sélection qui nous satisfait.

Mais il nous arrive aussi d’ajouter de nouveaux partenaires, le dernier en date étant RCCL."

Pas d'activité activité business travel en perspective

TM.com - L’initiative malheureuse de facturer 1,5 point de commission supplémentaire à ces fournisseurs qui a créé le conflit que l’on sait pendant l’été dernier est-elle désormais oubliée ?

Jérôme Maton
: "Je reconnais que l’initiative a été malheureuse, davantage sur la forme que sur le fond. Mais le problème est réglé. L’épisode est maintenant derrière nous."

TM.com - L’adhésion du réseau Thomas Cook à l’Udiv vous donne-t-elle satisfaction ?

Jérôme Maton
: "Je ne suis pas le porte parole de l'Udiv. Nous avons eu une réunion récemment. Ce que je peux dire c’est que tout ce qui a vocation à augmenter la visibilité et la prise de parole d’un secteur économique face aux pouvoirs publics, va dans le bon sens."

TM.com - Est-ce à dire que Thomas Cook pourrait reprendre une adhésion au SNAV ?

Jérôme Maton :
"Ce n’est pas à l’ordre du jour..."

TM.com - Comment allez vous appréhender l’année 2012 ?

Jérôme Maton
: "Il va falloir se bagarrer. Le contexte de 2011 a été délicat. Il n’a fait que renforcer l’attentisme des consommateurs. Plus que jamais nos équipes devront être motivées pour persuader les clients à réaliser leurs actes d’achat."

TM.com - Prévoyez-vous des incentives particuliers pour les vendeurs ?

Jérôme Maton :
"Nous avons déjà un système de récompense liée à la performance individuelle. Je réfléchis à la mise en place de challenges spécifiques mais j’en réserve la primeur à nos équipes."

TM.com - Envisagez-vous de développer une activité de business travel pour compenser l’éventuelle faiblesse des ventes Loisirs ?

Jérôme Maton :
"Le réseau s’est spécialisé sur le créneau des ventes Loisirs au moment de la séparation d’avec Amex.

Il reste bien la gestion d’un certain nombre de comptes entreprises mais ce n’est pas significatif. Notre vocation est bien de rester sur le créneau du Loisirs."


Lu 3565 fois

Tags : thomas cook
Notez


1.Posté par ex wasteels le 02/01/2012 16:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
PAS POUR TOUT LE MONDE .il y a effectivement des incentives sur les ventes, à condition d'avoir signé le contrat "thomascook" si ce n'est pas le cas : makech, nada, niente, meme si l'objectif a été réalisé, nous avons juste le "privilège" de voir le montant que nous aurions pu toucher, mais le chiffre reste sur le pc.
super !!!! mais malgré cela, restons motivé !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 08:45 Macao : 5 TO en éductour avec Air France


PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com