TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





La Réunion a bénéficié du surbook de l'Ile Maurice

la destination repart en pente douce


Rédigé par Michèle Sani - redaction@tourmag.com le Lundi 8 Janvier 2007

Alors que sa voisine l’île Maurice ne « désemplit pas » l’île de la Réunion se remet doucement d’une crise qui a lourdement pénalisé en 2006 toute son activité touristique. Durant les fêtes de fin d’année le taux d’occupation des hôteliers a quasiment renoué avec le succès mais les carnets de commandes pour 2007 restent toujours en deçà des objectifs traditionnels.



Photo : Reunion island in the sky, copyright User:ddwiki, 2005
Photo : Reunion island in the sky, copyright User:ddwiki, 2005
« La reprise se fait sentir mais nous sommes encore loin de nos objectifs. Nous avons eu de bons remplissages durant les dernières semaines de 2006 avec des réservations de dernière minute » déclare Karine Lacroix, directrice commerciale des Villas du Lagon et des Villas, du Récife. Le fleuron de l’hôtellerie réunionnaise a atteint en 2006 un taux de remplissage de l’ordre de 58 %.

Bénéficiaire d’un surbook mauricien


En raison d’un manque de disponibilités aux Maldives, à Maurice et aux Seychelles, la Réunion a profité d’un phénomène de report. C’est une situation vécue avec un peu d’amertume par les professionnels du tourisme. Ils s’en contentent toutefois en tablant aujourd’hui sur le « bouche à oreille ».

« Des années de travail qui avaient porté leurs fruits ont été balayés par cette crise. Il faudra du temps pour reconstruire, rétablir la confiance et retrouver le rythme de nos activités.», commente Françoise Mauras, directrice commerciale d’Hélilagon.

Pour le spécialiste des survols en hélicoptères, la clientèle 2006 s’est essentiellement limitée aux « affinitaires » venus passer des vacances en famille ou chez des amis. « Nos clients sont nos meilleurs agents de publicité » dit-elle..

Des échos rassurants

Exotismes qui avait dépassé en 2005 la barre des 6 000 clients a enregistré, en 2006, un trafic de l’ordre de 3 000 clients. Le compte est vite fait : - 50 %. Malgré cela, le spécialiste des destinations lointaines francophones aborde 2007 avec un certain optimisme. « Nous avons des échos très rassurants de la part de nos prestataires et de nos clients et notre carnet de commande laisse présager une reprise », dit Didier Sylvestre.

Exotismes qui n’a pas relâché sa communication en 2006 en organisant pour les agents de voyages toute une série de séminaires et d’éductours, espère en récolter les fruits en 2007. Quid de la campagne de publicité orchestrée par le Ministère du Tourisme ? « Il est difficile à quantifier une campagne de publicité. J’espère qu’elle a motivé une certaine clientèle mais nous n’avons pas vraiment ressenti de mouvement d’intérêt ».

« Tiède », la campagne de promotion


« Malgré la campagne TV nous n’avons enregistré aucune reprise. J’ai trouvé cette campagne très tiède. On a voulu qu’elle soit informative et sécurisante. Ce fut le cas mais elle n’a jamais fait rêver et provoqué le goût du voyage. »

C’est le point de vue de Marie-Hélène Vulin, directrice commerciale de Tourinter. Le trafic du TO sur la Réunion reprend doucement avec une clientèle de voyageurs avertis qui préfère les formules « autotour » et « découvertes » aux seuls séjours balnéaires.

Spécialiste de l’Océan Indien, Soléa fait le plein sur Maurice située à une demi heure de vol. Sur la Réunion le TO enregistre une reprise grâce aux voyages combinant les deux destinations.

La communication très alarmiste ajoutée au principe de précaution très français ont eu raison en quelques semaines et pour une année de cette destination située à une demi heure de vol de l’île Maurice.

Ce qui a fait la différence ? C’est justement cette clientèle française qui représente 92% du marché touristique réunionnais alors que Maurice, toute proche, possédait cet avantage : ses marchés émetteurs très diversifiés n’ont pas entendu et lu les mêmes informations.

Campagne : un budget de 4,5 M€

Annoncée dès mai 2006 par Léon Bertrand, ministre délégué au tourisme, la campagne de relance du tourisme à la Réunion s’est déroulée durant la deuxième quinzaine de septembre. Le budget de 4,5 M€ débloqué par les pouvoirs publics était réparti en deux volets : mise en place d’une campagne d’image destinée au marché français (2,5 M€) ; réalisation d’études par ODIT France pour améliorer l’offre touristique globale de l’île (2M€).

cc2005_fr.pdf cc2005_fr.pdf  (1.44 Mo)


Lu 4837 fois

Tags : amadeus
Notez


1.Posté par Mausy le 09/01/2007 09:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
En France, on est spécialiste des études, des audits et de la réflexion pour après ne rien faire. 2 millions d'euros pour trouver une solution à la relance du tourisme à La Réunion, alors qu'il suffit de donner 2 chiffres : décembre 2005 - 5.000 cas de chikungunya ; décembre 2006 - 4 cas de chikungunya. Mais c'est vrai qu'il n'y a pas que le chik en cause dans les mauvaises performances de l'industrie touristique à La Réunion, les promoteurs du tourisme aussi qui, même avec un budget de 4,5 M€ que leur aurait bien envié les mauriciens, ne récoltent que les miettes laissées par ces derniers. (Dernier point sur le chikungunya à La Réunion : http://www.chikungunya.net/maps/re/reunion.htm )

2.Posté par Gravier Jonathan le 09/01/2007 10:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La qualité des prestations hotelières à la Réunion

A la Réunion, la qualité des prestations et l'accueil dans certains hôtels sont de faible qualité comparés à nos amis Mauriciens. Je sais que les deux iles
n'ont pas les mêmes situations économiques mais des efforts restent quand même à faire sur l'île.
Dimanche matin, 8:00 je vais dans un grand hôtel quatre étoiles de l'Ouest, l'accueil y est froid. Le sourire est absent des visages. Le bagagiste est habillé comme un employé du BTP avec un bermuda gris et des chaussures de sécurité digne d'un maçon coffreur, accompagné de chausettes de football.
Les employés de cet hôtels murmurent des timides bonjours, un peu génés.
Assis dans le hall, en attendant de prendre sa chambre, on pourrait nous servir du thé, du sirop pas cher voire un cocktail gratuitement, histoire de nous faire patienter et de nous en mettre plein la vue.
Cet hôtel donne une image triste, sans musique. On pourrait passer en musique de fond du jazz, un "Baster", un séga.
Les plantes du hall ont les bacs remplis de feuilles mortes et mégots, certaines branches sont seches, non entretenues depuis au moins un mois.

Lorsqu'un client métropolitain paye un hébergement de qualité quatre étoiles, il s'attend à un semblant de luxe. Il attend un service, un accueil proche du luxe.

Heureusement que tous les hôtels quatre étoiles de l'Ouest n'ont pas la description ci-dessus et Vivemment qu'on prenne exemple sur nos amis Mauriciens.

3.Posté par Misstere le 09/01/2007 13:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Personnellement, je suis partie à la réunion à la mi novembre. A dire vrai, la population prend le "chik" à la plaisanterie. Il n'ya pas eu autant de dégat qu'on peu l'imaginer. Et il m'a été rapporté que tout ce qui a pu être dit à la télé avait largement été grossi. J'ai passé des vacances fabuleuses et je ne les oublierai pas...
maintenant je peux comprendre que l'on peut attendre de belles prestations d'un 4****, quand on y met le prix, la qualité doit être au rendez-vous.

4.Posté par NATHALIE le 09/01/2007 15:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je suis partie moi aussi à la Réunion en Octobre. Paysages et temps magnifiques et pas l'ombre d'un moustique. Par contre, partout un accueil très agréable du 2* au 4*.
Avec un vrai coup de coeur pour le site des Villa du Lagon (4*) à St Gilles et pour le Vieux Cep (3*) à Cilaos.
Un seul regret : 10 jours d'autotour s'était trop court. N'hésitez pas à partir 2 semaines !

5.Posté par nung le 09/01/2007 17:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
il y a une demande des touriste venant de l'asie pour la reunion ..mais ils ont beaucoup mal pour l'obtention un visa touriste..dommage ..malgré qu' air austral a ouvert une reunion -bangkok ..

6.Posté par Marylene le 09/01/2007 20:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Média privé dédié à la mise en valeur de l'ile de la réunion, et particulièrement par l'actualité de ses loisirs, en ligne depuis plus de 2 ans, nous avons maintenu l'intéret de nos lecteurs , malgré la crise et sans aide de l'état , nos espaces publicitaires n'ayant pas été choisis par l'agence parisienne de publicité en charge de la campagne, c'est bien dommage car 80 000 visiteurs mensuels uniques dont la moitié se connecte depuis la métropole, cela aurait certainement donné à certains de nos abonnés l'envie de venir ou revenir et comme les petits ruisseaux font les grandes rivières ...
Photos, webcams, agenda, bons plans et rédactionnel : tout y est ! bon surf à tous...

7.Posté par FRANCO le 10/01/2007 04:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Contrairement à ce que beaucoup de Français pensent, la crise sanitaire due au ckikungunya à la Réunion, n'a été qu'un révélateur amplificateur d'une très grave crise structurelle qui a démarré depuis 2000. Cette activité économique, qui comme en France est la première source de richesse et de véritable valeur ajoutée, n'est pas du tout considérée comme telle par les pouvoirs politiques tant locaux que nationaux. Aucune structure publique, ni les services de l'Etat, ni la région, ne s'occupe véritablement de la dimension ECONOMIQUE d'une activité qui est la première source de création d'emplois, de "devises" , de recettes pour l'ensemble de la société insulaire. Le Comité du tourisme n'est qu'une "machine à gaz" qui sert de mauvaise vitrine à des coûts excesivement élevés et qui n'a été très longtemps qu'un enjeu politicien dans les mains de ceux qui l'utilisent comme un hochet, tel le président passé, une marionnette d'un député maire déchu, ou telle la présidente actuelle, représentante du pouvoir politique régional, "régnant en maîtresse autoritaire et antidémocratique " car agissant totalement en relais politicien et aucunement en "pilote" du développement du principal secteur économique de l'île. La région à qui a été dévolue assez récemment la prérogative du secteur tourisme se désintéresse complètement d'une activité qui ne génère pas de recettes automatiques et juteuses aussi importantes que "l'octroi de mer" et sa taxe additionnelle qui vient d'être doublée, cette taxe d'Ancien Régime" qui porte sur tout ce qui importé et qui est très lucrative. La meilleur preuve de ce total désintérêt pour le premier secteur économique de la Réunion : les voeux pour 2007 de son vieux président communiste qui ne dit PAS UN MOT SUR LE TOURISME !!! Quelle belle preuve de l'inconscience de ceux qui sont "aux affaires" et qui détiennent les millions € de l'argent public. Comment dans ces conditions les professionnels de cette activité qui est la première dans notre pays, mais aussi dans notre île, peuvent-ils avoir confiance en l'avenir ? L'argentde la France, de l' Europe, des contribuables locaux, est allègrement dépensé à des amussettes préconisées par des gens entièrement incompétents mais qui savent à qui et pourquoi ils distribuent les millions de l'Etat, donc de le solidarité nationale. Tant que l'interférence politicienne prévaudra, tant que l'intérêt général de la Réunion, mais aussi de la France dont elle est une destination qui pourrait jouer un rôle important dans l'économie locale mais aussi dans l'économie nationale, seront ainsi abandonnés à des incompétents irresponsables, il y aura peu d'avenir pour cette filière. Si les professionnels, les vrais acteurs de la création de richesse de ce secteur économique, ne prennent pas leurs affaires en main, avec le soutien de l' Etat, représentant impartial de l'intérêt de la Nation et de ses départements d'Outre-Mer quand les autorités locales y sont lamentablement défaillantes, il n'y aura pas de salut et d'avenir pour ce potentiel exceptionnel d'une si belle île de la France et de l' Europe de l'Océan Indien. Professionnels du tourisme réveillez vous, le tourisme a de l'avenir à la Réunion : construisons le TOUS ENSEMBLE.

8.Posté par Serge de Métropole le 02/02/2007 10:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
bonjour, nous avons passé avec mon épouse et ma belle soeur 3 semaines du 3 au 26 novembre 2006 sur l'ile de la reunion, et pas l'ombre d'un moustique, que de bons souvenirs, des personnes gentilles, accueillantes, rien a voir avec notre mentalité en Métropole!! nous revenons cette année 3 semaines en novembre, au Tampon où nous avons trouvé un appartement sympas chez un propriétaire trés sympas!! pour moi et mon épouse c'etait la première fois en 2006 de retour en 2007 et pourquoi pas en 2008 n'hésitez pas a venir sur cette superbe ile!!!


Dans la même rubrique :
< >

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com