TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





La case de l'Oncle Dom : Sé-lec-tour-ie, ton univers im-pit-oy-able…

L'édito de Dominique Gobert


Rédigé par Dominique Gobert le Dimanche 14 Juin 2015

Il y a quelques jours, le Congrès du Cediv, ce petit réseau d'indépendants se réunissait afin d'envisager, avec les producteurs, les meilleures conditions pour vivre et accessoirement, de travailler… ensemble. Pas l'avis de la Selectourie !



La case de l'Oncle Dom : Sé-lec-tour-ie, ton univers im-pit-oy-able…
Dans un esprit réciproque de dialogue, de compréhension et d'intérêt pour chacun.

En bref, pas d'agression, pas de rapports de force. Juste un esprit de coopération.

Il en est d'ailleurs résulté un projet de Charte éthique, qui, si elle était respectée et actée, devrait permettre à chacun de gagner sa vie sans racketter l'autre.

C'est d'ailleurs une exception, dans cette industrie. Chez Manor aussi, où les rapports producteurs-distributeurs sont basés sur des ententes raisonnables et une volonté égale de travailler ensemble, pour le meilleur.

Chez TourCom, c'est encore différent, ce que je pourrais qualifier, de la part de ce réseau de "tous pour un et un pour un". Mais c'est un autre problème.

En Sélectourie, foin de tout ceci. "Nous sommes les plus grands, les plus gros, les meilleurs et c'est nous qui avons raison" ! Paf, servez chaud, c'est comme ça et pas autrement.

La case de l'Oncle Dom : Sé-lec-tour-ie, ton univers im-pit-oy-able…
Et comme les nouveaux contrats de référencement sont en cours de négociation, ça chauffe dur, d'autant que le réseau semble décidé à "changer" ses modèles de rémunération, allègrement et sans aucun état d'âme vis-à-vis de ses producteurs, théoriquement ce que l'on nomme des "partenaires".

Apparemment, fini les histoires de Top 14. On passe maintenant à trois types de contrats, "partenaire privilégié" (le contrat de base), "partenaire essentiel" ou "partenaire élite" !

J'ai pu mettre la main sur un de ces contrats. Le plus basique, le "privilège"… et franchement, j'aimerais pas être un producteur désireux de se faire agréer par la Selectourie...

Damned, caramba et tutti frutti… Le nouveau Directeur Général, le bijoutier qui a été préféré au Jean-Noël Lefeuvre (à la grande déception de ce dernier), va avoir du mal en prenant son poste à la rentrée.

Tiens, d'ailleurs, contrairement à ce qui a été écrit dans les gazettes, il n'a pas été élu à l'unanimité… Mais bon, c'est pas le propos.

J'ai donc consulté, avec la plus grande attention ce nouveau contrat. Il m'aura d'ailleurs fallu le week-end, y'en a 36 pages. Je vous passe les différentes exigences requises des Producteurs…

Et c'est carrément indécent, je n'hésite pas à le dire. Pourtant, j'ai souvent défendu les agences de voyages (combien de fois me suis fais-je traiter de poujadiste), mais là, franchement, on peut comprendre l'ire et l'incompréhension des producteurs.

Et ce n'est pas le plus grave.

Dorénavant, la Sélectourie réclame le commissionnement sur (et je cite, page 21 du contrat Privilège), "les taux de commissions sont Hors TVA (H.T) et sont appliqués sur le montant brut total.

On entend par "brut total " le prix total facturé au client sans aucune exclusion".


Donc, le producteur doit commissionner sur le TTC, c’est-à-dire toutes les taxes, charges de carburant incluses. En clair, on commissionne même sur des taxes qui relèvent de l'impôt !

Ce qui me parait pour le moins illégal…

Bien évidemment, je ne parle même pas de la rémunération du siège (2%) et les fameux "fonds marketing" dont on ne sait jamais trop où ils vont.

Sans parler de la "participation" des TO aux différentes manifestations organisées par les réseaux et qui coûtent bonbon…

D'ailleurs, après avoir interrogé certains membres de Sélectourie, j'en ai beaucoup qui ont trouvé cette décision "stupide et imbécile" : "on va se tirer une balle dans le pied me confiait l'un d'entre eux…"

Au Seto, on est vent debout. Pour une fois, son vice-président (enfin, l'un de ses vice-présidents), Jean-François Rial, également PDG de Voyageurs du Monde, a accepté de s'exprimer.

"Cette demande de AS voyages de demander une commission sur des éléments comme les taxes et les surchargés carburants me parait PROFONDEMMENT injustifiée.

Comme lorsque les associations de consommateurs qui nous demandaient de supporter les coûts conséquences de force majeure (!!!), cette demande du plus grand réseau d'agences de voyages français sensé élever le débat me laisse les bras ballants.

En effet cette proposition est à la fois :

1) Intellectuellement indéfendable. Ce qui relève de l'impôt ne peut pas être commissionné
2) Moralement insupportable car elle reflète que seul le rapport de force compte et non les arguments sur le fonds
3) Économiquement idiote, car à partir du moment où les voyagistes ne prennent de marges sur ces éléments, comment pourraient-ils commissionner ces éléments ?

Au fond, ces positions qui seront "perdantes/perdantes" ne pourront que favoriser la désintermédiation des clients, car c'est bien lui qui au final paiera, mais aussi les ventes directes des voyagistes qui ne pourront que s'accélérer.

Les positions nouvelles d'un réseau comme le Cediv semblaient augurer d'un nouveau contexte, AS nous a vite rappelé les positions ringardes traditionnelles...."


Rien à ajouter, si ce n'est la phrase célèbre de Danton : "De l'audace, encore de l'audace, toujours de l'audace"!

Il s'est fait couper le cigare, vite fait, bien fait…

Lu 2108 fois

Notez


1.Posté par Le renard argenté le 15/06/2015 10:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cette décision est sotte effectivement...

...à moins que les TO soient invités à revoir les taux de commission afin de ramener les choses égales par ailleurs!

Et là, la décision prend tout son sens, car le calcul pour les uns et la vérification pour les autres, sont désormais facilité.

Il ne s'agit peut-être que d'un "oubli" sur une des 36 pages du contrat...

Une manière élégante pour Sélectour de sortir de ce mauvais pas : Merci Renard Argenté!

2.Posté par BigBisou le 15/06/2015 11:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,
Je certifie exactes ces informations car on a été dans ce cas. En ce qui nous concerne, on a estimé les frais annexes (hors fond marketing) à environ 7% du CA hors taxes juste pour avoir le droit d'être référencés. Puis, on nous a dit qu'il n'y a aucune garantie de volume de réservation, à nous d'être bons au niveau prix. A moins de délocaliser 3/4 de nos effectifs dans des pays où la main d'oeuvre est moins chère, il nous était impossible. Notre Direction a préféré garder tous nos collègues en France, faire moins de CA mais avoir des conditions de travail et salaire décents. Heureusement que nos partenaires (d'autres réseaux d'agences) sont plus compréhensibles et jouent le jeu.
Finalement on a un quadra "gagnant-gagnant": le client qui aura de tarifs plus compétitifs que sur Booking.com, l'agence qui va faire de ventes (au lieu de voir ses clients réserver sur Booking.com), nous qui nous continuons à avoir un travail et le faire avec passion et l'Etat qui encaisse les charges sociales au lieu de devoir dépenser des allocations chômage.

3.Posté par Lafêteàneuneu en arazlebol le 15/06/2015 13:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le type de comportement de ce Distributeur pousse les producteurs à se tourner vers d'autres canaux de distribution. Car , il y a un élément qui n'a pas été évoqué dans ce sujet : Le délai de paiement des fournisseurs !
Règlement sur relevé en date de départ ! SVP ! Alors même que le Distributeur a bien souvent réglé l’aérien plusieurs mois avant (compte tenu des exigences drastiques du BSP).

Au détriment de qui cette trésorerie ? Toujours du fournisseur !

4.Posté par françois piot le 15/06/2015 14:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ce débat est un faux débat. En Allemagne, les TO commissionnent le TTC, comme dans les autres pays du nord de l'Europe. Un tel système permet davantage de transparence et de simplicité (qui sait contrôler ses supercoms?). Cela éviterait, par exemple, qu'un TO vous promette du 13 ou 14%, et qu'à la fin du calcul votre commission ne soit que de 9% sur le TTC. D'ailleurs, si vous calculez bien, le coût de la centrale de paiement (0,6% à 1% du TTC) vous coûte en fait 7 à 11% de votre revenu réel...

5.Posté par BigBisou le 15/06/2015 17:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J'ai oublié de préciser que les 7% concernait uniquement si on voulait travailler avec Selectour. Avec les autres réseaux on n'a pas (ou très peu, voire pas du tout) de frais "extra" et ça fonctionne parfaitement. Et le réseau de M. Piot en fait partie de ces exemples à suivre.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com