TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





La case de l’Oncle Dom : Selectour, la guerre de Troie aura-t-elle lieu ?

L'édito de Dominique Gobert


Rédigé par Dominique Gobert le Dimanche 15 Octobre 2017

Même au mieux de leur forme, ni Demonchy, créateur de Selectour, ni Mas, grand « repreneur » d’Afat, ni le duo infernal combiné avec François-Xavier de Boüard pour organiser le plus gros réseau de distribution français, n’auraient osé…



N’empêche, Président Bitbol poursuit son objectif : imposer un nouveau modèle économique entre distributeurs et producteurs, et, accessoirement, faire de Selectour un super hypermarché des voyages. - Photo : Selectour
N’empêche, Président Bitbol poursuit son objectif : imposer un nouveau modèle économique entre distributeurs et producteurs, et, accessoirement, faire de Selectour un super hypermarché des voyages. - Photo : Selectour
Et pourtant il fallait quand même s’y attendre.

Plus que jamais, entre distribution et production, les relations sont tendues.

Certes, l’embellie de ces derniers mois provoque, du moins en surface, une légère trêve, mais il semble que ce ne soit que pour mieux rebondir.

Les Forces de Ventes de Selectour ont souvent été un moyen de délivrer, auprès des forces vives du secteur, les vendeurs, un message quasi subliminal à l’intention des grands décideurs.

Athènes, lieu mythique et privilégié de ces dernières forces de ventes Selectour, en aura encore une fois été le théâtre, en prélude à une guerre de Troie qui aura sûrement lieu.

TUI France, plus modestement mais avec autant d’énergie, Thomas Cook, l’ont compris depuis longtemps : si les grands réseaux restent maîtres du terrain, il n’y aura plus qu’à passer sous leurs fourches caudines (vous remarquerez au passage les références pseudo historiques avec Athènes, les Grecs et ce que vous voudrez).

Dominique Gobert - DR
Dominique Gobert - DR
N’empêche, Président Bitbol (qui, je rassure les grincheux de tous poils, ne participe pas à ma réussite financière ?!) poursuit son objectif : imposer un nouveau modèle économique entre distributeurs et producteurs, et, accessoirement, faire de Selectour un super hypermarché des voyages.

Un parallèle audacieux qu’ont créé, en leur temps, les Auchan, Carrefour et autres. Y’a qu’à voir les relations de plus en plus tendues entre les agriculteurs et les supermarchés.

Pour Bitbol, c’est aussi une question de préserver son mandat de président, qu’il n’est pas sûr de voir renouveler une nouvelle fois… Et c’est loin d’être gagné !

Faut dire aussi que le réseau avait profondément besoin d’être « réformé », pour ne pas dire transformé. Je remarque que, enfin, le pilotage des ventes revient au cœur des préoccupations, ce qui était loin, une fois de plus, d’être gagné.

Le réseau veut s’appuyer sur les forces vives de la nation, en promettant des « récompenses » en bons cadeaux et autres carottes… A condition que les patrons d’agences soient d’accord.

Je lisais quelques réactions de vendeurs… Va peut-être falloir que, dans les agences, on joue le « collectif » cher à ce bon vieux Aimé Jacquet ou…

Quant à ces « récompenses », là encore, rien n’est clair.

Ou plutôt si, tout est clair : si je comprends bien, lors des nouveaux contrats de référencement qui devraient débuter dans quelques mois, les futurs référencés devront non seulement devenir plus « privilégiés », mais également plus « contraints ».

De là à ce que ces « chèques cadeaux » ou récompenses viennent « en plus des fonds marketing » totalement délirant, y’a qu’un petit pas à franchir…

On remarquera au passage que, désormais, c’est le GIE (Havas/Selectour) qui basculera également vers la partie « tourisme » (et plus uniquement affaires) qui sera chargé des négociations futures.

Et rien n’interdit de penser que, dans un futur proche, un troisième partenaire se greffe à ce GIE ?

Et, pour ne rien vous cacher, j’ai quand même, encore et toujours, une grave question quasi existentielle, que, derechef (ça c’est pour faire plaisir à un vieux copain et paraphraser Président Macron, mais j’aime bien les vieux mots désuets) : qui pourra véritablement piloter les ventes d’un réseau peuplé essentiellement de Gaulois indépendants et pas forcément unis ?

A moins bien sûr, de dictatorier…

Lu 2114 fois

Notez


1.Posté par martino180 le 16/10/2017 09:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Sacré Abitbol !
C'est plus facile de faire augmenter les commissions aux autres.

Quelle est la part du chiffre de Voyamar par les agences Voyamar qui passe par la centrale Selectour ?

A mon avis, rien ! et comme ça Voyamar se garde toutes les commissions et super commissions de ces propres ventes tout en touchant les marges arrières qui redescendent du siège des autres membres du réseau Sélectour .

2.Posté par Surpris le 16/10/2017 09:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Comment un mec qui met en place des chaînes au départ d'un aéroport régional, supprime au dernier moment ses vols faute de remplissage, demande de surcroît 40 euros par passager pour les acheminer vers un autre aéroport (ce qui est interdit par la loi), peut se retrouver aussi longtemps une figure du tourisme en France ?

J'hallucine et je me dis que certaines personnes qui lui cirent les pompes aujourd'hui tomberont de bien haut demain.

3.Posté par Dominique Duc le 16/10/2017 17:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
En tant que directeur général de Voyamar Aerosun, je souhaite apporter une réponse au dernier commentaire.
Je suis le "mec" qui établi d'une année sur l'autre tous les programmes charters moyen-courrier chez Voyamar Aerosun. Cette programmation peut en cours de saison être perturbée par des évènements extérieurs indépendants tels que des catastrophes naturelles ou des crise politiques.
Malheureusement, ces dernières années notre professions n'a pas été épargnée.
Nos programmes de vols sont donc soumis, de façon cycliques à ces événements et nous devons gérer nos avions afin d'optimiser nos remplissages. Notre défi est de remplir les avions, optimiser nos engagements aérien et hôteliers, afin de pouvoir garantir à nos clients le meilleur rapport qualité prix sur nos produits.
Certaines annulations ou régulations sont nécessaires, mais nous avons toujours assumer les reprotections de nos clients sans suppléments...
C'est pourquoi, je ne comprends pas ce supplément de 40 € dont "l'invité mystère" fait référence.
Je suis prêt a échanger à visage découvert si cette personne le souhaite.
Voici mes coordonnées :
Dominique Duc / DG Voyamar Aerosun
tel : 04 72 43 07 64

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure

















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com