TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e
Loading






La cyberfraude ou comment écarter les internautes du site détenteur de la marque

par Charlie Abrahams, Vice-président EMEA, MarkMonitor


Rédigé par La Rédaction le Mardi 17 Mai 2011

Si le monde du voyage repose désormais largement sur Internet, il est naturellement exposé à tout ce qui fait la cybercriminalité. Le trafic Internet revêt une importance cruciale pour les voyagistes. Mais de plus en plus d’usages frauduleux visent à écarter les internautes du site web du détenteur de la marque.



Le cybersquattage (utilisation illicite d’une marque dans un nom de domaine) l’une des plus grosses escroqueries dans le secteur du tourisme, connaît, un taux de progression d’environ 40% par an...
Le cybersquattage (utilisation illicite d’une marque dans un nom de domaine) l’une des plus grosses escroqueries dans le secteur du tourisme, connaît, un taux de progression d’environ 40% par an...
Les fraudeurs utilisent pour conduire leurs attaques les outils et les méthodes les plus divers, aussi il est recommandé aux marques d’adopter pour se protéger une approche holistique.

Pour être efficace, une campagne de sécurisation associera une prévention proactive, une détection rapide et des mesures correctives énergiques.

Les voyagistes ne peuvent pas se permettre de voir leur chiffre d’affaires amputé et leur réputation atteinte, ou encore de perdre la confiance de leur clientèle, au risque d’un impact financier majeur sur leurs transactions en ligne.

Dans le secteur du tourisme, l’arrivée du trafic sur le site de la marque est cruciale : elle offre un retour sur investissement bien plus direct que dans tout autre secteur d’activité.

Si le client est orienté ailleurs que vers le site web du détenteur de la marque, sa réservation risque de ne pas se concrétiser, d’où une perte de chiffre pour le voyagiste.

Lorsqu’une marque réputée est utilisée à mauvais escient, pour détourner le trafic Internet, l’impact financier est énorme. Les méthodes les plus courantes en la matière sont le cybersquattage (utilisation illicite d’une marque dans un nom de domaine) et le détournement des liens sponsorisés.

Cybersquattage : progression d’environ 40% par an

Le cybersquattage, l’une des plus grosses escroqueries dans le secteur du tourisme, connaît, un taux de progression d’environ 40% par an .

Sa pratique permet de générer facilement du trafic à partir des moteurs de recherche : le nom d’une marque réputée est utilisé comme une partie d’un nom de domaine pour orienter le trafic vers des sites étrangers à la marque.

Les fraudeurs enregistrent ainsi régulièrement des noms de domaine reprenant le nom d’une entreprise ou de l’une de ses marques.

Le détournement des liens sponsorisés est lui aussi couramment utilisé pour détourner le trafic lié au tourisme.

Le fraudeur achète des noms de marque comme mots-clés pour orienter les clients potentiels de ces marques vers ses sites web.

Dans le secteur du tourisme, les escrocs ne sont pas les seuls responsables des usages frauduleux et il n’est pas rare que d’authentiques partenaires des détenteurs des marques soient impliqués.

Ces partenaires violent délibérément les conditions d’utilisation des marques pour orienter le trafic vers leurs sites intermédiaires.

Sécuriser son portefeuille de domaines

Ces sites proposent alors des liens vers les sites des détenteurs légitimes des marques, mais au passage, l’intermédiaire est en droit de prétendre à une commission.

L’impact pour certaines des plus grandes marques du secteur n’est pas neutre, puisque le trafic devrait en fait atteindre directement leur site, sans versement d’une commission.

En fait, ces "partenaires" violent les accords conclus et escroquent certaines des marques les plus réputées du secteur.

Autre mesure importante pour les voyagistes : protéger leurs domaines. Chaque entreprise devrait définir une stratégie pour sécuriser son portefeuille de domaines.

Le risque est trop grand pour être ignoré : la continuité des opérations dans le secteur du tourisme dépend du fonctionnement des URL et des sites.

Idéalement, il faudrait éviter totalement les attaques sur les noms de domaines. Dans la pratique, les marques doivent au moins déployer des procédures avérées et s’appuyer sur des partenaires expérimentés pour pouvoir réagir rapidement et minimiser les dommages.

Lu 2719 fois
Notez


1.Posté par Vergoz V. le 18/05/2011 07:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Permettez moi de vous signaler l'existence d'un logiciel de sécurité bon marché, très simple d'installation et d'utilisation, primé plusieurs fois par l'Etat Français :

www.binarysec.com

il fonctionne sur un principe unique d'auto apprentissage grâce à un moteur d'intellingence artificielle quand les produits concurrents nécessitent du paramétrage manuel... Certaines grosses sociétés l'ont déjà adopté...

Et last but not least, il accélère les flux et rend votre site plus "rapide"...

Cocorico c'est français.... !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

PUBLICITÉ
Ombeline POIRON
publicite@i-tourisme.fr
+33 1 85 74 23 33








Dernière heure











Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com