TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Le protectionnisme va-t-il couper les ailes au transport aérien ?

La chronique de Jean-Louis Baroux, expert aérien


Rédigé par Jean-Louis BAROUX le Mardi 7 Février 2017

Les compagnies aériennes peuvent-elles continuer à prospérer à l'international dans un contexte où la tendance au protectionnisme se propage à travers les Etats ? Jean-Louis Baroux, chroniqueur spécialiste du transport aérien, imagine plusieurs cas de figure pour tenter de répondre à la question.



Les compagnies aériennes internationales auront du mal à développer leurs activités dans un contexte de protectionnisme global - Photo : Stéphane Masclaux-Fotolia.com
Les compagnies aériennes internationales auront du mal à développer leurs activités dans un contexte de protectionnisme global - Photo : Stéphane Masclaux-Fotolia.com
Les récentes déclarations du nouveau Président des États-Unis ne présagent rien de bon pour le transport aérien.

La question à se poser est celle-ci : cette activité peut-elle se développer avec des barrières érigées soi-disant pour protéger les Etats ?

Le principe même du transport aérien est d’amener les passagers d’un pays à un autre.

On voit bien alors que le protectionnisme est totalement antagoniste avec son essence même.

Les Etats jaloux de leur souveraineté

Néanmoins ce protectionnisme peut s’exercer de manière insidieuse, par exemple en mettant en cause les accords d’"Open Sky" péniblement négociés au cours des deux dernières décennies.

L’affaire est d’autant plus d’actualité que l’Europe d’un côté, et les États-Unis de l’autre, sont en pleine phase de réactualisation des accords aériens entre les deux principales entités économiques.

L’axe transatlantique restera encore pour pas mal de temps la principale voie aérienne de la planète.

Les messages envoyés par la nouvelle administration américaine sont à cet égard inquiétants.

En effet, quels que soient les traités, l’espace aérien appartient aux Etats et ceux-ci sont jaloux de leur souveraineté.

Il est donc facile pour un gouvernement d’interdire, ou plus vraisemblablement de réglementer, l’accès de son territoire à tel ou tel transporteur sous prétexte qu’il est d’une nationalité indésirable. Bien entendu, ce faisant, l’état en question s’expose à la réciproque.

Même défi en Europe avec le Brexit

Supposons, juste pour le raisonnement, que l’Administration américaine se mette à prendre fait et cause pour les trois grands transporteurs du pays que sont Delta, United et American Airlines, dans leurs plaintes envers les compagnies du Golfe accusées de recevoir des aides indues de la part de leurs gouvernements.

Elle peut très bien restreindre les accords de trafic actuellement en vigueur et porter ainsi un coup très dur à l’expansion de ces transporteurs.

Mais alors, ces derniers riposteront certainement en annulant par exemple les énormes commandes d’avions qu’elles ont placées auprès de Boeing
.

Certes, ce scénario est peu probable et c’est heureux.

Mais le message envoyé par ce qui reste encore le premier pays en termes économiques est tout sauf rassurant, car il peut avoir un effet d’exemple pour nombre d’autres états qui s’estimeraient mieux protégés par de fortes barrières douanières.

Nous sommes confrontés en Europe au même défi avec le Brexit.

Si l’on suit les règles des traités européens, et pourquoi ne le ferait-on pas, il faudrait renégocier avec la Grande Bretagne tous les accords avec chacun des pays européens ?

Et alors, je ne suis pas certain que les transporteurs britanniques puissent retrouver les droits de trafic dont ils jouissent actuellement.

Les premiers visés seront alors les « low cost » dont l’activité est jugée prédatrice par les compagnies européennes traditionnelles.

Détruire ce qui marche pour protéger ses concitoyens

Faisons l’hypothèse qu’easyJet, par exemple, voit ses droits fortement entamés alors que sa principale activité s’exerce maintenant à l’intérieur même de l’Europe continentale.

La conséquence sera certes très nocive pour la compagnie britannique, mais les dégâts seront également très sensibles pour les clients européens qui verront beaucoup de dessertes arrêtées car elles ne sont exploitées que par ce transporteur.

Et puis la concurrence ne pouvant plus jouer, les prix remonteront et la qualité de service diminuera.

Bref tout ce discours sur le protectionnisme qui devient à la mode et s’installe dans les campagnes électorales ne sent pas bon pour le transport aérien.

En voulant trop protéger leurs concitoyens, certains politiques n’hésitent pas à détruire ce qui marche.

Et le transport aérien est un vivant exemple de ce que la libéralisation peut faire de mieux pour les habitants de la planète.

La dérégulation et les accords de « ciel ouvert » ont entraîné de considérables progrès, non seulement pour l’activité aérienne en elle-même, en faisant baisser les coûts et en améliorant considérablement la qualité et la sécurité, mais également en permettant aux populations de voyager, de rencontrer d’autres civilisations et finalement de mieux respecter les autres.

Au fond, le transport aérien est l'un des principaux facteurs de paix dans le monde. Il ne faudrait surtout pas le mettre en danger.

Le protectionnisme va-t-il couper les ailes au transport aérien ?
Jean-Louis Baroux, est l'ancien président d'APG (Air Promotion Group) et le créateur du CAF (Cannes Airlines Forum) devenu le World Air Forum.

Grand spécialiste de l'aérien, il a signé aux éditions L'Archipel ''Compagnies Aériennes : la faillite du modèle'', un ouvrage que tous les professionnels du tourisme devraient avoir lu.

Les droits d'auteur de l'ouvrage seront reversés à une association caritative. On peut l'acquérir à cette adresse : www.editionsarchipel.com.

Lu 1981 fois

Tags : brexit, easyjet, trump
Notez


1.Posté par westar le 08/02/2017 14:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mr Baroux


Au contraire, c'est une excellente nouvelle : le pavillon national pourra refleurir.



je ne suis pas d accord avec vous concernant Easyjet : la nature a horreur du vide. Transavia ou un nouvel AOM/AIRLIB refleurira.

et puis, etes vous sur de ce que vous affirmez :

" La dérégulation et les accords de « ciel ouvert » ont entraîné de considérables progrès, non seulement pour l’activité aérienne en elle-même, en faisant baisser les coûts et en améliorant considérablement la qualité et la sécurité, mais également en permettant aux populations de voyager, de rencontrer d’autres civilisations et finalement de mieux respecter les autres.
Au fond, le transport aérien est l'un des principaux facteurs de paix dans le monde. Il ne faudrait surtout pas le mettre en danger "

2.Posté par Captain Airline le 09/02/2017 16:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,

Bien que je sois contre la forme de protectionnisme qui s'avére se mettre en place, d'ici ou la, je ne suis pas favorable à cette expansion tout azimuth du transport aerien et notamment des LCC, et futurs Long Haul LCC. Il n''y a aucun intérêt à transporter des passager sans 'le sou' qui ne contribuent aucunement à de la création de richesse, et viennent détruire en masse des éco-systémes, dans leur ensemble, fussent-ils de prime abord écologiques, mais aussi financiers, en créant des conditions de concurrence déloyales dans des formes d'hergement ou de transport prétendument 'novatrices' comme Rbnb, ou Uber.
Le progrés doit passer mais cette route n'est pas la bonne, elle ne conduit qu'à traiter des problémes qui ne seraient pas résolus sans l'aide d'algorythme. Cela contribue, à des concurrences déloyales, en terme de charges sociales, de retraites, mais aussi de niveau de formation, de respect des normes de securité, et de sureté. Il faut repenser le modele en fonction des flux reels de passagers, et non en terme de dumping. La 5 eme liberte, le ciel unique, ne devraient concerner que les pays d'un même espace économique où les régles seraient uniformisées en globalité, cela pour une concurrence saine et loyale.
Les accord bilateraux pourraient le cas échéant garantir une libre concurrence de même niveau dans des espaces définis. Voilà pourquoi, les américains ont voté Trump, (pour ceux qui ont voté). Le dumping social ne peut pas s'établir sans règles communes, auquel cas nous assistons aux révoltes populaires, qui viennent d'arriver, Brexit, Trump, et aussi aux futures réalisations des prédictions actuelles.
Ce modéle économique de tourisme de mase détruit les ressources globales de notre éco-systéme planétaire sans compensation pour l'humanité, et encore moins pour chaque homme traité dans son individualité.
Un commandant de bord, qui voit le monde se dégrader de plus en plus vite. Pour le seul bénéfice de quelques un qui accumulent un niveau de richesse individuelle inégalée depuis la mondialisation.
Stop-it

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 23 Octobre 2017 - 15:02 Thalys fête une année complète de croissance


PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure

















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com