TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Le sud tunisien : sécurisé mais sinistré


Rédigé par Michèle SANI en Tunisie le Mercredi 30 Mars 2011

En ce mois de mars 2011, 9 semaines et demi après sa révolution le sud tunisien est sécurisé mais sinistré. La chute vertigineuse d'un tourisme essentiel pour son économie ajoutée à celle du commerce – parfois parallèle – avec la Libye l'ont très durement touché. Et pourtant, ici, tout est sérénité, beauté, douceur et gentillesse.



Habib Amar DG de l'ONTT, Mehdi Houas ministre du Tourisme de Tunisie, Boris Boillon ambassadeur de France en Tunisie, Amel Hachani représentante du Tourisme tunisien en France, Ezzedine Beschaouch ministre de la Culture et Slim Chaker Secrétaire d'Etat
Habib Amar DG de l'ONTT, Mehdi Houas ministre du Tourisme de Tunisie, Boris Boillon ambassadeur de France en Tunisie, Amel Hachani représentante du Tourisme tunisien en France, Ezzedine Beschaouch ministre de la Culture et Slim Chaker Secrétaire d'Etat
Soleil brûlant du Sahara si proche, fraîcheur des oasis nées du miracle de l'eau, scintillement salé du chott, beauté sauvage des canyons de Mides, dunes de sable au reflets dorés et tout cela à moins de trois heures de Paris : au départ de sa petite capitale, Tozeur, le sud tunisien offre un dépaysement brutal où les paysages se bousculent et se contredisent superbement.

Tout cela, une trentaine d'ambassadeurs en poste à Tunis a pu le vérifier le week-end dernier à l'occasion du voyage organisé par Mehdi Houas, ministre du tourisme et du commerce de Tunisie. Ils ont tous constaté les conditions sécuritaires, la qualité de l'accueil des gens du sud mais aussi l'absence quasi totale de visiteurs étrangers ou nationaux.

A l'instar de leur collègue français, ils ont déclaré vouloir lever les restrictions que leurs pays faisaient encore peser sur la Tunisie. Au nom de ses confrères, l'ambassadeur de Roumanie a même déclaré « Nous serons aussi, désormais, les ambassadeurs de la Tunisie ».

« Sérénité, sécurité et... solidarité »

Slim Chaker, Secrétaire d'Etat au Tourisme tient à ajouter aux mots « sérénité » et « sécurité », celui de « solidarité ».

« Durant la révolution les Tunisiens ont été solidaires entre eux pour se protéger et faire face. En pleine crise économique et sociale ils ont accueilli les réfugiés qui fuyaient la Libye et partagé le peu qu'ils avaient. A notre tour aujourd'hui d'attendre un peu de solidarité des pays du nord. L'Europe a rendez-vous avec la Tunisie et elle n'est pas à ce rendez-vous ! ».

Partout en Tunisie, la cohorte des jeunes diplômés au chômage risque de s'amplifier. Dans le sud les nombreuses agences de voyages qui ont investi pour répondre aux demandes du tourisme saharien, les chauffeurs, les guides, les loueurs de quads, les restaurants, les hôteliers comme les petits marchands des rues ont des carnets de commandes réduits en peau de chagrin.

Faire face aux frustrations et réussir des élections permettant l'installation d'une vraie démocratie sont deux des priorités de Slim Chaker. Tout faire pour que les jeunes sans emploi ne se révoltent pour on ne sait quelle autre « finalité ».

Maintenant personne ne gagne

Les ministres de la Culture et du Tourisme en conversation avec un jeune de Mides qui demande la levée de vieilles tracasseries administratives empêchant son village de créer un petit centre de loisirs et d'accueil les visiteurs tunisiens et étrangers
Les ministres de la Culture et du Tourisme en conversation avec un jeune de Mides qui demande la levée de vieilles tracasseries administratives empêchant son village de créer un petit centre de loisirs et d'accueil les visiteurs tunisiens et étrangers
Rabih vend depuis 25 ans des cristaux de roche et des fossiles. Installé à l'entrée de la gorge encaissée qui mène à la source de l'oasis de montagne Tamerza, il parle librement et c'est nouveau. Depuis le 14 janvier, en Tunisie, le code a changé.

« Si je gagne, tout le monde gagne, le boulanger, le boucher, le maçon et alors on est tous ensemble, main dans la main. Maintenant personne ne gagne ».

Toujours en français il hésite un peu et ajoute. « Je souris aux touristes même quand ils n'achètent pas car le tourisme c'est mon métier et j'aime mon métier » . Enfin, il conclut : « Ici Madame, tout est calme et tranquille. On aime les touristes. Mais il n'y a pas de touristes. On ne comprend pas ».

Comment lui dire que la démocratie ne suffit pas pour drainer des flots de visiteurs. Que les images de violence ne s'effacent pas si vite et que dire aussi de cette Libye voisine à feu et sang...

Tozeur et Douz debout

Dans le sud tunisien l'onde de choc de la révolution fut importante. Les villes oasis de Tozeur et Douz ont payé un lourd tribut. Il y a eu de la violence et des victimes qui resteront à jamais dans les mémoires.

Mais Tozeur est déjà debout. Les derniers signes de la révolution et des actions d'intimidation sont effacés. L'ancienne étape des caravanes de la « route des palmes » a retrouvé sa sérénité...

Consacrée par les philosophes, les poètes, les astronomes et les mages, Tozeur aime a rappeler qu'elle fut, jadis, l'une des villes les plus prospères du monde saharien. Son architecture traditionnelle est à nulle autre pareille.

La ville ancienne en cultive le plus bel exemple avec ses façades en briques d'argile qui, tantôt en saillie, tantôt en retrait, offrent à toute heure du jour une étonnante géométrie d'ombres et de lumières.

De l'autre côté, à l'est du chott el Djerid, Douz, la plus saharienne des oasis tunisienne a retrouvé le sens de la fête, pour la première fois depuis la révolution.

Le festival de Douz, un must en terme de folklore et de traditions sahariennes se déroule chaque année durant la dernière semaine de décembre. Le week-end dernier, cette fête magnifique, de cavaliers et de méharistes en tenues de parade fut offerte aux ambassadeurs et aux gens de Douz.

Parler aussi des hôteliers du désert qui ont investi et lancé de véritables défis à la nature. Il en est pour exemple le Tamerza Palace, magnifiquement inscrit dans la roche ou encore, le Palm Beach de Tozeur, le bel hôtel de Mongi Loukil, l'un des pionniers du tourisme saharien. Il parle :

« Nous avons eu après la révolution une période de flottement. La constitution ne prévoit pas la fuite d'un président...Le climat est aujourd'hui apaisé. Ce gouvernement provisoire s'est mis au travail tout en préparant l'élection d'une assemblée constituante qui se déroulera le 24 juillet prochain avec des représentants de toutes les régions. Les partis politiques se forment ».

Ils seraient une cinquantaine de partis, à ce jour, dont 5 islamistes.

Lu 5627 fois

Notez


1.Posté par Imed le 31/03/2011 22:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nous sommes un famille tunisienne habitant Tunis, et nous avons choisi de faire le tour du sud durant les vacances de mars 2011. Tozeur, Lezard Rouge à Metlaoui, Mides Tamarza, Chebika, Douz, Ksar Ghilaine, puis maintenant nous sommes à Jerba. On a planifié d'une semaine au sud, malheuresemnt ce n'est pas suffisant car il y avait plein de chose a découvrir
Je conclu notre experience. à Tout les tunsiens, c'est le moment de visiter le sud, parceque il y a un grand choix poue les hotels, les prix sont très bas, et il n'y a pas beaucoup de monde. Et en plus notre action adouci un peu le manque à gagner de la disparité du touriste europeen.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com