TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Léa : On ne fait pas un métier facile... mais y’a moins bien et plus mal payé encore !

La life de l'agent de voyages (pas si) blonde


Rédigé par La Rédaction le Jeudi 30 Juin 2011

Le dernier post de Léa a déclenché une véritable polémique. On lui a reproché de se la péter, de donner des leçons à tout le monde, d'être la voix du patronat, critique et méprisante... Certes les agents de voyages ne font pas un métier facile mais qui est allé vraiment voir ailleurs comment ça se passe ? Léa a essayé de sortir de son quotidien de fabricante de voyages à la carte dans une grosse agence parisienne pour aller explorer des terres complètement inconnues : les autres professions !



Léa : On ne fait pas un métier facile... mais y’a moins bien et plus mal payé encore !
Lors de la publication de mon dernier billet, je me suis fait copieusement insulter : je me la pète, je donne des leçons à tout le monde, je suis la voix du patronat, je suis critique et méprisante.

Bon… comme j’ai un cœur (ah si, je vous assure… même si j’ai tous les défauts de la création, j’ai un cœur qui bat…), ces messages agressifs m’ont fait mal.

J’ai relu mes derniers posts et je n’y trouve pas tant d’agressivité. Il est vrai que je n’y vais pas avec le dos de la cuiller (spéciale dédicace à ma Mamie…) mais je n’ai pas l’impression d’être agressive.

Souvenez-vous du titre de l’un de mes premiers billets : « On n’a pas des métiers faciles ». Je maintiens. Et cette année, c’est plus dur encore que d’habitude.

Comme je suis « une ancienne » et que je travaille « dans une grosse agence parisienne », je sais que je suis ultra-privilégiée par rapport à la plupart de mes consœurs : salaire de base à peu près confortable, heures supp’ défiscalisées, nombreuses primes, éductours en nombre…

A Paris, il y a encore beaucoup d’embauches dans les « grosses agences ». Je suis consciente que toutes cherchent le même profil : genre 10 ans d’expérience, anglais courant, ayant beaucoup voyagé, maitrise d’un GDS, sens commercial, disponibilité…

J’ai été attaquée en réaction à mon dernier "post" mais je vous le confirme sans prétention : à Paris, quand on a la chance d’avoir un CV comme le mien, on peut « choisir son patron ». ça n’a pas été rose tous les jours pour moi…

J’ai été payée au SMIC dans une usine de vente de voyages en promo de dernière minute dégriffés, j’ai eu des petits chefs tyranniques et pour rien au monde, je ne souhaite à personne de vivre ce que j’y ai vécu. Mais comme dit ma Mamie « Paris ne s’est pas fait en un jour ».

Je sais que dans les villes moyennes, nombre d’agences tournent avec seulement une ou deux vendeuses, que les heures supp’ ne sont pas payées, qu’il faut être disponible tôt le matin et tard le soir, qu’à l’heure de fermeture du déjeuner, il faut passer à la banque, à la poste etc… que les commerciaux ne prennent pas le temps de vous visiter, que vous êtes rarement invitées aux éductours et que vous émargez au SMIC.

On n’a pas des métiers faciles…

Elodie, institutrice en CP Formation : Bac + 4 en lettres et sciences de l’éducation

J’ai essayé de sortir de mon quotidien de fabricante de voyages à la carte dans une grosse agence parisienne pour aller explorer des terres complètement inconnues : les autres professions !

Vous avez bien lu : Léa qui a les chevilles qui enflent et qui est autocentrée s’intéresse à ce qui ne lui ressemble pas ! Pour ce premier voyage en terres inconnues, je ne suis pas allée très loin : seulement dans le cadre de mes copines Elodie, institutrice en CP : Formation : Bac + 4 en lettres et sciences de l’éducation. Salaire : 1700 € nets par mois. Aucune prime ni avantage.

Responsabilités : apprendre à lire à 26 gamins (dont certains ont des parents qui ne parlent pas français) les intégrer au système scolaire, repérer les enfants en détresse.

Degré de stress/fatigue : 10 sur une échelle de 1 à 10. (Elodie a tout le temps des cernes, se couche à 22h tous les soirs, n’a pas de vie sociale en semaine).

Avantages : sécurité de l’emploi, 17 semaines de vacances par an. Inconvénients : pas de possibilité d’évolution, condamnée à garder le même employeur toute sa vie. Concurrence internet : non (pas encore…)

Céline, agent immobilier : Formation : Bac + 3 en droit

Salaire : 1200 € à 2800 € nets par mois. Moyenne inférieure à 2000 € nets par mois. Ce salaire comprend des primes sur objectifs mensuels qui impliquent de mener de front 1 – la vente (l’atteinte d’un certain chiffre d’affaire), 2 – le développement commercial (elle doit faire entrer de nouveaux biens à vendre).

Responsabilités : aucune. Degré de stress/fatigue : 4 sur une échelle de 1 à 10. (Céline a un chiffre à atteindre, elle court dans tout Paris toute la journée, même elle peut parfois faire les boutiques tranquille entre deux clients et n’a pas vraiment d’horaire.

Du coup, elle bosse en gros de 11h à 20h, ce qui lui permet d’avoir une vie sociale (en soirée, elle distribue ses cartes de visite). Avantages : liberté relative, a pu s’acheter un appart’ pas trop cher. Inconvénients : difficile de mener de front la vente et la prospection.

Concurrence internet et vente directe : énorme. A du mal à faire rentrer des affaires car les propriétaires préfèrent vendre en direct plutôt que par des agences (ça ne vous rappelle rien ?)

Barbara, petite main dans une maison de couture

Formation : BEP secrétariat (ben oui... ses parents ne voulaient pas que Barbara ait un métier manuel…) Salaire : à peine plus du SMIC. Parfois des primes lors des présentations des collections.

Responsabilités : aucune (à part la robe qui se déchire lors du défilé, mais ça ne serait vraiment pas de chance…). Degré de stress/fatigue : 4 sur une échelle de 1 à 10 toute l’année (mains qui se sclérosent et migraines oculaires) ; au moins 99 sur une échelle de 1 à 10 pendant les collections (avec directeurs artistiques hystériques qui hurlent à la mort). Avantages : bosse dans un secteur prestigieux, voit des mannequins, travail varié.

Inconvénients : ne rencontrera jamais son mari sur son lieu de travail. Concurrence internet : non. Mais délocalisation à outrance. Les jobs peu qualifiés sont partis en Asie, en Afrique et en Europe de l’Est. A Paris, ne reste que celles qui bossent dans le luxe.

Emma, journaliste-rédactrice dans la presse féminine

Formation : Prépa lettres, école de communication, école de journalisme. Sur-diplômée…

Salaire : 2000 € nets par mois en moyenne. Paye moins d’impôt grâce à une niche fiscale hallucinante (les journalistes ont droit à un abattement, c’est comme ça…), reçoit des invitations, des échantillons, des sollicitations en tous genres.

Responsabilités : pas grand chose (à part passer à côté d’une info dont va s’emparer une rédactrice concurrente qui va faire le buzz…)

Degré de stress/fatigue : 7 sur une échelle de 1 à 10 à cause des échéances à respecter : une soirée bouclage par semaine pour le journal qui est son employeur principal + ses piges qu’elle signe sous un faux-nom et son blog à animer.

Problème de foie possibles à terme. Vie sociale : coure sans cesse avec un immense sac fourre-tout, a deux i-phone et un blackberry, (crie dedans assez fort), appelle tout le monde « ma belle » ou « ma chérie » en appuyant sur les voyelles, doit parfois griffer les journalistes rivales pour obtenir une info/une interview.

Avantages : job glamour et rigolo, croise sans arrêt des sous-stars de la téléréalité, n’achète jamais à manger (cocktails) ni de crème de beauté (échantillons). Inconvénients : vie professionnelle vide de sens, garde-robe très encombrée.

Concurrence internet : énorme ! la presse est en danger car les tirages sont moindres et les annonceurs renoncent… Emma s’est diversifiée dans l’internet mais les piges qu’elle écrit doivent l’être presque immédiatement à la commande et ça rapporte des clopinettes (ça ne vous rappelle rien ?)

Babette, chargée d’affaires dans une banque

Ecole de commerce. Salaire : 2600 € nets par mois x 14. Responsabilités : fortes. Peut refuser un prêt à une entreprise et la condamner. Peut aussi accorder trop de crédit à une entreprise et faire perdre beaucoup d’argent à son employeur.

(Babette, n’est pas Jérôme Kerviel, non plus…). Degré de stress/fatigue : 8 sur une échelle de 1 à 10. (téléphone qui sonne tout le temps, alertes informatiques toutes les 5 minutes, listings indéchiffrables à exploiter, réunions interminables, clients agressifs).

Avantages : ne paye pas de frais bancaires, obtiendra des taux à moins de 1% quand elle décidera à acheter un appart ‘. Inconvénients : milieu machiste, client hargneux prêt à vous abandonner au concurrent pour une CB à 55 € offerte la 1ère année par le concurrent en question. Concurrence internet : énorme.

Les jobs de relation client de base sont désormais faits par des machines. (ça ne vous rappelle rien ? comme la billetterie simple quoi…)

A côté de mes copines, je me sens privilégiée

A côté de mes copines, je me sens privilégiée. Mes collègues et fournisseurs sont des amours, mes clients sont dans l’ensemble plutôt cools, et je dois avouer qu’il est plus sympa de vendre des vacances que des conventions-obsèques…

Je pars en vacances quand je veux et pour pas cher, mon travail est reconnu par ma hiérarchie, et de toutes mes copines, j’ai le travail le plus varié.

On n’a pas des métiers faciles, certes… mais y’a moins bien et payé encore bien moins cher !

Lu 8212 fois

Notez


1.Posté par faouzi sebbane le 04/07/2011 09:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Léa,
Tu représentes l'agent de voyages en voie de disparition . J'aimerais bien venir te visiter et pourquoi pas faire le touriste , peut être même prendre une photo .
Très heureux que ton salaire soit bon et que tu multiplies les éductours .
Aujourd'hui, grâce à Novelli, nous sommes concurencés par des personnes qui n'ont pas fait de BTS Tourisme et qui ne répondent pas à la convention collective des agents de voyages .
J'imagine que l'info est parvenue jusqu'à toi et que tu as conscience de l'enjeu ? du moins j'espère .
Donc je me permets ce petit conseil : au lieu de dire qu'il y a pire ailleurs sachant que le nivellement par le haut réclame beaucoup plus de courage ; qu'être l'envoyé spécial de son responsable pour souligner à quel point tu es contente de ton sort ne représente aucun intér^t ni journalistique , ni en terme de représentivité ; prends ton courage à deux mains et essaie de regarder comment améliorer le sort des collaborateurs comme la rémunération variable, la défense du statut et des avantages agents de voyages et comment valider la post- formation en eductours et d'éviter que se soit toujours les mêmes prévilégiés qui partent pour la quinziéme fois en éductour Maurice .
Tu représentes tout le problème de notre profession, quelques prévilégiés nombrilistes qui se gavent et oublient l'immense majorité de petits agents de voyages oubliés par des patrons trop bien défendus par l'oligarchie Snavienne .
A quand un syndicat des agents de voyages, un vrai !

2.Posté par Jim le 04/07/2011 09:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On dirait que les salaires que tu cites sont dans la moyenne de ceux des agents de voyage, c'est drôle... à part la petite main dans la maison de couture, je ne connais aucun agent qui a le même salaire que tous ceux cités. Exemple de l'institutrice avec un "salaire de 1700 € nets par mois. Aucune prime ni avantage" (comme si c'était le bagne) : j'aimerai déjà avoir les 1 700 € nets, et je m'en fous des primes qui vont avec !

3.Posté par Nathalie le 04/07/2011 10:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tout à fait d'accord avec Jim et Faouzi. Et même les gérants de petites agences de province ne touchent pas ça !(à peine 1 200 € net par mois sans prime) et impossible de partir en éductour, vu que pas les moyens d'embaucher du personnel et donc présent tout le temps à l'agence ! Certes, pas de patron, mais le stress (10/10 sur l'échelle) chaque mois de ne pas arriver à payer les charges...en se demandant si on pourra encore être là l'année prochaine !

4.Posté par Nikita le 04/07/2011 11:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Décidemment Léa, ton discours ne reflète vraiment pas les conditions de travail de la majorité des agents de voyages et donne l'image encore une fois d'une parisienne qui se la pète.
Ceux qui se cachent derrière ton prénom pour faire des articles devraient vivement venir faire un stage en agence pour comprendre la réalité du marché... objectifs à atteindre, heures supp non payées... et pouvoir écrire d'autres articles.




5.Posté par Citoyen le 04/07/2011 12:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"mais y’a moins bien et payé encore bien moins cher "
Et pourquoi pas donner l'exemple d'un ouvrier métallo qui a bossé 30 ans dans son usine qui se retrouve balayeur de l'école publique de son village pour 850 nets car ne faisant que 25h hebdos?
Ridicule de trouver des comparaisons incomparables. Ce n'est pas un article, on dirait un blog de quelqu'un qui s'ennuie, qui n'a rien à dire et qui fuit les réalités.
Un article de "bobo" dit-on de nos jours ?
Je fais 60h hebdo pour moins du Smic et 15 jours de fermeture par an pendant lesquels je ne peux pas partir car haute saison partout ailleurs, et pas assez d'argent pour se payer des vacances même au tarif AgV.
Quel pied hein ? Y'a pire, ben oui, mais pourrait y avoir mieux compte tenu de nos investissements personnels, et financiers en plus pour d'autres.
Privilégiée par rapport à ta "Babette" par exemple, c'est du n'importe quoi.
Si tu connais ce boulot, tu dois savoir que nombre d'entre nous rêvent souvent de changer de crèmerie, et avoir un poste à 2600 nets comme ta babette, tes 5 semaines de CP, tes 14 mois, et tous les avantages CE, font largement plus peser dans la balance que de vendre des voyages qu'on ne fera jamais.
Est-ce Pif Gadget ce magazine ?

6.Posté par Nananère le 04/07/2011 14:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
D'un certain côté c'est un peu vrai que Léa se la pète grave (elle en a conscience et le dit elle même dans son blog) et ça énerve, et d'un autre je trouve (cela n'engage que moi) elle a un peu raison. C'est vrai qu'à Paris il y a beaucoup plus d'offres, et pour les candidats expérimentés c'est vraiment plus facile de négocier des salaires. D'ailleurs, il n'y a parfois même pas besoin de négocier. On donne son prix et c'est ok de suite, même en agence de voyages. Biensûr ce ne sont pas toutes les agences, mais y en a!
Rien à voir avec la province cependant, certaines paient bien, mais il y en a peu... beaucoup moins d'offres, plus de candidats, et même s'ils peinent à recruter car souvent les employeurs veulent le beurre, l'argent du beurre, etc... ils n'iront pas beaucoup plus haut que le smic... Alors c'est sûr que ça énerve de voir que certains gagnent plus de 2000 Euros nets par mois, et surtout qu'ils le crient haut et fort, tant mieux pour Léa! elle a de la chance.... peut-être que si elle décide un jour d'aller vivre en province, elle redescendra sur terre et changera de discours.

7.Posté par Cec le 04/07/2011 14:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
100% d'accord avec les commentaires de mes confrères et consoeur! Avec un salaire qui n'atteint pas les 1200 eur net, sans prime sans 13ème mois ni avantage ni éductour...ça me donnerait presque envie d'etre instit...
Ce ne sont pas des attaques contre toi Léa mais il est délicat en France d'étaler son salaire alors que nous avons les memes responsabilités et les memes problèmes à gérer en agence... tu comprends que ça fout un peu les boules...
Bonne continuation et gardons tous la pêche!

8.Posté par Dupont le 04/07/2011 14:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Entamer ce genre de discussion en France est toujours aussi sensible, la preuve… Mon avis (avec un regard peut-être un peu plus extérieur que la plupart d'entre vous), est que cet article est relativement honnête. Quant au précédent, il était dur, j'espère vrai et réaliste, mais pas déplacé non plus.
Il est évident que la réalité d'une grande agence ayant pignon sur rue à Paris et celle d'une petite agence de province sont différentes. Que les conditions de travail du personnel sont également difficilement comparables. Cela, l'article ne le nie pas, bien au contraire. Ce qu'il remet en question par contre, c'est la façon dont ils ont été renseignés lors de leurs visites dans les agences concurrentes, alors que la période est calme de surcroît.
Mais il relativise en revanche vos réactions et les commentaires en mentionnant d'autres professions dont les conditions de travail ne sont pas non plus grandioses. Les profs dont la mythologie populaire voudrait qu'ils soient nantis, les agents immobiliers qui souffrent des ventes entre particuliers, les ouvriers qualifiés qui ont aussi leurs pressions, les chargés d'affaires dans les banques dont le niveau de stress doit parfois atteindre des sommets…
Et pour une fois, sur ce sujet, on sort un peu de la caricature, c'est d'ailleurs pour cela que l'ouvrir métallo n'est pas cité. Oui, il y a des avantages et des inconvénients dans chaque profession. Oui, certains métiers sont durs, éprouvants, mal payés. Mais cet article a le mérite de ne pas s'attacher qu'aux grilles de salaires. Honnêtement, il dit que si un prof est payé tant, qu'il a tant de semaines de CP et qu'il bénéficie de la sécurité de l'emploi, il doit aussi s'occuper (et être responsable) de 30 enfants pas toujours calmes, avec leurs soucis, leurs besoins, leurs attentes, sans parler des parents et de la hiérarchie. Exercer une profession, cela va bien au-delà. Il y a toujours mieux, il y a aussi toujours pire. Si un secteur était idyllique, ne pensez-vous pas que cela se saurait ?
Et que l'on ne vienne pas nous dire que dans la pub, nous sommes privilégiés donc peu concernés par ce débat, d'une part parce que notre agence est spécialisée tourisme et culture - donc légèrement concernée par votre situation - et d'autre part parce que cela nous épargnerait d'avoir à faire une liste exhaustive des avantages et inconvénients du secteur (et oui, on en a, nous aussi).
On n'a pas des métiers faciles. C'est une réalité. Mais si nous continuons de les exercer, j'ose espérer que c'est parce que l'on en retire un certain plaisir, et pas que sur un bulletin de salaire. Du moins, c'est notre cas, et cela semble aussi être le cas de Léa.
Finalement, peu importe qui se cache (ou pas) derrière Léa, ce sont les textes qui sont intéressants. Et oui, vous faîtes un métier difficile. Mais c'est une belle profession, alors relativisez.

9.Posté par Kéké le 04/07/2011 17:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bien d'accord avec mes confrères. J'ai débuté dans ce métier par plaisir, cependant les points négatifs commencent à prendre le dessus...(Pression monstre de la direction, aucune reconnaissance, crise après crise, salaire de misère, pas ou peu d'éductours, des clients de plus en plus difficiles) alors OUI vendre des voyages c'est sympa mais il arrive un moment où ça ne suffit plus!
Léa es tu allée demander combien gagne la caissière de ton supermarché? Ok pas reluisant comme boulot mais elle touche sûrement mieux que nous sans diplômes et sans pression ni grosses responsabilités.
En effet il faut garder le moral!

10.Posté par NADIA le 04/07/2011 17:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
1 700 € PAR MOIS
APRES 15 ANS DE METIER AGENT DE VOYAGE JE SUIS BIEN LOIN D UN TELLE AUBAINE

11.Posté par odile le 04/07/2011 23:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Prise de conscience, qui ne fait pas chauffer la marmite , pour autant.........

Je vous entends tous, amertumes, résignations , espoirs et oeillères.
la question primordiale? qu'attendent nos clients? de l' écoute, du conseil.
Que pouvons nous leur apporter ? notre expertise, notre empathie.
Comment peut elle être reconnue? la fidélité des clients ? la reconnaissance de l'entreprise?
Et si l'on instorait un véritable syndicat des agents de voyages, représentant les acteurs de la mise en oeuvre d'un savoir et d'un savoir faire, revalorisant notre profession aux yeux du grand public au bénéfice du conseil et non de la rentabilité.
Et si l'objectif vente devenait l'objectif conseil?
Et si l' on savait être?
A quoi cela nous sert de se contenter d'être boiteux quand l'autre est borgne?

Si nous nous sentons suffisamment impuissants face aux insitutions mises en place, que peut on espérer des générations futures d'agents de voyages?
Leur apprendre, leur transmettre et leur permettre de réussir là ou nous avons échoué.

bien à vous


12.Posté par jade le 05/07/2011 13:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Moi j'ai + de 15 ans d'experience et je ne gagne que 1100 € par mois !

Tout cela parce que l on fait parti de la convention collective des grands magasins.

c'est à dire que l'on ferme à 20h00 que l'on travaille le jour des soldes les jours feries..et j en passe et des meilleurs.. oui nous avons un 13 eme mois mais c'est quedal si on le lisse sur 12 mois !

Alors tu vois LEA tu es bien mignonne mais ce n'est pas avec tes articles que l'on va reussir à convaincre nos boss.

Aussi j'appelle à un rassemblement pour revaloriser nos salaires et notre metiers, on nous exige un BTS TOURISME pour être embaucher et bien qu'on nous le paie !!!!

Sinon nous aurons tous une retraite de M... ! il faut y penser.
Je souhaite creer un SYNDICAT des AGENTS de Voyages QUI veut m'aider est le bienvenu !
Cf : LEA je prendrai contact avec elle ...

Merci
jade pseudo ....

13.Posté par tchetche le 06/07/2011 14:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Toujours le même discours qui n'a qu'un seul but : faire croire aux agents de voyages trés mal payés et bien méprisés qu'ils n'ont pas à se plaindre parce qu'il y a plus malheureux . ( bla bla bla )
Il existe moins bien mais il existe BEAUCOUP mieux .
Ce discours qui a pour but de protéger les intérêts d'une poignée de privilégiés .
Regardez la convention collective des agents de voyages : pourrie .
Regardez les ringards qui siègent dans les instances représentatives de notre profession .
Bref , un bon conseil , quittez cette profession pendant qu'il en ai encore temps

14.Posté par Cec le 06/07/2011 22:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je n'irai pas jusque là "tchetche" car si nous sommes encore là c'est que nous avons tous un point commun qui nous anime : la passion de ce métier; SI tu n'as pas la passion c'est sur qu'il ne faut pas continuer, mais ce qui nous révoltent c'est le peu de considération face à toutes nos responsabilités, c'est sur ce nest pas un métier fatiguant physiquement mais mentalement c'est épuisant... Je continue à croire que j'excerce un métier magnifique mais malheureusement pas assez valorisant (ou valorisé par mon patron...)!

15.Posté par Toad98 le 15/07/2011 05:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Wow, les mots me manquent devant tant de haine, de passion, de dégout, d'amertume.

J'aimerais juste rappeler un point : Léa n'est pas l'incarnation ni la voix de tous les agents de voyages ! Qu'on se le dise ! Il/Elle est agent de voyages dans une grosse agence parisienne ! Léa fait partager ses impressions à ceux ou celles qui font la démarche de la lire ! Donc à tous les personnes emplis de haine envers ce que dit Léa, j'ai envie de dire "Passez votre chemin" ! On va me dire que la liberté d'expression, c'est aussi marier les divergences d'avis pour converger à un but : partager !

Ce que j'entends plus haut, ce sont des personnes compétentes, des techniciens aguerris du voyage, mais qui ont noyé leur passion pour le voyage dans l'amertume d'un marché touristique inégal entre les agences. Certes Léa représente pour beaucoup de provinciaux la "Parisienne" qui se la pète, et qui a le privilège de partir en éductour ... Et apres ?
Je suis né et a grandis en province, mais ca ne m'empêche pas de m'insurger devant tant de haine ! On le sait tous que dans les réseaux comme Ailleurs dans le 69, Jouanno et Atea en Bretagne, Havas dans l'Est, Plein Vent dans le 13, etc ... ils ont les reins assez solides pour résister à la concurrence. Et que dans ces réseaux la, c'est quand même difficile.

Mais j'ai envie de dire, c'est difficile partout ! Faut juste un peu creuser dans son entourage au lieu de se noyer dans son nombril ! Certains vont hurler à la discrimination car un agent va gagner 1200e et l'autre 2200e. Et alors ? J'ai envie de dire que c'est la loi du marché, c'est comme ca ! On est la somme de nos actions et rencontres. Faites un stop sur vos choix depuis 10 ans. Vous comprendrez ou vous en êtes. J'entends des gens désabusés par leur profession qui (au passage si des gens l'ont oublié est un service) est sensée offrir du rêve au client. Pour beaucoup d'entre vous, ce n'est plus du rêve que vous véhiculez mais bel et bien des désillusions.

Tchetche, rien ne t'empeche d'arreter cette profession tu sais, un DIF et c'est partit ! Mais pour faire quoi d'autre ? Enseigner ? A la bonne heure ! On ne s'improvise pas enseignant, ca part avant tout de la passion (Pour bien connaitre le système, ce n'est pas l'idylle de Thoomas Moore :) )

La comparaison de Léa, Agent de Voyage, avec son entourage dont la plupart travaille dans le service nous rappelle a chacun que l'herbe n'est pas plus verte qu'ailleurs, il n'y a que les paturages qui changent.
On veut ce qu'il y a de mieux sans pour autant y mettre les bons moyens pour l'obtenir. Les gens s'insurgent d' Internet qui prend peu à peu le marché, du SNAV qui abandonne ses Agences, des payes toujours aussi "short", des primes et coms aussi légères que l'air ... Oui et alors ? On se plaint et on reste aigris et on attend la future stagiaire pour lui refiler toute la frustration d'une profession en pleine mutation ?

Non, on réfléchit 2 secondes et on arrête d'écrire des atrocités sur Léa qui, je précise, n'a jamais déclarée être la Moise qui représente la voix du tourisme et qui guidera les agents de voyages égarées vers de meilleurs lendemains.
J'aime ta démarche Léa, car dans ton envie d'ecrire, on sent l'envie de partager ta passion pour le voyage à ceux qui te lisent. Je ne suis pas d'accord sur tout ce que tu dis et c'est tant mieux. La richesse d'une discussion commence avant tout par l'acceptation d'avis divergents.

Je souhaite que les jeunes diplômés, les aspirants à notre profession, ne seront pas désabusés par les propos de personnes qui devraient laisser leur frustrations devant la porte de l'agence, comme on laisse ses poubelles devant chez soi.

Salutations

Toad

16.Posté par T. Rublion le 15/07/2011 22:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Par expérience, je peux te dire que les agents de voyages -et plus globalement les professionnels du Tourisme - ont beaucoup d'humour....tant qu'ils ne sont pas concernés...
Fais nous un beau billet sur les méchantes low costs ou sur la vilaine Air France ou sur cette foutue SNCF et tu verras comme ils t'aimeront ....

17.Posté par Delf le 03/08/2011 14:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est vrai que les comparaisons ne sont pas forcément trés judicieuses pour le coup.
je suis chez un TO à paris, j'ai 10 ans d'expérience et je gagne 1700eur net par mois, sans avantages ni primes ni 13 ou 14 eme mois ni eductours.
Et vous savez quoi, faut arrêter de se plaindre tout le temps " je gagne 1200eur , pas d'avantages et 60h par semaine" " ca donnerais presque envie d'être instit " ... ect . Et bien allez y, changez de boulot, prenez votre courage à deux mains et arrêtez de faire les rageux brimés malheureux ! Si vous êtes pas bien dans votre boulot , trop facile de critiquer ceux qui s'éclatent et qui ont la chance de bien gagner leur vie .
On fait le même métier et on gagne pas pareil ? ouais ca se discute à la vente hein? le CA engrengé, l'expérience, la taille de l'agence et j'en passe .
Je n'en veux pas à ceux qui gagnent plus que moi et qui le clament haut et fort, je me dit "tant mieux pour eux et à moi de me battre si je veux plus "
A tout ceux qui se plaignent : comparez ce qui est comparable , vous êtes dans une grande agence parisienne ? vous vous bougez les fesses comme léa qui met en place des choses concrètes pour attirer plus de clients ? vous avez quoi comme expérience ?
Je trouve aussi que Léa se la pète et c'est ce qui fait le succès de ses chroniques, des fois j'aime des fois pas, mais pleurer sur son sort en crachant sur les autres , c'est un peu pitoyable mais tellement français de critiquer et d'attendre que les choses changent toutes seules .

18.Posté par So le 30/03/2015 15:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je suis choquée par tant de réactions hostiles!!!! Je ne trouve pas que Léa se la pète : elle reconnait elle-même être privilégiée dans l'agence où elle et elle a beaucoup de chance. D'autres ont cette chance aussi, elle n'est pas un cas isolé, ils n'ont juste pas la tribune. Et je vous arrête de suite, je n'en fais pas partie!
Ce que je trouve assez contrariant, c'est cette sempiternelle gue-guerre Province/ Paris! Il me semble avoir lu que notre chère Léa n'était pas née en Ile de France, elle a fait le choix d'une qualité de vie différente afin de privilégier sa carrière.
Je suis provinciale aussi mais j'ai fait l'essentiel de ma carrière en Région Parisienne mais j'ai commencé comme tout le monde avec le SMIC, j'imagine que Léa aussi. Sauf qu'à Paris, on peut changer de job quand on veut ou presque, c'est normal, les opportunités sont plus nombreuses. Et c'est comme ça qu'on augmente son salaire.
Mais vivre en Ile de France, c'est d'autres sacrifices : pollution, difficulté d'accès à la propriété, le déplaisir des transports en commun, une clientèle beaucoup plus volatile et tout payer plus cher, surtout les loyers!
Ça fait plus de 20 ans que je fais ce job et j'entends toujours les mêmes discours.
Donc oui on a des jobs mal payés mais ça, on le savait en commençant le BTS, oui on a des métiers ingrats avec de peu ou pas de reconnaissance par les clients ou nos boss et oui on persiste à faire ce métier si difficile mais que l'on aime tant.... Si vous avez commencé ce job pour devenir riches ou voyager souvent, vous vous êtes loupés ou vous avez été mal orientés...
Toujours étant, Léa nous fait sourire et toujours réagir avec son 2nd degré permanent, visiblement trop subtil parfois...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com