TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Léa en 2050 : 70 ans et toujours chez Big Boss Voyages...

Article extrait de l'édition spéciale "papier" IFTM Top Resa


Rédigé par Léa le Vendredi 14 Octobre 2016

En 2050, Léa, l’agent de voyages (pas si) blonde, est devenue créatrice de bonheur et d'évasion. Elle est aussi chef d'agence chez Big-Boss Voyages... à 70 ans. En attendant sa retraite - dans 8 ans - elle se remémore sa carrière : l'évolution de son métier, la 3e guerre mondiale, la fin du transport aérien...



Le “tourisme de déplacement“, devenu trop cher, n’a plus la cote : cette année-là, les Japonais ont breveté le système de stimulation sensoriel.  Big-Boss Voyage s’est équipé tout de suite de 4 cabines. On a été les premiers à Paris et on a vraiment fait le buzz ! - DR : RAF
Le “tourisme de déplacement“, devenu trop cher, n’a plus la cote : cette année-là, les Japonais ont breveté le système de stimulation sensoriel. Big-Boss Voyage s’est équipé tout de suite de 4 cabines. On a été les premiers à Paris et on a vraiment fait le buzz ! - DR : RAF
Nous sommes le mardi 27 septembre 2050. J’ai eu 70 ans il y a quelques jours et je suis toujours chef d’agence chez Big-Boss Voyages.

Normalement, je n’en ai plus que pour 8 ou 10 ans. Le Parlement vient de voter le principe de la retraite à taux plein à 78 ans au lieu de 76 mais les prédicteurs disent que d’ici quelques années, il faudra travailler jusqu’à 80 ou 81 ans.

Je suis parfois un peu fatiguée mais je suis motivée plus que jamais par mon travail de créatrice de bonheur et d’évasion.

Au début des années 2000, on croyait que le métier d’agent de voyages allait disparaître.

On se plaignait d’Internet, puis des applis des smartphones, du collaboratif, des modèles de consommation basés sur l’échange qui rendaient ringardes et chères les prestations des agences… et puis il y a eu les vagues d’attentats en Europe de 2015 à 2018 et surtout, la troisième guerre mondiale de 2018-2023 et le choc pétrolier.

Jusqu’à la guerre, je savais bien que les agents de voyages apportaient du bonheur et du bien-être. Mais ça n’est qu’après la guerre que je me suis rendue compte combien notre travail était important.

Depuis la guerre, chacun se doit absolument de réussir ses vacances

Avant, les voyageurs pouvaient se permettre de se tromper lorsqu’ils choisissaient leurs vacances.

On avait en moyenne 8 semaines de congés payés par an, le transport aérien ne valait rien et les hôtels pas chers poussaient comme des champignons.

Du coup, tout le monde pouvait acheter des vacances à vil prix, et si elles étaient ratées, ça n’était pas si grave : on était à l’heure de la consommation effrénée, il fallait toujours plus et tant pis si le client était déçu : il se rattrapait lors des vacances suivantes.

Depuis la guerre, on n’a plus que 3 semaines de congés par an en moyenne, chaque déplacement coûte une fortune et l’immobilier de qualité (dont les hôtels) s’est renchéri.

Il est vrai qu’avec tous les malheurs que le monde a connus, chacun se doit absolument de réussir ses vacances. Ce qui est rare est cher et ce qui est cher se mérite.

Quand le dictateur Trump a lancé la bombe atomique qui a détruit l'ensemble du Moyen-Orient en 2023, on pensait que la planète n'avait pas d'avenir, ni écologique, ni économique.

Qui se préoccupait alors du tourisme ?

Outre ce drame humain (entre la bombe et le tsunami qui a suivi, il y a eu près de 2 milliards de victimes, soit plus de 20% de la population de la
planète
), l’équilibre géologique et géopolitique s’en est trouvé complètement chamboulé :

Au niveau géographique d’abord puisque une grande partie de l’Inde a été noyée sous les eaux, comme l’ancienne zone arabopersique et la plupart des îles de la moitié nord de l’Océan Indien. Du coup, toute cette région du monde est devenue une espèce de zone purement balnéaire. C’est là que l’ONU a créé la zone de sanatorium par les vacances, l’endroit où on entasse les gens déprimés. Il y a 55 000 kilomètres de côtes. C’est assez pour avoir
un petit bout de plage pour chacun…

Au niveau écologique ensuite puisque l’ONU a mis en place en 2031 un système de quota kilométrique pour l’utilisation de l’avion. En Fritaporgne, cette année, on n’a le droit qu’à 3 045 kilomètres de vol par an. Les bourses d’échange étaient nombreuses (et elles payaient des primes aux agences quand on inscrivait des citoyens qui mettaient leurs autorisations kilométriques sur le marché) mais depuis 2040, le système a été nationalisé. C’était la pire crise de l’histoire de notre profession. 30% des agences ont fermé en deux ans.

Au niveau géopolitique enfin, puisque les pays frais ont mis en place dès 2026 de droits d’entrée exorbitants à leur territoire. Grâce aux surtaxes d’exportation des fruits, des légumes et du vin, on a récupéré des devises mais voyager là-bas nous coûte très cher.

Imposition du concept de “frugalité heureuse“

Lors des années 2025-2035, l’activité “croisières“ a quadruplé (l’avion était devenu tellement cher qu’il a bien fallu inventer des solutions pour se déplacer).

Face à cette forte demande, les prix ont fortement remonté, ce qui a permis aux croisiéristes de gagner beaucoup d’argent et d’investir. C’est à ce moment-là que les Chantiers de l’Atlantique sont devenus la plus grosse entreprise européenne.

Les salariés européens n’en ont pas vraiment profité puisque depuis la directive Barroso, le SMIC pour les salariés des 17 territoires de l’Europe a été revalorisé et lissé.

Le développement des chantiers a en revanche donné des débouchés aux pauvres travailleurs britanniques et ukrainiens, qui n’étaient pas protégés.

Mais tout n’était pas noir : à ce moment-là (c’était juste après que la France, l’Espagne, le Portugal et l’Italie avaient choisi d’unir leurs destins au sein d’un seul pays), la présidente Duflot avait imposé le concept de “frugalité heureuse“ : sur tous les bateaux qui battaient pavillon fritaporgnol et dans tous les hôtels du territoire, la formule “all inclusive“ avait été interdite.

Grâce à cette interdiction, on avait réduit la faim dans le monde (et on a pu exporter nos surplus alimentaires vers les pays du Nord).

L'arrivée du système de stimulation sensoriel

Après la guerre (le trafic aérien avait déjà baissé de 40%), les années 2025-2030 ont été dures : en 5 ans, le trafic aérien mondial a encore plongé de 70%, du fait de la hausse des prix du pétrole brut.

Parce que depuis 2030 (ça fait déjà 20 ans…), le “tourisme de déplacement“, devenu trop cher, n’a plus la cote : cette année-là, les Japonais ont breveté le système de stimulation sensoriel.

Big-Boss Voyage s’est équipé tout de suite de 4 cabines. On a été les premiers à Paris et on a vraiment fait le buzz !

On avait lancé une campagne d’autosuggestion en faisant passer par les ondes radio le désir de s’isoler dans les caissons.

J’ai vu tellement de gens sortir des caissons en pleurant de bonheur : on avait acheté l’exclusivité de l’odeur d’herbe coupée sur tout le territoire fritaporgnol.

Les frugueux (les adeptes de la frugalité heureuse, si chère à la présidente Duflot) pouvaient passer 15 minutes dans la cabine parfumée à l’herbe fraîche et retrouver les sensations de leur enfance.

Un espoir pour le vrai tourisme de demain

J’avais numérisé des chants d’oiseaux (c’était comme des petits animaux mais ils pouvaient voler) et je les offrais pendant une minute.

Ensuite, pour continuer à les entendre, les gens peuvent acheter (grâce à leur système de paiement interne à puce) des minutes supplémentaires (Big-Boss me rétrocède 40% de l’argent gagné grâce à cet upselling).

Mais comme je suis une éternelle optimiste, je me réjouis que les Brésiliens aient réussi à lancer l’avion solaire. Certes, il va moins vite que l’avion jet des années 2000-2020, mais il représente un espoir pour le vrai tourisme de demain, celui où les voyageurs vont vraiment sur place, comme avant la guerre.

D’ailleurs, j’ai un scoop : je l’ai obtenu de TourMaG, où j’ai encore des entrées (j’ai un peu pigé pour eux de 2010 à 2016, du temps où ils étaient en version numérique, et je suis resté copine avec les filles de la rédac)…

Snowtour va affréter des vols solaires vers l’Islande et le Groenland au départ de Paris l’an prochain. Et les 3 meilleurs vendeurs du pays partiront gratuitement (avec la personne de leur choix) en voyage au Groenland !

Je suis tellement excitée que je vais tout faire pour gagner le prix ! Je vais faire une espèce d’OPA sur les jeunes humanoïdes à la peau douce qui n’ont jamais pris l’avion !

La vieille Léa est encore capable de fournir du bonheur à des garçons du tiers de son âge…

#Tourisme du Futur, notre édition spéciale IFTM TOP Resa

Léa en 2050 : 70 ans et toujours chez Big Boss Voyages...
TourMaG.com a publié une édition spéciale "papier" dans le cadre de l'IFTM-Top Resa 2016.

Ce magazine au contenu exclusif a été édité à 3 000 exemplaires.

Pour ceux qui n'auraient pas eu la chance de tenir entre leurs mains cette édition "collector", vous pouvez vous rattraper en accédant à la version digitale en cliquant ici !

Lu 5234 fois

Tags : lea, léa
Notez


1.Posté par Pascal le 14/10/2016 09:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci Léa pour ce petit chef d'oeuvre, je vote Léa pour le prochain Nobel de Littérature (et alors même un chanteur l'a obtenu) et celui du visionnaire du XXI siècle.

2.Posté par ZAZ le 14/10/2016 09:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bravo Léa
il y a juste une chose qui ne colle pas dans votre scénario
Si vous êtes toujours chez Big Boss à 70 ans
quel âge a alors Big Boss ?
Et en admettant qu'il soit à la retraite, ne vous a-t-il pas cédé son agence ? Et du coup c'est vous qui êtes devenue la BIG BOSS.....
KISSSS

3.Posté par cohen edith le 14/10/2016 16:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Léa ..... c'est moi !! loool !!
gros bisous collègue !

4.Posté par Edward le 25/10/2016 10:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Excellente chronique ! Quelle imagination, c'est un vrai régal à lire. Un très grand merci.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com