TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Les Entreprises du voyage : "le BSP doit basculer dans le 21e siècle au risque de disparaître"

Interventions de Michel de Blust (ECTAA) et Jean-Pierre Mas


Rédigé par Céline Eymery au Sri Lanka le Jeudi 3 Novembre 2016

Michel de Blust, secrétaire général de l’ECTAA, ne mâche pas ses mots pour évoquer le « nouveau BSP », projet baptisé par IATA New Gen ISS, qui entrera en vigueur dès 2018. Plusieurs points posent question aux instances professionnelles. Un sujet qui a fait l’objet d’une conférence à l’occasion du Congrès des Entreprises du Voyage qui se tient à Colombo, au Sri Lanka, jusqu’au 5 novembre 2016.



Michel de Blust, secrétaire général de l’ECTAA (à gauche), avec Jean-Pierre Mas, président des Entreprises du Voyage - Photo : C.E.
Michel de Blust, secrétaire général de l’ECTAA (à gauche), avec Jean-Pierre Mas, président des Entreprises du Voyage - Photo : C.E.
IATA planche sur un nouveau programme pour les agences de voyages.

Il était temps.

Comme le rappelle Michel de Blust, secrétaire général de l’ECTAA, "nous travaillons encore avec un texte qui date du début des années 80, dans lequel il est écrit noir sur blanc que les agences perçoivent une commission des compagnies aériennes…"

IATA a ainsi préparé un nouveau projet baptisé NEW GEN ISS (New Generation of Iata Settlement System), dont plusieurs aspects inquiètent les instances professionnelles. "Ce projet pourrait se révéler moins avantageux que le programme en vigueur", précise Michel de Blust.

L’ensemble est contenu dans une résolution baptisée 8XX, qui a déjà été adoptée par la conférence IATA de septembre 2016, et qui entrera en vigueur en 2018.

Deux nouveaux types d’accréditations vont être introduits en plus de l’accréditation standard (critères financiers ou garantie bancaire ou financière).

La première est l’accréditation « Pays multiples », qui s’adresse aux grandes agences actives sur plusieurs pays (ex : grandes TMC, OTAs ou consolidateurs actifs dans plusieurs pays).

Pour la seconde accréditation, baptisée Easy Pay (disponible dès 2017), IATA introduit une nouvelle modalité de paiement.

Dans ce cas, l’agence ne pourra émettre qu’à concurrence de fonds préalablement déposés sur un compte détenu par IATA. "Ce qui revient à payer à l’avance les compagnies aériennes", déplore Jean-Pierre Mas, président des Entreprises du Voyage.

"Qui peut se permettre aujourd’hui, alors qu’il n’y a plus de rémunération, de bloquer les fonds afin de couvrir les ventes futures", ajoute Michel de Blust.

La limite de crédit

Autre changement majeur, la limite de crédit que souhaite mettre en place IATA pour se prémunir contre la fraude potentielle des agences de voyages.

Michel de Blust rappelle que cette fraude en 2015 représente, au niveau mondial, 57 millions de dollars, à mettre en rapport avec les quelques 240 milliards engrangés par IATA, soit un ratio de 0,003%.

En France, ce taux est plus élevé, mais il reste très faible à 0,1%. "Le risque potentiel de fraudes par les agences reste bien inférieur aux coûts des fraudes par cartes de crédit via leurs sites web", souligne Jean-Pierre Mas.

Outre cet aspect, le risque de la limitation de crédit c’est que les agences atteignent le seuil et se trouvent dans l’impossibilité d’émettre.

Pour calculer cette « limite », IATA propose d’introduire un calcul basé sur la moyenne des ventes des 4 meilleurs mois de l’année précédente, auquel l’association voulait ajouter d’abord 5% puis 15%.

Toutefois selon les estimations, avec ces formules, 30 à 40% des agences de certains pays pourraient atteindre leur limite et se retrouver dans l’impossibilité de vendre. Un argument que semblent avoir entendu les compagnies aériennes.

L’ECTAA a proposé un autre mode de calcul basé sur les 4 meilleurs mois de l’année précédente plus 100%. L’association européenne a obtenu un engagement pour que IATA teste sa proposition, pour connaître l’impact sur les agences de voyages.

Cette limite de crédit pose également la question de la concurrence. En effet, dans quelle mesure les compagnies peuvent-elles limiter les ventes des distributeurs avec qui, par ailleurs, elles sont en concurrence ?

Faire migrer le BSP dans le 21e siècle

La dernière nouveauté concerne l’assurance globale facultative proposée par IATA contre l’insolvabilité. Reste plusieurs points d’interrogations, notamment le coût et les conditions.

Michel de Blust rappelle en contrepoids, "quid du risque d’insolvabilité des transporteurs ?". Une question qui reste toujours en suspens.

"Le BSP est un bon système mais à défaut de l’adapter et de le faire migrer dans le 21e siècle, nous n’en parlerons plus dans 5 ans, car les professionnels auront trouvé d’autres canaux pour distribuer", ajoute-t-il.

"Il fonctionne toujours avec les moyens de paiement du siècle dernier : cash et cartes de crédit. Or nous savons tous que les moyens de paiement explosent".

Selon le secrétaire général de l’ECTAA, IATA accuse une désaffection grandissante pour l’accréditation : -3,5% en 2015.

Depuis 10 ans, le nombre d’accréditations serait en diminution, un phénomène qui résulte de la consolidation du secteur mais aussi des contrats signés par les agences avec les consolidateurs, explique Michel de Blust.

Avant d’ajouter : "L’accréditation IATA donne accès au BSP et à la billetterie des compagnies aériennes mais ne donne en rien accès au bon tarif !"

Lu 2100 fois

Notez


1.Posté par David le 03/11/2016 08:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour
J'adore le discours asynchrone des airlines.

Pendant qu'IATA pousse ce projet, Amadeus vient de remettre au goût du jour leur système de commissionement à la demande de certaines grosses airlines, pendant que d'autres mettent NDC à l'avant de leur stratégie. D'autres commencent à se plaindre que leur ventes directes génèrent trop de frais de transaction...

Beaucoup de changement en meme temps, orchestrés de façon asynchrone et une association qui ne peut générer que des "best practices".

Ce n'est pas le BSP qui risque de disparaître à terme, c'est carrement IATA qui est en jeu... je crois qu'à court terme, certaines grosses compagnies vont la quitter tant leur desir d'agiliter est intense. Et là, je vous dis pas les challenges que nous auront à relever!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 08:45 Macao : 5 TO en éductour avec Air France


PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com