TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e





Les impôts c'est comme les c... on finit toujours par les payer... cher !

la chronique de Jean-Louis Baroux


Rédigé par Jean-Louis Baroux le Mardi 21 Janvier 2014

IS, CRDS, CSG/CRDS... tous ces délicats acronymes qui s'abattent (sans déduction) sur la tête des petits patrons comme la misère sur le pauv' monde, c'en est trop pour Jean-Louis Baroux, notre expert aérien. Les lois de finances successives finissent par plomber l'économie... et les dirigeants vertueux !



Il ne faut donc pas s’étonner que les dirigeants ne distribuent pas leur profit et que cet argent reste dans les comptes des sociétés et dans les banques, où ils ne font rien de positif, en attendant des jours meilleurs - © Frédéric Massard - Fotolia.com
Il ne faut donc pas s’étonner que les dirigeants ne distribuent pas leur profit et que cet argent reste dans les comptes des sociétés et dans les banques, où ils ne font rien de positif, en attendant des jours meilleurs - © Frédéric Massard - Fotolia.com
Ce n’est pas vraiment dans mes habitudes, mais aujourd’hui j’ai envie de pousser un coup de gueule à l’encontre de nos gouvernants et plus particulièrement ceux qui proposent et qui votent les lois de finances.

Outre qu’il y a beaucoup de plaintes de la part des agents économiques et maintenant des particuliers, le système d’imposition gèle tout simplement l’économie.

Et je vais vous en donner un exemple précis.

Prenez une agence de voyages de taille moyenne ou une société de services organisée sous la forme de SARL. Il y en a beaucoup.

Supposons qu’ayant bien travaillé et géré au mieux leurs affaires, les propriétaires, souvent actionnaires majoritaires voire presque uniques, dégagent un profit avant impôt de 100.000 €.

Supposons encore, ce qui paraît normal qu’ils veulent se distribuer tout ou partie de leur résultat. Voilà ce qui va leur arriver.

Alors mettons-nous un instant dans la peau de notre dirigeant vertueux. Tout d’abord, et cela est normal, bien qu’un peu excessif par rapport aux autres pays européens, il devra acquitter l’impôt sur les bénéfices soit 32% du total. Voilà déjà 32.000 € qui passent à la trappe. Il lui reste encore si l’on peut dire 68.000 € de résultat net. Pourquoi alors ne pas en profiter ?

La CSG et la CRDS...

Pas de souci. Il est propriétaire. Il fait ce qu’il veut … sous certaines conditions.

Il devra d’abord payer la CSG (Contribution Sociale Généralisée). Cette taxe a été créée par Michel Rocard en 1991 et le taux était alors de 1%. Ce n’était pas vraiment douloureux.

Mais au fil des gouvernements le montant s’est alourdi. Et puis Alain Juppé y a rajouté en 1995 la CRDS (Contribution pour le Remboursement de la Dette Sociale) qui était provisoire et ne devait durer que 5 ans.

Sauf que compte tenu de nos brillants résultats sociaux elle a été prolongée pour le moment jusqu’en 2017… en attendant une nouvelle extension.

Bref, notre dirigeant devra donc payer la CSG/CRDS à un taux amené à 15,5%. On est loin du 1% initial. Le montant s’applique sur le résultat après impôt sociétés soit sur les 68.000 € qui lui restaient et voilà encore 10.540 € en moins.

A ce stade, il lui reste encore 57.460 €. Mais ce n’est pas fini.

Avant de recevoir son argent, notre homme devra payer un précompte sur son IRPP (Impôt sur le Revenu des Personnes Physiques). Alors, là, suivez bien.

L’Etat tient, bien entendu, à disposer de son argent le plus tôt possible bien qu’il soit reconnu comme un des plus mauvais payeurs.

C'est trop, c’est excessif, confiscatoire

Alors il va prélever directement sur la distribution du revenu résiduel de la société un montant d’impôt estimé à 21% du total distribué. Notre contribuable pourra, bien entendu déduire cette somme de son impôt sur le revenu, sauf que l’Etat aura gagné un an de trésorerie. Et donc ce sont 21% de 68.000 € qui s’en vont soit 14.280 €. Il ne lui reste plus donc que 43.180 €

Mais ce n’est toujours pas fini.

Supposons que notre dirigeant/actionnaire soit, comme cela est souvent l’usage, gérant majoritaire. Ce n’est vraiment pas de chance car il devra alors payer les charges sociales sur le montant distribué qui est toujours de 68.000 €, faut-il le rappeler. Le taux des charges sociales est de l’ordre de 45%, comme un salaire, en fait. Eh bien il va encore payer 30.600 € excusez du peu.

Et il ne lui restera finalement que … 12.580 € !

Autrement dit il aura payé à l’Etat, sous ses différentes formes 87.420 € sur les 100.000 € qu’il avait dégagés par son travail et la qualité de sa gestion.

Eh bien, moi, je dis que c’est trop, c’est excessif, confiscatoire, appelez cela comme vous le voudrez. Il ne faut donc pas s’étonner que les dirigeants ne distribuent pas leur profit et que cet argent reste dans les comptes des sociétés et dans les banques, où ils ne font rien de positif, en attendant des jours meilleurs.

Un peu de bon sens, Messieurs les Ministres, Parlementaires et Haut Fonctionnaires. S’il vous plait !


P.S. : pour ceux que cela intéresse, je vous renvoie à la note du cabinet Francis Lefevre qui fait la référence : http://www.compta-online.com/point-sur-regime-fiscal-social-des-dividendes-a469

Jean-Louis Baroux - DR
Jean-Louis Baroux - DR
Jean-Louis Baroux, est l'ancien président d'APG (Air Promotion Group) et le créateur du CAF (Cannes Airlines Forum) devenu le World Air Forum.

Grand spécialiste de l'aérien, il a signé aux éditions L'Archipel ''Compagnies Aériennes : la faillite du modèle'', un ouvrage que tous les professionnels du tourisme devraient avoir lu.

Les droits d'auteur de l'ouvrage seront reversés à une association caritative. On peut l'acquérir à cette adresse : www.editionsarchipel.com

Lu 1429 fois

Tags : baroux
Notez


1.Posté par Thomas le 22/01/2014 07:50 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et avec la conjoncture actuelle, il n'y a pas beaucoup d'agences qui dégagent un RCAI de 100 000 € !

2.Posté par JF ALEXANDRE le 22/01/2014 11:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et sur les 12580 € qui seront dépensés, l'état percevra la TVA et autres taxes sur la consommation ...
Impôt final ? Non !! Car si notre dirigeant arrive à faire quelque économie qu'il cumulera avec d'autres économies et investissements précédents, il paiera l'ISF ...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 14 Décembre 2017 - 17:03 Air Canada se dote d'un nouveau B737 Max


PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure

















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com