TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Lion Air : "La prudence recommande d’éviter de voyager avec cette compagnie..."

l'interview de Jean Belotti


Rédigé par La Rédaction le Mardi 16 Avril 2013

Jean Belotti, expert aérien, revient dans cette interview sur la sortie de piste de Lion Air, le 13 avril dernier. L'appareil s'est abîmé en mer, mais aucune victime n'est à déplorer. Pour rappel, Lion air est la compagnie qui a passé une commande de 234 A320 à Airbus le 18 mars dernier, et qui figure toujours sur la liste noire européenne.



Dans l’hypothèse ou le comportement de l’équipage serait effectivement mis en cause, il conviendrait alors de s’interroger sur le mode de recrutement, la formation et les conditions de travail des pilotes.   En effet, acquérir une flotte de plusieurs centaines d’appareils nécessite de disposer rapidement de quelques milliers de pilotes. - DR
Dans l’hypothèse ou le comportement de l’équipage serait effectivement mis en cause, il conviendrait alors de s’interroger sur le mode de recrutement, la formation et les conditions de travail des pilotes. En effet, acquérir une flotte de plusieurs centaines d’appareils nécessite de disposer rapidement de quelques milliers de pilotes. - DR
TourMaG.com - Le Boeing 737 de Lion Air qui s’est abîmé en mer, le 13 avril, près de la piste d'atterrissage de Bali, confirme-t-il le non sérieux de cette compagnie qui, d’ailleurs, a été mise sur la liste noire des compagnies interdites en Europe ?

Jean Belotti :
Il convient tout d’abord de préciser les conditions de survenance de cet accident.

Par de bonnes conditions météorologiques, il s’est abîmé en mer et, heureusement, n’a fait aucune victime, parmi les 108 personnes à bord.

Le fuselage s’étant brisé en deux à l’impact, l’appareil s’est immobilisé, partiellement submergé, à proximité de la piste d'atterrissage, ce qui a facilité le sauvetage des occupants.

TourMaG.com - Les causes probables de cet accident de Bali sont-elles déjà connues ?

J.B. :
Non, car contrairement à leur habitude, les médias ne se sont pas précipités pour recueillir les divers premiers témoignages connus pour en faire un “scoop”, probablement parce qu’il n’y a pas eu de morts.

Quoi qu’il en soit, ayant été très discrets, il convient de s’en féliciter.

TourMaG.com - Avez-vous une idée des causes possibles ?

J.B. :
Non, car l’absence totale d’informations indispensables à la reconstitution de la fin du vol, interdit de formuler toute hypothèse.

Cela étant dit, s’il est possible qu’un avion sorte de la piste et termine sa course dans la mer, le fait qu’il amerrisse à proximité de l’extrémité de la piste sans s’y être posé, est pour le moins surprenant.

Or, il faudra s’armer de patience, avant d’en avoir l’explication, qui ne pourra être connue que lorsque les enquêtes seront terminées.

TourMaG.com - Mais, n’y a-t-il pas des prémices mettant en cause le sérieux de cette compagnie, comme, par exemple, le fait qu’entre 2004 et 2006, elle a enregistré six accidents, de surcroît dans des conditions sensiblement identiques, l’avion ayant quitté ou raté la piste d’atterrissage ?

J.B. :
Très bonne question qui s’inscrit dans la démarche habituelle, au cours de laquelle, après avoir déterminé la cause principale, on s’intéresse aux facteurs contributifs se situant en amont du vol accidenté.

Pour répondre, il conviendrait de :
- connaître les causes de ces accidents et également et surtout de savoir si les circonstances de l’époque (dysfonctionnements, anomalies, insuffisances, etc...), ont été ou non corrigées ?

- consulter les conclusions des enquêtes qui ont été diligentées, afin de savoir qui a été mis en cause (le type d’avion, la maintenance, l’équipage,...) et rechercher s’il y a une cause commune expliquant que ces accidents se sont tous produits pendant l’approche finale de la procédure d’atterrissage ?

TourMaG.com - Ne peut-on pas disculper l’appareil qui est entré en service cette année et également le pilote qui volait pour la compagnie depuis six ans, selon une déclaration du directeur de Lion Air ?

J.B. :
Étant donné qu’il est bien connu que les avions neufs font leur “maladie de jeunesse” (les exemples sont nombreux), on ne peut écarter totalement l’hypothèse d’une défaillance liée à l’avion.

Quant au pilote cité - comprenons qu’il s’agit du commandant de bord - quelle que soit son ancienneté dans l’entreprise, il conviendrait de connaître sa formation, ses conditions de travail, son expérience sur ce type d’avion, etc... , idem pour son copilote.

TourMaG.com - Le fait d’être sur la liste noire des compagnies interdites en Europe n’est-il pas une raison suffisante du non sérieux de cette compagnie ?

J.B. :
Souvenez-vous de ce que j’ai déjà résumé : les contrôles SAFA (programme européen d'évaluation de la sécurité des avions étrangers) effectués sur les aéroports, à l’issue desquels une compagnie peut être mise sur la liste noire peuvent, certes, révéler certaines insuffisances et anomalies, mais uniquement dans la partie visible de l’iceberg (état des pneumatiques, validité des licences des équipages, etc...).

En fait, la question à poser est donc de savoir si cet accident a pour origine une cause se situant dans la partie invisible de l’iceberg, domaine dans lequel il n’est malheureusement pas possible d’investiguer (la maintenance, les conditions d’exploitation, etc...).

TourMaG.com - Confirmez-vous qu’il s’agit bien, ici, de s’intéresser au comportement de l’équipage ?

J.B. :
C’est ce qui ressort des premiers flashs cités par les médias.

Les enquêteurs, après avoir pris connaissance des dossiers professionnels des pilotes et de toutes les informations concernant leur carrière, donneront leur avis quant aux écarts éventuels constatés par référence aux règles de l’art.

TourMaG.com - Alors, dépassons le cadre de cet accident pour savoir si cette compagnie est ou non dangereuse ?

J.B. :
Pour ce faire, dans l’hypothèse ou le comportement de l’équipage serait effectivement mis en cause, il conviendrait alors de s’interroger sur le mode de recrutement, la formation et les conditions de travail des pilotes.

En effet, acquérir une flotte de plusieurs centaines d’appareils nécessite de disposer rapidement de quelques milliers de pilotes.

Ne pouvant être débauchés d’autres compagnies, ce seront donc forcément de jeunes recrues inexpérimentées et c’est essentiellement là que le bât blesse.

Dans différents écrits, j’ai démontré que depuis 1944, date de la reprise du transport aérien civil, il y avait toujours eu trop ou pas assez de pilotes.

Pour pallier cette anomalie j’ai également suggéré plusieurs solutions susceptibles de remédier à cette permanente inadéquation entre l’offre et la demande de pilotes, lors des renversements de tendances de la croissance du trafic aérien.

Or, lorsque le trafic a explosé avec une augmentation de plus de 20% par an - comme c’est le cas en Indonésie - et a conduit à la nécessité d’achats massifs d’appareils, le problème est malheureusement insoluble à court terme.

Force est donc d’admettre - et de déplorer - qu’il en résulte une atteinte certaine à la sécurité des vols, du fait :

- de l’inexpérience des pilotes ;

- de la rapidité avec laquelle leur formation leur aura été dispensée (insuffisante qualification et manque de formation ont déjà été cités) ;

- et de leurs conditions de travail ("pilotes épuisés jusqu'à la corde et surexploités” déclare un expert de l’université d'Indonésie) conduisant à des états de fatigue reconnus par les spécialistes en facteurs humains comme étant accidentogènes.

TourMaG.com - Pour terminer que dites-vous de l’information selon laquelle, l’an passé, Lion Air a été sanctionnée par les autorités, après l'arrestation de plusieurs de ses pilotes en possession de méthamphétamine ?

J.B. :
"Certes, l’attrait de cette drogue est qu’elle stimule la partie du cerveau procurant un sentiment de plaisir. Mais les pilotes incriminés n’ont-ils pas eu recours à ce tranquillisant, pour les aider à pallier leur état de fatigue, grâce à ses effets bénéfiques ?

En effet, les spécialistes nous apprennent que cette drogue est un puissant stimulant qui permet de se sentir plein d’énergie, sûr de soi, éveillé et fort, avec diminution de l'anxiété et augmentation de la puissance de concentration, et ce, pendant des heures !

De toute façon, gardons-nous de généraliser cette pratique à la population des pilotes. "

TourMaG.com - Une conclusion ?

J.B. :
"J’admets bien volontiers qu’il serait normal d’encourager une compagnie qui a passé une telle commande à notre industrie aéronautique.

En effet, comment imaginer qu’une compagnie qui a engagé de tels méga-investissements, puisse volontairement accepter de faire de graves impasses sur la sécurité ?

Pour autant, bien qu’elle ne soit pas présente sur le marché européen, il reste qu’en attendant d’en savoir plus,la prudence recommande d’éviter de voyager avec cette compagnie."

Lu 21069 fois

Tags : belotti, lion air
Notez


1.Posté par LEYMARIE le 17/04/2013 09:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Monsieur BELOTTI , pourquoi ne pas insister sur le PAY TO FLY pratiqué par cette compagnie ?
Je pense que c est l occasion ou jamais
Que fontt l OACI ET L IATA a ce sujet ? Rien , pas de sanction , pas d interdiction....................

2.Posté par Serge le 17/04/2013 11:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'Indonésie est un pays qui est en pleine expansion et dont le transport aérien va devenir une nécessité. Un certain nombre de destinations dans le pays n'est atteignable qu'en avion. Garuda a été interdite il y a quelques temps également. On peut penser que la réglementation dans ce pays va se durcir. Lion Air n'est pas une compagnie dangereuse. Cependant il est évident qu'elle pose beaucoup de questions tant par ses commandes gigantesques que par ses incidents.

3.Posté par Remember PPT le 17/04/2013 12:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
S'agissant d'une compagnie qui figure sur la liste noire européenne, on insiste lourdement sur ce point alors que si on résume bien l'article de J Belloti, nous ne disposons à l'heure actuelle d'absolument aucune information qui serait de nature à formuler une hypothèse quant à la cause de cet accident (en tout cas, d'aucun élément qui soit en rapport avec la liste noire). Mais on ne parle que de cela ! .
Souvenons-nous d'un accident similaire qui s'est produit à Papeete. Il s'agissait là aussi de pilotes expérimentés, d'un appareil neuf (B747) ....mais la compagnie n'était pas sur liste noire, Lion Air s'est peut être posé trop long, trop vite, peut être y a t-il eu un problème technique, freinage...ou inverseurs de pourssée (tiens tiens). . Bon on ne sai pas, on ne sait rien . Donc inutile de condamner sans savoir.

4.Posté par navigant le 21/04/2013 14:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Oui le pay to fly est une mauvaise chose ,des cadets pilotes ayant 400 h au total sans expérience.l'aviation indonésienne a décider de donner les licences à des pilotes ayant 300 h au moins sur le type de machine.D'autre part ,selon les photos l'accident serait du a un phénomène météo ,des vents rabattants à cause d'une cellule orageuse...et pour un atterrissage long ,on doit juste calculer la distance d’atterrissage prévue avec les conditions du jour ,et l'usage des inverseurs de poussée n'est pas pris en compte.Et si atterrissage semble long rien empêche une remise de gaz.

5.Posté par skysky le 22/04/2013 19:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pour les deux commentaires précédents, vous dites un peu n'importe quoi...
Il ne s'agit pas du tout d'un atterrissage long ! L'avion a manqué carrément la piste, pour se crasher AVANT la piste ! Il faut quand même le faire hein !
Au des description de certains passagers, il s'agit surement d'un cisaillement de vent.
Quand on se pose on évite de rentrer dans un gros nuage bien sombre...or d'après les passagers l'avion s'est retrouvé soudainement d'un ciel clair à un endroit pluvieux, très sombre.
Pourquoi l'équipage a choisi d'insister sur son approche et entrer dans de telles conditions ? Y avait-il une pression (carburant etc) pour vouloir se poser coute que coute ?

6.Posté par navigant le 16/05/2013 08:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bel erreur de jugement ,de la part du commandant ,le copilote 1500 h de vol était aux commandes
Ils sont passés sous les minimas et ne voyait pas la piste .....http://news.airwise.com/story/view/1368623643.html

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com