TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Location saisonnière : ça risque de déménager pour Airbnb & consorts...

les plateformes de location de meublées dans le viseur des députés


le Vendredi 13 Septembre 2013

Selon un nouvel amendement voté par les députés, les plateformes de location de meublées devront désormais informer les loueurs de la réglementation en vigueur et leur faire signer une déclaration sur l'honneur. Une disposition qui ne concerne pas les résidences principales.



Les députés de l'assemblée nationale ont voté jeudi 12 septembre un nouvel amendement afin d'encadrer la location de meublés de tourisme. Certains l'appellent déjà "l'amendement anti-Airbnb"... (capture écran)
Les députés de l'assemblée nationale ont voté jeudi 12 septembre un nouvel amendement afin d'encadrer la location de meublés de tourisme. Certains l'appellent déjà "l'amendement anti-Airbnb"... (capture écran)
Certains l'appellent déjà "l'amendement anti-Airbnb".

Les députés de l'assemblée nationale ont voté jeudi 12 septembre un nouvel amendement afin d'encadrer la location de meublés de tourisme.

Dans leur viseur, les plateformes internet qui mettent en relation particuliers et propriétaires sans respecter les réglementations en vigueur.

" C'est un problème pour les territoires où la pression sur les loyers est déjà forte et où une partie du parc locatif peut s'échapper vers le tourisme" a déclaré la ministre du Logement, Cécile Duflot.

Le texte précise que tout intermédiaire rémunéré pour la mise en location d'un meublé de tourisme devra informer le loueur des obligations légales de déclaration ou d'autorisation préalables et obtenir de ce loueur, avant la location du bien, une déclaration sur l'honneur attestant du respect de ces obligations.

Mais le législateur a bien fait les choses. Car les propriétaires qui louent occasionnellement leur résidence principale durant les vacances sont exclus d'une telle obligation.

La ministre du logement n'a pas voulu toucher au "complément de revenu" généré par ces locations.

Une précision cruciale pour certains sites qui parient sur ce modèle d'hébergement chez l'habitant, comme par Bedycasa, pionnier français né avant Airbnb.

"Nous ne sommes pas concernés par cet amendement car toutes nos annonces portent sur résidences principales" explique Magali Boisseau Becerril, la fondatrice.

Le syndicat hôtelier se réjouit de cette initiative

D'ailleurs pour éviter les dérives dénoncées par le gouvernement, son site effectue un tri et ne publie que 55% des hébergements proposées.

Elle tient justement à se différencier des grands mastodontes du secteur.

"Nous sommes une startup familiale nous n'avons pas les mêmes contraintes financières que les grosses entreprises qui doivent faire du chiffre pour contenter leurs actionnaires".

François de Landes, le co-fondateur de la plateforme Séjourning partage son avis. "Sur Airbnb vous trouverez 30% d'annonces pour des résidences principales et 60% pour des meublés de tourisme.

Chez nous, cette part atteint à peine 10%. Et encore ils se louent mal car sont généralement plus chers ".


Si cette loi ne résout en rien le problème de la demande dans un marché hôtelier saturé, elle essaie toutefois de freiner la spéculation autour de la location de courte durée.

"Je reste persuadé que nous aurions tout intérêt à travailler en collaboration avec les hôteliers afin d'apporter une solution à leur manque de disponibilités dans certaines grandes villes".

Une idée qu'il faudrait glisser à l'UMIH, le syndicat hôtelier ferraille depuis plusieurs années contre les plateformes de location de meublée. Celui-ci est d'ailleurs ravi de cet amendement.

"C’est une avancée majeure et significative pour notre secteur. Il a l’avantage de ne pas stigmatiser l’économie collaborative et les propriétaires qui louent leur résidence principale pendant leur absence.

Au contraire, il va enfin permettre d’encadrer les pratiques et on l’espère de stopper les dérives"
détaille un communiqué.

Quant à Airbnb, l'un des principaux concernés par ces nouvelles dispositions, il ne s'est pas encore exprimé, préférant attendre que tous les amendements soient votés avant de prendre une décision.

Lu 4820 fois

Notez


1.Posté par Thierry le 01/10/2013 18:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je suis loueur en meublé et je suis consterné de voir à quel point nous sommes gouvernés par des personnes qui ne comprennent rien à l'évolution de notre économie et qui sont rétrogrades. Cette loi n'a aucun sens et ce n'est pas ainsi que nous réglerons le problème du parc locatif et du chômage... La profession de loueur en meublé (professionnelle ou non) n'est pas reconnue alors qu'elle génère de plus en plus d'emplois y compris dans les plateformes (n'en déplaise aux hôteliers) et qu'elle contribue activement au développement économique du tourisme et de nos régions dans des secteurs au taux de chômage parfois élevé en offrant des séjours de longue durée de très bons rapport qualité / prix aux touristes Français et Etrangers, ce que les hôteliers sont bien incapables de faire. Par ailleurs, le lobby des hôteliers qui ne cache pas son plaisir ferait bien de réfléchir un peu à ses perspectives, à son avenir et surtout aux besoins de ses clients plutôt que de "ferrailler" contre les loueurs en meublé qui est une activité concurrentielle comme devrait l'être celle des hôteliers... Si cette activité se développe c'est qu'il est bien incapable de répondre à toute les attentes des touristes trop occupé qu'il est à faire de gros profits! Oui le secteur des loueurs en meublé répond à une attente des consommateurs et contribue à la croissance de notre économie et donc à la création d'emplois, pourquoi freiner son développement et ne pas au contraire l'encourager et le développer Mme Duflot ?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 13 Octobre 2017 - 14:24 Mövenpick ouvrira un hôtel à Abidjan en 2020


PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure

















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com