TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Loi de 92 : ''César Balderacchi doit démissionner''


Rédigé par Hervé Ducruet - redaction@tourmag.com le Jeudi 4 Mars 2004

Farouchement opposé à la révision de la loi de 92, le président de Tourcom demande le départ du président du Snav qu’il accuse d’incompétence et de non respect de la volonté de la profession. Les premiers résultats d’un sondage initié par le réseau auprès de 5000 agences semblent lui donner raison. Mais des avis divergent.



Loi de 92 : ''César Balderacchi doit démissionner''
Le torchon n’en finit plus de brûler entre Richard Vainopoulos et César Balderacchi. Objet de la discorde : l’adoption lundi du projet de révision de la loi de 92 lors d’un Conseil National extraordinaire du SNAV avec 83 % des voix.

"Le président du Snav ne respecte absolument pas les décisions de ses administrateurs. Il y a une semaine, le Conseil National du Snav avait rejeté le projet par 16 voix contre 11. César Balderacchi n’avait pas à provoquer une nouvelle réunion pour faire passer son texte" s’emporte le président de Tourcom.

Pour lui, la simplification de administrative liée à l’exercice du métier d’agent de voyage qui prévoit l’abandon des 4 régimes existant (licence, habilitation, autorisation et agrément) pour n’en retenir que 2 (licence et habilitation) est clairement défavorable aux agences.

Discours identique à l’APS

"Ce texte prévoit que toutes les organisations – SA, SARL, EURL, associations…. qui se consacrent exclusivement à l’activité d’agent de voyage doivent être titulaire d’une licence. Or les associations ne sont pas obligées de fournir leur bilan au greffe du tribunal de commerce, elles peuvent recevoir des subventions alors que c’est interdit et, plus grave, elles n’offrent aucune responsabilité de la part de leurs dirigeants et ne présentent aucune garantie".

Et s’il est pour la simplification administrative du métier d’agent de voyages, Richard Vainopoulos souhaite que les associations qui demandent leur licence prennent obligatoirement un statut de société commerciale ce qui les oblige aux mêmes impératifs financiers et fiscaux qu’une agence. Discours identique à l’APS qui souhaite que les deux régimes soient soumis aux mêmes obligations en matière de publicité, de RCP ou encore de garanties financières.

Deux licences distinctes

Mais tous ne partagent pas cette opinion. "J’ai voté pour ce projet car il me semble aller dans l'intérêt de la profession. Car ce que le président de Tourcom oublie de préciser c’est que ce texte prévoit 2 licences distinctes" précise Adriana Minchella, présidente du Cediv et administrateur du Snav.

"Si les associations ne commercialisent que leurs produits en exclusivité auprès de leurs adhérents, elles n’auront besoin que d’une licence d’association. Par contre, si elles souhaitent vendre d’autres produits que les leurs comme ceux des TO par exemple, elles devront prendre une licence d’agent de voyages et seront dans l’obligation de se soumettre aux même obligations que les agences.

Si le président de Tourcom avait travaillé avec nous à l’élaboration du texte, il ne réagirait pas comme cela. Les choses seront plus claires qu'aujourd’hui où il y a un tas d’associations qui outrepassent leur périmètre d’action. Et combien d’agences de communication commercialisent des voyages alors qu’elle n’en ont pas le droit".

"Je demanderai la démission du président du SNAV"

Le dossier, qui est actuellement dans les mains du Secrétaire d’Etat au Tourisme, doit être arrêté dans sa version finale au 30 mars prochain. Mais d’ici là, le président de Tourcom compte bien faire bouger les choses.

" Nous avons lancé en début de semaine un questionnaire auprès de l’ensemble des 5000 agences française pour leur demander leur avis sur ce texte. A ce jour, plus de 500 réponses ont été reçues où le non est largement plébiscité. Si cette décision se confirme, je demanderai lors de l’assemblée générale le retrait de ce texte mais aussi la démission du président du SNAV pour incompétence et non respect du mandat qui lui a été confié".

En attendant, le président de Tourcom mobilise ses troupes en leur demandant d’attirer l’attention de leurs députés sur le sujet. L’assemblée Générale commune SNAV/APS du 24 mars prochain risque d’être animée.

Lu 3171 fois
Notez


1.Posté par voyailes@wanadoo.fr le 04/03/2004 09:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nous allons y arriver à la réunion houleuse lors du SMTV ...mais il faut que l' on soit les surfeurs qui restent sur la vague ....

Car tout le monde sait parfaitement que tous les TO acceptent de vendre EN DIRECT à toutes les
Associations , qu'elles aient une lic ou une ha ou rien du tout , celà ne changera rien .. certains TO vendront quand même ... et les assos continueront à faire des trous de + en + gros dans les finances des agences ...jusqu' à ce qu'il n' y ai plus d' agences ...
Cette histoire d' y avoir encore 2 licences
( pour les assos .. ) est une crétinerie monumentale ...ce qui m'inquiète d' ailleurs venant du CEDIV ? Vous n' avez qu'à regarder les sites internet des associations ...ouverts à toutes et tous ... malgré la mention .. ce site est réservé à .. NOS ADHERENTS ????
De qui se moque -t-on ?

Les associations n' ont d'ailleurs JAMAIS eu le droit de vendre à d' autre qu' à leurs adhérents .. mais que font-elles depuis des années ???Cet abcès doit éclater et se régler vite .On est AGENCE DE VOYAGES ou PAS .

Les associations ne sont pas là pour vendre du voyage. Elles ont été crées à la base pour s' occuper de cas sociaux ...et non pas pour détourner la loi au fil des ans et en arriver à tenir pignon sur rue et devenir de vraies agences ...sans JAMAIS avoir les mêmes charges et obligations que nous .
Je défends ma profession et je maintiens que seules les AGENCES doivent vendre le voyage et rien d' autre .

Il est vrai que si cette loi passe , tant mieux pour les associations ...tout dépend quelle profession on défend ?

Si chaque agence reste dans son petit coin coin ...çà va faire un big COUAK vite sur le nez des agences qui ont le flair complétement NAZE !
et qui suivent je ne sais quelle voie de
garage ...mais il est vrai qu' avec tous les problemes que l'on doit résoudre nous , depuis 2001 , ET SANS SUBVENTION , on a parfois de quoi baisser les bras .
Personnellement , je ne les baisse pas et je défendrai ma profession jusqu' au bout .
A +
Cath

PREVENEZ NOUS si nous devons venir au SMTV avec nos casques et nos bazoukas ...et notre petit
mouchoir en dentelles ...
Peut être qu'il y a même de grosses associations qui y ont leur propre stand ?



2.Posté par duclos@lvd.fr le 04/03/2004 09:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour

Je ne suis pas d'accord avec la décision du Grand
Monsieur ''César Balderacchi".
Le Queen du Snav doit démissionner. Sa méthode de président est déplorable pour la profession.

1 seule solution
Habilitation pour les transports voyageurs.
Licence pour les agences de voyages.
Dans ces conditions nos bilans deviendrons bons.

Continuons de nous battre tous ensemble.

Salutations.

Maurice Duclos 06.07.230.150

3.Posté par philippebeissier@aol.com le 04/03/2004 09:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,

Mon cher Jean, serait-il possible de remplacer le sondage low-coat par une consultation sur ce sujet??? Bien que n'ayant pas de valeur réelle ce mini sondage traduirait sans doute une tendance.
Cordialement.

4.Posté par sletess@hotmail.com le 04/03/2004 10:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
au sujet de la révision de la loi de 92 au profit des associations

Les arguments du président du snav ou du cediv en réponse aux contestations de mes confrères
démontrent une absence totale de stratégie !
réglementer une pratique - en l'occurence celle des associations - consiste à la reconnaître et à l'accepter plutôt que de la combattre farouchement ! Ce qui représentait une pratique condamnable est désormais admis.
et même, en cas d'abus, qui va contrôler et sanctionner !

Rappelez-vous les radios libres dans les années 80, de simples associations à qui on a donné le droit d'émettre mais pas de faire de bénéfices, et qui s'appellent aujourd'hui NRJ ou Skyrock...

Quand de grandes associations vendront pour des dizaines de millions d'euros de voyages et reverseront par des biais détournés les recettes de leur activité (frais de publicité, de fonctionnement etc...) On en reparlera...

c'est lamentable d'avoir une direction de syndicat national aussi déconnectée des réalités économiques !

Cette loi a été poussée par un lobby bien organisé pendant que le snav etait certainement occupé à négocier la commission "0"

Il etait si simple de dire tout simplement aux organismes qui voulaient vendre du tourisme, quels qu'ils soient , de se plier aux obligations de la loi en l'état ! c'est d'ailleurs ce que font de nombreuses sociétés d'événementiel qui ont créé leur agence de voyages, ou de grandes sociétés qui montent un implant en collaboration avec un confrère.

Pour les autres, il suffit de passer par une agence de voyages, vous savez ces petites boutiques avec un logo SNAV sur la porte.

amitiés
stéphane letessier

P.S : les journalistes de tourmag pourraient-ils enquéter pour comprendre l'enchaînement des évènements et notamment qui ont été les acteurs clés de cette manip'.

5.Posté par plcosentino@hotmail.com le 04/03/2004 10:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Imaginons un seul instant le C.E de edf/gdf qui crée une association avec licence pour acheter des voyages à - 15% à un to, voire qui affrete en direct un charter, 50 chambres en rep dom, et tout le toutim.
Elle ne fera pas de bénéfices, mais son volume d'affaire ne passera pas via la distribution classique... ou encore les banques (le service visa 1er voyages est aujourd'hui géré par protravel. Demain, ils montent une assoc, et vendent du voyage à -15% !). On pourrait même imaginer une société multinationale créant une assoc pour s'occuper de sa billeterie interne ! Il suffit d'être membre (c'est ça le plus drôle !).

Belle idée que celle d'accepter de voir des non-pros (par essence une assocation n'est pas faite pour faire du business) exercer le même métier
que nous ! N'avons nous pas l'impression que notre métier à une certaine valeur, ou alors nos responsables syndicaux seraient-ils si loin de nous que seuls les déjeuners au ministère soient leur motivation à faire voter une loi nous affaiblissant un peu plus...

Notre ministre Leon Bertrand se plait à raconter lors de nos conventions que "Balderacchi est sympa, mais bon, je ne comprends rien à ce qu'il me raconte !!!".

Que notre ministre se rassure : Balderacchi ne comprend rien non plus....

et puis simplement, si cette loi passe, qu'y gagnons nous ? RIEN.

pierre cosentino

6.Posté par plcosentino@hotmail.com le 04/03/2004 11:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Imaginons un seul instant le C.E de edf/gdf qui crée une association avec licence pour acheter des voyages à - 15% à un to, voire qui affrete en direct un charter, 50 chambres en rep dom, et tout le toutim.
Elle ne fera pas de bénéfices, mais son volume d'affaire ne passera pas via la distribution classique... ou encore les banques (le service visa 1er voyages est aujourd'hui géré par protravel. Demain, ils montent une assoc, et vendent du voyage à -15% !). On pourrait même imaginer une société multinationale créant une assoc pour s'occuper de sa billeterie interne ! Il suffit d'être membre (c'est ça le plus drôle !).

Belle idée que celle d'accepter de voir des non-pros (par essence une assocation n'est pas faite pour faire du business) exercer le même métier
que nous ! N'avons nous pas l'impression que notre métier à une certaine valeur, ou alors nos responsables syndicaux seraient-ils si loin de nous que seuls les déjeuners au ministère soient leur motivation à faire voter une loi nous affaiblissant un peu plus...

Notre ministre Leon Bertrand se plait à raconter lors de nos conventions que "Balderacchi est sympa, mais bon, je ne comprends rien à ce qu'il me raconte !!!".

Que notre ministre se rassure : Balderacchi ne comprend rien non plus....

et puis simplement, si cette loi passe, qu'y gagnons nous ? RIEN.

pierre cosentino

7.Posté par plcosentino@hotmail.com le 04/03/2004 11:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Imaginons un seul instant le C.E de edf/gdf qui crée une association avec licence pour acheter des voyages à - 15% à un to, voire qui affrete en direct un charter, 50 chambres en rep dom, et tout le toutim.
Elle ne fera pas de bénéfices, mais son volume d'affaire ne passera pas via la distribution classique... ou encore les banques (le service visa 1er voyages est aujourd'hui géré par protravel. Demain, ils montent une assoc, et vendent du voyage à -15% !). On pourrait même imaginer une société multinationale créant une assoc pour s'occuper de sa billeterie interne ! Il suffit d'être membre (c'est ça le plus drôle !).

Belle idée que celle d'accepter de voir des non-pros (par essence une assocation n'est pas faite pour faire du business) exercer le même métier
que nous ! N'avons nous pas l'impression que notre métier à une certaine valeur, ou alors nos responsables syndicaux seraient-ils si loin de nous que seuls les déjeuners au ministère soient leur motivation à faire voter une loi nous affaiblissant un peu plus...

Notre ministre Leon Bertrand se plait à raconter lors de nos conventions que "Balderacchi est sympa, mais bon, je ne comprends rien à ce qu'il me raconte !!!".

Que notre ministre se rassure : Balderacchi ne comprend rien non plus....

et puis simplement, si cette loi passe, qu'y gagnons nous ? RIEN.

pierre cosentino

8.Posté par hezard.daniel@wanadoo.fr le 04/03/2004 15:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J'aimerai qu' Adriana Minchella, puisque j'ose espèrér qu'elle avait toutes les explications pour voter oui le 1er décembre, me précise ce qu'elle comprend par " Si les associations ne commercialisent que leurs produits en exclusivité à leurs adhérents .... "

Tout le monde sait :

1) que toutes les associations s'adressent directement aux TO pour leurs voyages.
2)Que tout à chacun peut être adhérent d'une association en payant tout simplement une cotisation.

Alors Medames et Messieurs les penseurs arrétez cette hypocrisie. Avez vous simplement consultez vos adhérents ?.

Lorsque l'on sait quelles sont les difficultées aujourd'hui pour faire fermer une agence qui se trouve dans l'illégalité, quel sera l'organisme qui pourra contrôler les associations et les empécher le cas échéant de vendre du voyage.

Quelle sera la responsabilité de ces dites associations.

Vous avez dit transparence. Il est regrettable que beaucoup utisie ce mot sans en conaître la signification.

Je crois qu'il faut beaucoup de passion,et beaucoup de courage pour prendre la responsabilité d'une agence de voyages.

Alors messieurs " les décideurs " réflechissez bien avant de prendre une décision.

Daniel Hezard



9.Posté par contact@cediv.info le 05/03/2004 18:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le XXIème siècle nous a permis de découvrir le reality-show. L’année 2003 fut un grand cru et Loana a fait son apparition.
Et ce fut aussi l’année de la loi de 92.
Et voilà monsieur RV à la une de toute la presse touristique contre la loi de 92. Et durant toute cette longue année que faisait certains bénévoles. Ils travaillaient studieusement à essayer d’améliorer à améliorer et modifier la loi ; cette même loi qui depuis qu’elle existe a fait couler beaucoup d’encre continuera certainement à en faire couler voire à déchaîner les passions.
Mais avec tout le remue ménage qui entoure la loi ces jours ci vous rappelez vous pourquoi nous avion demandé une modification ? Ma mémoire n’est pas défaillante, le point noir et essentiel sujet à modification était l’article 23.
Celui qui donne la responsabilité de plein droit à l’agent de voyage.
Et qu’en est il aujourd’hui de cet article 23 et que deviens l’habilitation de demain ?
Et la vente par Internet quelle est sa place dans les nouveaux textes ?
Je ne crois pas que vous ayez la réponse, il vous faudrait connaître l’intégralité du texte proposé par le ministère et les contre propositions du SNAV.
Sans les tenants et les aboutissants pensez vous avoir répondu au questionnaire de RV d’une manière juste et réfléchie ?
Si la vente sur Internet reste en l’état pourquoi se battre contre cette fameuse licence d’association du tourisme mais qu’a fait RV en vous envoyant le questionnaire ?
Il déstabilise la profession et vous détourne des vrais problèmes avec comme seul intérêt obtenir comme la presse people un maximum de lecteurs ou un réality show un maximum d’audimat.
Ah, si monsieur RV avait pu s’engager et faire bénéficier de ses conseils le groupe de travail constitué de collègues agents de voyages (mais au fait, est-il toujours agent de voyage ?) au moment où il travaillait sur la loi de 92, quelle chance aurait pu connaître notre profession !
Mais non, il était certainement occupé ailleurs, ce qui est bien légitime et nous ne lui en tiendrons pas rigueur.
Il avait choisi le silence mais il aurait mieux valu le garder plutôt que répandre des erreurs.
Alors je repose la question : dans cette réforme de la loi de 92 que souhaitions nous ?
Premièrement, que la concurrence qu’ils exercent entre nos entreprises et le secteur associatif se fasse dans des conditions équitables sans distorsion par des aides indirectes en allègement de gestion et surtout avec des contraintes équivalentes à celles que nous connaissons.
Deuxièmement que l’article 23 soit modifié et que la responsabilité ne soit plus de plein droit.
Troisièmement, que la vente par Internet soit enfin réglementée.
Grâce à nos efforts communs toutes familles confondues, la position du SNAV a su prévaloir sur ses bases ; et si certains considèrent qu’il s’agisse d’un échec, je suis sûre que notre demande de définir une concurrence normale a été entendue ; Et là était l’essentiel.
Le président Balderacchi a consulté dans les réunions internes, tous les administrateurs et les membres « réellement » actifs ont pu réagir.
Le conseil des agences de voyage Indépendante que je représente au SNAV a participé activement tout au long de cette année 2003, afin de défendre l’intérêt des agences de voyage Indépendantes et surtout l’intérêt général de notre profession.
L’essentiel pour notre profession n’est-il pas d’avoir un texte qui rééquilibre les conditions de distribution ?
C’est précisément ce qui a été obtenu et tout le reste n’est qu’agitation basée sur des contre vérités.
Il nous faut savoir que les engagements forts se font dans la durée, et nous devons être conscients qu’il est plus facile de participer à des combats une fois qu’ils sont terminés et s’investir « après » plutôt que « pendant ».

Mais certaines natures sont ainsi faites…

Adriana MINCHELLA

POSEZ VOS QUESTIONS ET ENVOYEZ-NOUS VOS REACTIONS SUR NOTRE MAIL :

contact@cediv.info

10.Posté par pleinhorizon@free.fr le 05/03/2004 18:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour à tous,
Désolé de "m'introduire" dans votre monde. En effet, je travaille depuis 6 ans pour une de ces associations qui vendent des voyages. Mais avant tout, je voudrais apporter quelques précisions :

1° Je ne suis pas un "non pro" comme disait Mr Cosentino. J'ai une maîtrise en Tourisme (Bac +4), j'ai organisé le back - office de l'association et mis en place l'ouverture des comptes chez les TO. Pour obtenir l'Agrément Tourisme j'ai dû batailler avec la Préfecture pour démontrer la recevabilité de notre requête : les diplômes, la RCP et la Garantie Financière. Autant vous dire que le Loi de 92 je la connais en long et en large.

2° Les associations ont autant de charges sociales qu'une société : TVA, URSSAF, cotisations salariales et patronales, taxe professionnelle et d'apprentissage. Si les AGV cotisent au SNAV, nous on est adhérents à UNAT (Union Nationale des Associations de Tourisme) qui compte parmi ses membres VVF, LVT etc...

3°De plus, les commissions des certains TO accordés aux assos sont de 2 à 8% inférieurs à quelque agence que ce soit. Un exemple : notre asso réalise prés de 800 000 Francs de CA avec FRAM et on est commissionné à 8%. La comm. d'une agence chez FRAM est calculée rétroactivement avec des paliers. Cette comm. peut aller jusqu'à 15% à ma connaissance. Et ceci n'est qu'un exemple, mais le plus fort reste quand même la SNCM qui commissionne que à 5% sur les forfaits.

4° Certains TO n'hésitent pas à commercialiser en direct auprès des CE, Amicales, regroupements, etc. avec des baisses qui vont de -5% à -25% (Maeva et Pierre&Vacances). Donc, il ne faut pas stigmatises uniquement les assos, mais il faut regarder aussi du côté des producteurs.

5°Enfin, je voudrais pour répondre à MR Daniel Hezard, qui parle (il est vrai d'ailleurs) d'hypocrisie. J'en connais pas mal d'AGV qui vendent aux CE et aux Amicales de Personnel des voyages à -5%, -10% et même à -15%. Sans que les futurs passagers ne demandent pas préalablement des telles remises. Tout simplement parce que l'AGV tient une "permanence" dans les locaux du CE. Mais dans ce cas, l'agence en cause n'a qu'à se rebeller et vendre les voyages au prix catalogue. Elle a peur de perdre une clientèle potentielle? En faveur de qui ? De ses confrères? D'une association ? Peut-être. Mais une autre AGV prendra sa place. Et peut-être celle qui gueulait hier, se la mettra en sourdine demain care elle est concernée.

Je pense Mesdames et Messieurs, que vous ignorez le fonctionnement des associations. Mr Consentino disait, je cite "par essence une association n'est pas faite pour faire du business". Vous avez raison, si vous parlez d'une association type Loi 1901 à but non lucratif. Savez-vous toutefois qu'il existe d'autres catégories d'association ? Les Coopératives, les Unions d'Economie Sociale, Les Syndicats d'Economie Sociale, pour ne citer que quelques-uns. Ils fonctionnent comme une association, mais à vocation commerciale.

Pour finir enfin, je voudrais éclaircir un point : ce n'est pas parce qu'on est une association que les collectivités se bousculent pour nous subventionner. Je dirais même au contraire. Beaucoup des Conseils Généraux, de Mairies etc... qui sont à droite pensent qu'une association est forcement de gauche et je vous laisse deviner la suite. Nous on ne touche pas une seule centime de nul part. Et quand on fait des bénéfices on est obligés de les réinvestir. Récemment on a embauché une personne à plein temps. Ce n'est pas une AGV qui fait de bénéfices qui va réinvestir l'INTEGRALITE de ses bénéfices pour l'année d'après. Ca va être un peu, mais pas tout. On a été emmenés à louer un local commercial, pour faciliter l'accès de nos adhérents. Je suis désolé d'apprendre à Cath de voyailes que les assos ne sont pas faites juste pour "s'occuper des cas sociaux", et que le fait d'avoir un local décent avec un accès direct sur la rue n'a jamais été interdit à personne, et certainement pas aux associations.

Je vous remercie d'avoir pris la peine de me lire jusqu'à la fin, mais pensez qu'on fait le même métier, mais dans des structures différentes.

11.Posté par angelique le 24/12/2004 19:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
jolie démonstration qui prouve d'autant plus qu'on a eu raison de réagir puisque cette tentative de quelques PROS du Tourisme déguisés en assoc' n'avait AUCUN autre but que de contourner la loi et les restrictions existantes.
merci pour cet éclairage de mr pleinhorizon
angélique

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 15:43 Selectour : retrouvez l'album photos du Congrès...


PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com