TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Loi des séries : Malaysia Airlines se relèvera-t-elle de ce nouveau drame ?

Peut-être des Français parmi les passagers ?


le Jeudi 17 Juillet 2014

Un vol de Malaysia Airlines, en partage de code avec KLM s'est écrasé jeudi 17 juillet en Ukraine, vraisemblablement abattu par un missile. Une tragédie pour la compagnie, qui n'a toujours pas résolu le mystère de la disparition de son vol MH370 au dessus de l'Océan Indien. Pourra-t-elle survivre à deux catastrophes à si peu d'intervalle ?



Les avions quittent l'espace aérien ukrainien, comme on peut le constater sur le site Flightradar24.com. DR
Les avions quittent l'espace aérien ukrainien, comme on peut le constater sur le site Flightradar24.com. DR
Série noire pour Malaysia Airlines...

Après la disparition de son vol MH370 au dessus de l'Océan Indien en mars dernier, la compagnie vient de subir un nouveau drame jeudi 17 juillet.

Son Boeing-777 reliant Amsterdam à Kuala Lumpur a disparu des radars au dessus de l'Ukraine dans la région de Donetsk, contrôlée par les séparatistes pro-russes.

Pourtant, comme l'indique dans un communiqué le Premier ministre malaisien Najib Razak "The aircraft’s flight route was declared safe by the International Civil Aviation Organisation and International Air Transportation Association has stated that the airspace the aircraft was traversing was not subject to restrictions." (*)

Par ailleurs, le vol n'a pas émis de signal de détresse. Pourtant, à son bord, 283 passagers et 15 membres d'équipage auraient tous péris dans l'accident.

Le ministre des affaires étrangères Laurent Fabius n'a aucune certitude concernant la présence à bord d'éventuels passagers français. Il avait pourtant déclaré plus tôt dans la soirée qu'au moins quatre de nos compatriotes pourraient avoir embarqué à Amsterdam.

D'après le Quai d'Orsay, cette information est difficile à confirmer car la compagnie n'aurait toujours pas fourni une liste des passagers.

On sait par ailleurs que, parmi les passagers, des dizaines de Néerlandais seraient présents à bord car le vol était en partage de codes avec KLM.

Ils étaient au moins 154, comme l'indique Malaysia Airlines dans un bilan provisoire, sur son site Internet.

La compagnie fait état également de 43 victimes malaisiennes, dont les 15 membres d'équipage, 27 Australiens, 12 Indonésiens, 9 Britanniques, 4 Allemands, 4 Belges, 3 Philippins, 1 Canadien et toujours 41 victimes dont la nationalité n'est pas été précisée.

Pour sa part, KLM a décidé également de ne plus survoler le territoire concerné, pour l'autre liaison de fin de soirée à destination de Kuala Lumpur.

Quant à Air France, qui ne survolait plus la Crimée depuis le 3 avril dernier, elle a décidé de ne plus survoler la région est de l'Ukraine, frontalière avec la Russie.

Lufthansa, Turkish Airlines, Delta auraient elles aussi décidé de ne plus survoler l'ensemble du pays.

La DGAC a également publié un communiqué enjoignant les compagnies françaises à éviter d'emprunter l'espace aérien ukrainien tant que les raisons de cette catastrophe ne seraient pas clarifiées.

Un avion vraisemblablement abattu par un missile

Selon diverses sources, l'appareil pourrait avoir été abattu par un missile, alors qu'il volait à son altitude de croisière à près de 10 000 mètres.

"Il s'agirait d'un missile doté d'une tête chercheuse, qui repère les zones de chaleur qui se trouvent à l'arrière de l'avion"
explique David Sprecher avocat spécialisé dans le droit du tourisme et de l'aviation civile.

Les séparatistes pro-russes et les militaires ukrainiens s'accusent réciproquement du drame.

Le conflit dure en effet depuis de longs mois dans cette région du monde.

Les professionnels du tourisme étaient d'ailleurs très pessimistes quant à l'avenir touristique du pays, comme nous l'avions expliqué dans notre précédent article.

Ce nouveau crash relance le débat sur la pertinence de survoler des régions politiquement instables.

La Crimée avait déjà été déconseillée par l’agence européenne de la sécurité aérienne le 3 avril dernier.

Mais le reste du pays n'était pas interdit, tout comme la région de Donetsk où a eu lieu le crash.

"Ce sont généralement les assureurs des compagnies aériennes qui, en fonction des risques, choisissent ou pas d'assurer une compagnie qui décide de survoler un territoire en guerre " assure David Sprecher.

Suite à ce crash, les autorités ukrainiennes ont fermé toutes les routes aériennes survolant l'est du pays selon Eurocontrol.

La responsabilité des agences de voyages pas engagée

Dans tous les cas, la responsabilité des agences de voyage n'est pas engagée.

En effet, ces dernières n'ont qu'un devoir d'information et de conseil en se basant sur les avis délivrés par le site du ministère des affaires étrangères, qui n'avait pas interdit l'Ukraine.

En revanche, l'avenir de Malaysia considérée il y a peu comme une des compagnies les plus sûres au monde, s'inscrit de plus en plus en pointillés, même si la catastrophe semble, à priori, due à une cause externe.

Déjà touchée par la dramatique expérience du vol MH370, Malaysia qui fait face à une concurrence féroce de la part des low cost asiatiques long courrier, pourrait voir ses parts de marchés dégringoler de nouveau.

Par ailleurs, force est de reconnaître que la communication de crise de la compagnie est pour le moins inefficace.

Déjà critiquée pour ses approximations lors de la disparition du vol MH370, à l'heure où nous publions, il n'y avait toujours pas sur son site officiel la liste des victimes et leurs nationalités respectives.

On imagine l'inquiétude des proches et des familles...

(*) La route aérienne était déclarée comme étant sûre par l'Organisation de l'aviation civile (OCA) et l'lnternational Air Transportation Association n'avait pas émis de restrictions à propos du tracé aérien du vol."

Lu 4502 fois

Notez


1.Posté par Marc le 18/07/2014 08:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'article dit : " il n'y avait toujours pas sur son site officiel la liste des victimes et leurs nationalités respectives" ..... c'est peut-être fort peu délicat de rendre publique une liste nominative des passagers, non ?

Je pense que le choix de Malaysian Airlines est respectueux simplement.

2.Posté par La rédaction le 18/07/2014 09:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour
Pour votre information cela a été fait avec le vol MH370 et cela n'a choqué personne apparemment. Je pense même que cela a soulagé plutôt tous ceux qui étaient dans l'incertitude. Mais je comprends votre position et ça se discute, bien sur...
Bonne journée

3.Posté par Sables d'Or le 18/07/2014 09:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je suis d'accord avec Marc : mettre une liste de noms/prénoms avec des nationalités sur un site internet serait aberrant et quel choc pour les familles de découvrir le nom d'un de leur proche (ou d'un homonyme...). Le mieux est sans doute de mettre un n° d'appel à disposition des familles et que les contacts se fassent dans la discrétion et le respect entre les familles et la compagnie.
Une pensée pour toutes les victimes...

4.Posté par Marc le 18/07/2014 10:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quant à une "stèle" hommage une fois que toutes les familles des victimes ont été contactées et informées, pourquoi pas, avec l'accord des familles concernées: tout dépend finalement du moment où cette information est diffusée.

5.Posté par JEAN PIERRE LEMOINE le 18/07/2014 12:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
lors de l'accident du vol MH 17; il était aux environ de 23 : 30 à Kuala Lumpur

Nous pouvons comprendre que face à une grosse catastrophe , même avec une cellule de crise bien "entraînée", il est difficile de regrouper toutes les informations.

La stratégie de Malysia est d'abord de prévenir les proches des victimes avant de les publier :
" Malaysia Airlines will release the full list of the names of those who perished on board flight MH17 once all next of kin are notified."
Dès ce matin,7 H30 le détail des nationalités et le nombre et la nature des passagers sont accessibles sur le site officiel de la compagnie :

http://www.malaysiaairlines.com/my/en/site/mh17.html

Pour mémoire, lors de l'accident du vol AF 447 RIO/PAR survenu un 1 er Juin , la liste définitive des victimes n'avaient été communiqué que le 8 juin .

http://www.france-amerique.com/articles/2009/06/08/vol-af-447-les-noms-de-197-victimes-confirmes.html

Dans le cadre du renouvellement de sa flotte, et de préserver ainsi le confort et la sécurité de de ses passagers Malaysia a fait récemment l'acquisition d' A 380.

Ceux et celles qui ont eu la chance de voler sur Malaysia ont pu constater l'extraordinaire qualité de service à bord de cette compagnie.

L'équipe de Malaysia de Paris qui fait un travail formidable mérite tout le soutien de toute la profession . Nous nous devons d'être solidaire et de rassurer tous nos passagers sur la fiabilité de Malaysia.
C'est en continuant des les vendre et de les proposer que nous pouvons concrètement leur montrer notre soutien.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 20 Octobre 2017 - 18:03 Aigle Azur en eductour au Portugal


PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure

















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com