TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading

Travel in France





Michel Durrieu : "désormais le tourisme est reconnu comme un sujet majeur et un secteur prioritaire"

l'interview de Michel Durrieu, auteur de « Tourisme, La France n°1 Mondial »


Rédigé par Aurelie Resch le Mercredi 11 Janvier 2017

Ce mois-ci, Michel Durrieu sort un livre intitulé « Tourisme, La France n°1 Mondial » ,sur son expérience au Ministère des Affaires Etrangères dans lequel il dresse un état des lieux du tourisme en France. A cette occasion il répond aux questions de TourMaG.com.



Michel Durrieu : "désormais le tourisme est reconnu comme un sujet majeur et un secteur prioritaire"
TourMaG.com - Pourquoi ce livre ?

Michel Durrieu : J’ai voulu avant tout raconter mes deux premières années en charge du tourisme au Ministère des Affaires étrangères, une aventure extraordinaire vécue de l’intérieur.

J’avais peur d’oublier la démarche suivie et le travail réalisé pour définir et mettre en œuvre une stratégie pour la destination France.

Il était donc urgent d’écrire et de publier cet ouvrage pour qu’il serve de référence.

Je pense en effet que cet ouvrage peut être utile pour les politiques, pour les professionnels du secteur, mais aussi pour tous les étudiants qui pensent travailler dans les métiers du tourisme.

Il doit permettre de comprendre le secteur, d’anticiper les évolutions et d’adapter l’offre pour mieux répondre aux nouvelles attentes des touristes étrangers.

TourMaG.com - La France pense-t-elle aujourd’hui son tourisme différemment (les attentats terroristes mis à part) par rapport à 5-10 ans auparavant ? Qu’est-ce qui a changé/s’est maintenu?

Michel Durrieu : La France et le tourisme ont vécu une évolution importante sur cette période. Les attentes des voyageurs ne sont plus les mêmes, les canaux d’information et de réservation ont évolué avec l’accélération de l’utilisation d’internet, l’omniprésence des réseaux sociaux, l’adoption massive des supports mobiles et de l’hyper-connectivité.

Les comportements d’achat ont changé, les modes de déplacement et d’hébergement aussi. La France ne peut donc plus penser son tourisme comme il y a 5-10 ans.

La France, prenait du retard et notre offre ne correspondait plus aux attentes nouvelles des touristes internationaux et en particulier ceux provenant des pays à fort potentiel comme la Chine, l’Inde, le Brésil, mais aussi de pays plus matures comme l’Allemagne, le Royaume-Uni ou les Etats-Unis.

C’est en rencontrant les professionnels et en faisant cette analyse que Jean-Marc Ayrault, alors premier Ministre, avait lancé les Assises du tourisme en novembre 2013.

Il souhaitait faire un diagnostic du secteur et définir les axes prioritaires des évolutions futures indispensables pour défendre une activité qui représentait plus de 7% de notre richesse et près de 2 millions d’emplois non délocalisables.

Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères et du Développement international en charge du Tourisme en a conclu les travaux en juin 2014 et a annoncé les premières mesures d’urgence. Il a ensuite imposé une méthode pour définir au plus vite une stratégie pour la destination France.

Le tourisme a depuis 2015, certainement pour la première fois, une stratégie et des objectifs.

Ils ont été confirmés par Jean-Marc Ayrault lors de la deuxième conférence annuelle du tourisme en novembre 2016.

Depuis deux ans quatre chantiers prioritaires ont permis de faire évoluer à la fois les mentalités, les démarches et les politiques : l’investissement, la formation, le numérique et l’accueil.

On peut dire que tout a changé, mais le tourisme reste un trésor national avec une grande diversité et des professionnels d’exception.

Comment la France est-elle perçue à l'international?

TourMaG.com - Quelles perceptions ont les professionnels du tourisme étrangers de la France comme destination touristique ?

Michel Durrieu : L’image de la France est exceptionnelle et notre pays reste la première destination mondiale.

Les touristes du monde entier citent la France comme la première ou l’une des premières destinations qu’ils souhaiteraient visiter ou revisiter.

Les professionnels le savent et doivent répondre à cette attente en programmant une offre adaptée.

Lors de la deuxième conférence annuelle du Tourisme au Quai d’Orsay le 17 novembre dernier, M. Zubin Karkaria, président-directeur-général mondial du groupe Kuoni a rappelé le potentiel d’attractivité de nos territoires et la richesse de nos patrimoines, culturels, naturels, mais aussi immatériels comme la gastronomie.

Il a exhorté les professionnels français à continuer le travail engagé et a rappelé la chance que nous avons de posséder autant d’atouts.

Lors des différents déplacements à l’international, les tour-opérateurs et les distributeurs expriment toujours leur attachement à notre pays, qui fait toujours autant rêver, et leur volonté de programmer de nouveaux territoires.

Alors bien sûr il y a aussi parfois des demandes d’amélioration de notre accueil, de notre offre, pour atteindre l’excellence attendue par les touristes étrangers qui viennent en France.

Mais, je crois pouvoir dire que le rayonnement et l’attractivité de notre pays ne sont pas remis en cause et que la destination France reste une référence.

TourMaG.com - Les attentats récents en France ont eu un impact important sur les voyageurs étrangers. Qu’est-ce qui, selon vous, peut faire changer les mentalités des voyageurs et des voyagistes ?

Michel Durrieu : Effectivement, les mentalités des voyageurs et des voyagistes ont évolué.

Ils souhaitent être rassurés par la mise en place de mesures de sécurité, ils réservent plus tard, ils souhaitent plus de flexibilité pour modifier leurs réservations. Ils sont certainement plus volatiles.

Mais ces évolutions étaient déjà perceptibles depuis plusieurs années. Elles se sont amplifiés et accélérées.

Mais les évènements de l’année passée ont aussi montré l’importance du travail réalisé en France et la nécessité de continuer et d’intensifier les actions menées.

La résilience de la destination France est importante en particulier parce que le secteur est maintenant mieux structuré, la qualité de l’accueil accrue, l’offre sur l’ensemble du territoire plus lisible et visible et qu’il existe des financements pour accompagner les investissements indispensables pour s’adapter et se préparer aux nouvelles attentes des touristes étrangers et aux contraintes de sécurité et de gestion des flux.

Pendant cette période difficile, les professionnels ont su aussi adapter leur offre tarifaire et le gouvernement a su réagir en lançant un plan d’urgence pour le tourisme avec plus de 40 millions d’euros pour la sécurité, la promotion touristique, l’appui aux professionnels.

Mais il faut continuer à travailler sur le plus long terme en intégrant bien sûr les nouvelles contraintes et les nouvelles attentes. La stratégie doit rester la même avec des actions de relance indispensables pour retrouver rapidement la croissance et pour garantir les revenus et les emplois liés au tourisme.

Certaines destinations, comme Paris et la Côte d’azur, ont été plus particulièrement affectées. Mais il y a des raisons d’espérer.

Les commandes pour les mois à venir pour l’ensemble du territoire sont encourageantes, en hausse de plus de 5% pour l’instant et même plus de 30% pour les japonais et 20% pour les américains.

Le travail réalisé par Atout France, l’opérateur de l’Etat en charge de la promotion du tourisme, doit être salué. Les actions menées ont permis de rétablir un climat de confiance avec les professionnels du monde entier en un délais très court.

Des actions de sensibilisation, des évènements en France et à l’étranger, destinés aux professionnels et journalistes étrangers, ont rassuré et accompagné la résilience de la destination France.

Des moyens ont aussi été engagés par l’opérateur, dans le cadre du plan de relance, pour promouvoir nos marques et nos territoires sur les réseaux sociaux. L’e-réputation est maintenant le vecteur de communication prioritaire pour convaincre les voyageurs du monde entier de venir en France.

Alors, bien sûr nous le voyons il faut faire évoluer les mentalités des voyageurs et des voyagistes mais il faut aussi et surtout continuer à adapter notre offre en fonction des nouvelles attentes, qui vont continuer à évoluer.

Les professionnels du secteur ont cette capacité, ils l’ont prouvé.

Tourisme et perspectives

TourMaG.com - L’objectif des 100 millions de visiteurs en 2020 est-il toujours envisageable ?

Michel Durrieu : Jean Marc Ayrault l’a rappelé, l’objectif reste d'accueillir 100 millions de visiteurs étrangers d’ici à 2020, "à condition que l'ensemble des acteurs continuent à se mobiliser et prennent en compte la nouvelle donne du tourisme mondial".

Rappelons que le nombre de touristes internationaux dans le monde a atteint 1,2 milliard en 2015 et en comptera plus de 2 milliards en 2030.

TourMaG.com - Les solutions, actions mises en place, le bilan dressé par « Tourisme, la France n°1 mondial » seront-ils des atouts pour poursuivre une politique de développement/consolidation touristique ?

Michel Durrieu : Je pense que cela ne fait aucun doute et les professionnels l’ont reconnu.

Les politiques et les Français, aussi, ont pris conscience de l’importance du secteur, pour notre économie, nos emplois et nos territoires. Cette évolution était importante et nécessaire.

La structuration et le développement de l’offre et la formation doivent rester des priorités. Les investissements dans le secteur sont importants et l’ensemble du territoire bénéficie maintenant de la dynamique créée. C’est le meilleur indicateur pour dire qu’il faut poursuivre.

La structuration de l’offre, l’amélioration de la connectivité aérienne de nos aéroports régionaux, et le rattrapage en terme d’hébergement dans des zones touristiques à fort potentiel sont autant de chantiers que nous devons continuer à accompagner.

TourMaG.com - Avec les élections présidentielles qui s’en viennent, pensez-vous que le tourisme en France reste toujours un sujet majeur au sein des débats ?

Michel Durrieu : Peut-on envisager qu’une activité qui représente plus de 7,5 % de notre richesse, près de 2 millions d’emplois, avec un potentiel de croissance de plus de 2% annuel peut ne pas être un sujet majeur ?

Le président de la République François Hollande avait surpris tout le monde, aux derniers jours d’août 2013, en annonçant devant les ambassadeurs de France réunis à Paris que le tourisme devait être « érigé en grande cause nationale ».

Maintenant cela ne surprend plus personne, le tourisme est reconnu comme un sujet majeur et un secteur prioritaire.

Lu 2397 fois

Notez

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92









Dernière heure






 

Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com