TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Michel Messager, secrétaire général de l’APS, tourne une page


Rédigé par Michèle Sani le Lundi 26 Mars 2007

Michel Messager est un homme pudique et discret. Brosser son portrait n’est pas chose aisée. Tout juste sait-on que l’histoire de sa famille est liée à celle des pionniers du tourisme. On sait aussi qu’il connaît bien les métiers du tourisme et qu’il y a de l’expertise dans son discours. Demain, pour la dernière fois, il animera l’Assemblée Générale de l’APS et puis il partira.



A soixante ans Michel Messager quitte, comme il l’avait annoncé, le poste de Secrétaire Général de l’APS, qu’il occupait depuis dix ans. Dès la semaine prochaine Emmanuel Toromanof, l’actuel fondé de pouvoir lui succédera. Rien n’est improvisé. La succession est préparée de longue date.

Une silhouette toute en rondeur, une pipe à la bouche, un air bourru… pour tout dire l’homme parle peu. Il s’anime dès qu’il s’agit des autres, les anciens du métier qu’il respecte, infiniment, et les acteurs de la nouvelle génération qui trouvent chez lui une écoute attentive.

Une filiation hors du commun

A y regarder de près Michel Messager cultive les contrastes. Bourru, certes, mais aussi courtois, réservé mais parfois sacrément culotté, il est comme ça. Il paraît solitaire alors qu’il est un homme de clan. Fidèle en amitié il a la rancune tenace. Aller à sa rencontre c’est faire un voyage dans un passé où le hasard et les rencontres mènent la danse.

Tout commence à la Bataille de la Somme pendant la guerre de 14/18. Son grand-père maternel, Henri Guiter, enrôlé comme lieutenant dans les chars est blessé par un éclat d’obus. A l’hôpital militaire il est soigné par une infirmière douce et bien jolie. Lui vient d’un milieu très modeste. Son père livre le charbon, sa mère fait des ménages. Elle est d’excellente noblesse. Ils se marieront et auront trois enfants.

Michel Messager, secrétaire général de l’APS, tourne une page
Du côté paternel le grand père est ouvrier dans une cave de Saint-Emilion où il tourne les bouteilles jusqu’au jour où… il gagne le gros lot à la loterie ! De là a acheter le château où il travaille il n’y avait qu’un pas à franchir. Ce fut fait !

Le tourisme de mémoire, une invention « maison »

Et le tourisme dans tout ça ? J’y viens. Le père de la jolie mariée, l’un des dirigeants PLM
(la ligne Paris – Lyon – Marseille) a créé le « Le Tourisme Européen » qui organise des séjours pour des groupes associatifs sur la Riviera. Henri Guiter commence à travaille avec son beau père puis décide de créer sa propre entreprise. Il veut la nommer « Le Tourisme Mondial». Rappelé à plus de modestie par sa femme, il en restera au «Le Tourisme Français ».

Henri Guiter invente le tourisme de mémoire en organisant des voyages en autocars sur les champs de batailles avec spectacle Son et Lumière à Verdun. Il lance des voyages en autocar en Europe du Sud puis au-delà de la Méditerranée, en Tunisie, en Algérie… Le succès est au rendez-vous. Sans doute profite-t-il des conseils d’un voisin de bureau avec qui il sympathise, un jeune plein d’idées qui s’appelle Marcel Bleustein Blanchet. Le Tourisme Français fut une entreprise pionnière. Après la seconde guerre elle deviendra un des leaders sur le marché français.

Illusions perdues

Pendant ce temps Michel Messager est un enfant qui connaît trop tôt, à six / sept ans, la vie de pension. Il voit peu ses parents séparés et très occupés. L’un de ses premiers beaux souvenirs ? Le jour où son grand-père est venu le chercher à la pension et l’a pris sous son aile. Il avait dix ans. Adolescence dorée dans les beaux quartiers parisiens ?

Il en convient avec gouvernante à son service mais une famille absente. Etudes brillantes ? Il a fait son Droit, puis des études de Sciences Politiques et de marketing qu’il poursuit au Canada tout en travaillant dans une filiale du Tourisme Français a Montréal qui vendait alors aux Canadiens des circuits en autocar à travers l’Europe.

De retour en France Michel Messager intègre l’affaire familiale. L’atmosphère y est parfois pesante. Outre le grand-père, il y a la mère, l’oncle, la tante, les cousins, les cousines... Des rivalités internes se cristallisent. Les affaires se font difficiles et la concurrence se développe.

Henri Guiter, toujours maître à bord, alors qu’il flirte avec les 90 ans, décide alors de vendre l’entreprise. Michel Messager entré par la petite porte a pris du galon. Il s’oppose à cette vente et veut reprendre l’affaire. Il trouve les fonds auprès des banques. La famille toute entière fait front contre celui qui veut moderniser l’entreprise et redistribuer les cartes. Michel Messager partira et l’autocariste André Gaubert reprendra le Tourisme Français. L’entreprise au passé prospère disparaîtra quelques courtes années après.

Les années APS

Du jour au lendemain il se retrouve sans travail et ce grand-père qu’il admire et qui le lâche sera une souffrance longue à cicatriser. Après avoir occupé des postes à responsabilité chez les autres, (Touropa, Tourisme Verney) il crée une société de conseils aux entreprises de tourisme (Consul’Tours). Le marché répond, l’affaire marche et se développe.

En petit comité, avec des intervenants extérieurs, il réalise pour les autres des études approfondies et participe à la mise en place de nombreux plans marketing et commerciaux. Les honoraires suivent. L’expérience dure six ans jusqu'au jour où il est sollicité par Olivier Delaire.

Le président de l’APS aujourd’hui disparu lui demande de prendre le poste vacant de Secrétaire Général de l’association. Michel Messager accepte et ferme une société résolument bénéficiaire. C’était il y a dix et il y avait un beau challenge. Il semble aujourd’hui partir heureux de cette longue collaboration, des services qu’il apporté aux adhérents et du travail qu’il a accompli avec son équipe.

Trois questions à Michel Messager Secrétaire Général de l’APS

« Nous avons géré l’APS comme une entreprise avec les principes d’une association professionnelle »


TourMag.com - Quel bilan faites vous de ces dix années passées à l’APS

Michel Messager
. Nous avons réalisé beaucoup de choses, mais rien n’aurait été possible sans une équipe solide et responsable et sans Emmanuel Toromanof comme adjoint. Nous avons géré l’APS comme une entreprise, tout en gardant les principes forts d’une association professionnelle.

Je suis heureux de laisser une équipe reconnue comme performante, professionnelle et solidaire. La preuve : fin 1997 l’association comptait un permanent pour 186 adhérents. En 2007 elle en compte un pour 212 !

J’ai par ailleurs eu la chance de travailler en harmonie avec deux présidents, Olivier Delaire et Bernard Didelot avec qui j’ai toujours eu des rapports de confiance voire, de complicité. Nous sommes passés de 2000 adhérents en 1997 à près de 3 000 aujourd’hui. Au cours de cette période nous avons également initié de nombreux services pour les adhérents, réalisé une trentaine de dossiers thématiques, une vingtaine d’études et enfin optimisé auprès du grand public l’image de la garantie des fonds déposés.


T.M.com - Avez-vous des regrets ?

M.M.
Les acteurs de notre profession n’anticipent pas assez. Je prends pour exemple les adhérents de notre association qui, lorsqu’ils connaissent des difficultés, viennent nous voir souvent trop tard. Ce n’est pas à la fin qu’il faut venir mais avant. Nous sommes là pour donner des conseils, chercher des solutions, trouver, par exemple de nouveaux actionnaires.

T.M.com - Soixante ans, c’est jeune pour une retraite. Quels sont vos projets ?

M.M.
Je vais prendre un peu de recul. J’aimerais pourvoir transmettre à la profession tout ce qu’elle m’a apporté. Nos métiers évoluent dans un marché international et nous sommes en France encore trop repliés sur nous-mêmes.

Nous insistons sur la promotion des produits, pas assez sur les services dont la responsabilité est un argument insuffisamment mis en valeur. Nous sommes absents des grands combats, je pense notamment au tourisme durable à l’éducation ou à la préservation du patrimoine dans le monde alors que nous devrions être en première ligne. J’aimerais œuvrer pour que la profession trouve vraiment ses lettres de noblesse auprès du grand public.

Dans cet esprit je vais consacrer du temps aux travaux du Conseil National du Tourisme dont je suis l’un des vingt membres permanents. Régis Bulot, qui fut pendant dix huit ans président des Relais et Châteaux, et moi-même présidons et animons la section « Economie du Tourisme ». Je vais également assurer quelques missions de « conseil » pour l’APS. A soixante ans la vie n’est pas finie et j’ai encore bien des projets. L’heure de tailler les rosiers et de tondre le gazon n’a pas encore sonné.

Lu 4197 fois
Notez


1.Posté par G.Baladi le 27/03/2007 09:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci Michel !
Gilbert

2.Posté par Philippe DUCHENE le 27/03/2007 09:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cher Ami
votre petit mot, m'a rappelé ma visite au Tourisme Français où je fus accueilli très chaleureusement par votre mère ou une de vos tantes près de qui j'ai passé deux semaines passionnantes de stage , je fus reçu par votre Grand père, 10 à 15 minutes et une proposition d' emploi à 800 ou 900 francs!
ce devait être en 1970 et 1971!
Mon amical souvenir
Ph D

3.Posté par Yannick BOISSON le 27/03/2007 10:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Chapeau pour ce que tu as su faire de l'APS !
YB

4.Posté par JP LUCE le 27/03/2007 11:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bravo et merci Michel - Tu trouveras un peu plus de temps pour supporter le Stade Malherbe - à demain

5.Posté par Bertrand Billerey le 27/03/2007 11:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci pour tout....

Bonne continuation pour tes futures activités, que je te souhaite etre un peu moins mouvementées.

Bertrand

6.Posté par Bernard Personnaz le 27/03/2007 12:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ah Michel !
Quelle carrière! et qui ne peut aller que de mieux en mieux ! Je vais profiter de cet article passionnant sur ton histoire pour mettre à jour ma fameuse BDD !
A très bientôt !
Bernard Personnaz

7.Posté par Hervé MOINE le 27/03/2007 13:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
bonjour michel

mon meilleur souvenir également de la part du fils de JP MOINE
que tu as cotoyé durant de longues années et qui nous a malheureusement quitté
trop prématurément comme tant d'autres.
en tout cas je te souhaite plein de bonnes choses dans cette nouvelle carrière qui commence et au plaisir de te recroiser.le monde du tourisme est si petit.
Hervé MOINE
hmoine@regional.comervé MOINE

8.Posté par Daniel et Nicole MAZERON le 27/03/2007 15:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
De la part de Daniel et Nicole MAZERON....
qui ont, l'un et l'autre, fait "leurs classes" au Tourisme Français, et quelles classes !! Justement du temps où Michel, jeune recrue comme nous, devait y faire sa place; et ce n'était certes pas un avantage tous les jours d'être le petit-fils, du grand patron, même si Madame (comme on disait alors) avait un faible bien naturel pour Michel, le préféré de ses petits enfants.
Il nous arrive souvent de retrouver à l'autre bout du monde, un "ancien" du TF, et c'est aussi bon que de retrouver un copain de promo, car c'étati bien, avant la lettre une Grande Ecole du Tourisme, et pour tout le monde .

A bientôt, Michel, si possible, en Normandie pour commencer !

Daniel (en Asie actuellement) se joint à moi pour vous souhaiter les plus agréables et les plus passionantes de vos grandes vacances qui commencent

9.Posté par Marie-France le 28/03/2007 10:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mon cher Michel,
Sensible à ton portrait d'homme de valeur, discret et profond !
Fassent que ces prochaines années, en team avec l'ami d'exception qu'est R.B. contribuent à te rendre pleinement HEUREUX ! Tous mes voeux t'accompagnent et vous accompagnent.
A bientôt - M-F L.(D. pour les intimes)

10.Posté par serge Fabre le 28/03/2007 14:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher Michel, que de souvenirs depuis notre rencontre alors que je travaillais chez Wagons Lits Cook....Bon, tout le monde a dû déjà te faire plein de compliments auxquels je m'associe. Je te souhaite tout simplement de passer encore de bons moments, de bons repas, et de beaux voyages...A bientôt.

11.Posté par Daniel PANACAKIS le 29/03/2007 10:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Michel, avec toute ma reconnaissance et ma fidèle amitié,

Porte toi bien,

Très amicalement,

Daniel PANACAKIS



Dans la même rubrique :
< >

Lundi 5 Mars 2007 - 15:20 Annette Masson : motarde au grand coeur


PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com