Loading


Nice et Toulon réfléchissent à une alimentation électrique à quai des bateaux de croisières

réduire la pollution des navires qui restent à quai


Le fort développement de la croisière dans les ports historiques de Nice, Toulon et Marseille commence à poser un problème environnemental (pollution atmosphérique, sonore, traitement des déchets, circulation…). Réunis à Nice lors de la première journée internationale du transport maritimesde passagers et du développement durable, les représentants des ports de Nice, Marseille, Toulon et Göteborg ont fait un point sur les solutions apportées en termes d’environnement à la croissance du trafic croisière et des cars ferries vers la Corse.



La pollution à base de soufre du fuel liée au fonctionnement à quai des moteurs des navires pour produire l’électricité à bord est un élément préoccupant.

Aux Etats-Unis, les grands ports de croisière s’équipent progressivement de systèmes d’alimentation électrique des unités à quai. Le port de Göteborg, en Suède, est un précurseur en la matière. 

Il a investi 1,4 million d'euros pour alimenter en électricité les navires.

Désormais un tiers des bateaux escale remplace ces groupes électrogènes diesel par cette électricité fournie à quai. L’objectif est qu’en 2015 40 % des navires utilisent cette solution.

Mais pour la généraliser il faut équiper les ports et les navires avec des systèmes compatibles en termes de puissance et de fréquences électriques. Tous les navires n’ont pas les mêmes contraintes.

Ainsi, Pierre Mattei, directeur général de Corsica Ferries, confirme que ce système n’est pas sa priorité sachant qu’un ferry ne reste pas plus de deux heures dans un port en moyenne.

Amortissement rapide pour un navire mais plus long pour un port

Le système concerne les bateaux de croisières qui peuvent rester une journée voire davantage à quai. La CCI de Nice vient de réceptionner une étude de faisabilité technique et financière à ce sujet. Elle recommande d’équiper les quatre quais accueillant les unités de croisière.

L’infrastructure peut être installée en 16 mois. Si l’amortissement pour un navire est rapide (6 à 7 ans), pour un port, c’est plus long. Toulon réfléchit également à un système de ce type.

Le port de Marseille est plus réticent car l’accueil simultané de plusieurs grosses unités implique un appel de puissance de 4 à 6 MWA par bateau que le réseau supporterait difficilement.

Autre problème, la pollution émanant de la circulation des cars pour les croisiéristes.

Le port de Toulon a ainsi résolu la desserte des passagers depuis le terminal de la Seyne à Toulon par une navette maritime. Elle a transporté sur l’année 125 000 passagers soit l’équivalent de 2 800 bs en moins dans la circulation toulonnaise.

Pour la plupart des ports, la solution idéale serait l’utilisation par l’ensemble des navires d’une motorisation utilisant le gaz naturel liquéfié (GNL) qui éviterait la pollution atmosphérique des navires à quai.

Mais l’adaptation de la flotte nécessitera de longues années et il faudra aussi résoudre le problème du stockage du GNL dans des ports limités en espace.

Rédigé par Michel Bovas le Vendredi 12 Octobre 2012
Lu 1487 fois
Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.






Club AGV Premium



Challenge de vente




BAROMETRE EMPLOI



eBook


CHRONIQUES EXPERTS
Aérien   La life de Léa   Chronique David Sprecher
Emmanuelle llop   Christian Orofino   Sicsic
Rosales   MYL Sabords   Weill
Baux   Hardin   Michel Messager

EXPERTISE METIER
Annuaire Formations
Boostez vos ventes
Fiches Métier
RH Stories





Contact   Publicité   La Presse en parle   Plan du site

Le groupe TourMaG.com publie également TourMaGazine.fr, 1er quotidien du voyage et des loisirs; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyage et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.