TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Portuscale Cruises : "aucune des croisières sur les autres navires n’est compromise"

Droit de réponse de Rui Alegre, Président de Portuscale Cruises


Rédigé par La Rédaction le Lundi 20 Janvier 2014

Suite à la publication de la Chronique de François Weill, intitulée "Bateaux de croisières : il faut arrêter l'acharnement thérapeutique ", Rui Alegre, Président de Portuscale Cruises a souhaité publier un droit de réponse.



Dans une chronique que vous publiez le 17 janvier dernier, François Weill dénonce « l’acharnement thérapeutique » que constitue l’aventure de la renaissance des navires de la flotte Portuscale.

Tout l’article de l’auteur manifeste concrètement un acharnement contre notre activité et il serait intéressant de connaître les raisons profondes de cette attaque dont, comme nous le verrons, les arguments touchent aux limites de la diffamation.

Je tiens à noter une première ambigüité qui réside dans la présentation de cette article et qui porte gravement atteinte à la vérité ainsi qu’à notre réputation Vous sous-titrez cette chronique de deux manières suivant les publications : « Portuscale Cruises stoppe toutes es croisières prévues en 2014 » ou « Portuscale Cruises stoppe les croisières du Lisboa prévues en 2014 ».

Vous entretenez ainsi habilement une ambigüité qui porte les lecteurs, du moins ceux qui ne prennent pas le temps de lire la totalité de l’article, à croire que toutes mes croisières sont arrêtées pendant l’année 2014.

Or, comme vous le savez bien, aucune des croisières sur les autres navires n’est compromise. J’ai simplement décidé de reporter le lancement des croisières du Lisboa.

Avant d’oublier les arguments personnels dont je mentionne tout de même, pour certains, le caractère infamant avec un dénigrement très suspect, parlons d’expérience.

L’auteur de la chronique lui-même est passé par la philosophie avant d’entrer dans l’univers maritime et ça ne lui a certainement pas fait de mal. De mon côté, je n’ai pas à défendre mon itinéraire professionnel. Je tiens à dire avec force à quel point Portuscale s’appuie sur la longue expérience et le savoir-faire de professionnels du monde maritime dont la réputation n’est plus à faire.

Pour ce qui me concerne, cet univers n’est pas nouveau mais la passion et l’énergie avec lesquelles je le fréquente désormais me permettent de ne prendre aucune décision à la légère, d’associer l’esprit d’entreprise qui me caractérise au respect scrupuleux de toutes les contraintes liées aux métiers de la mer, au caractère le plus exigeant et parfois déroutant des règles et normes contemporaines en matière de transport de passagers voyageant par mer.

Cet article que vous publiez est d’autant plus regrettable et injuste qu’il met en question notre prudence et notre jugement au moment où nous prenons une décision extrêmement responsable. Que l’on critique des opérateurs peu scrupuleux qui mettent sur le marché, au péril des voyageurs, des navires douteux constitue un devoir.

Mais il est vraiment scandaleux de tenter de me discréditer, moi-même et toute ma compagnie, au moment même où je prends la décision très exigeante de suspendre sine die la commercialisation d’un navire afin de procéder à tous les audits complémentaires qui selon moi s’imposent pour garantir la sécurité des passagers.

La chronique que vous avez publiée, très concrètement, propose un unique modèle pour les croisières : celui des navires à taille inhumaine, sans apporter le moindre doute quant aux limites évidentes de cette escalade dans la démesure.

Escalade dont on a vu les risques potentiels avec, entre autres, le naufrage récent du Concordia, sans oublier notre chance que ce désastre se soit produit aussi près des côtes du Giglio.

Escalade dont on n’a pas fini de mesurer le risque humain, social et financier. N’a-t-on pas songé à trouver un autre mot pour définir la navigation à bord de ces géants des mers d’une part et, d’autre part, ce que nous appelons communément et à juste titre des « croisières » ?

En tous les cas, quiconque a navigué aussi bien sur des petites unités que sur ces immenses paquebots sait de quoi je parle : la croisière suppose une approche de l’univers maritime, une proximité et même une connaturalité avec ce milieu.

Cette approche n’est possible que dans les limites de navires qui gardent certaines proportions largement dépassées dans le modèle contemporain. Je ne me permettrai de reprocher à quiconque d’aimer naviguer sur ces géants des mers, mais que l’on nous laisse l’espace pour une autre conception de la croisière.

Dans sa tendance à stigmatiser toute chose pour tenter de rendre vaine notre belle aventure, la chronique voudrait faire croire que l’ère des paquebots d’ancienne génération est définitivement derrière nous.

Sans dresser ici un tableau exhaustif des navires comme nous les aimons qui sillonnent encore les océans, rappelons tout de même quelques noms de paquebots qui ne font pas rougir : Ocean Diamond, Marco Polo, Discovery, Sea Adventurer, Black Watch, etc. La liste est longue des navires qui sont nés avant les années 1980 et qui sont encore avec succès commercialisés dans des marchés pour le moins aussi exigeants que les marchés français et portugais pour naviguer dans les lieux les plus reculés et les plus difficiles de la planète.

Votre chroniqueur peut les condamner à mort, mais ils ont encore de la vie devant eux, comme ceux de la flotte que j’ai l’honneur de commander. Et s’il est vrai que les investissements peuvent être considérables pour prolonger leur vie de quelques décennies, il est de notoriété publique que ce n’est pas une chose qui me fait peur : ma conviction et mon engagement au service de cette flotte ne seront pas freinés par ces limites matérielles. Pour le cas du Lisboa, le rêve est simplement reporté. Pour les autres navires il a bel et bien commencé.

Ce mauvais procès qui voudrait nous contraindre à la mort au moment où nous portons les premiers fruits certains d’une heureuse renaissance ne me fait aucunement oublier une réalité : tout ce qui vit peut mourir.

Je crains que cela s’applique également au modèle économique des croisières de masse. Pour ce qui me concerne, en investissant comme je le fais dans la remise à flots de paquebots d’ancienne génération, entreprise vitale et nécessaire, je me prépare également avec d’autres à investir pour que naisse une nouvelle génération de paquebots : ils devront toujours être à taille humaine, ils répondront eux aussi rigoureusement aux règles de sécurité comme aux exigences écologiques que je suis très attaché de respecter.

Mais ils seront toujours, comme les paquebots qui appartiennent à la flotte de Portuscale Cruises, bâtis suivant un modèle économique avant tout lié au plaisir de naviguer, au bonheur de voyager mais jamais suivant la pensée unique d’un marché de masse froid et anonyme. Il y aura toujours de la demande pour une navigation qui ne laisse pas de côté l’humain, avec ses proportions et sa raison.

Rui Alegre
Président de Portuscale Cruises

Lu 1528 fois

Notez


1.Posté par Gordana mourouzi le 21/01/2014 07:47 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Dans le contexte d''un marche implacable, construire ou ameliorer bateaux qui ''ressemblent encore a des bateaux'', et non a des ''villes flottantes'' , et ce, pour le plus grand bonheur des
amoureux de la mer,demande courage et endurance. Merci!

2.Posté par Dommage le 21/01/2014 08:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Malgré ces arguments, cette décision pourrait être préjudiciable pour la compagnie...

3.Posté par Possibilités ? le 22/01/2014 14:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pourquoi ne pas avoir lancé la compagnie sur le marché français en activant le Porto (Ex : Arion) ? Est il certifié pour le nord ? Si la compagnie à choisie de ne pas le faire, peut être à t'elle un affréteur en vue pour ce navire...
Si ils veulent un bateau, le meilleur navire du marché n'est pas très loin... A Gibraltar... Le Saga Ruby, en cale sèche, navire anglais vient d'être vendu pour service d'hôtel flottant en Asie... Quelques problème de générateurs, mais il est déjà aux couleurs de Portuscale... Des solutions existent...

4.Posté par devassenne le 21/09/2014 09:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
bonjour j avais fait 2 croisières sur le Lisboa du temps ou il s appelait princesse danaee
ces 2 croisières furent parfaites en tout point
aussi bien par la beaute du paysage que par la convivialite du bateau
rien a voir avec les usines a touristes
j espere que ce bateau va reprendre de l activite
j ai donne l adresse a plusieurs personnes qui seraient désireuses de faire le groenland
je voudrais etre prevenue quand ce bateau reprendra ses activites

5.Posté par Pont chantal le 22/07/2017 14:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour
J'ai effectue une croisiere en Norvege en 2010 a bord de l'Athena,un bateau e 500 passagers, un navire a taille humaine, loin de ces immeubles flottant sans caractere.
Je suis restee enchantee de mon voyage aussi je suis de pres l'evolution de cette compagnie et de l'Athrna qui a change de nom esperant prochainement effectuer une nouvelle croisiere avec ce type de bateau.
La nouvelle compagnie n'est pas facile a trouver sur le net, et je recherche les offres de voyage de la compagnie Portuscale cruises. Avez vous un catalogue?
Cordialement

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure

















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com