TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e





Privatisation de l'aéroport de Lyon... ou quand l'Etat n'en fait qu'à sa tête !

Vinci semble le candidat le mieux placé


le Mardi 26 Juillet 2016

D'ici la fin de la semaine, le groupe Vinci pourrait devenir le nouvel actionnaire majoritaire de l'aéroport de Lyon. Une vente qui scandalise les collectivités locales, regrettant d'avoir été tenues à l'écart du processus de choix des candidats au rachat.



L'aéroport de Lyon va certainement passer dans les mains de Vinci - DR : Aéroports de Lyon
L'aéroport de Lyon va certainement passer dans les mains de Vinci - DR : Aéroports de Lyon
Après l’aéroport de Toulouse en juillet 2015, c’est au tour de Lyon Saint-Exupéry d’être privatisé.

Selon une information de Reuters, reprise par Lyon Capitale, le processus de cession des 60% des parts de l'Etat pourrait aboutir dans les prochains jours.

Le groupe Vinci, associé à la Caisse des Dépôts ainsi qu'à Predica (filiale du groupe Crédit Agricole Assurances), devrait l'emporter.

L’entreprise de BTP gère 34 aéroports dans le monde, dont une dizaine en France. Elle exploite la plateforme de Nantes-Atlantique et attend avec impatience de pouvoir s'installer sur le site de Notre-Dame-des-Landes, lieu du très sulfureux futur aéroport du Grand Ouest.

Son seul concurrent, le groupe financier australien Macquarie, allié à FFP, la holding du groupe Peugeot, gère une participation de 50% dans le groupe autoroutier Paris-Rhin-Rhône et 64% dans la société Pisto (stockage et logistique de produits pétroliers).

Mais dans ce dossier, comme dans celui de Notre-Dame-des-Landes, le gouvernement semble bien peu se préoccuper de l'avis des autorités locales.

Les collectivités locales n'ont pas été associées au projet

En effet, le 12 juillet dernier, la région Auvergne Rhône-Alpes a publié un communiqué de presse incendiaire intitulé : vente de Saint-Exupéry : Un simulacre de concertation.

Alors que le ministre de l’Economie, Emmanuel Macron s’était personnellement engagé à associer les acteurs locaux à la procédure de sélection des candidats à la reprise de l'aéroport.

"C’est finalement dans la plus grande opacité et sans la moindre communication sur les critères qui ont présidé au choix du repreneur, que l’Etat a préféré agir", a déclaré Laurent Wauquiez, le président de la région.

Il a donc décidé de ne pas se rendre à la réunion de sélection finale programmée le 13 juillet 2016, à laquelle étaient conviés les actionnaires locaux, à savoir la chambre de commerce et d’industrie (CCI) de Lyon, la métropole du Grand Lyon, le département du Rhône et la région Auvergne Rhône-Alpes pour respectivement 5% du capital.

Second actionnaire de l'aéroport, la CCI n'a pas été traitée avec plus d'égard que ses partenaires. Elle l'a d'ailleurs fait savoir dans un communiqué de presse du même acabit. Comme ses confrères, elle a refusé de participer à la réunion du 13 juillet, qu’elle considérait comme "artificielle".

"C’est inacceptable, car l’Etat met ainsi de côté des partenaires qui s’étaient fortement investis dans la procédure et qui souhaitaient légitimement pouvoir exprimer leur point de vue sur les différents projets industriels. En agissant de la sorte, l’Etat réduit à néant l’intérêt de la procédure de consultation", a déclaré Emmanuel Imberton, le président de la CCI.

Les riverains également en rogne contre la privatisation de l'aéroport

La région Auvergne-Rhône-Alpes et le département du Rhône ont annoncé, vendredi 22 juillet 2016, avoir engagé un recours contre l'Etat pour invalider la procédure de privatisation de l'aéroport lyonnais.

"Prise au plus grand mépris de la parole donnée des acteurs du territoire par le ministre de l'économie Emmanuel Macron le 2 mars dernier à Paris, cette décision contrevient à la lettre et à l'esprit du cahier des charges qui encadre le choix de ce repreneur", indiquent les deux collectivités.

Ce recours permet de marquer solennellement leur désapprobation envers le gouvernement. Mais si l’agence des participations de l’état (APE) décide d’acter le processus de vente à Vinci en fin de la semaine, ce recours deviendra caduc, car il n’a aucune valeur suspensive.

Faute d’avoir été entendues par le gouvernement, les collectivités locales se réservent le droit de saisir le tribunal administratif pour statuer sur la légalité de la procédure.

Les acteurs économiques lyonnais ne sont pas les seuls adversaires à cette vente au forceps. Un collectif de riverains baptisé l’ACENAS se bat contre cette privatisation depuis plusieurs mois.

Il avait d'ailleurs lancé une procédure en référé auprès du conseil d’Etat qui a été rejetée.

"Au-delà de l’aspect environnemental et des nuisances pour les habitants, cette attitude prouve le manque de transparence de l’Etat dans la vente d’actifs publics", s’insurge Evelyne Lavezzari, la présidente de l’association.

"Le seul élément qui compte, c’est l’aspect financier, mais nous aimerions connaître les éléments du projet industriel qui se cachent derrière", poursuit-elle.

Elle estime que l’état va passer en force pendant les vacances d’été. Mais rappelle qu’en 2011, le processus de privatisation de l’aéroport avait été reporté, car trop proche des élections présidentielles de 2012. Étonnante coïncidence avec le calendrier électoral actuel.

Lu 4319 fois

Notez


1.Posté par westar le 26/07/2016 10:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
bonjour


c est honteux de faire ca. privatiser une compagnie aerienne passe encore. mais un aeroport ?

quelle connerie !

2.Posté par PAT44 le 26/07/2016 11:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,

Le but de l'opération est entre autre a priori de favoriser l'extension de cet aéroport.

Plutôt que de creuser le déficit de l'état autant qu'un actionnaire privé s'en occupe, non ?

3.Posté par westar le 26/07/2016 13:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
bonjour Pat44

Je ne vois pas le rapport entre étendre un aéroport ( ce qui est une opération de développement) et la vente d'un bien qui, non seulement, appartiens à la collectivité,mais, qui , de plus, est stratégique

Vendre un bien qui rapporte de l'argent ,c'est une connerie immonde. Mais vendre un bien strategique qui rapporte de l'argent, ca m evoque plutot la corruption

tout est à vendre en France de toute facon....il n y a rien qui ne puisse appartenir au marché

4.Posté par PAT44 le 26/07/2016 14:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
mon point de vue est de dire qu'un actionnaire privé aura certainement plus de moyens financiers pour développer une telle structure, rien de plus.

5.Posté par westar le 26/07/2016 15:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
pat

vendre des entreprises strategiques, c'est toujours une connerie

vendre la compagnie des eaux , c etais une connerie, vendre FT c etais une conneries, vendre des banques comme le lyonnais c etais une immonde connerie

l etat francais peut avoir les moyens ...... l etat francais est puissant

6.Posté par PAT44 le 26/07/2016 15:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
si vous le dites

7.Posté par Papadopoulos le 26/07/2016 22:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'Etat n'est pas là pour gérer les aéroports, les ports ou les autoroutes. Il administre, il légifère et il contrôle, mais ce n'est pas son rôle de gérer. Gérer c'est payer les factures au jour le jour, décider de la couleur des panneaux de signalisation ou de choisir l'entreprise de nettoyage des vitres. Un Ministère n'est pas là pour ça.

Par contre il est là pour encaisser les taxes d'aéroport, les taxes de stationnement et autres taxes afférentes (taxe de séjours des hôtels par exemple). Plus l'aéroport se développera, plus il y aura des passagers, pus il y aura des taxes.

Par contre, le père Wauquiez a la mémoire courte: il était dans le gouvernement qui a vendu les autoroutes de la façon la plus opaque aux mêmes groupes de BTP. Faites ce que je dis, pas ce que je fais.

Ceci dit, c'est honteux que les collectivités publiques locales ne soient pas associées à ce changement.

8.Posté par westar le 29/07/2016 12:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Papadopoulos


pas d'accord du tout...l Etat devrait etre le premier conglomerat de France. L'Etat doit pouvoir cumuler pouvoir politique et economique, comme ce fut le cas dans le passé ou la France etais forte.





9.Posté par Papadopoulos le 01/08/2016 15:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher Westar,
Désolé de vous décevoir, mais vous vous êtes planté d'époque et de pays !
Quand vous dites : "Etat devrait etre le premier conglomerat de France. L'Etat doit pouvoir cumuler pouvoir politique et economique".... --> Bienvenue dans le stalinisme resplendissant des années 50-60 !

Si vous avez vécu dans un pays communiste avant la chute du mur de Berlin, vous sauriez que vous êtes dans le faux. Si vous n'aviez pas vécu, il vaut mieux alors se la fermer si vous ne savez pas de quoi vous parlez. Vous gagnerez certainement en sagesse.

Le "c'était mieux avant", a ses limites.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 15 Décembre 2017 - 11:50 Ryanair plie sous les contestations de ses pilotes


PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure

















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com