TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





TUI France : de l'avis du CE, c'est la fin de l'aventure Nouvelles Frontières

Les syndicats dénoncent l'absence de stratégie du Groupe


Rédigé par Geneviève BIEGANOWSKI le Mardi 29 Mai 2012

Après l’avis consultatif du comité central d’entreprise la semaine dernière, chaque CE des trois entreprises composant TUI France ont eu à se prononcer sur le plan de sauvegarde de l’emploi. Avis qui, sans surprise, s’est révélé négatif pour le CE de Nouvelles Frontières ce mardi 30 mai. Nous en publions de larges extraits ci-dessous.



''Nous ne pouvons que regretter l’ énorme gâchis humain et industriel provoqué par un grand nombre des Dirigeants irresponsables, incapables de donner un cap, une stratégie industrielle et un avenir à un Tout Opérateur qui fût le numéro 1 en France et d’un Actionnaire qui n’a pas joué son rôle de suivi et de surveillance.''/photo DR
''Nous ne pouvons que regretter l’ énorme gâchis humain et industriel provoqué par un grand nombre des Dirigeants irresponsables, incapables de donner un cap, une stratégie industrielle et un avenir à un Tout Opérateur qui fût le numéro 1 en France et d’un Actionnaire qui n’a pas joué son rôle de suivi et de surveillance.''/photo DR
C'était un avis consultatif mais obligatoire, pour que l’entreprise puisse procéder à au recensement des volontaires au départ pendant le mois de juin.

« Beaucoup de collaborateurs se sont renseignés sur les modalités mais il n’est pas certain que tous acceptent au final de partir.

La direction a également la possibilité de refuser un départ si cela menace la bonne marche d’un service »
, précise Jorge Partida, secrétaire général du CE.

Après un an de négociations qui s‘est conclu par l‘avis négatif, Jorge Partida, dans un message aux collaborateurs NF qui paient le plus lourd tribu au plan social, donne son éclairage sur les relations tendues avec le management.

Autant dire que la rentrée sera difficile chez TUI France lorsqu’il faudra déterminer les départs contraints et fondre les survivants en une seule équipe…

Un Actionnaire qui n’a pas joué son rôle de suivi et de surveillance

« Aujourd’hui 29 mai 2012, c’est une journée Historique ; c’est la fin de l‘Aventure Nouvelles Frontières.

Nous ne pouvons que regretter l’ énorme gâchis humain et industriel provoqué par un grand nombre des Dirigeants irresponsables, incapables de donner un cap, une stratégie industrielle et un avenir à un Tour Opérateur qui fût le numéro 1 en France et d’un Actionnaire qui n’a pas joué son rôle de suivi et de surveillance.

Aujourd’hui au 7ème Plan Social ce sont toujours les salariés qui payent pour les erreurs qu’ils n’ont pas commises.

Aujourd’hui c’est 30% du personnel qui devra quitter la société et nous le regrettons car tous les dirigeants qui sont à l’origine de cette situation n’ont jamais rendu des comptes.

Je voudrais rendre hommage à TOUS mes collègues de Nouvelles Frontières qui n’ont pas démérité, qui ont toujours su relever les manches et qui payent lourdement les erreurs stratégiques commis par les Directions de TUI depuis 2001.

Je voudrais aussi remercier mes collègues du Comité d’Entreprise pour leur qualité du travail accompli et parce qu’on n’a jamais rien lâché.

Merci aussi aux organisations syndicales CGT et Force Ouvrière qui ont su aller au delà de leurs différences pour se mettre ensemble au service des TOUS les salariés de Nouvelles Frontières.

***AVIS

Après une décision de fusion précipitée entre les entités Nouvelles Frontières, Tourinter, Aventuria, Colline et Marmara dès l’été 2011, la Direction de TUI France avait annoncé un plan social qui, à l’origine, ne concernait que 400 suppressions de postes, s’apparentant à un plan comptable, dans la mesure où la cible de cette restructuration ne reposait sur aucune stratégie clairement définie par la Direction.

Perplexité face à l’absence de stratégie

Les élus et représentants syndicaux au CE ont manifesté dans les différentes instances, comme peuvent en témoigner les procès-verbaux, leur perplexité face à l’absence de stratégie.

L’avis de la représentation du personnel sur le plan de sauvegarde de l’emploi « Convergence » présenté pour consultation au Comité d’établissement de Montreuil de TUI France est défavorable sur le Livre 1 et sur le Livre 2.

Cet avis est motivé par le rejet par la Direction de nombreuses observations, propositions de modifications, d’améliorations ou d’adaptations des livres 1 et 2 du présent PSE, qui ont été formulées, en vain pour nombre d’entre elles, par les élus du CE et leur expert-comptable, tout au long de la présente procédure.

Pour ne citer que les principales, rappelons que des principes aussi élémentaires que ceux évoqués ci-dessous ne trouvent toujours pas leur place dans le présent PSE et ce, malgré les demandes de la représentation du personnel ou de l’inspection du travail :

-Les mesures contenues dans le plan de sauvegarde de l’emploi ont en principe un objectif fondamental qui est d’éviter ou de limiter le nombre des licenciements et de faciliter le reclassement interne et externe des salariés dont le licenciement n’a pu être évité.

Or il apparaît clairement que la Direction de l’entreprise n’a été en mesure ni de motiver ni de justifier tant l’ampleur des licenciements que les mesures qui justifieraient ces derniers.

-Les moyens mis en œuvre ne correspondent pas en proportionnalité aux moyens financiers du Groupe TUI AG et à la hauteur du préjudice subi par les salariés de l’entreprise TUI France.

Le respect de cette exigence de proportionnalité dans les moyens mis en œuvre pour assurer la juste indemnisation des salariés s’apprécie légalement dans le cadre de l’entreprise TUI France, mais aussi dans le cadre des moyens considérables du groupe international que constitue le groupe TUI AG.

Le CE s’insurge contre un gigantesque gâchis humain

-Le préjudice des salariés, constitutif notamment de l’insuffisance de moyens mis en œuvre dans le livre 1, est d’autant plus important que la situation actuelle de l’entreprise n’est pas étrangère aux erreurs de gestion et aux anomalies comptables que n’avaient pas su constater les commissaires aux comptes de Nouvelles Frontières, ni le service audit de l’actionnaire.

-Par ailleurs, nous continuons à déplorer que malgré les demandes répétées du CE, les propositions actuelles de reclassement interne ou externe demeurent insuffisantes pour permettre réellement de limiter la volumétrie des licenciements ou de faciliter des reclassements internes et externes de qualité qui ne correspondent ni à la responsabilité sociale de l’entreprise, ni aux exigences légales en la matière et aux moyens du groupe TUI.

De surcroit, du fait que sur le plan du reclassement interne et externe, le contenu et la portée des principales mesures de facilitation des reclassements pour limiter les licenciements font défaut.

De manière non limitative, les catégories professionnelles, présentées en dépit de toute cohérence professionnelle ne correspondent manifestement ni aux exigences légales et jurisprudentielles, ni aux critères fixés par notre convention collective.

Ce plan de sauvegarde de l’emploi constitue en substance un plan apparemment classique dans sa forme, mais fondamentalement insuffisant dans son contenu et sa portée sociale.

Le CE constate néanmoins que la mobilisation conjointe des élus, des organisations syndicales et des salariés dans les groupes de travail -25 groupes et plus de 240 participants - a permis d’analyser service par service ou secteur par secteur la pertinence des projets de réorganisation de la Direction.

Si cette analyse conjointe a permis de réduire le nombre de suppressions de postes, il reste que les questions posées quant à l’avenir des salariés maintenus dans l’entreprise sont sans réponse :

La Direction porte une grave responsabilité

· Future charge de travail ?
· Redéfinition de l’ensemble des process et des relations entre les différents services ?
· Les moyens mis à leur disposition pou assurer la réussite de la nouvelle TUIFRANCE


Nous rappelons que l’ensemble de ce PSE apparait insuffisant, notamment comme il a été démontré ci-dessus, eu égard aux règles de respect des principes de proportionnalité, de précision et de pertinence fixées par la loi et la jurisprudence pour évaluer la suffisance d’un plan de sauvegarde de l’emploi.

La Direction porte une grave responsabilité en ayant choisi de procéder directement à un licenciement collectif et non à un accord de « départs volontaires » comme cela se pratique régulièrement dans de nombreux secteurs et comme l’ont proposé les élus durant la procédure.

Sur le plan économique, rien de ce plan ne démontre la garantie de redressement de TUI France ni même le bon fonctionnement de l’entreprise après la mise en place de ce plan drastique de suppressions d’emploi.

Le CE déplore enfin que la direction n’ait pas mis à l’étude dans les délais légaux, toutes les suggestions formulées par les élus, relatives aux mesures sociales proposées et n’ait pas donné une réponse motivée à toutes les demandes formulées par la représentation du personnel.

Le CE ne peut que s’insurger contre ce gigantesque gâchis humain.

Fait à Montreuil, le 29 mai 2012.

Lu 8696 fois

Notez


1.Posté par dom31 le 30/05/2012 10:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Effectivement un gâchis de plus, et ce n'est pas le dernier groupe à qui cela va arriver. Lisez mes derniers posts.
Enfin, je suis rassuré car la petite dame du Sud Ouest amie de Pierre et Paul et le super syndicat des agences Françaises vont sûrement réussir à sauver la profession... Ite Missa Est !

2.Posté par phil2mars le 30/05/2012 17:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Un tel gachis donne la nausée.
C'est l'illustration parfaite des derives de notre profession ... les doux rêveurs qui sont à l'origine de la plupart des TO ont été débarqués laissant la place à des technos et surtout à de froids financiers qui s'ils savent à merveillent manier bilan BFR et comptes de résultats , ne comprennent rien à notre profession, ni dans son fonctionnement , ni dans ce qu'elle représente.

Aujourd'hui cesont les passionnés de la premiere heure qui vont dégager...( vous savez ? les quinquas has been qui confondent client fidele avec R.O.I . , qui s'insurgent quand on leur parle community management alors qu'on leur refuse 50 € pour organiser une soirée entre clients...

Resultat : Les clients ne trouveront que des produits aseptisés et formatés... vendus par des robots. .. Ceux qui voudront autre chose .; ben..ils iront sur internet acheter des prestations à des receptifs locaux plus " roots" ...ou alors ils s'adresseront à ces anciens virés comme des malpropres et qui seront pour les plus motivés devenus " courtiers " ou " conseillers indépendants" .. Ahnon meme ça on ne veut plus ...

3.Posté par Isa le 04/06/2012 09:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J'ai travaillé chez NF pendant quelques années et cela m'attriste de voir ce qu'est devenue ce TO. On a en effet laisser la passion pour l'actionnariat qui pense que résultats et rien d'autre.
Bienvenu dans le monde réel;

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 15:43 Selectour : retrouvez l'album photos du Congrès...


PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com