TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





TUI : les marques Nouvelles Frontières, Marmara et Passion des Iles, sur le fil du rasoir...

quel avenir pour les marques en France ?


le Mercredi 20 Mai 2015

Le redéploiement de la marque TUI sur le marché français pose la question de l’avenir de Nouvelles Frontières, Marmara et même Passion des Îles dans l’Hexagone. Reste à savoir à quelle échéance ces marques seront victimes de la politique de conquête européenne du géant allemand.



TUI : les marques Nouvelles Frontières, Marmara et Passion des Iles, sur le fil du rasoir...
Quand vous pensez vacances, vous devez penser TUI.

Voici en substance la stratégie de Friedrich Joussen le PDG du groupe allemand, présentée lors des résultats semestriels le 13 mai dernier.

L'homme veut aujourd’hui faire rayonner TUI dans toute l’Europe, quitte à supprimer au passage quelques marques bien connues sur leurs marchés respectifs.

Car bien plus qu’une marque ombrelle, TUI pourrait à terme remplacer certaines enseignes de tour-opérateurs nationaux.

C'est tout du moins l'interprétation de plusieurs journaux étrangers. (lire en Anglais et en Allemand)

Arke en Allemagne, Jetair en Belgique et Nouvelles Frontières en France seraient sur la sellette. Seule Marmara perdurerait en tant que concept d’hôtels-clubs.

Le premier échec de la marque TUI en France

La première implémentation de TUI en France il y a dix ans s'était pourtant soldée par un échec.

La marque avait été lancée en grande pompe au salon Top Résa de 2003 avec un budget de communication de 2 millions d’euros.

Elle espérait séduire 100 000 clients, engranger 100 millions d’euros de chiffre d’affaires et atteindre l'équilibre en trois ans.

Un objectif jamais atteint avec au mieux 80 000 clients pour 80 M€ dans les meilleures années et seulement 23 M€ lors de son arrêt en 2013. 


Malgré cet échec, le groupe veut tenter à nouveau l'expérience.

Selon la presse étrangère, Nouvelles Frontières et ses consœurs européennes pourraient disparaître dès la rentrée prochaine.

Un délai ultra-rapide d’autant que le comité d’entreprise n’a pas été consulté sur le sujet.

« Nous savons que la marque TUI va revenir en force sur le marché français. Mais nous n’avons pas été avertis d’une quelconque disparition des autres marques. Et si c’était le cas, il s’agirait d’un délit d’entrave car la presse aurait été informée avant nous » explique le secrétaire (CGT) du comité d'entreprise Lazare Razkallah.

Du coté de la direction France, on tente d’éteindre l’incendie. « Il n’est pas question de supprimer les marques. Nous sommes actuellement en phase d’étude » assure Martine Haas, la directrice de la communication.

Le groupe va implanter pour commencer TUI sur le marché hollandais puis en tirer les leçons avant de le déployer en France.

Une transition déjà bien engagée en ce qui concerne le marché groupe, dont le service a publié une brochure globale TUI, regroupant tous les produits NF, Marmara, Aventuria, Passion des Îles dans un même catalogue.

En parallèle, Nouvelles Frontières vient de lancer sa production hiver en avant première, comme s’il fallait faire taire certaines rumeurs….

TUI veut devenir un géant du tourisme mondial

L'avènement de TUI comme marque ombrelle et à terme comme marque globale semble pourtant une manœuvre très pertinente pour Antoine Haincourt consultant en stratégie de marques.

Il estime que le portefeuille actuel du groupe, autrefois un atout, est désormais devenu un inconvénient.

Les investissements marketing sont en effet dilués entre 7 compagnies aériennes, une dizaine de chaines hôtelières (dont RIU) des compagnies de croisières et surtout des dizaines de filiales tour-opérating dans une quinzaine de pays.

« Lorsqu’un marché est en plein développement, il est pertinent de multiplier les marques pour capter le potentiel de croissance sur tous les segments de clientèle. Mais aujourd’hui, l’activité est ralentie, ces investissements ne sont plus rentables » indique le consultant.

Il assure également qu’un changement de marque est une excellente opportunité pour occuper la scène médiatique et annoncer des nouveautés et orientations stratégiques.

Cette politique prouve que TUI veut intégrer le panthéon des marques touristiques internationales, à l’instar de Booking ou d’Airbnb. « Il s’agit clairement d’une stratégie de domination» confirme Antoine Haincourt.

Et comme toute politique de conquête, celle-ci s'accompagne forcément de rationalisation et d’optimisation des coûts. Reste à savoir qui en sera victime.

Lu 7344 fois

Notez


1.Posté par marechal le 21/05/2015 09:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Parle est hollandais et non allemand...

2.Posté par FAB97 le 21/05/2015 12:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Concentration incontournable dans le réalisme de la compétitivité avec une marque multi secteurs qui a fait son chemin.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 20 Octobre 2017 - 11:06 Evaneos vise les 800 000 voyageurs cumulés en 2020


PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure

















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com