TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Tourcom : R. Vainopoulos contre le label Bleu

en faveur d'une liste noire européenne


Rédigé par La Rédaction (CE) - redaction@tourmag.com le Lundi 20 Février 2006

Richard Vainopoulos s'est exprimé dans un communiqué de presse contre un label bleu français, mais en faveur d'une liste noire européenne. Pour le président du réseau Tourcom, " ce label consisterait ni plus ni moins à mettre les agences de voyages et les consommateurs en situation de devoir choisir les compagnies les plus sûres". Voici l'intégralité du communiqué de presse.



Tourcom : R. Vainopoulos contre le label Bleu
"Avec le projet de liste noire européenne, tout le monde pensait le projet de label bleu français enterré. Et pourtant, il serait sur le point d’être officialisé. Une décision totalement absurde pour le Président du réseau d’agences de voyages TourCom.

Car ce label consisterait ni plus ni moins à mettre les agences de voyages et les consommateurs en situation de devoir choisir les compagnies les plus sûres. Selon Richard Vainopoulos, les pouvoirs publics doivent prendre leurs responsabilités et tout faire pour qu’une liste noire européenne – seule véritable solution – voit le jour rapidement.

« Face à la nécessité de renforcer la sécurité des compagnies aériennes, le label bleu dont l’officialisation prochaine vient d’être annoncée par le Comité national pour le transport touristique est une absurdité totale.

Ce label créerait un système d’homologation à deux vitesses entre les compagnies qui en bénéficieraient et celles qui en seraient exclues mais qui resteraient tout de même autorisées. Ce système reviendrait ni plus ni moins à poser aux clients une question complètement absurde : « Préférez-vous voler sur une compagnie très sûre ou moyennement sûre ? ».

Autant dire que ce label, contrairement au projet de liste noire européenne, est une mauvaise réponse à un vrai problème. Voire une source supplémentaire de confusion pour les professionnels comme pour les consommateurs car il est bien évident qu’avec ce label bleu personne ne s’y retrouvera.

Les compagnies qui atterrissent sur le territoire français font déjà l’objet de contrôles et d’autorisations par la DGAC. Il faut maintenant mettre en place une homologation européenne qui évite qu’un appareil interdit en Belgique puisse se poser en France. C’est l’objet de la future liste noire européenne qui mettra publiquement à l’index les compagnies dangereuses. De ce point de vue, je réitère ma proposition que des critères financiers liés à la régularité des paiements complètent l’expertise technique.

Avant de prendre une décision définitive, le Comité national pour le transport touristique doit s’appuyer sur l’expérience des agences de voyages qui, selon le Code du Tourisme, sont les premières responsables vis-à-vis des consommateurs. Je demande par ailleurs au Ministre des Transports de renoncer à ce projet pour contribuer à la mise en place la plus rapide possible de la seule solution qui mérite d’être défendue : la liste noire européenne.» "

Lu 1369 fois
Notez


1.Posté par RASIM GUVENDI le 22/02/2006 08:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En fin il y a quelqu un qui ne parle pas en l'air . Merci RICHARD.

Si les cies ne font pas leur contrôle comme il se doit c'est parceque
c'est cher et ils économisent . La question de la santé financière d'une
compagnie est directement liée à la sécurité .

2.Posté par Arnaud LECOMPTE le 22/02/2006 09:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mais que fait le SNAV, cet organisme sensé représenté la profession ?

3.Posté par Jean-François ALEXANDRE Directeur du DITEX Saint-Tropez le 22/02/2006 09:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et si c'est une compagnie qui a le label bleu qui a un "gros" pépin ?
Vers qui cherchera-t-on la responsabilité alors ? Vers ceux qui luii ont, à tort, donné le label ? Et si la responsabilité de la compagnie est avérée, le TO qui a affrêté ne se laissera pas faire, fort de la quasi garantie de fiabilité de la compagnie octroyée par le label. Il pourrait même prétendre à un dédommagement pour tromperie ...
Beau bazar juridique en perspective.


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 15:43 Selectour : retrouvez l'album photos du Congrès...


PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com