TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Tourcom, se sent assez fort pour défendre son réseau et... la profession


Rédigé par Bertrand Figuier le Dimanche 29 Mai 2011

Après une belle année 2010, le réseau Tourcom se sent assez fort pour défendre à lui seul la profession au nom de ses adhérents.



Tourcom, se sent assez fort pour défendre son réseau et... la profession
Richard Vainopoulos fait feu de tous bois ; avec la sérénité offensive qui lui est si coutumière.

« Je suis déterminé à défendre la profession et les consommateurs, » a-t-il prévenu à l’issue de l’assemblée générale de Tourcom, qui se tenait vendredi dernier dans les salons de l’Intercontinental Paris le Grand, près de l’Opéra.

Comme en 2010, le Président de Tourcom va donc beaucoup intervenir publiquement cette année.
D’ailleurs, « la profession ne parle pas toujours d’une seule voix ; on l’a bien vu récemment, devant notre ministre, » constate-t-il en plaisantant, « Je ne vais pas attendre. »

Pourquoi le ferait-il, d’ailleurs ? Il se sent fort.

Malgré les crises successives de 2010, son réseau a vu son volume d’affaires grimper de 8%, à 1,570Md€, pour 594 point de ventes à la fin avril 2011.

Au 25 mai dernier, également, le portefeuille de Tourcom Réceptifs réalisait 8 M€ de volume d’affaires hors billetterie, à comparer aux 14 M enregistrés sur 2010.

42 TO dans la centrale de paiement

Le Voyages d’affaires, qui repartait à la hausse l’an dernier, confirme se reprise depuis le début 2011, et la production sur mesure est un axe de développement prometteur, en particulier sur la France.

Avec de nouveaux référencements, ceux de Croisière de France et de la Française des Circuits, le réseau et sa centrale de paiement travaillent désormais avec 42 TO tandis que Tourcom Réceptifs totalise 18 réceptifs référencées sur 73 destinations.

Enfin, Richard Vainopoulos sait également qu’en 2012, le partenariat Tourcom/Manor renforcera encore la puissance de négociation du réseau, à la fois sur le plan commercial et sur le plan politique.

Dans ces conditions, en effet, nul besoin d’attendre « l’unité » de la profession, ce qui, selon lui, lui manque le plus actuellement, pour partir à l’assaut des adversaires ou des obstacles potentiels qui se dresse régulièrement devant les agences de voyages.

Un fond de garantie ou une obligation d’auto-assurance

Surtout qu’il se sent légitime pour le faire : « Dans la crise du volcan, nous avons préconisé le remboursement des clients et des agences chaque fois qu’il était juridiquement possible », a-t-il rappelé, en égratignant au passage la gestion néfastes et coûteuses des pouvoirs publics et d’ADP, « Car la réputation future des professionnels du tourisme dépendait de la manière dont les victimes du nuages de cendres allaient être traitées. »

D’où l’inventaire méthodique, histoire de bien commencer l’année, des différents chevaux de bataille du réseau.

À commencer, bien sûr, par le plus enraciné : la nécessité d’une « responsabilité partagée » selon le type de litige, où le défaut d’exécution reviendrait à la charge du prestataire, tandis que le défaut d’information ou de conseil resterait au compte de l’agence : « Nous sommes le seul pays européen où l’agence est la seule responsable !», s’indigne-t-il en ajoutant que cette proposition était dans l’intérêt des TO, mais qu’elle simplifierait aussi les procédures juridiques onéreuses pour les agences et les consommateurs.

Logiquement, le Président de Tourcom a aussitôt embrayé la création au choix, d’un fond de garantie ou d’une obligation d’auto-assurance, financé par les compagnies aériennes, « outil le plus efficace et le plus opérationnel », selon lui, en cas de faillite du transporteur.

« La Commission européenne, se réjouit-il, a enfin décidé de mettre en place dès cette année un système de protection du consommateur contre la défaillance d’une compagnie aérienne. »

Un abus caractérisé

Enfin, Richard Vainopoulos a conclu son chapitre offensif avec sa toute nouvelle cible, les mutuelles qui redirigent leurs clients vers un prestataire tourisme en contrepartie d’une remise tarifaire de 8 à 9 % et d’une commission moyenne de 4 %.

Pour le Président de Tourcom, cette rémunération, si elle était confirmée, assimilerait alors les mutuelles à des distributeurs de voyages alors qu’elles ne remplissent pas les obligations légales imposées aux agents de voyages.

Selon lui, les pratiques de certaines mutuelles n’aurait rien à voir avec une politique de fidélisation des adhérents ; il s’agirait tout simplement d’une politique commerciale de réductions permanentes, en direction des adhérents et de leurs proches.

Quant aux mutuelles qui se contenteraient d’orienter leurs adhérents vers des sites partenaires, le Président de Tourcom les avertit également : « La Commission Européenne réfléchit justement sur la responsabilité des sites internet, en particulier lorsqu’ils recommandent d’autres sites. »

C’est mon job

« Ce phénomène a commencé à l’été 2010, mais depuis il a pris une ampleur énorme. » explique-t-il, en soulignant que de nombreuses mutuelles, MACIF, MAIF, MAAF… « pourraient être condamnées pour exercice illégale de la profession. »

Après avoir réclamé par courrier une prise de position claire des mutuelles contre ce qu’il appelle « un abus caractérisé », Richard Vainopoulos se veut cependant confiant  : « Elles savent gérer leur image, » assure-t-il en souriant d’un air entendu.

« Et de toute façon, comme sur tous les autres dossiers, je ne lâcherai pas. » Bref, les motifs d’intervention ne manquent au Président de Tourcom.

Et quand on lui demandez s’il ne joue pas un peu au « chevalier blanc » de la profession, il vous répond tranquillement que c’est son job : « Tourcom n’est pas un organisme de charité ; ses adhérents veulent du service et nous faisons tout pour répondre à leur demande. »

Autant le faire savoir, surtout quand on veut mener « une politique de prospection dynamique »…

Lu 2677 fois

Notez


1.Posté par alexis Selinger le 30/05/2011 13:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mon cher Richard

L'associationsosvoyages.com n'est pas hostile à une remise à plat de la responsabilité de plein droit suivant qu'il s'agit de distribution ou de production ,encore faut-il que celle-ci soit négociée dans le cadre d'un véritable donnant donnant.

L'expérience du nuage de cendres démontre qu'en l'état les organisations professionnelles prétendument représentatives ne sont pas mûres pour une telle problématique et qui plus est, elles n'ont pas la légitimité pour le faire.

Parler d'une même voix n'est pas une fin en soi, encore faut-il avoir quelque chose d'intéressant à dire, or force est de constater que ladite profession dans sa diversité est plutôt encline à défendre ses acquis que d'avoir une vision prospective du marché du tourisme.

L'OPA hostile que subit le SNAV ne fait que renforcer cette tendance, ce dernier pour conserver le peu de légitimité qui lui reste n'a d'autre recours qu'utiliser une dialectique victimaire et faire du clientélisme fusse en s'opposant à toutes mesure favorable aux consommateurs.

Au delà d'une nécessaire protection de ces derniers contre la défaillance possible des compagnies aériennes, se pose le problème concernant le traitement différent des consommateurs français et belges au cas de force majeure, alors même que les législations des 2 pays sont basées sur la même directive Européenne, Dir. 90/314 du 13 juin 1990.

S'agissant là d'une situation qui ne peut perdurer c'est avec intérêt que nous aimerions que vous vous exprimiez publiquement sur le sujet.


Bien cordialement

alexis Selinger

2.Posté par Rial le 31/05/2011 03:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher Richard,

Qq précisions a tes déclarations récentes qui pourront éclairer le lecteur.Parfois tu affirmes des choses qui ne sont tout simplement pas exactes...

1) La part de marché sur la ventes de forfaits touristiques du réseau traditionnel n est pas de 70% mais plutôt de 45 a 50%, et en constante baisse, au profit des ventes directes des TO et de la distribution en ligne, ou de la grande distribution.
2) Tu prétends par ailleurs que sur la force majeure les prestations non effectues doivent être rembourses, que c est la loi et que c est indiscutable.C est inexact.Je ne conteste pas que il y a un débat juridique pointu, et que tu as peut être raison, mais l inverse est possible aussi.Il y a plusieurs cas de jurisprudence qui se contredisent...
Sans parler que sur le plan moral et non juridique je trouverai grotesque d exonérer de toute conséquence le client en cas de force majeure.C est comme si lorsque qq meurt, il fallait forcement que sa famille trouve un responsable pour payer.Je sais bien que cette position est populaire pour tes membres, mais ce n est pas la vérité ni la loi, quoi que tu en dises....Tes positions sont donc les mêmes que celles des associations de consommateurs que je trouve, quoi que en pense Alexis, très populistes...
3) Tu affirmes par ailleurs, que l agent de voyage en sait moins que le client a cause d Internet.Si tel est le cas, ce n est pas en simplement assemblant des prestations que tu vas justifier de ta valeur ajoutée, et cet argument scie le dernier atout des agents de voyage, sur lequel tu es assis, le conseil....Chez Voyageurs,
nos conseillers non généralistes qui ne travaillent que sur un pays en savent heureusement pour nous infiniment plus que nos clients...sans parler de la complexité et du temps important a passer pour trouver ces infos sur Internet....
Bien a toi.
JFR

3.Posté par alexis Selinger le 01/06/2011 14:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mon cher Jean François

En ce qui concerne la force majeure liée au nuage de cendres,je vous informe que le tribunal de proximité de Montmorency vient de condamner l'agence Voyage-sncf.

Au vu des jugements rendus force est de constater que Richard a eu l'intelligence d'éviter aux adhérents Tourcom des prises de positions radicales qui se retourneraient contre eux .


Bien cordialement

alexis Selinger

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 15:43 Selectour : retrouvez l'album photos du Congrès...


PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com