TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Tourisme responsable : ATR veut aussi labelliser les grands TO du SETO

un nouveau label présenté au forum du SETO


Rédigé par Céline Eymery le Mercredi 16 Décembre 2015

Agir pour un Tourisme Responsable (ATR) a présenté son nouveau label, certifié par Ecocert, pour les tour-opérateurs, lors du forum du SETO. Ce label qui se veut plus souple a vocation à séduire aussi les grands TO.



Guillaume Cromer ID-Tourisme, Vincent Fonvieille ATR et La Balaguère, et Julien Buot ATR - Photo CE
Guillaume Cromer ID-Tourisme, Vincent Fonvieille ATR et La Balaguère, et Julien Buot ATR - Photo CE
Vincent Fonvielle, président d'ATR et PDG de la Balaguère, et Julien Buot, DG d'ATR ont présenté lors du Forum du SETO qui s'est tenu à Lyon les 15 et 16 décembre 2015, le nouveau label Agir pour un Tourisme Responsable (ATR).

« Ce nouveau label est adapté aux tour-opérateurs qui font du mainstream. L'objectif est de changer la culture des grands tour-opérateurs du SETO. Nous souhaitons aussi sortir de l'image qui colle au tourisme responsable, et qui apparaît comme une niche commerciale réservée aux TO d'aventure », explique Vincent Fontvielle.

Pour ce faire, ATR a planché, pendant près d'un an sur le cahier des charges, dans le cadre d'une cellule technique qui a réuni des membres d'ATR, du SETO, des représentants de réceptifs, ainsi que des intervenants extérieurs dont Guillaume Cromer, directeur du cabinet ID-Tourisme et représentant Travelife pour les tour-opérateurs en France.

Sur les 13 membres de l'association, 9 entreprises étaient jusqu'ici certifiées par l'AFNOR sur la base du référentiel "vers un tourisme responsable" (REF-A97-02). Pour la nouvelle mouture, AFNOR a été abandonné au profit d'Ecocert.

« Le label, plus souple, est à la fois exigent, crédible, reconnaissable par les clients et économique accessible. Il regroupe également ATR et TravelLife » souligne le président d'ATR.

3 grands axes déclinés en 16 critères

Pour inciter les voyagistes à aller vers ce label, une période d'accompagnement de deux ans, leur permettra d'entrer pas à pas dans les 16 critères requis (voir image ci-dessous).

Pendant ce délai, ils pourront afficher le logo ATR, accompagné de la mention « Labellisation en cours ». Au préalable, ils devront adhérer à l'association et signer la charte.

Puis, l'audit externe d'Ecocert viendra valider les actions mises en place avant la labellisation définitive.

Le label s'appuie sur trois axes principaux : la transparence vis à vis du client, le partenariat vis à vis des prestataires et des réceptifs, et la cohérence qui s'appliquent aux entreprises elles-mêmes.

« Ce process » poursuit Vincent Fonvielle, « fait énormément progresser nos entreprises en matière de performances économiques, de réduction des coûts, et améliore globalement la qualité. Par ailleurs, on note un engagement du personnel, car il y a une dimension sociale. Enfin, ce label permet d'anticiper sur de futures réglementations. » ajoute t-il.

Lancer dans un premier temps pour séduire les tour-opérateurs, le nouveau label a l'ambition de s'ouvrir dans un deuxième temps, à d'autres composantes de l’industrie touristique.


Lu 1974 fois

Notez


1.Posté par Jean-Pierre LAMIC le 17/12/2015 16:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,
Certains critères de la certification précédente délivrée par l'AFNOR étaient un modèle du genre d'engagements qui n'en étaient pas puisqu'ils ne faisaient qu'avaliser des situations existantes depuis longtemps.
Ce qui nous est aujourd'hui présenté comme un label va beaucoup plus loin : aucun engagement chiffré, des termes minutieusement choisis pour ne rien définir de précis ( bonnes pratiques ...), et tous les réels engagements pour un véritable tourisme responsable définitivement oubliés :
- Les qualifications des guides
- Le respect de la capacité de charge d'un territoire
- La durée d'un voyage (slow travel)
- La mobilité douce
- Les émissions de CO2 engendrées par l'activité touristique
- Les retombées économiques sur les territoires (micro-économie)
- La solidarité avec les territoires en déshérence, etc.
Ce "label" ne propose ainsi aucun critère relatif aux priorités !
Sa vocation unique est donc de tromper le client dans ses choix et de le détourner des acteurs et voyagistes de terrain qui pratiquent quotidiennement slow travel, mobilité douce, solidarité avec les territoires, etc.
Comme nous le faisons depuis 8 ans de manière bénévole, V.V.E s'engage à poursuivre une information libre et dépourvue d'intérêt sur ce greenwashing (éco-blanchiment) de plus en plus insupportable.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 22 Octobre 2017 - 23:16 Plongée sous-marine : le TO Subocea refait surface

Vendredi 20 Octobre 2017 - 11:06 Evaneos vise les 800 000 voyageurs cumulés en 2020


PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure

















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com