TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Tunisie Contact : « La qualité a un prix pour permettre aux hôteliers de vivre ! »

L'interview d'Hosni Djemmali, fondateur de Tunisie Contact


Rédigé par Michèle SANI le Dimanche 4 Septembre 2011

Tout au long de sa longue carrière Hosni Djemmali a tissé des liens entre la Tunisie et la France. En 1963, jeune diplômé HEC il ouvrait sur les Champs Elysées, le premier bureau de l'Office du Tourisme. En 1969 il créait sa société, Tunisie Contact, et devenait l'un des tour-opérateur pionnier sur le pays. il fut aussi un hôtelier de la première heure... un peu à ses dépens.



« Ne tuez pas la poule aux œufs d'or » demande Hosni Djemmali à ses confrères tour-opérateurs
« Ne tuez pas la poule aux œufs d'or » demande Hosni Djemmali à ses confrères tour-opérateurs
TourMaG.com - Vos confrères hôteliers tunisiens font entendre leurs voix. Ils se disent sinistrés et demandent de l'aide à l'Etat. Quelle est votre position ?

Hosni Djemmali :
"Quelles sont les entreprises qui peuvent se permettre de perdre 50 % de leur chiffre d'affaires ? Les hôteliers sont la première force vive du pays.

Ils génèrent de très nombreux emplois directs et induits. Aujourd'hui, ils n'ont pas de clients et c 'est le premier de leurs problèmes. Ils n'arrivent pas à régler leurs engagements bancaires et les intérêts cumulés année après année.

Le fait n'est pas nouveau : la crise l'amplifie. Cela fait des années qu'ils ne gagnent pas d'argent en raison des prix misérables pratiqués. Il faudrait passer un coup d'éponge, ouvrir les capitaux à des groupes financiers, assainir les situations.. Il faudrait en effet une aide de l'Etat."

« Nous n'avons pas à payer la mauvaise gestion d'un partenaire »

T.M.com. Qu'attendez-vous de l'ouverture du ciel tunisien aux compagnies low cost ?

H.D. :
"Qu'ils permettent aux hôteliers de se passer de voyagistes tels que Thomas Cook. La méthode qu'il applique aujourd'hui auprès de ses partenaires fournisseurs français en les taxant de façon unilatérale, il l'avait déjà utilisée avec les hôteliers tunisiens.

Le SNAV a fait une enquête auprès de ses adhérents. Nous ne sommes pas concernés par Thomas Cook mais nous avons répondu. Les professionnels du tourisme n'ont pas à payer le prix de la mauvaise gestion d'un partenaire !"

T.M.com - La révolution et la crise sociale qui a suivi ont des répercussions très négatives sur les services hôteliers. Comment redresser la barre ?

H.D. :
"De l'argent a été dépensé de façon inutile. Au lieu de financer des campagnes de promotions et de publicité il eut mieux valu utiliser cet argent en formations et profiter de l'absence des clients et de la disponibilités des employés.

Nous devons motiver les personnels, les former en matière de services, de connaissances des marchés émetteurs.

Depuis des années la formation est un point faible dans la politique touristique tunisienne. Pour améliorer le produit il ne suffit pas de faire des déclarations."

T.M.com - Il semble que les tour-opérateurs continuent à jouer la carte du prix bas dans leur argumentaire de vente Tunisie...

H.D. :
"Avec cette crise, les producteurs et les distributeurs français ont pris conscience de l'importance du produit tunisien dans leur activité.

La Tunisie a manqué dans les recettes des agences de voyages. Quant aux tour-opérateurs ils doivent cesser de chercher à tirer les prix vers le bas. Je leur dis « ne tuez pas la poule aux œufs d'or  ! Ne bradez pas ! Gardez les prix et exigez la qualité en contrepartie ! ».

La qualité a un prix qui doit permettre aux hôteliers et à leur personnel de vivre. Mieux vaut offrir une prestation, une excursion, un massage ou un surclassement que baisser un prix. L'image de destination bon marché est injuste pour la Tunisie."

« Petit TO mes arguments reposent sur la satisfaction et la fidélisation des clients »

T.M.com - Comment un tour-opérateur de votre taille se positionne-t-il entre des groupes majors qui trustent le marché et des distributeurs qui refusent de vous référencer ou qui développent leurs propres productions ?

H.D. "Je suis un petit tour-opérateur artisan. Mes arguments reposent sur la qualité des services - je ne veux aucune réclamation – et sur la satisfaction et la fidélisation des clients.

Assez rapidement, quand les agences de voyages et les réseaux de distribution ont fait valoir leurs prérogatives nous avons mis en place une distribution muticanal. Nous avons dans le même temps développé un excellent partenariat avec les réseaux Tourcom et Leclerc Voyages.

Mais que peut faire d'autre un TO de notre dimension quand il n'est pas référencé par les réseaux de distribution sinon vendre en direct ? Nous sommes en train de refaire notre site. Il sera opérationnel à la fin du mois.

T.M.com. A quelles perspectives d'avenir un petit TO indépendant peut-il prétendre aujourd'hui ?

H.D. :
Je ne suis pas inquiet. Mes enfants Elyas et Sofia, âgés respectivement de 23 et 24 ans, ont décidé de prendre la relève. Ils entreront en jeu dans les prochaines années.

Après un master Gestion Finances mon fils entre à l'Ecole Hôtelière de Lausanne et ma fille est à l'ESSEC. Ils apporteront des idées nouvelles et s'appuieront sur les nouvelles technologies. Nous serons tous de plus en plus informatisés. Les écoles de tourisme devraient davantage en tenir compte."

T.M.com. Comment êtes-vous devenu hôtelier ?

H.D. :
Durant les premières années de Tunisie Contact le marché allemand était leader. Aucun hôtel ne répondait à l'idée que je me faisais d'un lieu de vacances dédié à une clientèle française. J'ai alors souhaité mettre sur le marché un hôtel adapté à la demande et à l'esprit français.

En 1975 j'ai pris en gestion un hôtel simple de bungalows. Situé sur un terrain de 22 hectares, le Skanes Rivage privilégiait la nature.

Henry Gault et Christian Millau avaient eu la gentillesse de participer au lancement. Ce fut un échec. Je n'étais pas préparé. J'avais fait HEC. Hôtelier c'est un métier."

T.M.com. Avez-vous pensé abandonner l'hôtellerie ?

H.D. :
Pas du tout. J'ai payé les banques et je suis allé apprendre la gestion et le marketing hôtelier sur le terrain, au sein du groupe Accor. Nous avions des hôtels en gestion.

Nous avions répondu à un appel d'offre de privatisation des hôtels Tanit. Nous avions 35 hectares de réserves foncières. Le marché était porteur. L'arrivée de Jean-Robert Reznik avec qui j'étais en opposition m'a amené à changer de cap. L'histoire m'a donné raison."

T.M.com. Comment avez vous lancé les Sangho ?

H.D. :
J'ai découvert le site de Zarzis, à 11 kilomètres du centre ville, un peu par hasard. Je suis immédiatement tombé amoureux de cette magnifique palmeraie maritime.

Il y avait là un projet d'hôtel initié par une banque. L'affaire était en faillite. J'ai vu la banque. J'ai négocié afin de la mettre en exploitation.

Je l'ai mise en valeur et je l'ai achetée au bout de deux ans. C'était en 1978. Depuis nous faisons régulièrement des travaux. Je réinvestis tous les gains.

« Les clients en longs séjours laissent leurs effets personnels d'une année sur l'autre »

T.M.com. Le Sangho de Zarzis s'est spécialisé dans les longs séjours. Quels sont vos arguments auprès du marché des séniors ?

H.D. :
"A Zarsis, tout ce que nous gagnions en été nous le perdions en hiver alors que le climat est très agréable et ensoleillée tout au long de l'année.

J'ai lancé cette formule voici plus de dix ans. Elle a du succès auprès d'une clientèle très fidélisée.

Je vous rappelle qu'en janvier dernier, en pleine révolution tunisienne nous avions 450 séniors en longs séjours qui refusaient de partir !

La recette ? Elle est dans les mains du personnel de l'hôtel et de son directeur. Ils font tout pour que les clients reviennent. A ce niveau ce n'est plus une question de prix mais bien d'état d'esprit, de gentillesse, d'attentions particulières, de créativité en matière d'activités.

Certains séniors séjournent trois mois. Durant leur premier séjour ils plantent un arbre. Ils reviennent ensuite pour voir comment il pousse.

Beaucoup réclament la même chambre et laissent leurs effets personnels d'une année sur l'autre.Nous avons mis à disposition un local spécial pour cela. Ce sont de formidables promoteurs auprès de leurs enfants et petits enfants qui viennent en haute saison.

Il est difficile de nous copier car chacun apporte quelque chose.

La réussite repose aussi sur la confiance et sur les relations employeurs – employés. Certains qui étaient là depuis le début ont pris leur retraite. Je les ai réunis en association. Nous sommes restés proches."

T.M.com. Le Sangho Prestige de Tataouine n'a-t-il pas trop souffert des conséquences de la guerre en Libye.

H.D. :
"Au contraire, il a bénéficié d'un excellent taux de remplissage !T oute la presse internationale, toutes les radios du monde l'avaient choisi comme base pour couvrir l'actualité libyenne."

En France le tour-opérateur Tunisie Contact réalise un trafic qui atteint les 30 000 clients les « bonnes » années. Il emploie 9 collaborateurs à temps plein.

Sur les rives sud de la Méditerranée les hôtels Sangho représentent 2 300 lits (répartis à Zarzis, Tataouine, Djerba et Marrakech) et emploient 600 personnes.

Lu 5218 fois

Notez


1.Posté par Mounir Ben Aissa le 05/09/2011 13:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La formation continue et le perfectionnement du satff hotelier (Restauration ,accueil ,animation, hebergement) sont avant tout l''affaire des hoteliers et des patrons des hotels , cela dépend surtout de leur volonté d''utiliser la TFP et leur mise à niveau personnelement. On voit beaucoup de managers d''hotel super bien présentable mais qui restent à l''écart des négociations , du contact avec les TO , ils font office de patente humaine plutot que d''acteurs dynamique dans le processus qualitatif et relationnel ,ils sont souvent bridé par les promoteurs hoteliers ( ce n''est certes pas le cas de tout le monde, mais une grande partie oui) qui monopolisent le tout par crainte de perdre les reines ou par manque de confiance ou tout simplement pour réduire leur champ d'action et moins les payer.
A mon avis , la formation n''est pas que l''affaire de l''etat, elle est avant tout l''affaire des promoteurs hoteliers et de leur volonté reelle d''implication car chaque produit est unique et specifique...

La promotion et la publicité sont importantes et ont manqué pendant longtemps.

Un mixte des deux serait trés profitable à l''image de l''hotelerie en Tunisie qui demeure trés en retard qualitativement par rapport aux confréres sur la mediterannée.

Le personnel et le staff hotelier ont soif d''apprendre et soif de se perfectionner et aquerir des nouveaux atouts sur le plan du service , malheureusement les efforts concrets et la volonté de rehausser le niveau en interne et par les promoteurs hoteliers manquent considerablement. et restent du domaine de la strategie théorique
C''est à partir de là aussi que la poule aux yeux d''or pourrait ne pas étre bradé

2.Posté par SELMI CHOKRI le 05/09/2011 16:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
c'est un des patrons dont j'aimerai et je souhaiterai travailler chez lui comme directeur ou sous directeur d'hotel, j'ai 47 ans et forme en france,suisse,tunisie, formateur, presentable avec une experiance de 25 ans dans differents postes experiance dans les hotels de ville,balnaires,et sud circuits et sejour. SELMI chokri tel 98283179 .

3.Posté par Amor Déhissy le 05/09/2011 19:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C' est toujours avec grand intérêt que je lis les interwiews de mon ancien patron avec qui j ai beaucoup appris. Si les hôteliers Tunisiens et plus généralement les opérateurs touristiques Tunisiens avaient suivi la même politique que Mr Djemmali (qualité de service, dynamisme commercial et indépendance vis à vis des T.O, investissement dans les hommes et dans leur formation, etc...) le tourisme Tunisien se porterait beaucoup mieux aujourdhui. C est un grand professionnel du tourisme Tunisien.
Amor Déhissy. Vice Président Fédération Tunisienne des Agences de Voyages .

4.Posté par salah foudhaili le 16/09/2011 12:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je dois bcp a ce grand monsieur, c'est dans ses hotels que je me suis eclaté surtout dans le domaine de la restauration , merci Mr Hosni pour tt ce qui apporté pour le tourisme tunisien...

5.Posté par tunisie chirurgie esthétique tarif le 09/09/2016 15:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mais que peut faire d'autre un TO de notre dimension quand il n'est pas référencé par les réseaux de distribution sinon vendre en direct ?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com