TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e





Tunisie : « Les TO reportent massivement leurs clients vers l'Espagne et les îles grecques... »

Jalel Bouricha (Hôtels Yadis), un hôtelier tunisien en colère


Rédigé par Michèle SANI le Dimanche 1 Mai 2011

Le président des hôtels Yadis, Jalel Bouricha, assure aussi la présidence de la Fédération des Hôteliers du Sud de la Tunisie. De passage à Paris, il a fait une analyse sans concession de l'hôtellerie tunisienne. A l'entendre, à l'heure de la mondialisation et à la veille de l'ouverture du ciel de leur pays, les hôteliers n'ont pas la place qu'ils méritent et ils en sont les premiers responsables.



« Les TO ne vont-ils pas eux-mêmes nous oublier malgré leurs propos et leurs nombreuses manifestations de soutien ?  Ne  sont-ils pas, déjà,  en train de reporter massivement leurs clients sur l'Espagne, les Canaries ou les îles grecques ? »
« Les TO ne vont-ils pas eux-mêmes nous oublier malgré leurs propos et leurs nombreuses manifestations de soutien ? Ne sont-ils pas, déjà, en train de reporter massivement leurs clients sur l'Espagne, les Canaries ou les îles grecques ? »
« Les hôteliers tunisiens et leur administration doivent profiter de la révolution pour changer leurs méthodes de travail, pour devenir plus professionnels, se remettre à niveau, investir dans leurs personnels.

Ils doivent se restructurer financièrement. Pendant des années rien n'a été fait. Nos services sont restés médiocres. Peu d'hôteliers ont fait honneur au métier. Les vrais professionnels manquent ».


Selon Jalel Bouricha les hôtelies tunisiens, en grande partie victimes de leurs propres défaillances, n'ont pas la place qu'ils méritent auprès de leur ministère de tutelle, face aux tour-opérateurs du nord de l'Europe.

« A l'heure de la mondialisation la Tunisie est restée refermée sur sa presqu'île. Le monde a changé et nous n'avons pas su évoluer.

Nous n'avons rien appris. Nous n'avons pas su diversifier nos réseaux de commercialisation et mieux connaître nos marchés.

Nous n'avons pas apporté de solutions concrètes à nos problème en matière d'informatique, de programmes pédagogiques».

« A l'heure de la mondialisation la Tunisie est restée refermée sur sa presqu'île »

Aujourd'hui il n'adhère pas totalement à la politique de relance du tourisme mise en place par le gouvernement de transition.

« Pourquoi l'Etat tunisien soutient-il encore les tour-opérateurs pour leurs campagnes promotionnelles ?

Pourquoi subventionne-t-il les compagnies aériennes nationales ? Les hôteliers aussi sont en crise. Ils doivent participer aux négociations.

Il n'y a jamais eu de discussion réelle et franche avec nos partenaires TO alors qu'ils ont le soutient de l'Etat pour leurs campagnes promotionnelles ».


La révolution du 14 janvier a apporté une valeur ajoutée inestimable au tourisme tunisien, la démocratie et une confiance en l'Etat.

Mais pour l'heure, les hôtels sont vides et des milliers de salariés du secteur sont en chômage technique.

Jalel Bouricha s'interroge : « Les tour-opérateurs ne vont-ils pas eux-mêmes nous oublier malgré leurs propos et leurs nombreuses manifestations de soutien ?

Ne sont-ils pas, déjà, en train de reporter massivement leurs clients sur l'Espagne, les Canaries ou les îles grecques ? ».

Un patron propriétaire qui connaît le métier

Il dit aujourd'hui tout haut ce qu'il disait hier à mi voix. Il le reconnaît. Comme ses confrères il n'avait pas la liberté de parole. Il avait néanmoins balayé devant sa porte sans attendre la révolution.

Avant de prendre en charge le secteur hôtelier de la Poulina Group Holding, un major de l'économie tunisienne dont son père fut l'un des fondateurs, il s'était relancé dans les études, option tourisme et hôtellerie.

Alors qu'il était ingénieur en génie mécanique de formation c'est avec en poche un D.E.S.S. beaucoup plus adapté au métier qu'il avait pris en charge le secteur hôtelier du groupe familial.

Un premier hôtel, l'Ibn Khaldoun (3*) fut construit au centre de Tunis en 1976 mais le véritable essor hôtelier « Yadis » date du début des années 1990 avec la construction d'un hôtel à Djerba.

Un « all inclusive » de luxe à Djerba en novembre 2011

Les établissements du groupe se distinguent par leur diversité en terme de classifications, de services et de régions touristiques.

L'une des dernières acquisition concerne la reprise de la société de gestion du campement saharien de l'oasis de Ksar Ghilane située dans le sud-est du pays.

Le site d'ores et déjà plébiscité par les organisateur d'événementiel va être rénové et embelli. Jalel Bouricha se plait à être un hôtelier du désert. Toujours dans le sud continental, son groupe possède un relais berbère à Chenini, un hôtel à Kébili, un autre à Tozeur.

A l'opposé géographique du pays, dans la cité génoise de Tabarka dans le nord-ouest du pays, Yadis a repris l'un des hôtels pionniers du tourisme tunisien, le Morjane.

Magniquement situé sur la plage – premier construit à la fin des années 60, il eut le privilège du choix de l'emplacement – rebaptisé « Yadis » et vient de rouvrir après plus de deux ans de travaux de modernisation et de rénovation.

Commercialisé par Marmara, il est sans conteste l'un des meilleurs rapports qualité-prix du moment. A Hammamet, le Yadis reçoit ses hôtes sous l'enseigne d'un Club Nouvelles Frontières.

En novembre prochain le groupe inaugurera à Djerba le Yadis Imperial Beach & Spa. Cet établissement repris et entièrement rénové sera un « ultra all inclusive » de 500 chambres classé 5* normes locales.

Il se distinguera par son centre de thalassothérapie dernière génération et son centre de congrès qui pourra accueillir jusqu'à 700 personnes dans sa salle de conférence.

A ce jour, sans compter le campement saharien de Ksar Ghilane, Yadis représente 3 500 lits.

Le groupe Yadis a ouvert un bureau en France dirigé par Karim Kamoun, coordinateur en stratégie et développement.

19 bis rue de Vanves, 92100 Boulogne-Billancourt - Tel. 01 79 41 31 08
En savoir plus sur Yadis : www.yadis.com

Lu 6270 fois

Tags : tunisie
Notez


1.Posté par sami attia le 02/05/2011 10:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
bonjour, effectivement monsieur bouricha fait partie des hôteliers tunisiens et les représentent sur le sud mais à ce titre qu a t il été fait par lui ?? je suis d accord sur tous les propos tenus par ce monsieur mais à l époque de ben ali si le droit d expression n existait cela n empêchait personne de faire ou d agir selon sa vision ou sa stratégie au niveau de sa propre entreprise ou pour le bien de son secteur, en l occurence le tourisme.
Monsieur bouricha croyez que vos propos consistant a remettre en cause les dirigeants actuels alors qu ils font de leur mieux soit le moyen pour relancer la destination quand d autres l ont detruites hier.??
comment pouvez parler d investir pour des hoteliers qui sont a bout de souffle n ont a peine de quoi payer leurs charges courantes, alors que vous même qui comptez surement parmi les privilégiés vendez actuellement votre hotelyadis ( norme 5) à moins de 300€ par l intermediaire d un T.O français positionné sur l entrée de gamme et que tous le monde reconnaitra..? IL EST FACILE DE DONNER DES LECONS MAIS DE GRACE DONNEZ L EXEMPLE D ABORD...et il aurait été plus productif et plus objectif de citer vos confrères hoteliers qui donnent l exemple d une hotelerie haut de gamme ou meêm de qualité et qui par temps de crise ou pas ont une vraie vision et ne déroge pas à leur politique comme mohamed amouri et son fils raouf avec leur chaine hasdrubal ou encore les propriétaires d hotels comme le sultan , le radisson , etc etc....Tous les petits hoteliers aussi qui aussi bien en 3 que 4* offrent le meilleur service qui au regard du prix effectivement très bas , auraient été justifiés a le relever mais ,ne pouvant le faire quand d autres concurrents y compris proprietaires de 5* bradent leur prix.... à présent si vraiment c est la tunisie et non votre publicite qui vous motivent agissez dans le sens de vos propos lus dans cette article et on sera tous derriere vous...CORDIALEMENT

2.Posté par DHAOUADI Mohamed le 02/05/2011 12:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Chassez le naturel il revient au galop. Je ne suis pas dans l'hotellerie, et il est surprenant qu'il suffit qu'un professionnel exprime librement un point de vue pour etre assailli...Le problème n'est nullement individuel, mais il concerne le Tourisme Tunisiendans son integralité, avec sa principale composante: Le Produit hotelier. Alors arretonss ces ridicules polémiques et focalisons sur l'essentiel...Mr Bouricha et autres opérateurs sont bien représentés par une structure dite FTH n'est ce pas ? Qu'a fait cette Federation pour mettre à niveau le secteur au cours du regne BA ? Sinon applaudir les décisions du Dictateur par des telegrammes de soutien ? Il est grand temps qu'un grand ménage soir entrepris et que la restructuration cible d'abord et de manière urgente les symboles obsolètes de l'ère opportuniste qui a ravi à cette destination son positionnement international, et enrichi les "marchands de tourisme"? N'est ce pas là un crime économique ?

3.Posté par Guizani Mohamed le 02/05/2011 13:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est dommage que Monsieur jallel Predise tout ça alors qu'il était toujours à coté des ministres de tourisme et qu'il était toujours parmi les preneurs des décisions à l'echelle régional et national .
Si Jallel le bon et le mauvais existe partout dans le monde, comme c'est le cas aussi en tunisie .

Alors si jallel au travail pour rassembler la profession et faire du mauvais produit un bon ,vous et beaucoup d'autres ont des dettes à payer ( sauvez le tourisme Tunisien).



4.Posté par samy Nasfi le 02/05/2011 19:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ça va être dûr cette année 2011 dans le domaine du tourisme .

L'espagne là fait il ya quelques année de ça avec les allemands .
Il faut pas casser les prix .
Bouder les marchés qui ne viennent pas vers nous .

et ont relancent le tout pour l'année prochaine

5.Posté par BICHIOU Kais le 03/05/2011 19:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J'ai travaillé avec Si Jalel plusieures années, il est vrai qu'il est l'un des rares proféssionels du secteur Touristique en Tunisie au niveau du calcul du coût et des charges malgré que les 3 dernières années il a commencer a s'occupé de la qualité. Il est vrai qu il été trés proche des ministres de l'ancien président telque Monsieur Z.A.
Il a une vision claire sur les différents marchés Touristiques c'est pour cela il tout fait pour sortir Nouvelles Frontières de l'ancien paladien ... En plus il a une trés bonne politique avec ses employés GSI ... le seul qui commande dans cette chaine c'est les directeurs des hôtels (payer 5 fois plus que le meilleur cadre) société avec un leader ship horizental.
Finalement on oubli le passé car c'est avec les gens comme Monsieur BOURICHA que notre Tourisme croit ou décroit alors sincèrement on compte sur lui pour une nouvelles aire touristique.

6.Posté par Rym le 26/05/2011 21:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je travail avec Mr Jalel depuis 4 ans , je confirme qu'il est vraiment un homme compétant dans son travail meme il été un ingenieur en Genie mécanique il est classé parmi le professionel dans le secteur touristique ; avec la chaine YADIS il a reussi d'offrir milles postes de travail pour des employés ; ainsi qu'il a toujours encourager des jeunes à poursuivre des formations et leur garentir le travail (formations et integration) dans son centre International Training center situé a Djerba ainsi que les formations continue pour ses employés a fin d'améliorer la qualité de service au client.on compte beaucoup sur notre PDG Mr BOURICHA à sauver le secteur de Tourisme à Tunis.En fin je suis fière de eu l'occasion de travailler au sein de chaine YADIS.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 12 Décembre 2017 - 12:19 L’InterContinental® Perth City ouvre ses portes


PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure

















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com