TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Venise : les paquebots de croisière bientôt hors de la lagune ?

Un projet de loi débattu au Sénat


Rédigé par La Rédaction le Mercredi 18 Juillet 2012

Le 9 juillet 2012, le sénateur vénitien Felice Casson, présentait son projet de loi "Pour la sauvegarde de Venise et sa lagune" aux habitants de la cité. Discuté actuellement devant la Commission pour l'environnement du Sénat, ce projet vise à détourner les paquebots géants de croisière vers d'autres ports tout en confiant au maire de Venise la pleine autorité sur la gestion de la ville et de sa lagune.



Les 3 500 passages de paquebots de croisières dans la lagune chaque année ne rapporte rien à Venise. En revanche, en une seule journée, chaque paquebot libère une pollution égale à 14 000 voitures - DR : JDL
Les 3 500 passages de paquebots de croisières dans la lagune chaque année ne rapporte rien à Venise. En revanche, en une seule journée, chaque paquebot libère une pollution égale à 14 000 voitures - DR : JDL
Les opposants au passage des paquebots de croisière géants dans la lagune de Venise sont toujours plus nombreux.

Mais malgré la prise de décisions politiques, rien ne bouge réellement.

Pour preuve, l'arrêté ministériel du 2 mars 2012, interdisant aux navires de plus de 40 000 tonneaux de croiser dans la lagune "ne sera appliqué qu'après la mise en place d'une solution alternative", explique Le Monde.fr.

Le 9 juillet dernier, c'était au tour d'un sénateur vénitien, Felice Casson, de défendre sa ville, avec son projet de loi "Pour la sauvegarde de Venise et sa lagune".

Actuellement en discussion devant la Commission pour l'environnement du Sénat, il "prévoit de confier au maire de Venise la pleine autorité sur la gestion de la ville et de sa lagune", précise Le Monde.

La ville mise en péril

Autre proposition du sénateur : "positionner les bateaux de plus de 30 000 tonneaux hors de la lagune. Soit au port de Malamocco, soit dans un port offshore créé exprès près du MOSE, (système d'écluses, en chantier, qui fermera la lagune pendant les hautes eaux).

Et en attendant, le port de Marghera, desservi dans la lagune par l'ancien canal des pétroliers, pourrait faire l'affaire.
"

En attendant que des mesures soient prises, les croisiéristes continuent d'emprunter la lagune.

Leur passage dans le canal de la Giudecca, profond de dix mètres seulement provoque des dégâts sur les fondations de la cité.

"Leur déplacement sous l'eau a un effet de pompe sur les vases, jusqu'à faire trembler la basilique Saint-Marc", a déclaré Giorgio Orsoni, le maire de Venise. De même, "en une seule journée, chaque paquebot libère une pollution égale à 14 000 voitures", selon le comité No grandi navi Venezia.

Mais au final, pourquoi tolérer une telle dégradation ? "Les grands paquebots traitent avec les autorités portuaires qui dépendent de l'Etat. Ils versent 40 000 euros à chaque mouillage. Il y a 3 500 passages par an. Cela ne rapporte rien à Venise. Les deux millions de passagers qui débarquent ne dépensent rien, tout juste une boisson", précisait le maire de Venise.

Lu 2718 fois

Notez


1.Posté par ALARDEAU Marc le 19/07/2012 09:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Sommes-nous obligés d'attendre des textes, des arrêtés, des lois ou d'autres règlements et législations pour agir ?

Et si les armateurs et croisiéristes agissaient dès maintenant en "responsables" en modifiant spontanément leur comportement vers un tourisme durable et responsable ? ... au lieu de poursuivre leurs passages incessants et, à terme, de scier la branche sur laquelle ils sont assis ?

2.Posté par ALARDEAU Marc le 19/07/2012 09:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Un déplacement d'eau représente toujours de fortes poussées et dans le cas de Venise cette poussée peut se révéler à terme destructrice des fondations même des immeubles.

Dommage de laisser cette situation destructrice perdurer alors que les solutions de mouillage dans un port alternatif semblent bel et bien exister dès maintenant d'après cet article.

Une réaction rapide des autorités est nécessaire pour éviter qu'il ne soit trop tard: 3500 passages par an, c'est énorme !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure

















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com