Vous aimez l'actu en temps réel ? Likez !

Loading


Volotea, jeune low cost espagnole, fait essuyer les plâtres aux passagers !

vols annulés et horaires modifiés au gré du remplissage


Volotea, toute jeune compagnie low-cost en est à ses débuts sur le marché français. Et visiblement, elle doit encore ajuster ses activités au détriment de ses passagers. Ceux-ci sont en effet parfois victimes de modifications d'horaires ou d'annulations de vols intempestifs. Si la compagnie respecte le règlement européen en la matière, la pratique peut avoir des conséquences sur le reste du séjour.



Nouvelle venue dans le ciel français, Volotea doit, semble-t-il, encore ajuster ses fréquences... et c'est les voyageurs qui trinquent - Photo DR
Nouvelle venue dans le ciel français, Volotea doit, semble-t-il, encore ajuster ses fréquences... et c'est les voyageurs qui trinquent - Photo DR
"Envolez-vous depuis Bordeaux (ou Nantes vers Ibiza) à partir de 29 €".

La publicité de Volotea est alléchante mais la réalité semble l'être un peu moins.

Créée en 2011 en Espagne, la compagnie a débuté son exploitation le 5 avril 2012 avec un premier vol assuré entre Venise et Palerme en Italie.

Depuis, elle a poursuivi son développement et s'est rapidement installée en France. Elle y a d'ailleurs ouvert 36 liaisons aériennes au départ de 12 aéroports.

Les billets sont disponibles sur Amadeus depuis le 4 juin 2012 et très prochainement sur Galiléo.

De nombreux voyageurs français ont donc sauté sur l'occasion pour réserver des billets à petits prix et prévoir leurs vacances d'été 2012. Mais certains ont vite déchanté.

Il suffit de faire un petit tour sur quelques forums Internet pour s'en rendre compte. On peut y lire les témoignages de plusieurs touristes mécontents qui, une fois leur billet d'avion payé et leurs nuits d'hôtels réservées, ont vu les horaires de vols modifiés ou même leur départ annulé.

Départ reprogrammé... deux jours plus tôt

C'est le cas notamment d'un certain Papypoun qui explique avoir réservé un aller-retour Bordeaux-Malaga pour les 27 juin et 4 juillet 2012.

Un mois plus tard, il reçoit un message électronique du transporteur lui indiquant "un changement d'horaire".

Plus qu'une simple modification, le touriste se rend compte que le vol qu'il a initialement choisi "n'existe plus" et que la compagnie l'a replacé sur un autre qui doit décoller... deux jours plus tôt. Pratique, non ?

Ce passager a, par conséquent, dû reprogrammer ses vacances. Et, inutile de préciser qu'il a perdu pas mal d'argent "en réservations diverses non remboursables".

De son côté, la compagnie reconnaît, par le biais d'Edo Friard, responsable du développement France de Volotea, avoir recours à "quelques ajustements". Certaines lignes rencontrant plus de succès que d'autres, et la compagnie ne disposant que de peu d'appareils, pour augmenter les fréquences sur une liaison, elle est obligée de diminuer les rotations sur d'autres routes.

Le représentant du transporteur explique qu'étant "nouveau sur le marché, nous devons encore ajuster nos activités et nos fréquences". Au détriment des passagers apparemment.

Mais, selon M. Friard, ce phénomène "ne concerne qu'1% des vols à l'heure actuelle." Il ajoute d'ailleurs que, sur 45 000 réservations enregistrées depuis l'arrivée en France de Volotea, seuls "300 à 400 passagers ont été touchés". Et, pas de chance, pour la compagnie, ils s'en sont plaints sur Internet !

Pratique réglementée par la loi européenne

La pratique, si elle nuit à l'image de la compagnie – et celle-ci en a d'ailleurs bien conscience – n'est pour autant pas illégale. A condition de respecter certaines conditions fixées par le règlement 261/2004 du Parlement et du Conseil européens.

"En cas d'annulation d'un vol, la compagnie doit prévenir les passagers concernés, au moins deux semaines avant l'heure de départ, explique Me Emmanuelle Llop du cabinet Equinoxe avocats.

Elle est également obligée d'assurer l'assistance du voyageur, c'est à dire rembourser le billet ou lui proposer un acheminement dans des « condition comparables », sans que le règlement ne précise la définition exacte de cette expression.

Par ailleurs, les frais engagés par les passagers pendant le temps d'attente doivent être pris en charge par le transporteur (repas, nuits d'hôtels, appels téléphoniques...). De plus, si jamais l'aéroport de destination est modifié, le transfert vers la destination initiale est lui aussi aux frais de la compagnie
."

Dans le cas où le transporteur ne respecte pas le délai de deux semaines pour prévenir ses clients, il s'expose également au paiement d'une indemnisation. Son montant varie en fonction de la distance du vol (voir encadré) mais il doit être réglé en numéraire. "La compagnie ne peut pas obliger le passager à accepter un avoir", affirme Me Llop.

Volotea respecte la loi

A en croire les déclarations d'Edo Friard, la question ne se pose même pas pour Volotea. "Nous veillons à toujours respecter la loi européenne. En cas d'annulation, nous prévenons les voyageurs entre 60 et 30 jours à l'avance, rassure-t-il.

Et nous leur proposons toujours soit un remboursement intégral, soit un changement vers un autre vol avec, en plus, un coupon de 30 €."

Alors, pour éviter d'avoir à subir les foudres de vos clients, soyez méfiants lorsque vous réservez des vols Volotea : privilégiez les lignes les plus populaires car sur les autres, vos voyageurs pourraient avoir de mauvaises surprises !

Ils ne perdront pas forcément d'argent sur leur billet d'avion mais pourraient devoir modifier leurs réservations hôtelières souvent non remboursables. Des frais supplémentaires qui pourraient même finalement être à la charge de l'agence dans le cas d'un package.

Indemnisation prévue par le règlement européen

Dans le cas où les compagnies n'informent pas leurs passagers au maximum deux semaines précédant l'heure et la date initiales de départ du vol, le règlement prévoit le versement d'une indemnité.

Son montant varie en fonction de la distance de la ligne. Jusqu'à 1 500 km, le transporteur doit payer 250 € (Catégorie 1). Il doit verser 400 € pour des voyages de plus de 1 500 km en Europe ou jusqu'à 3 500 km à l'international (Catégorie 2) et l'amende s'élève à 600 € pour "tous les autres vols" (Catégorie 3).

Voilà le principe édicté par le règlement. Mais ce dernier prévoit de nombreuses exceptions. Si jamais le voyageur est prévenu entre 2 semaines et 1 semaine avant le départ et que les nouveaux horaires varient de moins de 2 heures pour le départ et de moins de 4 heures pour l'arrivée avec ceux initialement prévus, le transporteur n'a pas à s'acquitter des montants précédemment mentionnés.

C'est également le cas si le passager est informé moins de 7 jours avant la date du vol et que les modifications ne dépassent pas 1 heure pour le départ et 2 heures pour l'arrivée.

Par ailleurs, il est prévu que la compagnie puisse ne payer que la moitié de l'indemnité si le vol de remplacement proposé a, par rapport à celui sur lequel le billet est réservé, moins de 2 heures d'écart pour la Catégorie 1, moins de 3 heures pour la Catégorie 2 et moins de 4 heures pour la Catégorie 3.

Rédigé par Pierre Coronas le Jeudi 19 Juillet 2012
Lu 15659 fois
Notez



1.Posté par Côme le 27/07/2012 19:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonne chance à mes anciens de Vueling. Tous mes voeux de succès à Edo, Carlos et Lazaro.

2.Posté par LEROY le 02/09/2012 14:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour, juste un petit mot pour signaler que j'ai été victime d'un surbooking de la part de Volotea, sur le vol Bastia/Nantes du 31 Août dernier, en compagnie d'un second passager.

Le personnel de l'aéroport a confirmé à cette occasion que la compagnie Volotea surbooke systématiquement ses vols, et qu'un nombre de passager ayant acheté leurs billets et reçu leur confirmation restent cependant au sol faute de place disponible dans l'avion ....

J'ai donc passé la nuit à Bastia et je suis partie sur le vol du lendemain, à l'occasion duquel la même mésaventure est arrivée à une famille avec enfants, qui a du passer deux nuits à Bastia en attendant le vol du lundi.

C'est réellement scandaleux, il faut boycotter la compagnie Volotea et dénoncer ces pratiques inacceptables.

3.Posté par LamQuocDung le 22/05/2013 17:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,
Nous sommes un couple ayant récemment voyagé de Strasbourg à Ajaccio sur vol régulier de VOLOTEA. Règlementairement, chaque passager a eu droit de 20kg de bagages, et un couple 40kg. Mon épouse avait des problèmes du dos, et nous avons décidé d’amener une seule valise de 24kg pour les deux. A cause de cela, chez VOLOTEA, nous avons dû payer 48 € de frais supplémentaires.
Nous n’avons pas refusé de payer, mais ni le personnel, ni la direction de VOLOTEA ne nous donnent de réponse quant à une éventuelle nuisance (justifiant un important supplément de tarif) d’une seule valise de 24kg par rapport à celle de 2 valises de 20kg dont nous avons eu droit. Cette absence d’explication nous apparaît comme UNE ARNAQUE que nous souhaitons signaler pour défendre les autres voyageurs. En effet, de par notre profession, nous avons déjà effectué quelques centaines de voyages en France et dans le monde, et nous n’avons encore jamais rencontré une attitude aussi mercantile que celle de VOLOTEA. Le fait d’être low-cost ne permet pas d’être malhonnête !.
Catherine et Dung

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >






Club AGV Premium

DMCMAG.COM


Challenge de vente




BAROMETRE EMPLOI



eBook


CHRONIQUES EXPERTS
Aérien   La life de Léa   Chronique David Sprecher
Emmanuelle llop   Christian Orofino   Sicsic
Rosales   MYL Sabords   Weill
Baux   Hardin   Michel Messager

EXPERTISE METIER
Annuaire Formations
Boostez vos ventes
Fiches Métier
RH Stories





Contact   Publicité   La Presse en parle   Plan du site

Le groupe TourMaG.com publie également TourMaGazine.fr, 1er quotidien du voyage et des loisirs; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyage et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.