TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Autocars : la libéralisation du marché profite à OuiBus

Ouibus double son nombre de destinations cet été


le Mardi 5 Juillet 2016

Ouibus, la filiale de la SNCF, a profité de l'ouverture du marché des autocars, et double son nombre de destinations cet été, grâce à son partenariat avec StarShipper. Mais le marché est encore loin d'être rentable.



Emmanuel Macron venu échanger avec les passagers qui voyagent à bord de OuiBus - DR : Ouibus
Emmanuel Macron venu échanger avec les passagers qui voyagent à bord de OuiBus - DR : Ouibus
Emmanuel Macron est venu admirer ses protégés.

Mardi 5 juillet 2016, le ministre de l'Economie, à l'origine de la libéralisation du marché des autocars, s'est rendu à la gare de Bercy à Paris, à l'occasion d'un point presse organisé par Ouibus, la filiale de la SNCF.

"C'est une offre complémentaire au train, une offre multimodale. Le plus efficace pour notre économie", a-t-il déclaré.

Pour cet été, Ouibus double son offre de destinations avec 41 lignes estivales dans de nombreuses régions de France.

"Nous participons au développement local du tourisme", s'est félicité Roland de Barbentane, le PDG de Ouibus.

Un partenariat pour séduire les agences de voyages

Pour séduire les professionnels du tourisme, il a signé un partenariat avec Distribusion, un agrégateur allemand en B2B qui lui permettra de mieux vendre directement son offre au sein des agences de voyages.

"Même si nous avons de petits paniers moyens, les agences de voyages sont ravies de nous vendre, car cela fait du passage et leur permet de présenter d'autres produits".

Depuis l'ouverture du marché, Ouibus a transporté 1,2 million de passagers et devrait atteindre les 1,5 million d'ici mi-juillet.

"L'été nous amène beaucoup de clientèle et nous avons un taux de remplissage de 60%", se réjouit Roland de Barbentane.

Un chiffre deux fois supérieur à celui de son concurrent Isilines, mais qui ne lui permet toujours pas d'être rentable.

Des alliances nécessaires pour densifier le réseau et devenir rentable

Si l'entreprise ne communique pas ses chiffres, son PDG estime atteindre le point d'équilibre d'ici 3 ou 4 ans.

Pour gagner de l'argent plus rapidement, les acteurs du secteur vont devoir s'allier, comme le confirme Emmanuel Macron. "Il y aura une consolidation normale mais qui ne me préoccupe pas".

OuiBus a commencé cette consolidation avec Starshipper.

Une alliance qui lui permet de multiplier son offre par quatre, avec plus de 1 500 trajets disponibles, en passant de 150 à 200 autocars

"Nous démultiplions les interconnexions pour avoir un maillage le plus fin possible", poursuit Roland de Barbentane.

Près de 75% des ventes sont faites sur le site Ouibus.com. L'arrivée de l'offre d'Isilines sur le portail de Voyages-sncf.com ne l'inquiète pas outre mesure.

"Le site va devenir une véritable place de marché, les clients vont pouvoir comparer et choisir le meilleur".

Ouibus étoffe également ses services, avec une nouvelle version de l'application mobile pour géolocaliser l'autocar ainsi que la position de la gare routière.

Début août, une nouvelle offre de vidéos à la demande en partenariat avec Sony et la FNAC va être testée.

Pour 3 euros, les voyageurs pourront télécharger un film dans une sélection de 250, à visionner pendant le voyage mais aussi chez eux.

Lu 1658 fois

Notez


1.Posté par Martine le 02/09/2016 17:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour TourMag,

Travaillant en étroite collaboration avec de nombreux autocaristes en France, nous corroborons l’analyse de Laury-Anne CHOLEZ qui a réalisé un très bon article. Effectivement, ce n’est pas du tout rentable; pour l’exemple, un des plus grands opérateurs subventionne l’autocariste local avec un contrat sur 5 ans et lui accorde 70% du chiffre d’affaire réalisé. Depuis la libéralisation du marché et et sa situation oligopolistique, nous assistons à une concentration rapide du secteur. La prochaine étape, est donc un duopole puisque la situation de monopole est interdite en France. Pour y parvenir, il ne faut pas moins que des poids lourds derrière ces entités, SNCF, General Atlantique ou Holtzbrinck Ventures pour ne citer que les plus importants. Ceux n’ayant pas eu les reins assez solides ont déjà disparu dans le giron de ces mastodontes financiers.

C’est une bonne illustration d’une stratégie de capitalisme moderne pour s’approprier le potentiel futur marché.

Un organisateur de voyage en autocar et minibus de chez 2T Services.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure

















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com