TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Black list : le personnel au sol d'Air Madagascar accuse la DGAC française

La compagnie prête à tout pour sortir de la liste noire


Rédigé par Laury-Anne CHOLEZ le Dimanche 31 Août 2014

Le personnel au sol d'Air Madagascar accuse la DGAC française de maintenir leur compagnie sur la liste noire. Ils ont donc décidé la semaine dernière de stopper l'assistance des vols en provenance de Paris, provoquant le déroutement d'un avion Air France et l'annulation d'un vol de Corsair. Un acte de désespoir de la part de salariés très inquiets concernant l'avenir de leur entreprise.



Air Madagascar est inscrite sur la liste noire depuis 2011 et n'a jamais réussi à la quitter - DR
Air Madagascar est inscrite sur la liste noire depuis 2011 et n'a jamais réussi à la quitter - DR
C'est un cri de désespoir que semble lancer le personnel au sol de la compagnie Air Madagascar.

Accusant la DGAC française d'être responsable du maintien de leur entreprise sur l'annexe B de la liste noire européenne, les salariés se sont mis en grève la semaine dernière, refusant d'assister les avions des compagnies françaises.

« Notre revendication elle est toute simple, vous sortez Air Madagascar de l’annexe B, c’est tout" exige leur porte-parole, Rado Rabarilala cité par RFI.

"C’est la DGAC française qui avait mis Air Madagascar dans cette situation-là, donc il appartient à la Direction générale de l’aviation civile française de sortir Air Madagascar de ce gouffre » poursuit-il.

Le mardi 26 août dernier, le vol Air France reliant Paris à l'aéroport d'Ivato, qui dessert la capitale Antananarivo, a donc été dérouté quelques minutes avant son atterrissage vers l'île de la Réunion.

La compagnie, qui dessert Madagascar 4 fois par semaine, a été contrainte d'acheminer ses 310 passagers par petits groupes vers leur destination finale. Et doit affréter un vol spécial dimanche pour rapatrier les passagers restés coincés à l'aéroport d'Ivato.

Craignant de subir le même sort, Corsair a préféré annuler son vol du mercredi 27 août et reprotéger 129 passagers sur des vols d'Air Madagascar, qui eux pouvaient atterrir à l'aéroport.

Elle a également opéré un vol spécial pour acheminer dimanche ses passagers restés sur l'île. Air Austral en revanche n'a pas été touchée.

La situation est rentrée dans l'ordre dès le vendredi, grâce à l'intervention des forces de l'ordre.

Air Madagascar sur liste noire depuis 2011

Cet événement symbolise une fois de plus la situation très précaire d'Air Madagascar. Mais ses salariés ne peuvent accuser les compagnies françaises d'être les seules responsables.

En effet, celles-ci n'ont aucun pouvoir décisionnaire concernant l'établissement de la liste noire.

Cet inventaire est établi par un comité dédié au sein de la commission européenne, qui comprend notamment les directions de l'aviation civile de tous les pays de l'UE.

Air Madagascar est inscrite sur cette liste noire depuis 2011 et n'a jamais réussi à la quitter. La dernière inspection, en date du 10 et 13 février dernier, n'a pas permis de lever les sanctions.

(A lire les extraits du rapport d'inspection sur le site du ministère).

Mais la compagnie n'est pas la seule en cause. L'aviation civile locale (ACM) manque notamment de ressources qualifiées pour mettre en œuvre correctement un programme de surveillance approprié.

Un boycott qui n'a pas plu à la DGAC

Au final, ces interdictions coûtent cher à une entreprise, dont la situation financière est loin d'être florissante.

Selon les derniers chiffres publiés par le site L'Express de Madagascar, la compagnie serait déficitaire de 100 millions de dollars.

Car pour desservir l'Europe, elle est obligée de louer des Airbus A 340 immatriculés en Islande avec équipage auprès de la société Air Atlanta Icelandic.

Elle manque également d'appareils pour effectuer correctement son programme de vol au départ de Marseille vers les Comores (lire notre précédent article).

Au final, boycotter les compagnies françaises n'apporte aucune solution à cette situation.

D'autant que cela n'a pas vraiment plu à la DGAC. "Il y a des accords internationaux entre les pays et ils doivent être respectés" juge son porte-parole.

"La prochaine fois, nous mettrons en place une action diplomatique".

Lu 5616 fois

Notez


1.Posté par Lémurien 007 le 01/09/2014 04:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J'ai pris fois plusieurs air Madagascar .....les 737 ont plus de 20 ans .pas assez d'avion en fin de journée les retard s'accumulent ..plus d'entretien convenable au lieu de travail en bonne intelligence avec air France et de rentrer dans une alliance .un aeroport qui n'a même pas de satellite ....alors pour être fort de son côté il faut que les inspecteur qui inspectent les avions en Europe quand il rentre dans un avion air mad n'est rien a dire sur l'entretien

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com