TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Brexit : quelles conséquences sur le tourisme ?

visa, transport aérien, règlementation européenne


Rédigé par La Rédaction le Vendredi 24 Juin 2016

Les Britanniques ont voté en faveur du Brexit. Cette décision va changer la donne dans de nombreux secteurs dont celui du tourisme. Visa, transport aérien, règlementation européenne, prix des voyages... TourMaG.com fait le point.



Brexit au Royame-Uni : pour le secteur du tourisme, du voyage et du transport, ces résultats du référendum ne sont pas une bonne une nouvelle.Auteur : bluedesign Fotolia
Brexit au Royame-Uni : pour le secteur du tourisme, du voyage et du transport, ces résultats du référendum ne sont pas une bonne une nouvelle.Auteur : bluedesign Fotolia
Les résultats sont tombés tôt dans la matinée.

Le Royaume-Uni s'est prononcé en faveur du « Brexit » à 51,6 % contre 48,4 %. Le résultat du référendum sera officiellement rendu à la mairie de Manchester ce vendredi matin.

Pour le secteur du tourisme, du voyage et du transport, cette issue n'est pas une bonne nouvelle. L'une des premières conséquence pourrait concerner les formalités de sortie du territoire pour les britanniques.

La liberté de déplacement des ressortissants britanniques au sein des autres pays de l'Union européenne pourrait être remise en cause.
Les britanniques devront, selon les modalités négociées avec l'UE, être munis d'un visa pour quitter leur pays.

Autre conséquence pour les voyageurs britanniques : l'affaiblissement de la Livre Sterling face à l'euro qui va réduire le pouvoir d'achat des Britanniques en vacances en Europe.

C'est ce que prédisait, un ex-PDG de Tui qui reprennait les études de nombreux cabinets économiques qui estiment que cela pénalisera le porte-monnaie des Britanniques.

"Pour nos consommateurs, cela signifierait des prix plus élevés pour leurs vacances et moins d’argent à dépenser sur place."

Conséquences sur le transport aérien

Enfin le transport aérien pourrait également être affecté par une hausse des prix des billets. Les accords communautaires permettent aux compagnies européenne d'opérer entre n'importe quelles villes européennes sans restriction. La donne pourrait donc changer.

A ce propose le PDG de la low cost Monarch Airlines Andrew Swaffield affirmait avant le vote que le Brexit entraînerait "probablement des tarifs aériens plus élevés et moins de vols entre l'Union européenne et le Royaume-Uni".

Michael O’leary, le patron de Ryanair promettait "l’apocalypse".

Carolyn McCall, la patronne d’easyJet, plus mesurée n'en était pas moins inquiète : "Nous sommes très clairs là-dessus et nous le disons haut et fort : nous pensons que rester dans l’Europe est très important pour les Britanniques. C’est mieux économiquement pour eux et c’est mieux pour nous ", avait-elle déclaré au Journal de l'Aviation.

Elle rappelle que l’Europe a permis l’avènement des compagnies low-cost et par conséquent la démocratisation du transport aérien. "Autrefois, voler était réservé à une élite qui voyageait pour des compagnies contrôlées par le gouvernement”.

Des prix plus élevés pour les Britanniques

Autre conséquence pour le passager aérien : la règlementation européenne concernant les indemnisations ne s'appliquerait plus s'agissant des vols vers ou en provenance de la Grande-Bretagne comme l'explique Thomas Benita, CEO d'AirRefund à la Tribune.

"Les risques potentiels et les inconvénients ne sont pas compensés par des avantages équivalents pour les voyageurs", résumait dans un communiqué Mark Tanzer, le directeur général de l'Association des agences de voyages britanniques (Abta) reprenant les résultats d'une étude commandée au cabinet Deloitte.

Pour acter officiellement sa sortie de l'Union Européenne, le Royaume-Uni doit faire part de ses intentions lors d'un Conseil de l'Europe. Le sujet sera à l'ordre du jour les 28 et 29 juin 2016. Une période - qui peut être raccourcie - de deux ans permettra de préparer la sortie.

Dans ce contexte, l'Ecosse pourrait organiser un nouveau référendum. C'est en tout cas le souhait de Nicola Sturgeon, la dirigeante du Parti national écossais (SNP), qui est partisane d’un vote.

Car selon les sondages, les Ecossais sont majoritairement pour rester au sein de l'Union Européenne. Affaire à suivre.

Lu 23793 fois

Notez

Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

22.Posté par PAT44 le 28/06/2016 15:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher parisien quarantenaire, je vous laisse avec vos certitudes, je ne suis qu'un trentenaire provincial, je ne peux pas lutter !

Détendez-vous l'infarctus vous guette.

21.Posté par westar le 28/06/2016 15:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@pat44

Les Francais ne veulent pas de l UE, et n en ont jamais voulu. Je suis parisien de 47 ans....je sais de quoi je parle quand meme.
la secu ? c est une grande arnaque mais les Francais ne le savent pas. je suis un libéré de la secu. je cotise dans le privé et la facture est divisé par 3. je refuse d etre esclave du RSI-URSSAF

Vous croyez que la secu est gratuite ? elle est facturée très cher . mais cela, vous ne pouvez vous en rendre compte que si vous mettez la secu en conccurence



merci

westar

20.Posté par PAT44 le 28/06/2016 13:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Westar : je ne me sens pas concerné par votre phrase "Les Français ne veulent pas de l'Europe".
Comment pouvez-vous parler au nom de tous les français.
Je suis français et pour l'UE. Respectez mon choix. Ce point de vue n'engage que moi.
Allez demander à nos chers paysans bretons qui cultivent à perte et/ou sur-cultivent depuis des années le tout subventionné par Bruxelles s'ils veulent quitter l'Europe.
Retirons les subventions européennes de l'économie française et vous verrez que nous nous n'irons pas bien loin.
C'est le même problème que pour la Sécu : "Les français" en ont marre de payer la dette mais tout le monde veut continuer à en bénéficier. Il y a des moments où il faut être cohérent.

19.Posté par westar le 28/06/2016 11:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
bonjour


c est vrai que dominique gobert est un pro-UE affirmé. Si non, il ne pourrait pas etre journaliste.

sachez le Dominique, les Francais ne veulent pas de l UE, ni meme la plupart des agents de voyages

18.Posté par Papadopoulos le 27/06/2016 16:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Maxou,
Je baisse d'un ton si ça me chante (ou pas) car on n'a pas gardé les cochons ensemble. Enfin... peut-être que vous, vous avez gardé des cochons, pas moi. J'ai préféré faire autre chose.

Mais dans votre errance informationnelle vous dites n'importe quoi : "EasyJet et Ryanair « perdraient alors techniquement le droit de pouvoir opérer des routes entre différents pays membres de l’Union Européenne », assure le patron de Virgin Atlantic".
Du grand délire ! D'abord parce que Ryanair est irlandaise et ça n'aucune incidence sur ses liaisons avec l'UE. Quant à Easy Jet elle devra revoir ses accords commerciaux. Comme toutes les compagnies européennes qui veulent desservir la Grande Bretagne. Elle ne sera pas la seule, Air France, Lufthansa, Iberia et consorts devront fare pareil. Et ça m'étonnerait que les britanniques ouvrent leur ciel sans contrepartie pour EasyJet et British Airways. Mais cette hypothèse c'est trop tôt pour en parler.

Quant à vos fameux "spécialistes" que vous citez à tout va, vous savez quoi ? Ils devraient se prendre par la main avec les statisticiens, les financiers et les prévisionistes qui jusqu'à jeudi soir donnaient le camp du RemaIN gagnant.

Et Audiard, vous dira: Max ose tout. C'est même à ça qu'on le reconnait.

Allez @+

17.Posté par Christian Jean le 25/06/2016 08:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et bien quels échanges ! ...
Pas de panique, avec ou sans les British, avec ou sans Easyjet le soleil continuera à se lever à l'est tous les matins ...
Cordialement.

16.Posté par max pecas le 24/06/2016 16:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher Rastapopoulos, Baissez d'un ton quand vous vous adressez à moi, svp. On n'a pas gardé les cochons ensemble que je sache.
Mais donnons plutôt la parole à ceux qui savent plutôt qu'à de sombres trolls.
Business Traveller France expose son point de vue :
« Le Brexit devrait être couteux pour de nombreux acteurs dont les compagnies aériennes. Ryanair et Easyjet avaient fait campagne contre le Brexit. Car du fait du Brexit la participation du Royaume-Uni au marché aérien unique est remise en question. Ce marché permet aux compagnies aériennes des pays membres de voler dans tout état de l’Union. Le Royaume-Uni va sans doute faire la demande pour rester dans ce marché, mais celle-ci n’est pas sure d’être acceptée.

En cas de réponse négative de l’UE, Easyjet va devoir obtenir un certificat de vol de l’UE afin de pouvoir opérer des vols dans l’Union.

Selon HSBC, si le Royaume-Uni quitte le marché unique aérien, 30% des opérations d’Easyjet seront affectées (ou même 40% si le certificat de sa filiale suisse est remis en question) contre également 30% pour Ryanair (pour ses vols vers le Royaume-Uni).

Easyjet avait dévoilé son plan B en cas de Brexit. En effet, une compagnie non membre de l’Union Européenne doit obtenir une licence dans un pays de l’Union

Elle avait indiqué qu’elle pourrait créer une holding européenne afin d’obtenir un certificat de vol européen. Une autre option pourrait consister pour Easyjet à utiliser sa filiale suisse qui possède un Airline Operating Certificate.

Au niveau de Ryanair, basée en Irlande, l’impact sera inexistant pour ses vols vers l’Union Européenne, puisque l’Irlande fait partie de l’UE.

Mais elle va sans doute devoir demander de nouveaux certificats de vol pour le Royaume-Uni dans le futur. »

Rastapopoulos ira sans doute dire à tout ce beau monde de vérifier leurs infos avant d'écrire. Qu'est ce qu'il disait Audiard sur ceux qui osent tout déjà ?

15.Posté par Iree le 24/06/2016 15:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pour en revenir au tourisme, la seule chose dont on soir sûr est qu'il y aura moins d'anglais à visiter notre pays, mais aussi plus de français à aller voir la relève de la garde...
Pour le reste... Curieux que ces commentaires aient démarré sur le low cost. C'est sembler oublier que le low cost est une invention... américaine et que Ryan Air, qui est cité, est irlandaise et paie son PNC à hauteur de SMIC + 10 % (merci l'Europe !). Ryanair ne sera donc impacté que par sa perte de clientèle anglaise sûrement remplacée par sa clientèle française, allemande, italienne... End of the story, comme ils disent outre manche...
Pour le reste, "wait and see"... Ce serait plus intelligent étant donné que nos meilleurs économistes et prévisionnistes nous assuraient depuis une bonne semaine qu'il n'y aurait pas de Brexit.

14.Posté par Iree le 24/06/2016 14:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bravo les Roastbeefs ! Enfin une bonne nouvelle dans cette époque de sinistrose. Bien sûr, pour l'industrie touristique, ça fera des vagues... à court terme... Mais si cela pouvait nous libérer de ces racketteurs qui nous mettent de plus en plus sous coupe réglé... Ne révons pas...
Les milliers dhommes politiques qui nous gouvernent, assistés des milliers de journalistes qui transmettent l'information "correcte", nous ont pourtant prévenus : seuls sont contre l'Europe les fascistes de droite et les analphabètes de gauche. Je suis bien content que le vote de nos cousins anglais les ait renvoyés à leurs chères études.
Nous sommes exangues de ces ponctions qui servent à payer l'Europe et ses gouvernants... Les 1200 sénateurs, députés et députés européens français coûtent 70 000 euros par mois au contribuable. Les avanies de Monsieur Balkany montrent ce qu'un "élu" peut coûter à la collectivité... L'Europe ? ce n'est qu'un mille feuille permettant d'occulter une floppée de turpitudes... L'affaire grecque aurait du nous ouvrir les yeux : l'argent qu'on leur prête permet à 90 % ... de payer nos propres banques, qui se sont saisies du pays en profitant de la corruption qu'elles ont contribué à mettre en place...
Alors, bravo les britanniques. Les media, depuis ce matin, essaient de nous montrer leur "folie" : sur France-info, il y a quelques minutes il était question de la volonté du premier ministre britannique de cacher son bilan catastrophique... C'est vrai qu'il y a là bas de fois moins de chômeurs qu'en France... Les grincheux diront " Mais à quel salaire ?" Je peux leur répondre qu'il y a encore 1 an, en Allemagne (au coeur de l'Europe! ) on trouvait des salaires à 6 euros de l'heure...
Alors, l'Europe actuelle, c'est assez... Faîtes-nous quelque chose de plus constructif !

13.Posté par Papadopoulos le 24/06/2016 14:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher Max Pecas,
Vérifiez vos informations avant d'écrire:
Norvegian Airlines opère déjà entre Paris et Alicante, Madrid, Barcelone, Crète, Rome et plein d'autres capitales européennes. Et pour votre gouverne la Norvège ne fait pas partie de l'Union Européenne, ni en tant que membre, ni en tant que partenaire. Mais des accords commerciaux permettent à Norvegian Airlines d'opérer à l'intérieur de l'espace européen.

Au risque de passer pour un provocateur, je préfère voler sur EasyJet qui arrive et qui part à l'heure plutôt que sur Air France qui vole de temps en temps entre 2 grèves.

12.Posté par Pierre THOMAZO le 24/06/2016 13:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quand il fallait voter pour l'Europe on nous promettait tellement de belles choses. On a vu ce que ça a donné. Aujourd'hui on nous promet l'apocalypse... J'attends de voir. Ce qui est certain c'est que ca va être l'apocalypse pour certains bureaucrates.
Une chose est certaine les banques vont bien.....
A quand le Frexit ?

11.Posté par max pecas le 24/06/2016 12:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et sinon, pas de jaloux, l'action IAG ( British Airways ) est à moins 20%. Il va finir par y avoir de bonnes affaires à faire…

@Sophie En quoi est ce inquiétant ? Pour une fois qu'on écoute l'avis d'un peuple, on ne va pas bouder notre plaisir, non ?

10.Posté par ouvrons les yeux le 24/06/2016 12:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@max pecas : "En ce moment, l’action Easyjet est à -20 %, celle de Ryanair à -15%.," et alors ?
La société Générale est à 18,33% et la BNP à 16% ... et Air France à -10,5 % qu'en déduisez vous ?

9.Posté par PAULY le 24/06/2016 12:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pas de panique ! cela va durer deux ans au moins. Puis l'Angleterre aura le même statut que la Suisse
et le tour sera joué. Les intérêts sont trop importants des deux côtés. Laissez passer les gesticulations!

8.Posté par Sophie le 24/06/2016 12:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour à tous, ..certes on peut discuter des plus et des moins de cette "Europe" mais comprenons bien ce vote britannique CONTRE. Il s'est mobilisé autour de deux arguments MIGRANTS & SOUVEREINETE et une tonne de contre-informations et autres mensonges alarmistes et anxiogènes.
Voilà qui est très inquiétant.
Bonne journée & week-end, Najoua

7.Posté par La Rédaction le 24/06/2016 11:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour
@Arnaud. Nous disons juste que cela peut-être une possibilité que tout ça sera le résultat de négociations entre l'UE et le Royaume-Uni.
Bien cordialement

6.Posté par max pecas le 24/06/2016 11:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ouvronslesyeux En ce moment, l’action Easyjet est à -20 %, celle de Ryanair à -15%., preuve que le marché ne doit pas faire si confiance que ça à ce qui se passe en ce moment.

5.Posté par Arnaud le 24/06/2016 11:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Les britanniques devront, selon les modalités négociées avec l'UE, être munis d'un visa pour quitter leur pays. "

Faux. Les Suisses et les Norvégiens ne sont pas dans l'UE, ils n'ont pas besoin de visa pour voyager en UE .

Article pas sérieux, pro-UE ...

4.Posté par cedric le 24/06/2016 11:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ryanair n a rien a craindre c est une compagnie irlandaise.....

3.Posté par ouvronslesyeux le 24/06/2016 10:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ACETYLENE : 342 appareils et 179 destinations Ryan'air. C'est le marché qui décide si une compagnie est nuisible ou pas. Et jusqu'à preuve du contraire, le marché , plébiscite cette compagnie. Ryan'air a mis en évidence les faiblesses sociales de l’Europe : Tout le monde les a laissé faire . Qui est à blâmer ? Ryan'Air ou Bruxelles ?
D'ailleurs, il ne faut se leurrer, O'Leary qui est Irlandais n'a que pour seule patrie : la rentabilité , c'est à dire le model 'Europe Si demain il ne trouve plus son compte sur le marché Anglais, il favorisera d'autres axes. Il mutera comme un virus Cette compagnie est l'image exacte des travers de l'Europe.

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 18 Octobre 2017 - 12:36 SAS ouvre une ligne entre Toulon et Copenhague


PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure

















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com