TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Dessertes low cost : les regrets sont éternels... mais les besoins immédiats !


Rédigé par Jean DA LUZ le Mercredi 23 Juillet 2008

Le dicton populaire dit qu'il vaut mieux tard que jamais... Mais parfois tard, c'est vraiment trop tard ! Deux rapports viennent, coup sur coup, souligner les graves erreurs commises en France en matière de desserte low cost. Las, la situation a considérablement évolué et le mea culpa du gouvernement risque de ne pas rattraper la crise pétrolière, la perte du pouvoir d'achat et le déclin amorcé du tourisme français.



Critiquée, décriée, courtisée, Ryanair est devenue un acteur majeur de l'aménagement made in France...
Critiquée, décriée, courtisée, Ryanair est devenue un acteur majeur de l'aménagement made in France...
Pour vous la faire courte, les 2 études (DGAC, mais surtout celle d'ODIT France) soulignent de manière plus ou moins nuancée le "monopole de fait" d'Air France qui, grâce à sa filiale loisirs Transavia.com, règne quasiment sans partage dans les cieux français, urbi est orbi.

Souvenez-vous : alors que la dérégulation battait son plein dans toute sa rigueur Outre-Manche, dans l'Hexagone la santé chancellante de l'ex-compagnie nationale justifiait (?) une attitude protectionniste et complice de la part des pouvoirs publics.

Tous les ministres et secrétaires d'Etat qui se sont succédé aux Transports, ont fait assaut de courtoisie et rempart de leur corps pour résister aux assauts de la perfide Albion.

Après les attentats du 11 septembre 2001, la crainte de l"anglois" a atteint son paroxysme. 'irrésistible ascension d'Easyjet et de Ryanair faisait froid dans le dos. Il n'était pas question de les laisser tondre le cockpit de l'emblématique compagnie nationale.

''Il n'y a pas de place pour des low cost françaises''

Entretemps, les petites compagnies françaises agonisaient ou étaient généreusement reprises par Air France (Britair, Regional...). Ainsi, peu à peu, cette dernière est revenue au statu quo ante et rétabli de facto le monopole qui était le sien. Un monopole devenu encore plus solide car conforté par le marché.

"Il n'y a pas de place pour des low cost françaises",
clamaient les spécialistes. Et Air France d'entonner son air préféré : "Nous avons déjà un redoutable concurrent low cost avec le TGV..."

Bref, le pré carré du transporteur a été préservé coûte que coûte et seules les situations incongrues (attribution de slots, prix des touchés...) et harcèlement permanent des institutions européennes par les Ryanair et consorts, ont fini par faire quelque peu bouger les choses.

Mais pas assez au goût des pouvoirs publiques qui, aujourd'hui, virent casaque et crient au loup. Que disent-ils ? Que la France a besoin des deux types de dessertes, traditionnelle et low cost, au risque de ne pas profiter de tout le potentiel de la demande mondiale..."

Tiens, tiens... dire qu'il a fallu une décennie pour qu'on s'aperçoive que le tourisme français va dans le mur s'il ne sort pas de sa "mono-compagnie". Un chiffre en dit plus long que tous les discours : "l'impact économique des 2 types de transport (régulier et low cost) sur les territoires (en dehors de l'Ile-de-France), représente un chiffre global minimum de 9 à 10 milliards d'Euros de retombées économiques directes, indirectes et induites, soit environ 100 000 emplois..."

Le tourisme français va dans le mur avec une ''mono-compagnie''

C'est bien de s'en rendre compte. C'est bien de l'écrire. Mais quel gaspillage et que de temps perdu. Car aujourd'hui, qu'on le veuille ou non, les jeux sont faits.

Air France est privatisée, les compagnies low cost vivent une crise sans précédent et les dessertes transversales, segments de croissance envisagés par ces dernières, pourraient ne plus constituer une priorité.

Pour Air France, qui envisage une alliance avec la SNCF pour acheminer par train les passagers vers son hub de Roissy-CDG, elles ne le sont plus. Alors que deviendront demain ces passagers et ces territoires, trop enclavés et pas assez rentables ?

Poser la question c'est y répondre. Le rapport pose clairement le problème : s'il y a pléthore de low cost à Nice c'est aussi parce que "les revenus sont plus liés à l'attractivité touristique des territoires qu'au type de desserte : les revenus de passagers vers Nice sont supérieurs de 50% à ceux de passagers vers les autres régions (y compris les passagers des compagnies traditionnelles)."

Conclusion : C'est plutôt l'offre touristique et sa diversification qui doivent faire l'objet de développement prioritaire pour rendre les territoires attractifs à cette clientèle et donc aux compagnies aériennes.

Mais pour cela, encore faudra-t-il que les "touchés" et les taxes des aéroports ne soient pas prohibitifs, comme c'est le cas aujourd'hui. Et aussi que chaque fois qu'une plateforme régionale (Marseille, Lyon, Bordeaux...) essaye d'encourager le trafic low cost, qu'elle ne soit pas systématiquement l'objet de procès de la part d'Air France.

Aujourd'hui donc, justice est rendue aux 2 acteurs du transport à bas coût et particulièrement à Ryanair. Car si l'on reproche souvent (et à juste titre) à cette dernière ses méthodes marketing, force est de reconnaître qu'elle est devenue un acteur majeur de l'aménagement made in France.

Dessertes low cost : les regrets sont éternels... mais les besoins immédiats !

Lu 15844 fois

Notez

Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

27.Posté par Sanpog le 16/01/2009 20:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
sur le fait que les lowcost ne creent pas beaucoup d'emplois...pas d'accord..je ne parle pas de ryanair mais de l'autre..je fais partie de la compagnie depuis 6 ans et je suis basée en France depuis 2003..nous avons une base a Ory et Cdg..nous sommes environ 300 à travailler en direct.;de plus, nous louons des services au sol, donc il faut bien que quelqu'un travaille pour nous..quant aux probleme de réacheminement ou logement, la compagnie fait son possible mais il ya des moments ou les hotels sont pleins ..nous sommes alles chercher le 25 décembre 26 pax coincés a Biarritz a cause du brouillard ...
et que dire quant au logement dans les terminaux a cdg le 6 janvier en raison de la neige??low cost ou autre, quand on ne peut pas faire de miracles, on est tous egaux..
quant a notre salaire a peu pres correct, si nous etions si malheureux, croyez vous que je resterai la? il ne faut pas comparer ryanair et easyjet..nous avons des contrats francais, ce qui n'est pas leurs cas...
et oui, nous avons permis a des gens avec des moyens modestes de pouvoir voyager..comme nous avons permis avec notre presence a contribuer a ce que les prix sur les grandes compagnies baissent .regardez un peu ou ils n'ont pas de concurrence....et puis sur orly, les creneaux manquent..donc difficile d'ouvrir de nouvelles lignes sur l'hexagone...
bon voyage a tous avec qui vous voulez...

26.Posté par Sophie le 22/10/2008 10:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Si nous laissons envahir le ciel français avec les compagnie low cost...qu'adviendra t'il du travail en France dans le miieu aérien ? J'ai vu un reportage sur les pratiques de ces compgnies, c'est décevant. C'est tirer La France vers le bas.
Petits salaires...donc petits voyages, voilà!

25.Posté par Marco le 21/10/2008 15:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ce qui n'est pas normal c'est la position de monopole d'airfrance sur certaines destinations et qui permette à cette dernière de matraquer les usagers alors que cette compagnie perçoit des subventions pour la continuité territoriale.. Alors ça me fait bien marrer quand on parle de l'argent public qui va aux low cost.
Bien sûr qu'il ne faut pas laisser les low cost faire n'importe quoi, et aussi arreter ces subventions, et pour tout le monde. Mais les low-cost ont leur place et vive la concurrence.
Avec airfrance la situation de monopole amène a des états de faits complètement ridicule qu'on ne connaît qu'en France, tout est centré sur Paris, par exemple il n'y a aucune destination airfrance internationale depuis Nice, 2e aéroport de France, hormis vers Genève !

24.Posté par Fred le 17/09/2008 17:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pratique les low-costs, surement (il faut aimer prendre le bus 1h pour aller à Beauvais... mais bon...), mais éthique et équitable, surement pas !
Les low-costs menés par Ryanair, Easyjet et Flybe sont une catastrophe pour le tissu local sur le moyen et long terme
La patron de Ryanair, O'leary, bafoue lois et passagers... Il suffit de faire le compte des enquêtes en cour de la Commission européenne à l'encontre de Ryanair (8 ou 9 il me semble), dont 1 en France (Ryanair et l'aéroport de Pau), et de lire le rapport de la Cour des comptes (ici : http://www.ccomptes.fr/CC/documents/RPT/RPT-Aeroports.pdf de juillet dernier) sans compter les nombreux rapports des Cours régionales des comptes qui mettent le doigt sur les "irrégularités" des contrats et relations entre Ryanair et les aéroports/CCI/collectivités... ce sont des millions d'euros qui partent du public vers ces sociétés privées...
A ce prix là, vous pouvez en effet voyager pas cher... le contribuable paye pour vous !

23.Posté par Jean le 17/09/2008 15:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Avec plus de concurrence dans le ciel francais, grâce aux compagnies low cost par ex, servirai surtout aux voyageurs, qui se retrouvent aujourd hui à devoir choisir entre Air rance ou la SNCF pour tous leurs déplacements en France, ce qui leur laisse vraiment peu de marge de manoeuvre.

22.Posté par glazure le 15/09/2008 16:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je prends très souvent Easy ou Ryan pour aller sur Londres. Grâce à leur prix, ma petite société de production vidéo n'a pas peur de défricher de nouveaux horizons.
Les low-cost anglais font la pluie et le beau temps là où veulent et peuvent. Certains propiétaires de maisons vendues à des anglais ne se plaignent pas de ces nouvelles voies aériennes. A mon humble niveau je les suis aussi car elle vont aussi où le vent est frais...
Je me suis toujours demandé pourquoi en France nous n'avions pas de compagnie low-cost. Maintenant, je ne me pose plus la question, je monte dans l'avion.












21.Posté par renouard le 15/09/2008 10:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
la solution de mon point de vue : Air France, grace a l airbus A380 pourrait creer un espace low cost sur des destinations long courriers tout en preservant un service normal sur les autres espaces disponibles. Ce n est ni plus ni moins, du yiel management ameliore.
(ecrit sur un clavier espagnol qui ignore les accents. desole .)

20.Posté par karim le 11/09/2008 22:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Heu!! 2 A320 a traiter tu parles du personnel au sol?
Je bosse pour cette compagnie et je peux te dire que sur une vacation de 07h00 on traite jusque 5 vols dont 2 long courrier.
Donc faut arreter de croire que AF de 1980 et la meme compagnie que AF de 2008,elle aussi s'adapte quand à la productivité de son personnel

19.Posté par Patrick le 11/09/2008 15:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A peu près exact Karim. Toutefois, avant qu' AF ne soit privatisée, les 20 milliards qui ont été injectés ont fait extrêmenent plaisir aux anciens Air Lib, Aom, Tat, dont j'ai fait parti, et qui ont empéché ces fameuses compagnies de se développer (blocages des créneaux sur ORY, déménagement sans concertations de ces compagnies sur ORLY sud, qui comme chacun sait, est une aérogare très pratique pour les vols nationaux) et peut-être ainsi, qui sait, aurait pu voir émerger une compagnie low-cost française.

Aujourd'hui, il est vrai que le TGV reste le concurrent le plus sérieux pour AF (Réseau national), mais le réseau régional n'intéresse que peu la Cie.

je suis persuadé que dans quelques années, jaillira une filiale vraiment low-cost d'AF avec tous les services payants (Comme Air Inter à son époque) et qui cherchera à tailler des croupières aux 2 ou 3 low-cost qui resteront en vie.

Quand aux cadences infernales, c'est sûr que chez AF cela ne risque pas d'arriver : Traiter 2 A320 (1h30 de travail chacun) sur une vacation de 7heures, celà laisse du temps pour pester contre ces "cons" qui ne veulent plus payer un billet aussi cher

18.Posté par karim le 09/09/2008 21:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Oui bravo les low cost mais bon je viens de voir un reportage ce week end sur Capital,avec LIDL la low cost de la grande distribution
Bravo les gens on achetent certes un petit peu moins cher mais derriere c'est la misere sociale pour les salariés,une caissiere qui a 7 mns de pause pour manger,qui reste 6h00 debout non stop,et qui gagne 800 euros par mois,et bien continuez a demander des tarifs de + en + bas mais demain c'est vous a leurs places,bande de rigolo
On doit tirer les salariés par le haut et c'est certainement pas avec des low cost,des hard discount etc.....
Au moins Air France à le merite de donner à ses salariés des salaires a peu pres correcte et elle fait vivre 70 000 familles en direct et + de 100 000 en indirect,c'est certainement pas le cas chez Ryannair ou EasyJet mis a part leurs pilotes qui ont des salaire a peu pres correct( mais avec aucune evolution possible car cantonner sur le 737 ou 319),le reste en tout cas c'est a coup de lance pierre avec des cadence infernale sur le tarmac et en aerogare a tenir pour les personnels sous traitants et sutout avec NOS IMPOTS car leurs methodes de demander aux CCI de financer la pub,c'est facile apres de mettre des billets a 30 euros avec l'argent du contribuable
Pour rappel depuis que Air France est privatisé,le contribuable n'a pas mis un seul centime dans la compagnie,mais la compagnie avec ses benefices TAXER en France et pas en Irlande contribue a l'essor de notre pays

17.Posté par Patrick le 05/09/2008 15:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
S'il est vrai que les Cies Ryanair et consorts ne créent que peu d'emplois en France en direct (Hormis dans une certaine mesure parmi les navigants lors de la création de bases), par contre sur les aéroports secondaires (EGC, PIS, TUF, LIG, CCF, etc...), ces Cies ont permis de développer ces plateformes, en y créant des emplois et en évitant la disparition de certains aéroports.
Concernant le "demmerdes-toi" qu'évoque loops, je dois dire que mon expérience professionnelle (29 ans dans l'aérien: Cies aériennes, Sociétés d'assistance, Gestion d'aéroport) je n'ai jamais vu une réactivité aussi efficace que celle de la Cie Ryanair, quand, il est vrai, l'incident est de leur fait (pannes techniques, oiseaux percutés à l'atterrissage, etc). Ils sont capable de déroutés un avion de sa route, pour déposer une équipe technique, ou envoyer un appareil en "spare" pour réacheminer les passagers en attente dans un délai assez court; par contre, s'il l'incident n'est pas de leur fait (Installations aéroportuaires : panne du balisage par ex), les passagers en plan se débrouillent.
Bizarrement, se sont très souvent les clients français qui braillent le plus (souhaitant sans doute obtenir un service type AF quand ils payent un billet 10€); la clientèle British ayant depuis longtemps intégré le fait que le billet n'est pas cher (en principe), mais que les services sont donc comptés

16.Posté par Vincent le 05/09/2008 09:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vous oubliez simplement le TGV qui a conditionné à lui tout seul la concurrence du ciel français, que ce soit pour Air France, les ex-AOM, Air Lib, etc... ou les Low-Cost.

15.Posté par david le 01/09/2008 12:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est vrai que les compagnies low-cost ont permis à de nombreux passagers de voyager à petits prix vers des régions peu ou pas desservies par des compagnies traditionnelles. En décloisonnant l'Europe et les régions, les low-cost sont une avancée.
Cependant, il ne faut oublier non plus que les low-costs ont importé un business model dangereux à long terme, notamment en matière de subventions publiques. Sans ce système généralisé, notamment pour Ryanair, de subventions publiques provenant des aéroports (donc des CCI, régions...), les low-cost pourraient difficilement proposer des prix aussi bas.
L'aéroport de Pau s'est fait épinglé récemment, mais il n'est pas le seul en Europe. J'ai à l'esprit 8 autres aéroports sous le coup d'une enquête de la Commission Européenne. Vous parlez de concurrence déloyale concernant le monopole d'Air France, qu'en est-il alors de ce système où ce sont les contribuables qui payent pour que d'autres puissent voler à bas prix ?
De plus, il existe plusieurs cas dans lesquels les aéroports français ont du signer des contrats dans lesquels Ryanair pouvait unilatéralement se désengager (quid alors des millions d'investissements concédés pour aménager l'aéroport ?).
Enfin, les low-cost pour toucher leurs subventions fonctionnent avec des quotas de passagers transportés dans les aéroports. L'on se souvient de Flybe qui avait engagé (payé) des acteurs pour voler dans ses appareils afin d'atteindre ces quotas... C'est le même prinicipe lorsque Ryanair propose des billets à 1 euro ; les subventions compensent ces bas prix.
Qu'en pensez-vous ?

14.Posté par jb le 09/08/2008 22:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Oui les low cost ,mais avant il y a des compagnies charters françaises qui aurait pu survivre ;je rappellerai que des TO français préféraient utiliser les compagnies méditerranéennes , il a fallu le drame de sharm el sheik et encore Fram étant l'un des responsable de cette état de fait .
Les compagnies comme euralair , aéris ,et AOM pouvaient bien faire des vols sur les destinations les plus prisées .Il ne reste plus que XL ,aigle azur ,et corsair et air med mais oui elle sont plus chéres ,mais au moins elle ont le mérite de donner des emplois en France ,à de bonnes conditions ,alors qu'easy jet ou rayanair ne fournissent pas d'emploi en France sauf à des conditions étant très défavorables

13.Posté par loops le 29/07/2008 10:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est bien en France quand un truc marche on le critique. Je ne suis pas spécailement pour air France (notamment à cause de la gestion des créneaux à Orly) mais de la à faire des low-costs un eldorado ... En effet les low-costs n'exploitent que des lignes très rentables avec leur type d'avion (donc les Lille-Bordeaux, Toulouse-Mulhouse, paris-AVignon, etc out) Par ailleurs on se plaint du chomage mais il me semble qu'Easy-Jet ou Ryanair n'ont que très peu de personnels en France (Ryanair n'étant pas en règle avec sa base de Marseille). Enfin quand les compagnies low-cost n'ont pas de concurrents directs, elles ne font pas des tarifs si intéressants que ça (Quand il n'y avait qu'AF, TAP, Aigle Azur, et Ryanair sur Paris-Porto, La ligne Beauvais-Porto était la ligne la + cher de Ryanair. Il a fallu que Transavia arrive sur le marché pour que les prix baissent). Si c'est bien que Ryanair fasse des lignes au départ d'aéroport qu'AF ne dessert peu ou pas, c'est très bian ... que ça soit gràce à des subventions locales (Saint-Etienne notamment pourrait dire quelques mots)... Pour finir je prend assez régulièrement l'avion sur la ligne Orly-Toulouse blagnac et je vole autant avec Air France qu'avec Easy Jet (le choix entre les surcharges carburants ou les supplément bagages de soute). Qaund Air France a un problème avec un avion elle se débrouille pour vous réacheminer ou vous héberger, EasyJet c'est démmerde toi (dans les 2 cas j'en ai fait l'expérience).

12.Posté par fanny le 28/07/2008 10:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mouais...
Merci Steven, je vois qu'Air France surveille bien les forums :-)))

11.Posté par steven le 27/07/2008 13:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
normal Fanny, car Easyjet ne propose pas TLS-NCE. Et inversement, Air France ne propose pas TLS-MAD. Donc, il faut comparer ce qui est comparable. D'autant, que c'est bien connu, les taxes aéroportuaires en Espagne sont deux fois moins chères qu'en France.
Et puis, avec Air France, vous transportez plus de bagages, vous avec des miles pour des voyages et des surclassements gratuits, vous avez une prestation à bord, des journaux en porte, un SAV de qualité.. etc... etc.

10.Posté par fanny le 25/07/2008 10:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
oui, moi une low cost qui desserve province-province j'en rêve....
Toulouse-Nice avec Air France : 140 euros TTC minimum
Toulouse-Madrid avec Easyjet : 60 euros TTC minimum
Normal ?

9.Posté par philippebeissier le 24/07/2008 17:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A la lecture du mail de Xavier, je viens de découvrir quelque chose...la culture et l'écriture low-cost.....

8.Posté par Serge Prevot le 24/07/2008 17:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Si vous estimez que les low-cost sont bénéfiques à la France, demandez leur d'ouvrir Paris-Avignon !

1 2

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com