TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e
Loading





Distribution : la complémentarité « click et mortar » est en marche

une chronique de Denis Pingris, D.P.consultant (*)


Rédigé par Denis PINGRIS le Mardi 31 Janvier 2006

Denis Pingris, patron de D.P. Consultant, parie sur la pérennité des agences traditionnelles et le rééquilibrage dans les années à venir à entre les deux modes de commercialisation se traduisant certainement par l’émergence de distributeurs foncièrement « click & mortar ». Vous trouverez la version complète de cet article sur son blog (LIRE)



Denis PINGRIS, Développement Commercial et Marketing
Denis PINGRIS, Développement Commercial et Marketing
Avant d’entrer dans le vif du sujet, soyons très clair : il ne s’agit pas pour moi de me poser en spécialiste de la vente en ligne, mais plus modestement d’essayer de vous faire partager quelques extraits d’une réflexion entamée dès 1998 par une étude sectorielle sur le thème « Internet : l’agence de voyages de demain ? » (enquête réalisé dans le cadre d’un cursus en marketing et systèmes d’information) et de mes derniers travaux menés avec des étudiants de l’ESARC de Toulouse au printemps 2005, sur « la complémentarité " clic et mortar " dans la distribution de voyages».

La dichotomie qui, depuis la fin des années 90 et l’avènement du commerce électronique séparait et d’opposait les agences en ligne et leurs consœurs traditionnelles, tend aujourd’hui à s’effacer pour faire place à un pragmatisme bien plus productif :

1. 88 % des personnes parties au moins 2 fois en vacances en 2005 ont utilisé Internet pour leur recherche (cf TourMag.Com du 12.01.2006)

2. près de 70% acheteurs de voyages sur Internet continuent à fréquenter une agence de voyages traditionnelle…et à y consommer (source : archives personnelles)

Eh non, le consommateur de voyages n’est pas l’exception culturelle du commerce électronique, il est avant tout et surtout consommateur et comme tout consommateur moderne, il est éclectique tant dans ses choix que dans ses habitudes de consommation.

Les agences traditionnelles ont encore de beaux jours devant elles

Bonne nouvelle pour les tenants du « mortar », les agences traditionnelles à qui certains esprits chagrins prédisaient une mort certaine face à la formidable poussée du commerce électronique ont encore de beaux jours devant elles. (cf TourMag.Com 01.12.2005).

Il est donc probable que nous assisterons dans les années à venir à un rééquilibrage entre les deux modes de commercialisation se traduisant certainement par l’émergence de distributeurs foncièrement « click & mortar ».

Cette bi-modalité est en marche : les opérateurs en ligne traditionnels descendent dans la rue…par pour y manifester un quelconque mécontentement, mais bel et bien pour y ouvrir des boutiques !

Bien sûr, cette démarche reste pour l’instant embryonnaire et « expérimentale » mais les résultats obtenus par les pionniers « défricheurs » dans ce domaine devront être suivis avec la plus grande attention, qu’il s’agisse de performance financière ou de capacité à transformer un savoir-faire « click » en savoir-être « mortar ».

Mais le terme pionniers n’est-il pas excessif, et ces précurseurs ne seraient-ils pas au bout du compte des suiveurs ?
De leur coté, les agences traditionnelles n’ont-elles pas depuis longtemps compris tout l’intérêt que représente Internet en s’appropriant le média, et initié depuis quelques années déjà, avec plus ou moins de réussite, ce fonctionnement bi-modal ?

Les résultats fournis par les différents moteur de recherche sont édifiants : les quelques acteurs «mortar» qui figurent en bonne place ne proposent pas pour autant un service de vente en ligne digne de ce nom.

(Pour l’anecdote, vous noterez que les TO, dont les velléités de vente directe via Internet sont régulièrement mises à l’index par certains réseaux de distributions, ne sont pas mieux référencés sur ces 2 moteurs de recherche….)

Il n’en reste pas moins que les acteurs majeurs de la distribution « traditionnelle » sont en mesure de tirer leur épingle du jeu, pour peu qu’ils en aient la volonté politique et qu’ils y consacrent les investissements technologiques et financiers nécessaires.

Alors face aux réseaux intégrés, quid des indépendants ?


Leur problématique étant relativement similaire à celle rencontrée par les réseau intégrés, je laisse volontairement de coté ceux qui se sont fédérés derrière leur réseau franchisé ou volontaire en laissant le soin au siège de l’enseigne de mettre en place une vente en ligne qui sera perçue par certains comme un concurrent certes, mais un concurrent qui rapporte à la collectivité…

Bien plus intéressant est le cas de l’indépendant « pur et dur » ou de celui dont le réseau a choisi une politique autre que celle de la centralisation.
Les politiques de « marque blanche » menées par de gros acteurs du « click » facilitent grandement la tâche des indépendants attirés par les sirènes du net : les propositions d’équipement dans ce domaine ne manquent pas, toutes aussi alléchantes les unes que les autres…

Les tenants de cette option avouent en général 2 objectifs, capter le client internaute et générer du trafic dans les agences.

POUR LIRE LA VERSION COMPLETE DE CET ARTICLE SUR LE BLOG DE L'AUTEUR (CLIQUEZ)


Denis PINGRIS
Développement Commercial et Marketing
dp.consultant@wanadoo.fr
www.tourmag.com/pingris

Lu 17701 fois
Notez


1.Posté par J.P.Siméon le 03/02/2006 09:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je pense que les "politiques de « marque blanche » menées par de gros acteurs du « click » " facilitent surtout... la facilité !!!
l'agent de voyage qui met sur son site, de lui même ou sur les conseils "éclairés" de son réseau, une marque blanche banalisante, finira par ne même plus avoir de visiteurs même parmi ses clients les plus fidèles.
Il ne manque pourtant pas de possibilité de se différencier, d'exprimer sa spécificité et sa vocation de conseil.
Je comprends la logique d'expédia, un peu de visiteurs par ci, un peu de visiteurs par là.
Quelque chose doit m'échapper dans celle de ceux qui facilitent leur tâche !!!!

2.Posté par Gilles Gompertz // Avico le 03/02/2006 12:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les attentes des clients diffèrent également sur la durée et la destination : il est facile d'acheter un WE sur le net, et rassurant de discuter de 15 jours de vacances en bénéficiant de la valeur ajoutée et du conseil du professionnel du tourisme.
Je crois que c'est à travers cette segementation que s'exprime le plus cette "complémentarité" antre les 2 modèles.

3.Posté par monia kalou le 29/11/2007 19:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je voudrais que vous m'aidiez a transfermon argent qui est de 8 million de dollars americains


PUBLICITÉ
Ombeline POIRON
publicite@i-tourisme.fr
+33 1 85 74 23 33










Dernière heure










Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com