TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e





Faut-il démanteler Voyages Fram pour rendre l’entreprise bankable ?

une stratégie de relance qui pose problème


Rédigé par Jean da LUZ le Dimanche 14 Octobre 2012

Le départ brutal d’Olivier de Nicola, président du directoire de Voyages Fram, remplacé par le come back surprise de Georges Colson, n’a pas dû rassurer les banquiers. Surtout que, si l’on en croit notre confrère “Les Echos”, le voyagiste manque cruellement de liquidités et pourrait faire appel au crédit dans les semaines et les mois à venir...



Producteur, autocariste, réceptif, hôtelier, agents de voyages... Fram a vécu sur un business model qui a fait sa réussite mais qui entraîne aujourd’hui l’entreprise par le fond... Georges Colson parviendra-t-il à remonter la pente ? photo Snav
Producteur, autocariste, réceptif, hôtelier, agents de voyages... Fram a vécu sur un business model qui a fait sa réussite mais qui entraîne aujourd’hui l’entreprise par le fond... Georges Colson parviendra-t-il à remonter la pente ? photo Snav
Incroyable !

Il paraît, dixit le nouveau patron du Conseil de surveillance de Voyages Fram, qu’il n’y a eu entre Olivier de Nicola et Georges Colson, aucun clash !

Il vaut mieux lire ça que d’être aveugle... On peut, dans la foulée, se demander aussi si on n’a pas rêvé et si, en fait, le président de Fram est vraiment parti...

Trêve de plaisanteries. Dans une déclaration ce vendredi (LIRE) Alain Faveau expliquait qu’il n’y aura “pas de changement de stratégie" chez Fram.

"Le plan de réorganisation d'Olivier de Nicola a été discuté et entériné par le conseil de surveillance. Nous allons le poursuivre et même le renforcer et l'accélérer",

Nous, on veut bien, mais alors pourquoi avoir viré Olivier de Nicola, si sa stratégie était la bonne ?

Ce qui semble certain c’est que, socialement, ça coince grave chez le voyagiste toulousain et que le plan social (manifestement sous dimensionné compte tenu da la taille du groupe) qui prévoit près de 70 licenciements, ça ne passe toujours pas...

Bien entendu, ce plan ne concerne que la France où Fram a 600 salariés car au niveau international, (le Groupe compte 3 800 salariés) c’est un peu la bouteille à l’encre...

Bref, le départ du Président tombe on ne peut plus mal, au moment même où la morosité du marché du tour operating et les mauvais résultats persistants de Fram se conjuguent.

Car en 2011, le “déficit net part du groupe s'est élevé à 23,48 millions d'euros, soit un bond de près de 71 % par rapport à 2010, pour un chiffre d'affaires consolidé de 441,78 millions, en baisse de 8,41 %”, selon Les Echos.

La production a pris une gifle monumentale

Cette année, les choses ne devraient pas vraiment s’arranger non plus.

Quand on analyse plus finement les comptes, on s’aperçoit que, quels que soient les compartiments, ça prend l’eau de toute part, même si certains sont moins noyés que d’autres.

La production (Fram et Plein Vent) très exposée à la crise du Printemps arabe, a pris une gifle monumentale.

Il faut savoir qu’elles représentaient près de 50 % des ventes sur les destinations moyen-courriers en 2010.

Le déficit du tour operating a presque fait la culbute en 2011, avec 14,26 millions d'euros passés à la trappe pour un chiffre d'affaires de 401,8 millions, lui même en retrait de 9 %... selon les comptes déposés au greffe.

Alarmant, car les produits du voyagiste et ses stocks sont étroitement liés. Fram possède de nombreux établissements hôteliers en propre.

Du coup, l’hôtellerie en prend aussi pour son grade : 7,39 millions (+47,3 %), de déficit soit plus de la moitié de sa contribution au chiffre d'affaires consolidé (13,3 millions).

Enfin, la distribution, n’est pas au mieux de sa forme, non plus, avec une perte qui a bondi de 200% à 1,47 million d'euros, pour près de 15 millions de revenus (+9 %).

Le “trésor de guerre” a fondu comme neige au soleil

Les chiffres sont éloquents. Le voyagiste toulousain qui a vu son “trésor de guerre” fondre comme neige au soleil, va avoir besoin de liquidités.

Certes, ses nombreuses immobilisations et son patrimoine conséquent, lui assurent une solide solvabilité. Mais sa stratégie de Producteur intégré risque de ne pas passer la rampe auprès des financiers.

Producteur, autocariste, réceptif, hôtelier, agents de voyages... Fram a vécu sur un business model qui a fait sa réussite mais qui entraîne aujourd’hui l’entreprise par le fond.

Vouloir assurer la distribution de ses produits par son propre réseau d’agences coûte cher, très cher, comme le démontrent les chiffres.

Probablement davantage que les commissions distribuées aux réseaux volontaires... n’en déplaise à certains !

Fram a aussi raté le virage du Net (comme la grande majorité des TO), même si la structure de sa clientèle dont la moyenne d’âge est élevée, l’y expose moins que d’autres.

Enfin, hormis le rachat de Plein Vent, on cherchera en vain les innovations et les efforts de repositionnement du TO au cours de la dernière décennie, malgré des clignotants au rouge persistants.

C’est probablement l’addition de l’ensemble de ces composantes qui aujourd’hui plombe l’entreprise Fram. Enfant gâté (et doué) du tourisme français, elle a besoin d’un remède de cheval pour repartir de l’avant.

Réaliser des actifs pour assurer la survie de l’entreprise.

Mais pour ça, il va falloir probablement revoir les fondamentaux, passer au peigne fin tous les compartiments, ne conserver que les indispensables, et réaliser des actifs pour assurer la survie de l’entreprise.

Pour les observateurs, il faudrait que l'actionnaire de référence s'occupe plus de son capital et de ses affaires que de la profession...

“Il va falloir que Georges Colson envoie un signe fort au marché, en démissionnant, par exemple, de la présidence du syndicat après le congrès de Tenerife, et en assurant une forte présence à Toulouse, au moins au cours les 3 prochains mois...”

Il va falloir aussi une équipe super unie autour de lui avec de vraies compétences et de vrais pouvoirs pour mener tambour battant les réformes nécessaires...”

Tout cela relève de la bonne gouvernance et d’une gestion saine de la marche d’entreprise confrontée à des difficultés. Mais il ne faut pas oublier que Fram n’est pas vraiment une entreprise comme les autres.

Sa gouvernance, justement, pose problème, avec un actionnariat familial fractionné et une guéguerre fratricide, apaisée ces derniers mois.

Marie-Christine Chaubet, 2e actionnaire de l’entreprise, va siéger de nouveau au Conseil de surveillance. Un premier signe fort envoyé aux banques et au personnel.

Mais l’avenir de Fram est désormais indéfectiblement lié aux moyens et aux hommes et aux femmes dont Georges Colson parviendra (ou pas) à s’entourer pour créer l’électrochoc nécessaire au redémarrage.

C’est à ce prix que le clan pourra espérer rendre l’entreprise Fram “bankable” pour la revendre un jour...

Lu 6215 fois

Notez


1.Posté par dom31 le 15/10/2012 11:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Encore un pilier qui s'effondre, bien triste en effet. Mais comme Nelles Frontières, TC, et tous les autres aucun dirigeant n'a voulu voir le mur venir et ils ont continué les petites recettes financières et commerciale du passé. Je me demande si depuis qques années, ces dirigeants sont allés dans les agences pour passer commande d'un voyage ou demander des renseignements (client mystère) ? Nous y trouvons malheureusement du personnel perturbé et inquiet. Cette onde de choc se déplace dans toutes les agences même dans celles qui ne font pas partie de ces groupes...

2.Posté par JM le 15/10/2012 15:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le retour de MC Chaubet au conseil de surveillance annonce t-il une prochaine cession du Groupe FRAM à un TO Tiers ?

3.Posté par Gilbert Baladi le 15/10/2012 18:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je trouve l'analyse de Jean particulièrement fine et mesurée.
Le Temps ne repasse pas toujours les plats qu'il propose.
Les occasions manquées forgent souvent les décisions à venir.
Elles sont difficiles à prendre mais il faut croire ( et j'y crois ) en l'intelligence des acteurs de ce drame, maintenant au devant de la scène, et plus particulièrement croire que les deux vedettes principales sauront oublier leurs différents pour sauver le Navire Fram du naufrage annoncé.
baladi

4.Posté par Annabi le 23/10/2012 21:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Référence au sondage lancé pour donner son avis sur l'éventuelle démission de Mr Colson au SNAV que je trouve inapproprié.

Le Résumé : Monsieur Colson, après avoir été l’emblème de Fram, se consacre à des activités qui ont pour objectif de fédérer la profession, car suite à 2 élections, il préside le SNAV.
Après avoir été élu président du SNAV depuis environ 8 ans (et si je me souviens bien, ça ne se bousculait pas au portillon pour ce poste), la société crée par son père connait des difficultés et dans le même temps le poste de DG de ladite société se trouve vacant.
Mr Colson estime légitime de reprendre les rennes jusqu’à ce qu’une direction se mette en place et assure la pérennité de l’entreprise familiale.

Et Tourmag lance un sondage ?

Je lis avec plaisir et intérêt la vie de la profession dont je me suis quelque peu éloignée ces 5 dernières années, grâce à Tourmag et merci Jean, pour toutes ces news quotidiennes.

Mais là, je ne peux qu’être surprise du « sondage » concernant Georges Colson.
Donc, selon la ligne éditoriale, celui qui a choisi à la fois de se consacrer au SNAV ET de pérenniser l’entreprise lancée par son père devrait voir ses choix soumis à un vote ?
Désolée, je n’adhère pas à ce procédé, que je trouve plus que cavalier envers quelqu’un qui a la carrière de Monsieur Colson.
De plus, cette façon de faire sous-entend qu’il serait normal qu’une décision (qui n’appartient qu’à lui) soit soumise à un sondage ?
Je me demande… qui assumera le choix : G. Colson ou les votants ?
Pour moi, le SNAV a la chance de s’attacher des professionnels expérimentés qui pourraient se la couler douce, et qui au lieu de ça, mènent des réflexions sur les problématiques majeures de la profession.
Pardonnez mon audace, mais, à sa place, dans une situation complexe à gérer, j’aimerai bien que l’ont m’évite ce type de tension supplémentaire qui va détourner mon attention de mes objectifs prioritaires.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure

















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com