TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





J'ai passé une journée avec un contrôleur aérien dans sa tour...

Découverte du centre de contrôle d'Athis Mons, en région parisienne


Rédigé par Laury-Anne CHOLEZ le Vendredi 18 Avril 2014

Discuter avec 20 pilotes en même temps, gérer le trafic des avions qui volent à 30 000 pieds, suivre la trajectoire de 4 000 vols par jour en période de pointe : tel est le quotidien de Kevin Sheehan, contrôleur aérien dans le centre d'Athis Mons, au sud de Paris. TourMaG.com vous fait découvrir le parcours et l'état d'esprit d'un professionnel bien conscient des futurs défis auxquels doit faire face son métier.



Kevin Sheehan et l'un de ses collègues à leur table de travail - Photo LAC
Kevin Sheehan et l'un de ses collègues à leur table de travail - Photo LAC
"Lorsque mon père est venu visiter mon lieu de travail pour la première fois, il a pensé à une salle de casino, mais en bien plus calme !"

Kevin Sheehan est contrôleur aérien au centre d'Athis Mons, dans le sud de Paris, pas bien loin de l'aéroport d'Orly.

Un lieu appelé centre de contrôle en route où sont guidés tous les avions qui passent au dessus de la grande région parisienne, volant jusqu'à 30 000 pieds.

"Les voyageurs imaginent souvent qu'une fois en l'air, l'avion vie sa vie, alors qu'il garde constamment un contact avec le sol" explique Kevin Sheehan.

Il existe cinq centres en France : Reims, Brest, Bordeaux, Aix-en-Provence et Athis Mons, chacun en charge d'une zone géographique bien précise.

Celui d'Athis Mons est le 4ème centre européen, comptant près de 380 contrôleurs aériens qui gèrent notamment Orly, Roissy, le Bourget, Beauvais ainsi que tout le trafic jusqu'à la frontière belge.

Et contrairement aux tours de contrôle installées dans les aéroports, ils n'ont pas de belle vue sur le tarmac.

Les contrôleurs s'occupent en moyenne de 1,15 million de vols par an, avec des pointes quotidiennes à 4 000 appareils sur l'été. "Nous pouvons parler jusqu'à 20 pilotes en même temps" précise Kevin Sheehan.

Concentration, rigueur et self-control : les maîtres mots de la profession

Une lourde responsabilité qui ne pèse pas sur l'ambiance, studieuse mais décontractée.

Les contrôleurs travaillent en binôme, l'un en contact avec les pilotes (le radariste), l'autre au téléphone (l'organique) pour gérer la trajectoire du vol vers les autres zones.

Un rôle qu'ils échangent toutes les heures avant de prendre une heure de pause, histoire de reposer leur attention.

Car la concentration, le self-control et la rigueur s'avèrent des qualités indispensables pour exercer ce métier.

Mieux vaut également être habile avec les chiffres tout en maîtrisant parfaitement l'anglais.

"Certains candidats au concours étaient d'excellents scientifiques mais n'avaient pas un niveau en langue suffisant, alors que c'est le coefficient le plus élevé" explique Kevin Sheehan.

Car pour intégrer cette profession, il faut avant tout réussir le sélectif concours de l'ENAC.

L'école ouvre chaque année des postes en fonction des besoins. En 2013, seules une quarantaine de places ont été disponibles, contre 200 à l'époque de notre contrôleur.

Une fois son diplôme en poche, le jeune doit encore suivre une formation qualifiante sur le site choisi, entre 18 mois et deux ans.

Son rythme de travail est décalé, avec trois jours opérationnels, puis trois jours de repos, le tout sur un cycle de 12 jours.

Il est également gratifié d'un salaire d'entrée à 5 000 euros, culminant à 8 000 euros en fin de carrière, pour 32 heures hebdomadaires.

Des revenus très souvent pointés dans la presse, où les contrôleurs sont traités de nantis.

Mais cette fourchette n'est pas vraiment éloignée de celle des ingénieurs ayant un niveau d'études similaire. Et inférieure de 20 à 50% à la moyenne de leurs homologues européens.

Les contrôleurs aériens collaborent avec les compagnies

Les contraintes de productivité touchent également sa profession. Même s'il assure ne ressentir aucune pression au quotidien, Kévin Sheehan se sait observé, conscient que son centre doit être plus productif - DR
Les contraintes de productivité touchent également sa profession. Même s'il assure ne ressentir aucune pression au quotidien, Kévin Sheehan se sait observé, conscient que son centre doit être plus productif - DR
D'ailleurs, loin d'être enfermés dans une tour d'ivoire comme on le leur reproche souvent, Kevin Sheehan et ses collègues semblent bien au fait des réalités commerciales du secteur.

"Nous comprenons parfaitement les contraintes budgétaires auxquelles sont confrontées les compagnies aériennes" assure-t-il.

Il affirme que les contrôleurs travaillent aujourd'hui de concert avec les compagnies, afin d'optimiser le tracé des nouvelles routes et de réfléchir à l'avenir du transport aérien.

"Notre premier objectif reste et a toujours été de faire prendre aux avions la route la plus courte" clame-t-il, en référence à la réglementation européenne qui espère faire gagner des kilomètres aux appareils en modifiant le tracé des cartes.

Pourtant, la ligne droite est une gageure dans un ciel truffé de zones militaires, interdites de survol.

De vastes territoires bien visibles sur les écrans de contrôles, que Kevin Sheehan et ses collègues tentent chaque jour d'éviter. "Heureusement, l'armée accepte aujourd'hui de collaborer avec nous, ce qui était encore inimaginable il y a 20 ans" s'exclame-t-il.

Il s'efforce également de regrouper les avions pour mieux gérer leur trajectoire sur une seule route et limiter ainsi leur temps de temps d'attente.

En effet, les contraintes de productivité touchent également sa profession. Même s'il assure ne ressentir aucune pression au quotidien, Kevin Sheehan se sait observé, conscient que son centre doit être plus productif.

"Certains aimeraient que les contrôleurs soient moins nombreux pour baisser les taxes. Mais cela engendrerait une plus grande attente des avions et donc une plus grande consommation de carburant. Il faut trouver le juste équilibre".

Il espère avant tout que les impératifs économiques ne l'emporteront jamais sur la sécurité du ciel.

Lu 26939 fois

Notez


1.Posté par mathis le 18/04/2014 13:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Article très intéessant, bravo!
Question : Kevin Sheehan, c'est lequel sur la photo, le beau gosse ou l'autre?

2.Posté par François le 08/04/2015 20:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'article ne développe pas le pourquoi des grêves répétitives (tout les 2 ans) de ce corps de métier, avec un impact considérable sur l'économie (50 pc des vols annulés en moyenne => plusieurs millions de passagers cloué au sol) car les aiguilleurs ne sont pas satisfait de :
- 6500 € salaire mensuel moyen
- 97 jours de vacances par ans
- 32h de travail par semaine
- retraie a 59 ans ? (car travail pénible ???).
Ceci est irresponsable !

3.Posté par Patrick le 03/07/2015 09:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
+1 Francois

4.Posté par Nikolaï le 09/01/2016 00:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour, j'ai une question a vous poser, apres avoir fini une carrière en temps que contrôleur aérien pour l'armée de l'air, peut-on demander une affectation à ce métier ?

5.Posté par loki le 31/10/2016 10:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les contrôleurs aérien ont travaillé trés dur pour le devenir : BAC S avec mention +2/3 ans Prépa Math Sup math Spé + ENAC +Qualif
+ l'exercice de leur métier met en jeu des vies humaines! =stress, anxiété, risque de poursuite pénale (même si cool en apparence)
+ horaires décalés , horaires de nuit =espérance de vie réduite donc oui il faut partir en retraite plus tôt (tu te vois faire une nuit blanche de travail à 60 balais?) + conciliation vie de famille ou autre activité difficile

Avec un tel niveau d'étude et ces risques de sécurité il est Mérité qu'ils soient bien payés non?et qu'ils aient des jour de repos pour récupérer est physiologiquement nécessaire !

étant voyageuse régulière je dis heureusement qu'ils ont beaucoup de jour de repos car les accident sont souvent causés par manque de repos humain

bref le commentaire de François est déplacé

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com