TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





La Case de l'Oncle Dom : et si tous les professionnels du tourisme se donnaient la main...

L'édito de Dominique Gobert


Rédigé par Dominique Gobert le Lundi 9 Mai 2016

A l'heure où nombreux sont ceux qui veulent "changer le monde", j'ai décidé d'écrire ce matin un édito un peu spécial. Parce que, changer le monde, c'est aussi le regarder, l'écouter et tenter d'agir pour l'améliorer. Et agir, ce n'est pas palabrer…



Photo : © full image - Fotolia.com
Photo : © full image - Fotolia.com
C'est aussi prendre des décisions et tout faire pour les mettre en œuvre !

"Nous sommes en guerre", déclarent avec force et conviction nos bons dirigeants du monde entier. C'est un peu vrai, pour nous, dans le monde dit encore "civilisé".

Mais, plus loin, vers l'Orient lointain, existent des "vrais" guerres, ponctuées par le fracas des bombes, des canons et des enfants qui meurent juste parce qu'ils étaient là au mauvais endroit, au mauvais moment…

Beaucoup fuient, ou du moins tentent de fuir, par tous les moyens, pauvres, dont ils peuvent disposer. Soutenus par des salauds qui n'hésitent pas à les sacrifier au nom du sacro-saint profit !

Tous les jours, ces milliers de "migrants" s'embarquent sur des coquilles de noix afin d'échapper à la folie meurtrière de fous débiles et n'ont plus qu'un espoir : gagner un monde de paix, afin de vivre !

Vivre, c'est tout ce qu'ils demandent !

La Case de l'Oncle Dom : et si tous les professionnels du tourisme se donnaient la main...
Et chaque jour, en Méditerranée, ce sont des femmes, des enfants, des hommes qui meurent faute d'avoir trouvé un asile.

Bien évidemment, vous allez dire : "mais de quoi se mêle-t-il, celui-là, bien confortablement installé derrière sa machine à écrire ?"

Je n'ai pas la prétention de régler ce problème juste par quelques lignes posées dans un média.

Et comme le disais je ne sais plus qui "on ne peut pas régler toute la misère du monde".

Il se trouve que nous avons la chance (?) de travailler dans ce monde du tourisme, un monde où, théoriquement nous sommes ouverts à toutes sortes de cultures, d'échanges, d'écoute, de découverte.

Ne devons-nous pas aussi regarder les autres ?

Il se trouve que j'ai été contacté, sans doute grâce à l'audience de notre média, par quelques grands tour-opérateurs qui ont décidé de tenter d'aider ces gens qui fuient la guerre et que notre Europe a du mal à vouloir accueillir.

Ces TO préfèrent, par crainte surement d'être pris pour des "manipulateurs qui se feraient de la pub", rester discrets, mais veulent tenter d'agir. Je cite :

"Il n’est bien sûr pas question ici de régler le problème des migrants à notre échelle mais il me semble que nous avons la capacité de nous mobiliser pour sauver des vies en attendant que des solutions locales durables soient trouvées.

Le bateau européen affrété par SOS Méditerranée est l’Aquariums. Il coûte 11 000 € par jour en tout, soit 330 000 € pour 1 mois.

L’idée consisterait à lancer une grande campagne d’appel aux dons auprès des agents de voyage (TO agences, petits et grands et en proportion des moyens de chacun pour que cela reste relativement indolore économiquement) promue par le SNAV le SETO et l’APST en France et en cas de succès sur l’Europe avec l’ECTAA ensuite.

"Entreprises du tourisme pour les migrants" ou autre slogan que nos services de communication nous conseilleront.

La presse pro et généraliste soutiendra nous l'espérons, ce projet qui pourrait avoir des retombées positives aux yeux du public.

Les entreprises verseraient 30 à 50 € par salarié employés en Europe (ou moins à discuter pour les structures à très fortes intensité d’employés), déductibles (au titre du Mécénat) de l’impôt à 60 % dans la limite de 5 pour 1000 du Chiffre d’Affaires.

Donc 50€ ne coûtent que 20 €. Les salariés des entreprises de tourisme qui le souhaitent pourraient donner aussi et bénéficier d’un reçu fiscal.

Pour une petite agence de 3 personnes c’est 150 €, donc peu de choses, mais on mise sur le nombre…

Pour un TO de 100 salariés, c’est 5 000 €. 4 000 agences de 3 personnes en moyenne représenteraient 600 000 €.

Il manque à l’association environ 1 Million d’euros pour boucler l’année 2016, soit 100 jours de mer.

Objectif : 100 jours de financement de l’Aquarium 11 000 € x 100 = 1.1 M€ soit 22 000 salariés à 50 €, 36 000 à 30 €.

Si cela prend en Allemagne et au Royaume-Uni on peut aller encore plus loin…

La valeur symbolique de la mobilisation d’une profession étroitement liée à la découverte de l’autre, à la notion d’hospitalité et directement dépendante des enjeux géopolitiques internationaux, pour la cause de migrants en situation d’extrême détresse, n’échappera à personne"
.

Je vous ai tout dit. Je ne doute pas un instant que mes confrères de la presse pro relayeront aussi cet appel.

Et pour la future Confédération des métiers du Tourisme qui devrait voir le jour dans quelques jours, ne serait-ce pas un formidable début ?


Lu 890 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com